background preloader

Des bibliothèques sans bibliothécaires

Des bibliothèques sans bibliothécaires
Au dernier salon du livre de Paris, le ministère de la Culture avait organisé une table ronde sur le thème "Faut-il encore des bibliothécaires ?". Sans me prononcer sur cette question inquiète, j’ai envie d’aborder la question par son angle inversé : "Faut-il des bibliothèques sans bibliothécaires ?"… Les bibliothèques ? Le discours convenu sur celles-ci met au premier plan leur richesse documentaire. Tel s’émerveille du nombre de documents rassemblés, tel autre s’enorgueillit d’un patrimoine ancien. Pourtant, les autorités continuent d’entretenir des bibliothèques, et même en construisent assidûment de nouvelles. Ce qui laisse entrevoir que, peut-être, l’intérêt des bibliothèques ne résiderait pas seulement dans leur richesse documentaire, mais tiendrait ‘quelque part’ à une composante étrange de leur avantage décisif. Qu’est-ce qu’un espace social ? Tiens, un mot-valise (encore) ! ). Toute la question est donc : qu’est-ce qui fait lien ? Qu’est-ce qu’une ressource documentaire ? ) ?

http://bccn.wordpress.com/2012/04/01/des-bibliotheques-sans-bibliothecaires/

Related:  Evolution des bibliothèquesalimatou29médiathèque numérique

Bibliothèques en France : moins d'inscrits mais plus de fréquentation Le ministère de la Culture vient de rendre public le rapport annuel sur les bibliothèques municipales, présentant les données sur l'activité 2010. Le constat est simple : le nombre d'inscrits est en baisse, mais l'on assiste tout de même à une augmentation « sensible » de la fréquentation, entre 2005 et 2010. Et à ce titre, les bibliothèques restent « l'équipement public culturel le plus fréquenté par les Français ». Bibliothèques municipales : des endroits multi-activités en replay - 21 mars 2014 Ce texte est une transcription extraite de la vidéo. En cas de difficulté, l'accès à l'ensemble du journal télévisé est accessible sur Pour ceux qui préfèrent la lecture au sport, il y a aussi le Salon du livre ce week-end. En marge de l'événement, on a décidé de s'intéresser aux bibliothèques municipales.

L’Etat s’attaque à la presse en ligne - Page 1 Un an après le déclenchement de l’affaire Cahuzac, qui a conduit à la démission d’un ministre du budget fraudeur que soutenait sa haute administration, Bercy voudrait-il se venger à froid d’une presse trop indépendante ? Mediapart a reçu, ce mardi 17 décembre, par huissier un avis de contrôle fiscal portant explicitement sur la TVA (taxe sur la valeur ajoutée) appliquée à notre recette unique, les abonnements de nos lecteurs. Avalisé, selon nos informations, au plus haut sommet de l’administration du ministère des finances, ce contrôle est déclenché en urgence sur ordre de la hiérarchie des inspecteurs concernés, avec un premier rendez-vous fixé vendredi 20 décembre, au plus près des fêtes de fin d’année. La veille, lundi 16 décembre, nos confrères d’Indigo Publications avaient reçu le même « avis de vérification de comptabilité », selon la même procédure exceptionnelle d’une signification par huissier – d’ordinaire, une simple lettre recommandée suffit.

Des bandes annonces de livres Activité menée avec une classe de seconde de 35 élèves Les 5 bandes annonces préférées de la classe : Etape 1 : lecture du roman : Animateur de communautés en bibliothèque, ça vous tente ? Trois élèves bibliothécaires à l'Enssib (école nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques, France) ont réalisé un poster scientifique intitulé "Animer des communautés en bibliothèques". En une image composite, ils expliquent l'intérêt de cette activité, les outils qu'elle utilise et la manière dont elle s'intègre au travail quotidien des bibliothécaires, chacun pouvant devenir community manager de son domaine. Le poster est très bien organisé. Il comprend de nombreuses informations visuelles et textuelles. On apprécie en particulier la partie consacrée aux outils d'animation, sélectionnés en fonction de la communauté à toucher (communauté d'intérêt, communauté d'usagers ou communauté d'usagers potentiels).

A propos de l’autonomie de l’usager Ayant eu l’occasion de présenter la bibliothèque de Lyon à un groupe d’étudiants en bibliothéconomie Sciences de l’Information, j’ai inévitablement évoqué le Guichet du savoir, précisant que ce service apportait une réponse complète et précise à toute question. Et inévitablement est venue la sempiternelle question : "Mais est-ce que cela ne va pas à l’encontre de l’autonomie de l’usager ?"… Parmi les mythes inamovibles du bibliothécaire de lecture publique, on trouve, à côté de la coopération, de la démocratisation, du refus de toute censure et tutti quanti, l’autonomie de l’usager. Parlons-en cinq minutes… Il existe mille acceptions du terme ‘autonomie’ : si philosophiquement c’est la capacité d’agir par soi-même en étant son propre régulateur, le terme est davantage utilisé aujourd’hui dans d’autres contextes :

Les libraires s'engagent pour l'accès au livre de tous les citoyens De Francfort : Ce jeudi fut la journée des Déclarations, mais « c'est toujours le cas, à Francfort », souligne une personne bien informée. Après le CNL, qui portait ce matin la Déclaration européenne du Livre, c'est au tour de l'EIBF, fédération européenne et internationale des libraires, de révéler au public sa Charte du Livre, dont l'application sera européenne et mondiale. Dévoilée aujourd'hui et accessible (en anglais, prochainement dans d'autres langues) sur le site mynextread.eu, la Charte du Livre résume les revendications des libraires d'Europe et du monde, à l'attention des autorités nationales et supranationales, telle la Commission européenne. La seconde phase de l'opération sera le relais et l'implication des associations de libraires au niveau national, dans les prochains mois, mais rien n'est encore défini.

Instagram, véritable outil de communication pour les bibliothèques Avec plus de 200 millions d’utilisateurs, Instagram est LE réseau social du moment, celui sur lequel il est bon d'être vu. En effet, la plateforme s’agrandit plus vite que Facebook, Twitter et Pinterest réunis (selon certaines sources, elle connaîtrait une évolution de plus de 500 % en un an). En plus des utilisateurs anonymes, on y trouve aussi de nombreuses personnalités telles que Barack Obama et le pape François, mais aussi des institutions comme les universités, les musées, et même les bibliothèques. Tout ce beau monde y partage régulièrement du contenu, qu'il s'agisse de photos ou de vidéos du quotidien et d'événements marquants.

88 % de la population vit dans une commune qui offre un lieu de lecture publique Publié le 24/10/2012 • Mis à jour le 29/10/2012 • Par Hélène Girard • dans : Actu Emploi, France Jamais le nombre de bibliothèques et de points d’accès au livre étudiés n’a été aussi important. En effet, le rapport 2010 de l’Observatoire de la lecture publique (Service du livre et de la lecture, ministère de la culture et de la communication) repose sur une nouvelle méthodologie. La bibliothèque à la semaine du partage - 23/10/2014 Rien ne se perd, tout se transforme : du 18 au 25 octobre, le centre commercial Saint-Orens invite ses» shoppers» à échanger vêtements, livres et compétences à l'occasion d'une opération originale et citoyenne : Partage & Co. Sur trois espaces bien distincts, le centre commercial propose à ses visiteurs de mettre le partage à l'honneur : Le Vide-Dressing Solidaire, le samedi 25 octobre vider sa penderie au profit de deux associations caritatives : voici ce que propose le vide-dressing solidaire installé entrée C,. Pour 5 kg de vêtements et accessoires propres et en bon état, et jusqu'à 10 kg pour les plus généreux, les consommateurs se verront offrir un chèque-cadeau d'une valeur respective de 5 et 10 € (dans la limite de 10 € par foyer). C'est dans cette optique que la bibliothèque municipale de Saint-Orens, avec l'appui de la municipalité, a organisé dans la galerie un grand point de rencontre avec la population.

Les droits des lecteurs numériques Les lecteurs ont-ils les mêmes droits en papier qu’en numérique ? La réponse est certainement non. En mettant en place ce nouvel accès à la lecture, les grandes plateformes mondiales telles qu’Apple, Amazon ou Google ont imposé leurs conditions d’utilisation, annihilant par la même occasion quelques-uns des privilèges logiquement accordés au lecteur papier. Qu’en est-il du cadre légal de la mise en place de ces contraintes auxquelles le lecteur numérique se confronte et quels sont les droits que ce dernier est en mesure de revendiquer ? Réponse dans cet article.

Related: