background preloader

Comment les réseaux sociaux ont modifié les relations humaines

Comment les réseaux sociaux ont modifié les relations humaines
Les résultats d'une étude commandée par l'association britannique Cystic Fibrosis Trust, révèlent l'importance des réseaux sociaux dans les processus de relations humaines. Les réseaux sociaux ont considérablement modifié les relations humaines. Pour tenter de comprendre comment se traduit une telle évolution, l'association britannique Cystic Fibrosis Trust a commandé une étude sur le phénomène. Ce groupe s'occupe essentiellement de la prise en charge des patients atteints de mucoviscidose pour qui les réseaux sociaux représentent un outil au cœur de leur quotidien. Helen Oxley est psychologue pour adulte au centre associatif de Manchester. Elle déclare au Gardian :"Pour la plupart des gens, l'Internet est un moyen de rester en contact avec leurs proches, mais pour les gens qui sont isolés en raison de maladie, il joue un rôle plus important et peut souvent agir comme une bouée de sauvetage". Les utilisateurs ont deux fois plus d’amis en ligne que dans la vraie vie Vous nous aimez déjà ?

http://www.maxisciences.com/r%e9seau-social/comment-les-reseaux-sociaux-ont-modifie-les-relations-humaines_art14470.html

Related:  impacts sur l'humeur et les relationsM22: Le bonheurcafd

L'impact des réseaux sociaux sur notre vie - Articles - Bien-être Qu'ils soient sur invitation, réservés aux professionnels ou ouverts à tous, les réseaux sociaux et les blogues prennent de plus en plus de place dans notre vie. Avec des millions d'adeptes - Facebook en compterait plus de 800 millions -, ils s'imposent comme outils de communication et de changement. Bien sûr, les réseaux sociaux offrent des avantages à ceux qui s'y inscrivent, mais aussi quelques inconvénients. Nous en énumérons quelques-uns ici. Les avantages Les relations humaines et le bonheur – Marie Bernat Voici le 2eme article de la série sur « les sciences du bonheur », si vous avez raté le 1er: « Les sciences du bonheur ». Des études montrent que plus les gens sont seuls, moins ils vont bien – et que la souffrance « sociale » active la même zone du cerveau que la souffrance physique. Cependant, avoir des relations peut aussi être stressant que ce soit une relation amoureuse, être parent, ou une amitié.

Facebook isole-t-il ou socialise-t-il ? Dans la littérature du numérique, on distingue deux courants de pensée : ceux qui dénoncent Internet parce qu’il isole les individus au monde extérieur et ceux qui sont convaincus qu’Internet renforce plutôt une certaine sociabilité. Face à ces deux approches d’Internet complètement opposées, difficile de prendre parti : « cette double nature peut à juste titre être regardée comme un facteur de confusion. Comment savoir quelle dimension va prévaloir :celle désocialisante, du média de masse, ou celle qui entretient le lien social, celle du moyen de communication interpersonnelle ? » [1] Réseaux sociaux: 5 manières dont ils influencent nos comportements RÉSEAUX SOCIAUX - Ah, ces fantastiques réseaux sociaux qui occupent nos journées. Ou qui remplissent les temps morts, pour ceux qui sont moins accros. On a beau se plaindre de perdre notre temps, les yeux rivés sur notre écran comme si à chaque seconde un événement de la plus haute importance allait se produire, on y retourne chaque jour, irrémédiablement, comme si c'était la première fois. Une récente étude réalisée par des chercheurs de l'université d'Innsbruck (Autriche), Christina Sagioglou et Tobias Greitemeyer, a essayé de comprendre ce phénomène. Elle montre qu'on a tendance à se méprendre sur l'effet de Facebook sur notre humeur, et qu'on y retourne, même si la dernière fois, on a eu le sentiment de perdre notre temps.

L’humeur contagieuse de Facebook Une recherche publiée récemment expliquant comment Facebook a manipulé des informations de près de 700 000 utilisateurs anglophones pour étudier « la contagion émotionnelle » dans les groupes suscitait l’inquiétude d’internautes ce week-end. Pendant une semaine, du 11 au 18 janvier 2012, Facebook et des scientifiques des Universités Cornell et de Californie à San Francisco ont utilisé le système d’algorithmes du réseau pour modifier le contenu des informations reçues par un groupe d’utilisateurs afin d’étudier l’impact sur leurs émotions. La recherche a été publiée dans la revue scientifique américaine Proceedings of the National Academy of Sciences, datée du 17 juin. Contagion Les auteurs cherchaient à savoir si le nombre de messages positifs ou négatifs lus par les utilisateurs influait sur la teneur de ce qu’ils postaient eux-mêmes sur le site. Selon eux, « ces résultats montrent la réalité d’une contagion émotionnelle de masse par les réseaux sociaux ».

Quelle est la recette du bonheur ? Une étude américaine livre la réponse Image d'illustration (Crédit : stokpic.com) Peut-on scanner intégralement la vie d'un individu ? Scruter ses choix professionnels, son parcours amoureux, sa condition physique, de son adolescence jusqu’à ses vieilles années ? Le psychiatre américain et professeur Robert Waldinger l’a fait. Avec son équipe de la faculté de médecine de l’université Harvard à Boston (Massachusetts), ce professeur, également directeur du "laboratoire du développement adulte" (Laboratory of Adult Development), a présenté fin 2015 les premiers résultats de la plus longue étude sur le bonheur jamais effectuée.

Les nouvelles technologies favorisent-elles le lien social? » Sciences Le débat commence par le rappel de quelques grandes révolutions technologiques: l'imprimerie, le téléphone, le cinéma, la télévision, la radio et enfin Internet. L'une des grandes révolutions qu'a connu Internet lui-même a été le développement de sites permettant de mettre en relation les personnes entre elles et de les faire échanger ou collaborer, c'est ce qu'on a appelé le Web 2.0 dont l'exemple le plus parlant est celui des réseaux sociaux tels Facebook ou Twitter. Ces réseaux sociaux permettent d'échanger, de s'entraider, de faire connaissance, de retrouver des amis et en définitive facilite la communication. L'impact de Facebook sur notre humeur Ceux qui passent le plus de temps sur Facebook seraient ceux qui se sentiraient le moins heureux. Et ce n'est pas le sentiment de mal-être qui pousserait à utiliser les réseaux sociaux, mais bel et bien l'usage de Facebook qui aurait un impact néfaste sur l'humeur. C'est ce que conclut une équipe dse chercheurs de l'université du Michigan en collaboration avec l'université de Leuven, dans une étude publiée cette semaine dans la revue Plos One . En seulement sept ans, le réseau social créé par Mark Zuckerberg a conquis plus d'un milliard d'internautes, dont environ la moitié se connectent chaque jour. Un nombre d'utilisateurs qui a fait de Facebook un phénomène social, auquel les scientifiques de tous bords n'ont pas manqué de s'intéresser.

Related: