background preloader

Teutatès

Teutatès
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Mythologie[modifier | modifier le code] Ce dieu est aussi connu par des inscriptions sous la forme « Totatus » retrouvées au sanctuaire de Beauclair, à Voingt (Puy-de-Dôme), en territoire arverne. Teutatès est une forme archaïque ou une variante de Toutatis, il provient de teutā qui a évolué en toutā et tōtā. Connu notamment à l'époque contemporaine par le biais de la bande-dessinée Astérix, où il est régulièrement évoqué par l'exclamation « Par Toutatis ! ». Le celtologue Joseph Vendryes a émis l'hypothèse qu'il pourrait s’agir d’un adjectif, utilisé pour éviter de prononcer le nom du dieu, conformément au respect d'un tabou. Bibliographie[modifier | modifier le code] Paul-Marie Duval, Les Dieux de la Gaule, Paris, éditions Payot,‎ février 1993, 169 p. Note[modifier | modifier le code] ↑ Paul-Marie Duval, « Teutates, Esus, Taranis », Travaux sur la Gaule, Rome, 1989, p. 280 Lire en ligne sur Persée [archive]↑ Venceslas Kruta, Les Celtes.

TARANIS Dans l'épigraphie gallo-romaine, le nom du Jupiter gaulois apparaît sous la forme de Taranis ou Taranus, complétée par des anthroponymes théophores : Taranutius et Taranucnos (« né de Taranis »). La forme la plus ancienne est le datif gaulois taranoou dans une inscription d'Orgon (Bouches-du-Rhône). Ce nom correspond à celui du « tonnerre » dans les langues néo-celtiques (irlandais torann, gallois et breton tarann). On ne connaît aucun mythe à ce sujet et il ne serait pas impossible que le nom gaulois soit la traduction ou l'adaptation de celui du Jupiter tonans des Romains. Mais la correspondance celtique insulaire et continentale est assez nette pour qu'on fasse de Taranis l'équivalent gaulois du Dagda irlandais dans sa fonction de maître des éléments et de toute la manifestation. L'iconographie gallo-romaine représente constamment Jupiter muni d'une roue ou de spirales associées au foudre. Christian-Joseph GUYONVARC'H

Gaulois (peuples) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Gaulois. Carte de la Gaule et de ses principales régions selon Jules César avant sa conquête complète (58 avant J.-C.) : Gaule Celtique (Celtica), Gaule Belgique (Belgica), Gaule Aquitaine (Aquitania), Gaule Narbonnaise (Narbonensis) et Gaule Cisalpine (Cisalpina). Les Gaulois constituent l'ensemble des peuples protohistoriques habitant la Gaule (telle qu'elle fut définie par Jules César). Excepté les Aquitains, ils se rattachaient plus largement à la civilisation celtique, jusqu'à ce que les processus d'acculturation liés au commerce et à la conquête romaine, n'en fassent des gallo-romains. Les Gaulois étaient divisés en de nombreux peuples qui se comprenaient entre eux, qui pensaient descendre tous de la même souche et qui en connaissaient la généalogie. Les Gaulois se nommaient eux-mêmes « Celtes » ou « Celtae »[n 1] en leurs langues. — Commentaires sur la Guerre des Gaules I-1, Jules César

Ésus Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sources anciennes[modifier | modifier le code] Onomastique[modifier | modifier le code] Étymologiquement, Ésus signifie « bon, maitre, puissant[4]. » On retrouve le terme dans esugenus (« fils d’Ésus » ou « bien né, équivalent à Eugène en grec »). Selon Joseph Vendryes, le nom « Esugenos » se retrouve en gallois sous la forme d’Owain et en irlandais dans Eogain. Représentation[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code] Sur les autres projets Wikimedia : Ésus, sur Wikimedia Commons Notes et références[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code]

Taranis Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Taranis. Taranis est un dieu du Ciel et de l'Orage[1] de la mythologie celtique gauloise. Taranis est principalement connu par une citation du poète latin Lucain. Celui-ci le présente comme formant avec Ésus et Teutatès la triade des dieux les plus importants du panthéon gaulois. Jean Haudry a proposé comme origine étymologique de son nom l'indo-européen *Ten-H-ros dont la signification serait le « maître du tonnerre ». Dans les langues celtiques, on retrouve taran (« le tonnant » en breton et en gallois) et toirneach (en irlandais moderne). Taranis serait principalement le dieu du ciel, de la foudre et du tonnerre[1]. Dans la mesure où il porte très souvent une roue, si celle-ci est interprétée comme roue solaire, il pourrait être un dieu du Soleil[3]. Son culte est attesté en Grande-Bretagne, en Rhénanie, en Dalmatie, en Provence, en Auvergne, en Bretagne et en Hongrie. Péroun

Le cheval et le cavalier gaulois - Les Mediomatrici A deux semaines de notre manifestation avec les Cavaliers du rêve, à Triembach-au-val (67), nous allons voir à quoi ressemblaient le cheval et le cavalier gaulois grâce à ces deux magnifiques monnaies. Commençons avec le cheval représenté sur cette monnaie gauloise en or découverte en 2005, sur le chantier INRAP de la rue aux ours, à Rouen (Seine-Maritime) : ©INRAP - Iconothèque de l'Institut National de Recherches Archéologiques Préventives Continuons maintenant avec cette superbe représentation du cavalier gaulois sur ce statère en electrum (or et argent) découvert dans une exploitation agricole de l'âge du fer (Laniscat, Côte d'Armor). Cette monnaie est issue du trésor dit de Laniscat et composé de 58 statères + 487 quarts de statères. ©INRAP - Iconothèque de l'Institut National de Recherches Archéologiques Préventives Pour continuer dans la série, mon bouclier avec ce cheval formé autour de l'umbo du bouclier et inspiré d'une monnaie celtique insulaire. Partager l'article ! inShare

Mythologie celtique Peuple Indo-européen, les Celtes ont émigré depuis l'est de l'Europe au cours du second millénaire avant notre ère. Lors de leur expansion maximale, ils occupaient toute l'Europe depuis l'Espagne jusqu'à la Turquie actuelle. Puis ils se sont retirés, autour de 200 avant notre ère, dans les territoires les plus à l'ouest: la Bretagne en France, l'Angleterre, le Pays de Galles, l'Irlande et l'ouest de l'Écosse. Dans les fiches qui suivent un dessin signalera l'appartenance à l'une ou à l'autre mythologie. Nous connaissons les Celtes continentaux à travers les historiens romains qui ont "interprété" à l'aune de leurs connaissances les dieux celtiques en termes de leurs équivalents romains approximatifs, leur faisant perdre leur saveur celtique en cours de route. On peut obtenir des informations plus sûres sur les Celtes de l'ouest parce que l'Irlande n'a jamais été romanisée et elle n'a été convertie au Christianisme qu'au Ve siècle de notre ère.

Mythologie celtique gauloise Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sources[modifier | modifier le code] Les témoignages antiques[modifier | modifier le code] La classe sacerdotale des druides connaissait l'écriture, mais privilégiait systématiquement la transmission orale. Aussi les premiers documents écrits sont ceux d'écrivains grecs et latins, depuis Hécatée de Milet au VIe siècle avant JC jusqu'à Tacite au IIe siècle[1]. Hécatée, puis Hérodote, mentionnent simplement la localisation des Celtes. Les premières descriptions sont celles des grecs Polybe et Posidonios au IIe siècle avant JC. L’archéologie[modifier | modifier le code] Depuis les années 1950, l'archéologie a fait de nouvelles découvertes ; l'archéologie aérienne a ainsi permis de repérer des vestiges enfouis, décelables sur les photographies par les modifications de couleur du sol ou de développement des cultures. Les littératures médiévales[modifier | modifier le code] Les Dieux[modifier | modifier le code] Lug[modifier | modifier le code]

Histoire et évolution de l'armée romaine Bonjour à tous, Je vois plein de choses intéressantes dans vos derniers post, aussi vais-je essayer d'y répondre sans rien oublier ni m'emmêler les pinceaux, pour un illustrateur ce serait dommage... Je rejoins bien sûr votre avis général sur le fait qu'il est important que les illustrateurs fournissent leurs sources. Mais cela présente quelques difficultés. "Pour ce qui est des sources de mes illustrations, j'ai bien conscience de ce problème et de la notion de crédibilité que cela engage, mais nous retrouvons ici la même problématique que pour le texte des articles, à savoir le manque de place ! Tout çà pour dire que si vous souhaitez connaître les sources de mes illustrations, faites-le moi savoir et je vous répondrai, comme je l'ai fait pour Genava avec les premières manipules romaines.Au passage, merci Genava de faire confiance à mon travail Pour Europa Barbarorum, l'équipe du mod fait un travail incroyable.

Mythologie celtique irlandaise Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Article principal : Mythologie celtique Rappel historique[modifier | modifier le code] La société se divise en trois classes, obéissant en cela à l’idéologie trifonctionnelle des Indo-européens : Si le roi possède la souveraineté, il ne peut agir sans l'avis des druides, qui ont effectivement le pouvoir absolu sur tous les aspects de la vie des Gaëls. Au Ve siècle, le christianisme va supplanter l'antique religion. Sources[modifier | modifier le code] C’est au monachisme irlandais que l’on doit la conservation de la mythologie préchrétienne. L’ensemble de ces sources doit être étudié de manière comparative avec la littérature celtique galloise et toute la documentation relative à la Gaule. La matière de Bretagne et le Cycle arthurien reprennent de nombreux éléments des traditions irlandaise et galloise, sans pour autant relever de la mythologie. L’histoire mythique[modifier | modifier le code] Personnages[modifier | modifier le code]

Related: