background preloader

Divinités égyptiennes

Divinités égyptiennes
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les dieux et déesses de l’Égypte antique représentent une foule considérable de plus d'un millier de puissances surnaturelles ; divinités cosmogoniques, divinités provinciales, divinités locales, divinités funéraires, personnification de phénomènes naturels ou de concepts abstraits, ancêtres déifiés, démons, génies, divinités étrangères importées, etc. Le terme égyptien pour dieu est netjer (nṯr) et son plus ancien hiéroglyphe représente vraisemblablement un mat enveloppé de bandelettes de tissu. Pour désigner le concept de la divinité, les glyphes alternatifs sont le faucon sur un perchoir et un personnage accroupi. D'autres termes existent pour désigner une divinité, tel baou (bȝw) ou sekhem (sḫm) mais leur diffusion fut de moindre importance. Terminologie[modifier | modifier le code] Netjer[modifier | modifier le code] Déclinaisons[modifier | modifier le code] Étymologie[modifier | modifier le code] Emblème[modifier | modifier le code]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Divinit%C3%A9s_%C3%A9gyptiennes

Related:  Mythologie EgyptienneegypteDIEU ÉGYPTIEN

Objets symboliques de l'Égypte antique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Attributs du pharaon[modifier | modifier le code] Coiffes[modifier | modifier le code] Le némés : coiffe rayée verticalement avec des pans retombant devant de chaque côte de la tête ;Le pschent (Skhemty), ensemble de deux couronnes enchâssées : La couronne blanche (Hedjet) : couronne du sud sous l'égide du dieu Seth,La couronne rouge (Decheret) : couronne du nord sous l'égide du dieu Horus ;L'atef : couronne blanche avec de hautes plumes ;Le hemhem : diadème formé de trois atefs ;Le khepresh : casque bleu. Accessoires[modifier | modifier le code] L'uræus : cobra femelle qui protège le roi contre ses ennemis ;La barbe postiche : réservée au pharaon (barbe droite) et aux dieux (barbe recourbée) ;La queue de taureau : trophée attaché à la ceinture du pharaon pour lui offrir la puissance de l'animal sacré.

Amon Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Avec sa parèdre Amemet, il fait partie des entités divines de l'Ogdoade d'Hermopolis. Mythologie[modifier | modifier le code] Représentation[modifier | modifier le code] Il est associé à l’oie-smn[5], sans doute par analogie phonétique, et au bélier-šft[6]. Ainsi, devant l'entrée de son temple de Karnak s'étend une allée de sphinx criocéphales (ou criosphinx), symboles de sa puissance procréatrice.

Horus Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Horus est le nom latin d’une des plus anciennes divinités égyptiennes, le dieu faucon Ḥr, dont le nom signifie probablement « celui qui est au-dessus » ou « celui qui est lointain ». Le culte d’Horus remonte sans doute à la préhistoire, car la liste royale du Canon royal de Turin qualifie de Suivants d’Horus les rois légendaires qui gouvernèrent l’Égypte après le règne des dieux (on peut noter ici que Horus au serekh est le plus ancien roi égyptien qui puisse être nommé). Aux débuts de l’époque historique, le faucon sacré est figuré sur la palette du roi Narmer et dès lors il sera constamment associé à la monarchie pharaonique. Dans l’iconographie et la statuaire Horus ne doit pas être confondu avec Khonsou autre dieu hiéracocéphale, ce dernier étant coiffé du disque lunaire tandis qu'Horus arbore le plus souvent la double couronne.

Le panthéon égyptien Sa sœur Isis, considérée par les Egyptiens de l’Antiquité comme la première des déesses, était représentée sous les traits d’une jeune femme, portant sur la tête le signe hiéroglyphique asèt, qui signifie « le trône. » Isis fut aussi parfois affublée des attributs de la déesse bovine Hathor (le disque solaire, les cornes, etc.), divinité de l’amour et des festivités. Statue de la déesse Isis, I° siècle avant Jésus Christ, Petit Palais, Paris. Seth, divinité du désert, de la foudre et de la guerre, était lui aussi un dieu anthropomorphique.

Mythe de la naissance de l'Egypte Dieux Publié le jeudi 11 août 2005 (mis à jour le mercredi 25 janvier 2006) par Nico Le mythe d'Osiris est au coeur de la religion pharaonique. Ce récit forgé dans les temps les plus anciens nous a été rapporté par un écrivain grec, Plutarque. Symbolique des couleurs dans l'Égypte antique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Stèle du Louvre Les Égyptiens de l'Antiquité donnaient aux couleurs principales une valeur symbolique issue de la perception qu'ils avaient des phénomènes naturels en corrélation avec ces couleurs : le jaune du soleil, le vert de la végétation, le noir de la terre fertile, le bleu du ciel ou encore le rouge du désert. Pour la peinture religieuse, les prêtres n'autorisaient généralement qu'un nombre limité de couleurs : blanc, noir, les trois couleurs de base (rouge, jaune et bleu) ainsi que leurs combinaisons (vert, brun, rose et gris). La peinture se fait par aplat de couleur ; seule la période amarnienne dérogera à cette règle en proposant de subtils dégradés[1]. Code des couleurs[modifier | modifier le code]

Liste des divinités et dieux egyptiens Publié le mercredi 12 octobre 2005 par Nico Les Égyptiens de l'Antiquité étaient polythéistes. Les dieux égyptiens étaient la personnification des éléments naturels, des événements de la vie et des sentiments. Ainsi, le panthéon égyptien fut l'un des plus imposants de toute l'histoire avec plus de sept-cents divinités. Voici une Liste non exhaustive des dieux égyptiens et divinités de l'Egypte antique : Seth Dieu belliqueux de la violence et du mal, Seth, (Set, Setekh, Setesh, Seti, Sutekh, Setech, Sutech) est le second fils de Geb et de Nout. Seth Il était représenté comme un homme ayant une queue fourchue et la tête d'un animal, qu'on n'est pas parvenu à identifier clairement, au museau allongé et aux oreilles dressées terminées en carré. Parfois il prenait une forme entièrement animale au corps semblable à celui d'un canidé

La création du monde 2° Autres cosmogonies – Comme nous l’avons évoqué précédemment, les mythes de la création du monde variaient d’une cité à l’autre. a) Cosmogonie memphite : A Memphis, les prêtres de la cité érigèrent leur divinité tutélaire, Ptah, en démiurge. Parvenant au cours de l’Antiquité à rivaliser avec la mythologie héliopolitaine, il est intéressant de remarquer que la cosmogonie memphite est sans doute la genèse la plus simple à comprendre de nos jours. Stèle dédiée au dieu Ptah, XX° dynastie, vers 1100 avant Jésus Christ, musée du Vatican, Rome. A l’origine des temps, nous retrouvons Noun, qui donna naissance à Ptah.

Jugement de l'âme (Égypte antique) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En Égypte antique, le jugement de l'âme est un procès où le défunt doit comparaitre pour faire reconnaître ses droits à la vie éternelle. On distingue cependant trois conceptions différentes de cet affrontement judiciaire. La première conception est un modèle mythique où Horus, le successeur d'Osiris, se confronte à Seth pour obtenir la succession au trône d'Égypte.

La religion égyptienne : Bastet Son lieu de culte principal se trouvait à Bubastis, l'actuelle Tell Basta dans le Delta, en égyptien Per-bastet, "la maison de Bastet". C'est là qu'avaient lieu des fêtes dont Hérodote ne retint que l'aspect trivial. Ces cérémonies organisées au moment de l'Inondation étaient accompagnées de réjouissances populaires où les participants dansaient, chantaient, jouaient de la musique et consommaient énormément de vin, l'ivresse étant un moyen d'apaiser la déesse afin qu'elle ne se transforme pas en lionne destructrice. Les cimetières de chats découverts à Bubastis et à Saqqarah, les centaines de statuettes, de momies ou d'amulettes de chattes retrouvées dans les sanctuaires prouvent qu'elle jouissait d'une faveur toute particulière auprès des Égyptiens et que, de déesse locale, elle acquit une importance nationale.

Thot Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Thot, du grec Θώθ thṓth, de l’égyptien ancien ḏḥwty, est dans la mythologie égyptienne le dieu lunaire de Khemenou (Hermopolis Magna) en Moyenne-Égypte. Dans la tombe de Thoutmôsis III (KV34) : neuf babouins précédés de douze serpents accueillent le soleil représenté comme un scarabée sur une barque. Lorsqu'il est représenté sous la forme d'un babouin, il est aussi le soleil levant (fresque de babouins dans les temples ou sur le socle des statues). Les babouins ont pour habitude de pousser des grands cris au lever du jour, juste avant le lever du soleil; cette habitude leur valut d'être associés à la renaissance solaire car ils acclamaient l'astre à son apparition[1]. Un texte d'Edfou relate sa naissance :

Légendes de l'Egypte antique 1° Le périple de Râ – Suite à la création du monde, Râ s’était installé sur terre. Chaque matin, il s’installait dans sa barque magique, et se lançait dans un long voyage autour du monde afin d’apporter la lumière sur terre. Représentation du monde imaginée par les Egyptiens de l'Antiquité, gravure issue de l'ouvrage Histoire de l'Egypte, par Gaston MASPERO, France, XIX° siècle. Composition de l'être dans l'Égypte antique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les Égyptiens de l'Antiquité, l'être humain comprenait plusieurs composantes : Il était primordial de conserver l'intégrité de l'être après la mort, ce qui explique tous les rites (momification, ouverture de la bouche, etc.) effectués sur le défunt pour que tous ces éléments restent unis dans l'au-delà.

Related: