background preloader

Repenser l’IDO : Industrialiser l’internet ou internetiser l'industrie

Repenser l’IDO : Industrialiser l’internet ou internetiser l'industrie
Par Daniel Kaplan le 07/05/09 | 8 commentaires | 14,127 lectures | Impression Il n’existe pas aujourd’hui d’”internet des objets”, mais tout au plus une connexion en silos d’objets conçus et régis selon les règles les plus classiques de l’économie industrielle. La connectivité des objets et des espaces pourrait même signer la fin de la “parenthèse internet”, celle d’un réseau sans tête, sans finalité et totalement ouvert. Ce serait sans compter sur ceux qui, venant du monde numérique ou du design, s’activent dans le sens contraire : celui de doter le monde physique de certaines des propriétés de plasticité et d’ouverture qui caractérisent le monde numérique. D’internetiser l’industrie, alors que celle-ci rêverait d’industrialiser l’internet….Troisième et dernière partie d’une série de trois articles sur la perspective de “l’internet des objets” – lire la 1re partie et la seconde. Un thème qui sera au cœur de la conférence Lift, qui se tiendra à Marseille les 18, 19 et 20 juin prochains.

http://www.internetactu.net/2009/05/07/repenser-linternet-des-objets-33-industrialiser-linternet-ou-internetiser-lindustrie/

Related:  Moteurs de recherches standards

Interview de Rafi Haladjian sur l'internet des objets Après Internet pour tous, Internet pour tous les objets ? C'est le credo auquel adhère Rafi Haladjian, créateur de FranceNet, d'Ozone, mais aussi du Nabaztag, ce fameux « lapin communicant » précurseur selon lui d'une ère où les usages s'apprêtent à connaitre un nouveau bouleversement : celui de l'Internet des objets. En attendant de lever le voile sur les ambitions de sa future société, Sen.se, il revient pour Clubic.com sur ce concept et les enjeux associés.

La prochaine révolution ?Faites-la vous même ! « Dans la prochaine révolution industrielle, les atomes seront les nouveaux bits« En janvier 2010, Chris Anderson, rédacteur en chef de Wired et auteur de La longue traîne, tentait ainsi de résumer la révolution en cours du Do It Yourself (DIY, Faites-le vous même, en français). Après avoir considérablement contribué à développer, et démocratiser, ce que l’on appelait au siècle dernier la « micro-informatique« , puis l’internet, hackers et bidouilleurs s’attèlent aujourd’hui à la fabrication et au développement de nouveaux objets, « libres« .

L'IDO au Japon : définitions, grands projets et politique japonaise L'Internet des objets : définitions, grands projets et politique japonaise Publié le 1/09/2010 - 101 pages - pdf 4,2 Mo Auteurs : TOUAK Maeddine - DAUCHEZ Pierre Ce document est le produit d'un travail de recherche, d'analyse et de synthèse, mené à Tokyo de juin à septembre 2010, par un élève-ingénieur de l'Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Lyon, dans le cadre d'un stage au sein du Service pour la Science et la Technologie de l'Ambassade de France. Des objets qui communiquent entre eux, se comprennent et agissent de concert pour simplifier toujours un peu plus la vie de leur propriétaire : l'idée a un potentiel énorme. Le champ des possibilités est vaste et de nombreuses portes devraient s'ouvrir vers des progrès dans des domaines tels que la domotique, la mobilité ou les pharmaceutiques.

Présentation du TNWii - PRTICE.Info - TNWii Vous souhaitez avoir un Tableau Numérique Interactif à moindre frais ? Cela est tout à fait possible et le résultat est très satisfaisant. Vous devez juste disposer des éléments suivants : 10 choses à savoir sur l'IDO L'internet des objets est sorti des amphis des universités et de la quasi-science fiction pour devenir un sujet courant lors des réunions des conseils d'administration et des sessions de planification des produits. Quels sont donc les 10 points essentiels à connaître sur l'internet des objets? 1. Le TNWii, un détournement réussi - Éducation Vous connaissez sans doute le principe du "détournement artistique" qui consiste, en gros, à prendre un objet ou œuvre et à en réaliser une autre à partir de la première. Le plus souvent, il s’agit d’un "détournement de sens" qui vise à parodier ou a critique l’œuvre originale. Ici, il s’agit plutôt d’un "détournement d’usage". Jugez plutôt : avec une manette de console de jeu vidéo et un bon vieux stylet optique, des enseignants ont réussi à remplacer le bon vieux tableau de classe en écran d’ordinateur géant, et la craie en souris). Le coût : 41€ ! (hors vidéoprojecteur et ordinateur Bluetooth, quand même), alors que les solutions commerciales traditionnelles reviennent plusieurs centaines, voir plusieurs milliers d’euros.

L'IDO par Techno Science L'Internet des objets est un néologisme qui se rapporte à l'extension d'Internet à des objets et à des lieux dans le monde réel. L'Internet que nous connaissons ne se prolonge pas au delà du monde électronique. L'Internet des objets a pour but de prolonger l'Internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et le World Wide Web, en utilisant le protocole de...) au monde (Le mot monde peut désigner :) réel en fixant des étiquettes munies de codes ou d'URLs aux objets ou aux lieux. Ces étiquettes pourront être lues par un dispositif mobile sans fil et des informations relatives à ces objets et lieux seront retrouvées et affichées.

L’Union Internationale des télécomunications parle de l'IDO «L’Internet des objets» Aujourd’hui, c’est déjà demain La vie quotidienne de millions de personnes a été bouleversée par l’Internet, qui nous relie les uns aux autres, indépendamment des distances et des fuseaux horaires. Aujourd’hui, selon un rapport récemment publié par l’UIT, nous sommes à la veille d’une nouvelle révolution: au cours des vingt prochaines années, le nombre d’internautes, pourtant en pleine augmentation, sera vraisemblablement infime par rapport à la multitude d’objets inanimés qui pourront communiquer les uns avec les autres par voie électronique. Dis-moi si tu préfères bidouiller Arduino ou consommer iPad et j Parmi la centaine de commentaires provoqués par notre récent article Pourquoi je n’achèterai pas un iPad, on a pu noter une opposition franche entre ceux qui pensaient qu’il était important, voire fondamental, d’avoir la possibilité « d’ouvrir le capot » logiciel et matériel de la bête, et ceux qui n’y voyaient qu’une lubie de geeks passéistes et rétrogrades. Or aujourd’hui nous allons justement évoquer un drôle d’objet qui accepte d’autant plus volontiers de se mettre à nu qu’il sait que c’est sa principale qualité aux yeux de son enthousiaste et créative communauté. Il s’agit de la carte Arduino qui est un peu à l’électronique ce que le logiciel libre est à l’informatique, puisque le design, les schémas, les circuits et l’environnement de programmation sont disponibles sous licence libre[1] Nous vous suggérons également cette excellente interview de Alexandra Deschamps-Sonsino, réalisée par Hubert Guillaud pour InternetActu, dont voici quelques larges extraits :

Wikipédia: l'IDO par les internautes Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'Internet des objets (IdO ou IoT pour Internet of Things en anglais) représente l'extension d'Internet à des choses et à des lieux du monde physique. Alors qu'Internet ne se prolonge habituellement pas au-delà du monde électronique, l'internet des objets connectés représente les échanges d'informations et de données provenant de dispositifs présents dans le monde réel vers le réseau Internet. L'internet des objets est considéré comme la troisième évolution de l'Internet, baptisée Web 3.0 (parfois perçu comme la généralisation du Web des objets mais aussi comme celle du Web sémantique) qui fait suite à l'ère du Web social. L'internet des objets revêt un caractère universel pour désigner des objets connectés aux usages variés, dans le domaine de la e-santé, de la domotique ou du Quantified Self. Histoire et définition de l'internet des objets[modifier | modifier le code]

Vidéoprojecteur DIY Un livre de Wikilivres. Avertissement électricité Ce document aborde la manipulation de matériel électrique. Avant toute manipulation : lisez attentivement l'avertissement électricité. Un vidéoprojecteur réalisé soi-même Un vidéoprojecteur DIY est un vidéoprojecteur réalisé soi-même (DIY, do it yourself pour fais-le toi-même en anglais). DLFP: Fabriquer son scanner 3D La création de modèles en 3D est un travail long et ardu, il nécessite de bonnes compétences ; en d'autres termes, il faut d'excellents artistes/graphistes. Pour faciliter cette tâche, on peut avoir recours aux scanners 3D, mais c'est onéreux et pas très facile à utiliser. Pourtant, la technologie de la barrière laser n'est pas très compliquée. Le site suivant vous propose de fabriquer un scanner 3D simple à partir d'une webcam, d'un pointeur laser, d'un moteur et de quelques engrenages.

Site rattaché au ministère des affaires étrangères. by matthieulc Apr 9

Related: