background preloader

Bien configurer son nouveau profil Facebook en 8 étapes - - Le Nouvel Observateur

Bien configurer son nouveau profil Facebook en 8 étapes - - Le Nouvel Observateur
1. Définir sa photo de couverture La première chose que l'on voit en arrivant sur le nouveau profil Facebook est cette large photo qui surplombe les informations personnelles. En cliquant sur "Changer la couverture", on peut sélectionner cette image et la recadrer facilement. 2. Sous votre photo de couverture, sur la droite, apparaissent vos informations personnelles. 3. Sous la photo de couverture, à gauche, apparaissent "Amis", "Photos", "Mentions J'aime", etc. 4. Timeline se veut une biographie de votre vie sur Facebook. 5. Avec le nouveau profil, n'importe quel ami peut remonter à vos premiers messages et premières photos publiés sur Facebook. 6. Dans cette biographie, on peut ajouter n'importe où un statut, une photo, un lieu visité ou un évènement marquant. Pour paraître terriblement tendance, le blog Fluctuat conseille ainsi d'ajouter au 4 février 2004 le message : "Je laisse tomber Myspace, trop de poseurs. 7. 8. Une dernière vérification s'impose.

danah boyd Vertus démocratiques de l’Internet Ce texte est issu d’une présentation à la table ronde « Internet et renouveau démocratique » (avec Daniel Bougnoux et Patrice Flichy), animée par Caroline Broué au forum « Réinventer la démocratie » (organisé par La République des idées à Grenoble le 9 mai 2009). À la question de la place d’Internet dans le renouvellement des figures de la démocratie, beaucoup de réponses très diverses et contradictoires peuvent être apportées. Car, à considérer Internet comme un tout, à la fois objet technique, média, espace public, support ou instrument politique, on prend le risque de fondre ensemble des choses si différentes que toute généralisation glisse sur cet improbable objet, sans parvenir à le spécifier. Je voudrais cependant prendre ce risque en avançant, sans beaucoup de précautions, six propositions relatives à l’expérience de la démocratie sur Internet. Les six vertus politiques d’Internet 1. L’exclusion des immobiles 2. La dépolitisation narcissique 3. La fin de la vie privée 4. 5. 6.

Le design de la visibilité : un essai de typologie du web 2.0 La manière dont est rendue visible l’identité des personnes sur les sites du web 2.0 constitue l’une des variables les plus pertinentes pour apprécier la diversité des plateformes et des activités relationnelles qui y ont cours. Que montre-t-on de soi aux autres ? Comment sont rendus visibles les liens que l’on a tissés sur les plateformes d’interaction ? Comment ces sites permettent-ils aux visiteurs de retrouver les personnes qu’ils connaissent et d’en découvrir d’autres ? Dominique Cardon, sociologue au laboratoire Sense d’Orange Labs, propose ici une typologie des plateformes relationnelles du web 2.0 qui s’organise autour des différentes dimensions de l’identité numérique et du type de visibilité que chaque plateforme confère au profil de ses membres. La décomposition de l’identité numérique L’identité numérique est une notion très large. Le paravent. Le clair-obscur. Le phare. Le post-it. La lanterna magica. De cette typologie, on peut suggérer quatre lectures : 1. 2. 3. 4.

Pourquoi sommes-nous si impudiques ? Les enquêtes sur les usages d’Internet font systématiquement apparaître deux résultats absolument contradictoires. Les usagers se montrent de plus en plus soucieux des risques de contrôle, de détournement et d’exploitation commerciale des données personnelles qu’ils laissent sur Internet. Mais par ailleurs, ils – et ce sont pourtant souvent les mêmes – se révèlent de plus en plus impudiques dans leurs pratiques d’exposition de soi, notamment sur les sites de réseaux sociaux et les blogs. Public par défaut Dans le débat sur le respect de la vie privée, il devient de plus en plus utile de distinguer clairement l’agent dont on craint la surveillance. La réussite des plateformes relationnelles du web 2.0 doit en effet beaucoup au fait que les personnes prennent des risques avec leur identité en rendant publiques des informations sur elles-mêmes. Le risque de la visibilité : méconnaissance ou opportunité Et si l’identité numérique était un signe relationnel plus qu’une information ?

Regarde le quand il t'parle, écoute-le C’est ça que tu veux pour ton fils ?C’est comme ça qu’tu veux qu’il grandisse ?J’ai pas d’conseils à t’donner mais si tu veux pas qu’il glisseregarde-le quand il t’parle, écoute-le…NTM 1998 C’e sont les paroles de ce rap du dernier millénaire, « Laisse pas traîner ton fils » qui m’ont fait penser à la lecture qu’on peut faire des innombrables conseils plus ou moins autorisés et plus ou moins pertinents qu’on trouve en ligne à destination des parents que les usages massifs que font les jeunes des outils numériques perturbent. Bon, il y a les sempiternels mercantis — je vais essayer de ne plus y penser pour ne pas m’échauffer — qui y vont de leur traditionnel couplet bien anxiogène nourri des traditionnelles mises en garde contre les turpitudes et débauches de l’Internet… Il y a aussi, et c’est évidemment plus intéressant, les conseils de la CNIL (quoique !) Essayons d’y voir clair. 1. Il y a consensus. Si on fait le compte des inconvénients qu’ils induisent, je n’en suis pas certain. 2. 3.

Nouvelle charte d’usages des outils du Web 2.0 en classe LA charte que j’avais rédigée de façon collaborative avec mes élèves en 2009 évolue à cette rentrée scolaire. Fixée sur les usages de Twitter en classe, elle s’adapte désormais aux usages des outils du Web 2.0 en classe. Cette charte a été rédigée avec l’aide de David Cordina (compte twitter @w2ydavid) et Yann Leroux (compte twitter @yannleroux) que je remercie de leur collaboration. Elle n’est pas exhaustive et pourra être modifiée. Elle sera lue et signée par les élèves, affichée en classe, collée dans leurs carnets de correspondance et soumise au chef d’établissement. Charte d’usages des outils du Web 2.0 Classe de …. du lycée des …. Professeur référente : L. J’utilise en classe et sur mon temps personnel de travaildes outils du Web 2.0 en respectant des règles et des consignes : Quand et où les utiliser ? Comment les utiliser ? Quoi diffuser ? Avec qui communiquer ? J’écris, grâce à ces outils, dans un espace public. Comment s’exprimer ? Signature et engagement de l’élève —————————-

The tone of life on social networking sites The tone of life on social networking sites The overall social and emotional climate of social networking sites (SNS) is a very positive one where adult users get personal rewards and satisfactions at far higher levels than they encounter anti-social people or have ill consequences from their encounters. A nationally representative phone survey of American adults finds that: 85% of SNS-using adults say that their experience on the sites is that people are mostly kind, compared with 5% who say people they observe on the sites are mostly unkind and another 5% who say their answer depends on the situation. 68% of SNS users said they had an experience that made them feel good about themselves. 61% had experiences that made them feel closer to another person. (Many said they had both experiences.) 39% of SNS-using adults say they frequently see acts of generosity by other SNS users and another 36% say they sometimes see others behaving generously and helpfully.

Teens, kindness and cruelty on social network sites Social media use has become so pervasive in the lives of American teens that having a presence on a social network site is almost synonymous with being online. Fully 95% of all teens ages 12-17 are now online and 80% of those online teens are users of social media sites. Many log on daily to their social network pages and these have become spaces where much of the social activity of teen life is echoed and amplified—in both good and bad ways. We focused our attention in this research on social network sites because we wanted to understand the types of experiences teens are having there and how they are addressing negative behavior when they see it or experience it. In our survey, we follow teens’ experiences of online cruelty – either personally felt or observed – from incident to resolution. We also probed the environment around teens’ online experiences by examining their privacy controls and practices, as well as the level of regulation of their online environment by their parents.

Related: