background preloader

Comment fut inventé le peuple juif, par Shlomo Sand (Le Monde diplomatique, août 2008)

Comment fut inventé le peuple juif, par Shlomo Sand (Le Monde diplomatique, août 2008)
Tout Israélien sait, sans l’ombre d’un doute, que le peuple juif existe depuis qu’il a reçu la Torah (1) dans le Sinaï, et qu’il en est le descendant direct et exclusif. Chacun se persuade que ce peuple, sorti d’Egypte, s’est fixé sur la « terre promise », où fut édifié le glorieux royaume de David et de Salomon, partagé ensuite en royaumes de Juda et d’Israël. De même, nul n’ignore qu’il a connu l’exil à deux reprises : après la destruction du premier temple, au VIe siècle avant J.-C., puis à la suite de celle du second temple, en l’an 70 après J.C. S’ensuivit pour lui une errance de près de deux mille ans : ses tribulations le menèrent au Yémen, au Maroc, en Espagne, en Allemagne, en Pologne et jusqu’au fin fond de la Russie, mais il parvint toujours à préserver les liens du sang entre ses communautés éloignées. Vierge, la Palestine attendait que son peuple originel vienne la faire refleurir. D’où vient cette interprétation de l’histoire juive ? Le judaïsme, religion prosélyte Related:  SionismeIsrael/Palestine Partie 2simperel

[Rennes] —L'actualité récente en Géorgie a mis les projecteurs sur la République indépendante d'Ossétie (Indépendance proclamée en 1991). Les Ossètes comme les Bretons d'ailleurs, ont des origines ancrées dans la fin de l'Empire romain. Les Ossètes descendent des fameux Alains, ou plutôt de ceux qui sont restés et ne sont pas partis piller l'Empire au Ve siècle. Les Sarmates en Bretagne insulaire Ces peuplades qui parlent une langue iranienne apparaissent dans le bas-Empire romain sous le nom de Sarmates quand ils sont alliés ou federati et de Scythes quand ils sont ennemis. La cavalerie sarmate-alain très appréciée des Romains était quasiment invincible. Depuis 175, les Sarmates devaient fournir à Rome 5000 cavaliers, pour la plupart envoyés en Bretagne (insulaire) à la frontière nord. D'après Léon Fleuriot, c'est Artorius Castus, préfet de la VIe légion, qui aurait aussi maté la révolte armoricaine de 184. Les Alains en Armorique Les mythes arthuriens d'origine alanique ? — X.

Prosélytisme juif - [L'Observatoire des religions] Rien ne paraît plus étranger au judaïsme contemporain que le prosélytisme. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Au début de notre ère, il y avait bien un prosélytisme juif comme le montrent deux historiens Paul Sebag et Marcel Simon de manière convaincante. Et même ce prosélytisme a joué un rôle majeur dans l’histoire des premiers pas de l’Eglise et dans l’émergence de l’islam. A la faveur de la diaspora juive, les croyances et les pratiques juives se répandirent dans toutes les régions du monde romain et gagnèrent toutes les classes sociales : les plus riches comme les plus pauvres. S’il en fut ainsi, c’est parce que les Juifs déployèrent alors un vigoureux effort de prosélytisme et s’efforcèrent de convertir au judaïsme les païens parmi lesquels ils vivaient. pages : <<1234567891011>> Les chiffres renvoient aux paginations des deux ouvrages dont sont tirées ces notes de lecture.

L’effarante histoire du sionisme La première guerre mondiale de 14-18, fut menée d’un coté par la Grande Bretagne, la France et la Russie, et de l’autre coté par l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et la Turquie. En l’espace de deux ans, l’Allemagne avait remportée la guerre. En 1916, l’Angleterre considéra sérieusement cette proposition afin d’éviter d’aller vers une défaite certaine. La fameuse ’’Déclaration Balfour’’ (courte lettre adressée à Lord Rothschild par le ministre britannique des Affaires étrangères, A.J. Ces juifs avaient pourtant été bien reçus par les Allemands après leur exode de Russie. . Toutefois, aucun juif ne fut agressé. Tout simplement du fait qu’en cette période, pas seulement en Allemagne mais dans toute l’Europe, les communistes se trouvaient être composés à 98% de juifs. En juillet 1933, une conférence du sionisme international fut organisée à Amsterdam. On imagine aisément ce que fut la réponse des allemands. Notre dernier espoir ! Lire aussi : Like this:

Comment le peuple juif fut inventé ? L'histoire juive confirmée par la génétique Les dernières études indiquent que la Diaspora est sortie du Moyen-Orient il y a 2 500 ans. L'étude du patrimoine génétique des populations juives a toujours autant de succès. Pas moins de trois nouvelles études sont parues cette semaine, dont une ce matin dans la revue britannique Nature, qui réunit 21 chercheurs de plusieurs pays. Tout comme pour les populations non juives, les différents groupes de la diaspora juive portent dans leurs gènes des traces précises de leur parcours. Les techniques génétiques modernes permettent de comparer très finement des génomes et d'obtenir des informations sur leurs «ressemblances» plus ou moins grandes. Les communautés juives étudiées ont été, côté ashkénaze, celles du Caucase (Azerbaïdjan, Géorgie), du Moyen-Orient (Iran, Irak), du Maroc, et côté séfarade, celles de Bulgarie et de Turquie, plus des communautés en Éthiopie et en Inde. Intérêt médical Outre l'aspect historique, les auteurs précisent que leurs travaux ont également un intérêt médical.

Alani-map - Alains IDUMÉENS Peuples descendus d'Edom ou d'Esaü, fils d'Isaac, et frère aîné de Jacob. Les Iduméens eurent des rois assez longtemps avant que les Juifs en eussent (Ge 36 :31). Ils furent premièrement gouvernés par des chefs ou princes, et ensuite par des rois. [Voyez ELIPHAZ]. Ils demeurèrent indépendants jusqu'au temps de David, qui les assujettit, et qui fit voir le parfait accomplissement de la prédiction d'Isaac, qui avait dit que Jacob dominerait Esaü (Ge 37 :29, 30). Osias, roi de Juda, prit sur eux la ville d'Elat, sur la mer Rouge (2Ro 14). On ignore quelle était l'ancienne religion des Iduméens. Ils avaient abandonné la circoncision, lorsque Jean Hircan les subjugua et les obligea de se circoncire et de pratiquer la religion des Juifs. Saint Epiphane dit que les Arabes de l'Arabie Pétrée et de l'Idumée adoraient Moïse à cause des prodiges que Dieu a faits par son moyen.

Le sionisme et le régime nazi : un texte important de Klaus Polkehn enfin disponible en français -- Histoire Secrète J'ignore pourquoi les articles de Klaus Polkehn sur le sionisme n'ont jamais été traduits intégralement en français.Cette lacune est maintenant en partie réparée puisque, après l'article sur les relations entre le mouvement sioniste et l'impérialisme, notamment allemand, dont je vous ai déjà livré la traduction, je vous propose un autre article qui tombe à point nommé en ce jour où les sionistes redoublent de condamnations morales, en attendant parfois des mesures plus pratiques, contre ceux qui selon eux ne prendraient pas assez au sérieux ce qu'ils appellent « holocauste » ou « shoah. » « Ne pas prendre au sérieux cet « holocauste » c'est par exemple contester le chiffre officiel de 6 millions de Juifs tués pendant la deuxième guerre mondiale ou nier l'existence des chambres à gaz. Mais c'est aussi situer le malheur des Juifs à l'époque dans une histoire commune des malheurs qui ont accablé et continuent à accabler l'humanité. L'avènement d'Hitler

Bouter les Britanniques hors de Palestine Loin de l’ouvrage historique fouillé, The Reckoning (Le jugement), qui se lit comme un polar, se concentre sur une traque menée à la charnière des années 1930-40, par le superintendant Geoffrey Morton — chef de la police criminelle britannique en Palestine mandataire — contre Avraham Stern, chef d’un petit groupe terroriste juif, le Lehi (acronyme des initiales hébraïques de « Combattants pour la liberté d’Israël »). Devenu un court moment l’ennemi numéro un des troupes britanniques, son histoire est aujourd’hui amplement méconnue, y compris de la grande majorité des Israéliens. De lui, Patrick Bishop trace un portrait plus psychologique qu’idéologique, celui d’un poète brillant mais empli de « visions de violence sacrificielle », un homme exceptionnellement rigide et rétif à l’autorité qui « admirait les personnalités de haute destinée, presque sans rapport avec leur idéologie, [tels] Mussolini, Staline ou Franco ». « Collaborateurs des nazis » L’homme à abattre L’ennemi britannique

African Jews Some Jewish communities in Africa are among the oldest in the world, dating back more than 2700 years. African Jews have ethnic and religious diversity and richness. African Jewish communities include: Although not all African Jews are religious, some of their practices are Orthodox. Ancient communities[edit] The most ancient communities of African Jews known to the Western world are the Ethiopian, Sephardic and Mizrahi Jews of North Africa and Middle Africa. Largely unknown in the West until quite recently are communities of the African Jews such as the Lemba (located in present-day Malawi, Zimbabwe, and northern South Africa). In the seventh century, many Spanish Jews fled persecution under the Visigoths to North Africa, where they made their homes in the Byzantine-dominated cities along the Mediterranean coast. See also: Jewish exodus from Arab lands. Ethiopia[edit] Main article: Beta Israel They are a community in transition. Somalia: Yibir[edit] Zimbabwe/South Africa: Lemba[edit]

Related:  histoireMichel CollonÉtat Islamique