background preloader

Les porteurs de paroles

Les porteurs de paroles
Le Porteur de paroles consiste en un recueil et une exposition de paroles d’habitants, de passants, d’usagers. Une question est inscrite sur un grand format, puis accrochée à un endroit visible. Cette question les invite à réagir autour d’un thème donné. On note les avis sur des panneaux dans le lieu ou l’espace public choisi. Cette forme a pour avantage de lier entretien intime (au sens d’être deux ou guère plus) et expression publique ; dans une démarche maïeutique, nous permettons à des gens de découvrir, par le jeu de l’entretien, ce qu’ils ne s’imaginaient pas toujours capables de dire ou d’argumenter. L’affichage d’un grand nombre de points de vue crée de la fréquentation, ce qui produit d’autres entretiens, dans un principe cumulatif. Nous accompagnons nos commanditaires et les aidons à ne pas pas faire du Porteur de paroles un simple outil de communication. Comment passer d'un thème à une question qui permettra aux habitants et passants d'avoir "quelque chose à dire" ? Related:  Participation citoyenne Hélène

Association Innov’action : les chercheurs de projets Le 16 mai 2011 | Catégories: Des solutions relayées par les médias Le collectif « chercheurs de projets » est un collectif d’accompagnateurs dont l’objectif est d’accompagner les jeunes et notamment les plus éloignés des dispositifs de droits communs, vers la réalisation de leurs projets. Cet accompagnement s’inscrit dans le temps. Les jeunes sont suivis de la phase d’émergence à la phase de réalisation et d’évaluation du projet. L’un des objectifs du projet est de créer avec des professionnels de la jeunesse et un réseau de bénévoles qualifiés dans des domaines spécifiques (graphistes, réalisateurs, journalistes, comptables…) des outils méthodologiques favorisant l’émergence d’initiatives de jeunes. Ces outils permettront ainsi de pallier aux difficultés méthodologiques que peuvent rencontrer les jeunes les plus fragiles et des appréhensions qu’ils peuvent ressentir face à l’apprentissage. Une autre vidéo du même réalisateur, la marche à Palabres :

A propos de nous Nous nous engageons afin de préserver les forêts tropicales pour les générations futures Sauvons la forêt se mobilise pour la préservation des forêts tropicales et pour les réformes sociales en faveur de ses habitants. Depuis 1986, l'association de bien commun gêne le cercle des barons du bois et du bétail, des multinationales de l’huile et de l’exploitation minière, des banques occidentales et des politiciens corrompus. Tous ceux-ci tirent en effet un grand profit à court terme de la destruction des forêts tropicales, au détriment des nomades, récolteurs de caoutchouc, indiens et autres paysans qui dépendent de celles-ci. Sauvons la forêt signifie… Réseaux sociaux : comment renforcer l'engagement ? | Saisines en cours | Travaux du CESE Les réseaux sociaux structurent de plus en plus notre vie, le lien social et amical, la vie économique et les relations professionnelles. L’émergence de ces outils de communication gratuits, rapides, interactifs, simples et efficaces qui ciblent en temps réel le plus grand nombre transforme les relations traditionnelles au sein de nos sociétés. Le web social est un lieu de socialisation qui peut créer de nouveaux liens sociaux, où les communautés numériques se structurent en espace de coopération et de collaboration. Le projet d'avis s'interrogera sur les conditions à créer pour favoriser dans ces réseaux le renforcement des liens sociaux, la cohésion sociale, la démocratie et la citoyenneté. Comment insérer positivement ces réseaux dans le débat public, voire la décision collective ?

L’happyfication des consciences, nouveau mode d’activisme ? En ces temps de morosité ambiante, une tendance se dessine depuis quelques mois : qualifions la “d’happyfication des consciences”. En gros, si vous en avez assez d’être ronchons et tristounets, on vous apprend à ne plus râler et à comprendre votre état d’âme… histoire d’être heureux et d’agir différemment. Un crédo qui convient à de nombreux écolos. Explications. Oh mon âme, mon bel état d’âme, dis moi qui je suis ? Le public concerné par cette tendance, ce sont typiquement les “créatifs culturels“, du nom de ce groupe sociologique identifié par le sociologue américain Paul Ray et par la psychologue américaine Sherry Anderson dans les années 1960. Et quelles sont leurs recommandations ? Christine Lewicki, elle, estime dans son livre J’arrête de râler (bientôt best-seller !) “Changer sa perception de la vie ne se fait pas du jour au lendemain. En somme, il s’agit d’affaiblir votre “muscle râlerie” de faire monter en force votre “muscle bonheur“, simple non ? Alors Pascal, convaincu ?

Ma cité s’organise. Community organizing et mobilisations dans les quartiers populaires « Depuis la mort de Zyed et Bouna, rien n’a changé. Il y a toujours autant de brutalités policières, de violences institutionnelles, de racisme structurel qui touchent les habitants des quartiers populaires et les descendants de l’immigration. Plus que jamais il appartient à la société civile de s’organiser, de taper du poing sur la table pour obtenir la dignité, le respect de ses droits et la justice qui s’impose »[1]. Le 31 octobre 2015, une dizaine de milliers de militant-e-s des quartiers populaires défilaient dans les rues de Paris au nom de la dignité, de la justice, de l’égalité et contre le racisme. Pourquoi cette nouvelle génération politique s’est-elle davantage nourrie de la lutte pour les droits civiques, des actions de Malcom X ou de Saul Alinsky – un des inventeurs du community organizing – que des écrits de Marx ou de Trotsky ? [1] [1] S. [2] [2] O. [3] [3] « Ma cité a craqué », Mouvements, 2015/3. [4] [4] C. [5] [5] Voir A. [6] [6] S.

Universal Flag / Peace Mouvement NPDC _ Forum Démocratie participative - citoyenneté 2011 Quelle vision de la démocratie participative porte la Région ? Faire de la démocratie participative : pour une meilleure action publique et plus de justice sociale La démocratie participative, c’est inviter des citoyens, des habitants, des usagers, non élus, en dehors des moments électoraux, à exprimer leurs avis et proposer leurs propres expertises, pour contribuer à enrichir et améliorer les décisions politiques portant sur des questions et sujets qui les concernent et aussi suivre la mise en œuvre de ces décisions. Pour une démocratie participative, vivante et efficace, il importe de renforcer les capacités de réfléchir et d’agir des personnes qui souhaitent participer et créer des espaces à cet effet. Pour une démocratie participative, juste et équitable, il convient de mobiliser et donner la parole à tous. C‘est cette vision de la démocratie participative que défend le Conseil régional et qu’il veut faire vivre au travers de la politique qu’il a adoptée en novembre 2011. Impliquez-vous

Education is a Right | L'éducation est un droit NPDC - 2ème Forum régional des acteurs de la Démocratie participative Vidéo En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus Casseurs de pub Sommes-nous des « casseurs », des gens « pas bien dans leur tête », comme s’emploient à le faire croire les publicitaires ? Non, bien sûr. Au contraire, nous menons un combat non-violent fondé sur l’argumentation. Si nous sommes des « Casseurs de pub », c’est parce que la pub est une machine à casser. Une machine à casser la nature, l’humain, la société, la démocratie, la liberté de la presse, la culture et les cultures, l’économie ou encore l’éducation. Mais la pub est aussi une machine à casser des choses plus importantes quoique moins perceptibles : le Verbe et le symbolique… Pardon ? Nous nous « humanisons » grâce à certaines « valeurs » : les valeurs qui motivent notre engagement sont la liberté, l’égalité, la fraternité, comme il est écrit sur le fronton des mairies de notre pays, mais aussi l’amitié, le partage, la tolérance et le respect de la différence, ou encore le souci des plus faibles d’entre nous. Les symboles sont comme les mots. Voilà ce que fait la pub. Casseurs de pub.

Quelques références à creuser de l'empowerment Jardinage et bricolage alternatifs - Mur végétal et autonomie alimentaire Si vous disposez d'un mur intérieur ou extérieur inutile ou inexploité... la création d'un mur végétal peut-être une solution intéressante avec des bénéfices importants... Vous pouvez faire un mur végétal avec un (Env 3.50€ le mètre carré) inséré en double épaisseur ou . Vous pouvez coudre alors le feutre à travers les trous en créant ici et là des poches qui pourront accueillir vos futurs plants. suffit pour réinjecter l'eau au sommet du mur végétal dans un tube percé tous les 5 cm (avec une tige chauffée) par des trous de 2mm de diamètre. (voir aussi les pompes solaires...) Passez dans le tuyau un furet de plombier pour bien ébarber les trous à l'intérieur, sinon les bactéries s'y installent et cela se bouche régulièrement . Il est impératif de bien assujettir le tuyau horizontal car les plantes vont tout faire pour prendre sa place, et s' il gondole, il y aura des parties non arrosées. L'ensemble peut être maintenu par . * tomates, * poivrons, * aubergines, * patates douces, * salades,

Related: