background preloader

Mobilité et accès aux services en milieu rural et périurbain / Guides / Nos publications

Mobilité et accès aux services en milieu rural et périurbain / Guides / Nos publications
Related:  Ruralité

Infrastructures routières : l’écran acoustique devient générateur d’électricité - Innovation produits © DR Prototype d’écran acoustique photovoltaïque à flashcode (21 x 21 cases) Chaque cellule mono ou polycristalline (15,6 x 15,6 cm) constitue une case du code géant (3,27 m de côté) que le public peut saisir au moyen d’un smartphone afin d’être dirigé vers divers sites d’information. L’agence Philippon-Kalt Architectes Urbanistes développe un concept d’écran acoustique à la fois capable de produire de l’électricité photovoltaïque et de servir de support de communication. Le projet de l’agence Philippon-Kalt Architectes Urbanistes est de ceux qui pourraient bien changer l’image des infrastructures routières et ferroviaires dans l’esprit du public. Mais en poussant encore un peu plus loin leur réflexion, entamée dans le cadre d’un projet d’écoquartier à L’Ile-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), les deux architectes ont en plus eu l’idée de réaliser avec certains de ces écrans (un sur cinq par exemple) des « flashcodes » géants que le public pourrait saisir au moyen d’un smartphone.

Les nouvelles mobilités, Adapter l’automobile aux modes de vie de demain Le rapport du Centre d'Analyse Stratégique (CAS) est disponible (voir ci dessous le résumé et le rapport). L'ADEME a été impliquée dès le départ à ce groupe de travail qui vise à proposer des mesures de politiques publiques pour se préparer aux changements à venir. Les principales mesures sont : Organiser le dialogue entre les constructeurs, les collectivités, Donner aux autorités organisatrices les compétences nécessaires pour favoriser le développement de nouvelles mobilités,Repenser le partage de la voirie, au profit du vélo, de véhicules peu encombrants, des TC et nouvelles mobilités,Faciliter l'arrivée de nouveaux opérateurs et services de mobilité par la mise à disposition locale d'espaces publics et par l'adaptation de réglementations nationalesFaciliter le développement des TIC adaptés aux nouvelles mobilités 5 pistes possibles d'organisation sont également proposées : Et si le vélo devenait le mode de déplacement majoritaire ? Le résumé : Le rapport complet :

L’accession la propri t d’un pavillon p riurbain entre appropriation et enfermement L’accession à la propriété d’un pavillon périurbain entre appropriation et enfermement Résumé Ce travail interroge, à partir d’une enquête compréhensive, les modes de vie des pavillonnaires toulousains et plus particulièrement ceux dont l’installation s’avère fortement contrainte par les conditions du marché immobilier et foncier. Introduction Depuis les années 60, l’action publique joue un rôle important dans la satisfaction des ménages français à l’accession d’une maison individuelle « à la campagne ». Si accéder aujourd’hui reste l’horizon du plus grand nombre, ce qui participe d’une certaine continuité, le monde pavillonnaire en se diffusant socialement et spatialement s’est diversifié. Pour les ménages modestes cherchant à se conformer à la norme sociale, l’accession à la propriété d’une maison individuelle s’inscrit toujours comme une priorité. L’enquête de terrain a privilégié une approche compréhensive par entretiens semi-directifs. Le « choix » d’une localisation à la campagne ?

L’étalement urbain - qu’est-ce que c’est ? | SAFE L’étalement urbain et ses spécificités en Région wallonne Il existe de nombreux concepts et tentatives de définition de l’étalement urbain dans la littératureTrois critères sont couramment mentionnés : (1) une croissance diffuse sans liaison avec les espaces urbanisés existants ; (2) la monofonctionnalité des développements périurbains et (3) une faible densitéL’étalement urbain en Région wallonne (Belgique) présente des points communs mais aussi des spécificités en comparaison avec les régions voisinesLe projet de recherches SAFE aborde l’étalement urbain en Région wallonne sous l’angle énergétique et traite, à la fois, de l’énergie nécessaire au chauffage des bâtiments et aux déplacements des habitants Résumé Le projet SAFE porte sur l’évaluation énergétique des quartiers périurbains wallons et sur la formalisation et l’évaluation de scénarios de renouvellement de ces tissus. Il convient d’abord de poser les bases de la recherche et de définir de façon précise son objet.

panneaux signalisation code de la route Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural en Région Provence Alpes Côte d'Azur Urbanisation, paysages et artificialisation des sols En France, selon le recensement de l’Insee de 2008, 95% de la population vit désormais sous influence urbaine. Parallèlement à la croissance des villes, se dessinent autour et entre celles-ci, de vastes espaces dits périubains, dont les habitants ont non seulement adopté des modes de vie citadins mais sont également liés à la ville par leur emploi et leurs pratiques quotidiennes. De fait, jamais les habitants des différents territoires n’ont été aussi proches par leur profil socioculturel et économique et leurs usages. Cette proximité a plusieurs conséquences : d’une part, l’opposition urbain/rural perd de sa pertinence pour caractériser les territoires français aujourd’hui ; d’autre part, les exigences d’accès aux services sont d’autant plus difficiles à satisfaire que les populations résident loin des villes tout en en dépendant.

Plateforme Mobilité 63 - Accueil La France périurbaine a-t-elle été abandonnée Pour le géographe Christophe Guilluy, la France est coupée en deux. D’un côté, une « France métropolitaine », constituée des 25 plus grandes aires urbaines. De l’autre, la « France périphérique » : villes petites et moyennes, espaces ruraux, communes multipolarisées, espaces périurbains « contraints »… « Invisible et oubliée », cette France périphérique cumulerait les difficultés et serait le terreau du vote Front national, particulièrement fort dans ces zones. Mais cette thèse est loin de faire l’unanimité. Décryptage. Le périurbain, un territoire de relégation sociale peuplé de « petits Blancs » en souffrance ? D’un côté, une « France métropolitaine », constituée des 25 plus grandes aires urbaines (soit de Paris – 12 millions d’habitants – à Dijon – 380 000 habitants), comprenant « les zones denses des agglomérations et une partie des couronnes périurbaines ». Le 25 mars 2015, dans le cadre d’une interview donnée à la fondation Jean-Jaurès, il résumait sa thèse en ces termes :

Entre ville et campagne, le difficile équilibre des périurbaines lointaines 1Le périurbain attire des familles composées de ménages bi-actifs avec des enfants généralement en bas âge au moment de l’installation (Berger, 2004). Tandis que les familles les plus aisées restent à proximité des villes sauf pour quelques biens particuliers (Dodier, 2007), les autres sont reléguées de plus en plus loin (Berger, 2004 ; Sencébé, Lepicier, 2007), dans des zones où les prix restent relativement bas en comparaison de ceux des villes. Cet éloignement se traduit par des installations dans des zones qui, jusqu’à présent, étaient qualifiées de rurales. 1 Les familles rencontrées avaient deux enfants dans la très grande majorité des cas. 2 Nathalie Ortar, Luc Bossuet, (2005) Multirésidence et périurbanisation : l’utopie rurale, PUCA, Juin (...) 4Le but de la recherche était notamment l’analyse de l’incidence des navettes domicile/travail sur l’activité professionnelle. 9La population se décline en quatre grands groupes. Exercer un emploi Travailler différemment Se déplacer

Le retournement démographique des campagnes françaises Nous publions ici en couleur des documents extraits de notre ouvrage : Pierre-Marie Georges et Jean-Benoît Bouron, 2015, Les territoires ruraux en France, une géographie des ruralités contemporaines, Ellipses, Paris, 454 p. L’imaginaire décliniste associé aux campagnes françaises demeure très présent dans la société française. Longtemps alimenté par le jugement de valeur contenu dans l’expression « exode rural » qui a été portée aux nues par des générations d’analystes, l’idée d’une primauté de la ville sur les campagnes n’a cessé de se développer. La récente pensée performative associée à l’idée de métropolisation ne semble en être qu’une énième expression, déliant les langues de ceux qui veulent en finir avec le rural, tandis que certains auteurs caricaturent les phénomènes de relégation sociale associée à la France périphérique. Commencé en 1975, le renouveau démographique des campagnes est en effet le résultat de plusieurs phases successives.

Les problèmes que pose l’étalement urbain et l’artificialisation des sols qui l’accompagne 18 janvier 2010 (mis à jour le 17 janvier 2011) Il sera uniquement question ici des nuisances qui peuvent être imputées à l’étalement urbain et à l’artificialisation des sols qu’il engendre. Le constat de ces nuisances est relativement bien partagé au sein des chercheurs, bien que certains n’hésitent pas à dénoncer « l’obsession de la densité » qui sévirait dans les milieux autorisés et à souligner que l’étalement, tel qu’on le connaît aujourd’hui, peut aussi présenter des aspects positifs qu’il conviendrait d’intégrer aux analyses coûts/bénéfices des différentes formes urbaines. De fait, sauf à considérer que la plupart des aménités positives liées à l’agrément d’un tissu urbain plus aéré et plus vert se retrouvent dans la valorisation du foncier et le coût des logements, il faut, en effet, réaliser un exercice périlleux de monétisation de ces aménités, périlleux car ces valeurs ne sont pas directement observables. 1. 2. 3. 4. 5.

Related: