background preloader

Argonautica

Argonautica
Argonautica est un projet utilisant des données spatiales de localisation Argos et océanographiques (JASON...). Ce projet est réalisé en partenariat avec des scientifiques et des professionnels de la mer. Argonautica s'adresse aux classes du premier et second degré et se décline en trois volets : ArgoNimaux : suivre les migrations d' animaux marins équipés de balises Argos, mettre en évidence l'impact des variations climatiques sur leur trajet ArgoTechno : construire des bouées expérimentales ArgOcéan : suivre, par satellite, des bouées expérimentales pour comprendre la circulation océanique, les liens océans-climat-environnement Participer : L'inscription au projet permet d'être informé de l'actualité Argonautica, de se rattacher à certains événements et de participer éventuellement aux Rencontres organisées en fin d'année scolaire. Les lettres de Pierrot Curieux et débrouillard, Pierrot a pour mission de faciliter la mise en place du projet en classe. Related:  Articles en français

Bioplastique : l'essor du plastique végétal Réagissez : Partagez : Dans le passé, les champs de blé et les rangées de pommes de terre étaient rarement destinés à autre chose que de remplir notre estomac. Aujourd’hui, on leur octroie volontiers une autre vie. En effet, huiles végétales de blé, maïs ou encore betteraves à sucre se retrouvent de plus en plus dans la fabrication des bouteilles d’eau, des véhicules ou encore d’ordinateurs portables… Mais pourquoi le « Bioplastique » suscite-t-il autant d’intérêt ? Les Bioplastiques, aussi appelé PLA (Poly Lactic Acid), exploitent les structures naturelles issues des cultures et des arbres. Bioplastique : de quoi s’agit-il ? Les Bioplastiques sont souvent dits « plastiques biodégradables »*. En effet, les Bioplastiques sont une forme de plastique provenant de sources de biomasse renouvelables. C’est à dire que la matière végétale peut être parfois associée à des polymères d’origine pétrochimique. * Attention, qui dit bioplastique ne dit pas forcément biodégradable !

Déchets jetés dans les mers et les océans 35 000 000Eau douce Il y a 35 millions de km3 d'eau douce dans le monde mais près de 70 % se trouvent sous forme de glace et 30 % sous la terre. L'eau sur Terre représente environ 3 milliards de milliards de tonnes, soit un demi-millième de la masse terrestre seulement. L'eau terrestre a été apportée par environ 10 millions de comètes et d'astéroïdes tombées sur Terre entre 50 et 100 millions d'année après la formation de la planète. Tous les chiffres clés sur l'eau Il y aurait 230 000 espèces marines selon les scientifiques de 32 pays qui estiment qu'il reste à en découvrir entre 500 et 700 000 ! 0,0001% de l'eau terrestre est disponible et potable. Entre 20 et 60 cmd'élévation du niveau des océans d'ici 2100 selon le Giec. 2600 km3 d 'eau / an C'est la quantité d'eau actuellement utilisée pour l'agriculturedans le monde. 361 000 000Les océans représentent près de 361 millions de km2 Les océans vides en 2050 Quelles espèces de poissons acheter sans vider les océans ? 7000 m3 L'eau virtuelle ?

Boyan Slat : le jeune qui veut Nettoyer les Océans du Plastique AccueilEditoSurf préventionSurf prévisionInterviewsDécouvrir le surfSurf tripPublicitéPartenairesContact Boyan Slat : le jeune qui veut Nettoyer les Océans du Plastique Posté par Surf Prevention.com dans ACTUALITES, Environnement, Pollution Prévention le 2 avril 2013 22:36 / 12 commentaires Ce n’est encore qu’un concept dont le jeune Boyan Slat est en train d’étudier la faisabilité. Boyan commence par bien poser le problème. Le problème est qu’une bonne partie de ces plastiques va ensuite se retrouver dans les océans pour y constituer de véritables continents de plastique formés par les gyres océaniques (courants marins formant des tourbillons géants à l’échelle des océans). Boyan Slat qui est étudiant en ingénierie aérospatiale aime bien plonger et prendre des photos aquatiques. Boyan Slat se veut pragmatique. Boyan veut nettoyer les Océans du plastique. Plus d’infos sur www.theoceancleanup.com Partagez cet article : A propos de l'auteur : Surf Prevention.com Suivez-moi sur Facebook Archives

Les océans en danger : pollution, surexploitation, dérèglement climatique… Les menaces qui pèsent sur les océans sont aujourd’hui préoccupantes : pollution, surpêche, dérèglement climatique… Découvrez quels sont les impacts de ces menaces sur le milieu marin, un milieu essentiel à la vie sur Terre. Des sources de pollutions multiples Actuellement, deux êtres humains sur trois habitent à moins de 80 kilomètres de la mer. Plus le nombre d’habitants sur les côtes augmente, plus la quantité de déchets et d’eaux usées à traiter est importante et plus les rejets dans le milieu naturel fragilisent les écosystèmes. D’après le site Planestoscope, 6,5 millions de tonnes de déchets plastiques se déversent chaque année dans les océans du monde entier. Les détritus abandonnés dans la nature sont souvent emportés par la pluie et le vent. Les résidus de produits chimiques issus de l’agriculture ou de l’industrie peuvent également contaminer les cours d’eau, et par voie de conséquence, les océans. La surpêche menace la biodiversité des milieux marins

Le Septième Continent-1 • Lemon tri Lemon tri Le Septième Continent-1 En 1997, au milieu de leur traversée du pacifique, Charles Moore et son équipage se retrouvent entourés de millions de débris. Il alerte alors l’opinion publique sur l’existence de cette décharge maritime. Depuis 1997, la superficie de cette plaque de déchet aurait triplé et des instituts de recherche maritimes estiment sa surface actuelle à près de 3.43 millions de km² soit cinq fois le territoire de la France. Origine du phénomène Ces débris, dont près de 75% sont des sacs plastiques, proviennent des côtes et des cours d’eau se jetant dans l’océan. On comprend alors que le terme de « continent » n’est pas le plus approprié. Soupe ou morceaux, gare à l’indigestion ! Malheureusement la dégradation des plastiques ne les rend pas moins nocifs pour l’environnement. Un autre impact moins médiatique mais tout aussi important est celui sur le plancton. Décharger la décharge ? Enfin, même si un filet adéquat est financé, un problème environnemental se pose.

Comment les macro-déchets se déplacent-ils ? Les macro déchets sont véhiculés grâce à trois facteurs principaux : les cours d'eau, les courants marins, le vent. Les dépôts constituent également un phénomène impliquant différents paramètres. Les cours d'eau Les cours d'eau constituent le vecteur principal de circulation des déchets de l'intérieur des terres vers le littoral. Ils drainent aussi bien des déchets d'origine naturelle, comme le bois, que des déchets provenant des agglomérations traversées, des usagers des cours d'eau (pêcheurs, sportifs,.) et des décharges sauvages situées à proximité des berges. Le flux continu de l'amont vers l'aval entraîne une augmentation inéluctable des macro-déchets aux embouchures, estuaires et deltas. A titre d'exemple, une campagne menée par IFREMER en août 1998 met en avant le rôle de l'Adour dans le transport de déchets dans le golfe de Gascogne, les concentrations les plus élevées se rencontrant de part et d'autre de l'embouchure du cours d'eau. Les courants marins Le vent Les dépôts

Les plastiques, des déchets néfastes pour les écosystèmes Les polymères portent de nombreux torts à la biodiversité : étouffement ou famine pour les animaux qui les ont ingérés, pollution du milieu marin, prolifération d'espèces invasives... Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Les milliards de fragments de déchets qui s'agglomèrent, pour des centaines d'années, dans les gyres au centre des océans, portent de nombreuses atteintes à la faune et à la flore marines. Plus généralement, les détritus constituent une menace pour une large partie de la faune marine : les déchets les plus gros causent blessures, infections ou mutilations aux animaux par effet "d'emmêlement", par exemple avec des filets ou des sacs. >> Lire l'article : "Le '7e continent de plastique' : ces tourbillons de déchets dans les océans" "Les nombreux fragments de plastique ingérés par les animaux ne leur laissent plus de place dans l'estomac pour manger. C'est ce qu'il se passe avec une espèce d'araignée d'eau, l'Halobates sericeus.

Nouvelles: Les filets “fantômes” affectent l’environnement marin Une tortue de mer prise au piège des filets abandonnés ou perdus 6 mai 2009, Rome - Un nombre considérable d'équipements de pêche perdus ou abandonnés par les pêcheurs causent des préjudices à l'environnement marin, selon un rapport de l'Organisation la FAO et du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE). Ces équipements ont, à travers la "pêche fantôme", des répercussions néfastes sur les stocks de poissons et posent une menace pour les bateaux. Selon le rapport, le problème posé par ces équipements abandonnés ou perdus prend de l'ampleur à cause de l'augmentation des opérations de pêche et de l'introduction d'équipements de pêche durables faits à partir de matières synthétiques résistantes. Le rapport affirme que les équipements abandonnés dans les océans représentent 10% (soit 640 000 tonnes) des déchets marins. Les principales répercussions engendrées par la perte ou l'abandon des équipements de pêche sont: Aujourd'hui, les filets maillants sont sur le banc des accusés.

Related: