background preloader

Jeu Ecoville

Jeu Ecoville
Related:  ECOLOGIE URBAINE, VILLE DURABLE

Ville nature Nature(s) en ville La nature, élément du bien-être des citadins La nature « sauvage », qui peut se définir comme l’ensemble des éléments (végétaux et animaux) qui n’ont pas été transformés par l’Homme et qui sont préexistants à lui, a été un espace hostile qu’il s’agissait de dompter. Elle n’est jamais « parue si belle que lorsque la machine a fait son intrusion dans le paysage » (Baridon 1998). La nature symbolise alors dans l’imaginaire des hommes la liberté et la beauté. Elle s’oppose, à ce moment de l’histoire humaine, non seulement à l’industrialisation et à l’urbanisation (Stallybrass et White 1986) mais à la ville elle-même qui apparaît plus que jamais comme l’empreinte de la puissance de l’Homme et de son pouvoir de transformation de son milieu. Un parc au cœur de Manhattan (New York, novembre 2007) © L. Le verdissement de la société On assiste au verdissement de la société. Les urbains plébiscitent les villes vertes, respectueuses de l’environnement. La satisfaction du désir de nature aujourd’hui

Les éco-quartiers sont-ils le futur de la ville ? C’est dans les villes que sont consommés 75% de l’énergie mondiale. Elles sont encore très dépendantes des énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz naturel). Ces cinquante dernières années, les villes européennes se sont étendues en moyennes de 78% alors que les populations ne grossissaient que de 33%. L’étalement urbain entraîne un allongement des distances et donc une augmentation du trafic automobile. Si, vingt ans après le Sommet de la Terre, les clignotants sont encore plus rouges qu’alors, certains experts mettent en cause un urbanisme qui ne serait jamais sorti de l’utopie fonctionnaliste issue de la Charte d’Athènes de 1933, séparant les fonctions de la ville (habiter, circuler, travailler, consommer). Enfin et surtout, de quelles marges de manœuvre dispose-t-on ? BedZed Difficile de définir l’éco-quartier autrement que sous la forme du « portrait-robot ». Ne le perdons pas de vue, l’objectif est entre autres de lutter contre l’étalement urbain. De nouveaux ghettos ? Masdar

Un potager sur le toit Imaginez un potager, situé sur le toit d'un gymnase, entouré de buildings d'une dizaine d'étages et offrant une vue panoramique sur toute la ville. Non, vous n'êtes pas dans une des méga-fermes qui poussent au sommet des tours de Brooklyn ou Montréal, mais sur le toit d'un gymnase du 20e arrondissement de Paris, dans le premier jardin sur toit de la ville. Oubliez aussi les retraités en mal d'occupations. Ce matin, c'est une population variée faite d'étudiants, de mères de famille et barbus lookés comme dans un catalogue d'Urban Outfitters qui sont venus en découdre avec les mauvaises herbes. « Pendant la belle saison, les gens viennent jardiner mais aussi lire, prendre le soleil, partager un repas ou bavarder avec leurs voisins. Il y a des enfants partout, c'est très sympa », précise Nadine Lahoud, l'une des habituées de ce lieu de 600 m2, qui vient de repiquer épinards et betteraves. A l'ère des graines tueuses, des oeufs à la dioxine et des lasagnes au cheval, rien de très étonnant.

Dossier / l'agriculture urbaine Sous la direction de Eric Duchemin (VertigO - La revue électronique en sciences de l’environnement) (Institut des sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal) (Université du Québec à Montréal), Luc Mougeot (CRDI, Canada) et Joe Nasr (Collège Ryerson, Canada) Depuis maintenant plus d’une décennie - selon la plus récente estimation disponible – ils sont mondialement environ 800 millions à pratiquer l’agriculture urbaine (AU). 200 millions d’entre eux réalisent de la production de marché et 150 millions le font à plein temps. Ces gens produisent environ 15% de la production mondiale de nourriture. Selon les prédictions, ce pourcentage pourrait doubler dans la prochaine génération. Depuis 1996, les chiffres disponibles pour certaines villes ont démontré une augmentation du nombre de producteurs, de production et de valeur dans cette activité urbaine.

Festival Pariscience : Naturopolis-New York, la révolution verte À Chicago, le toit du City Hall est vert depuis plusieurs années. Une tendance qui se confirme. Est-ce là une vision sur l'avenir de nos villes ? © TonyTheTiger, Wikimedia, cc by sa 3.0 Festival Pariscience : Naturopolis-New York, la révolution verte - 1 Photo Organisé par l’association Science & Télévision, le festival a sélectionné 54 films en compétition sur le thème notamment de l'aventure sociale avec Primates des Caraïbes et les nouveaux enjeux énergétiques avec Internet, la pollution cachée. « Aujourd’hui, plus de la moitié de la population mondiale vit en ville », rappelle Bernard Guerrini, pour expliquer ce qui a déclenché l’idée de la série Naturopolis. Naturopolis : New York, la révolution verte. La découverte de la ville de New York commence par la voie des airs et se poursuit au ras du bitume. Le documentaire ne se fait pas prophète : il donne à voir les questionnements actuels et les idées qui émergent. A voir aussi sur Internet Sur le même sujet

Écologie urbaine Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’écologie urbaine étudie l'ensemble des problématiques environnementales concernant le milieu urbain ou périurbain. Elle vise à articuler ces enjeux en les insérant dans les politiques territoriales pour limiter ou réparer les impacts environnementaux et améliorer le cadre de vie et la qualité de vie des habitants. Cette notion a parfois un sens plus restrictif, désignant spécifiquement l'écologie des organismes vivants dans une zone urbaine, principalement représentés par les espaces verts, publics et privés et les animaux sauvages - mais cet usage tend à se raréfier. Exemple d'indicateurs (retenus par le programme URBIO), sous l'égide de l'ONU (PNUE) Histoire[modifier | modifier le code] De nouveaux concepts tels que l' urbotanique[5], l'agriculture urbaine intégrée apparaissent. L'écologie urbaine et le concept de ville soutenable[modifier | modifier le code] Tendances[modifier | modifier le code]

Jardins de poche – Nature en ville Pour un développement territorial durable, la ville de demain doit être plus compacte et le bâti densifié. Quelle place donner la nature dans ce minéral urbain ? Concevoir une ville verte est essentielle pour améliore la qualité de vie des citadins. Le projet de Jardin de poche est un réel acte de durabilité à échelle locale, introduisant toujours un peu plus de nature en ville. Environnemental Rendre les villes plus vertes participe à améliorer l’attractivité du milieu urbain aux yeux des citadins projetant d’aller s’installer à la campagne. Economique Améliorer la qualité d’un territoire urbain en y introduisant plus de nature augmente considérablement sa valeur foncière, ce qui est un facteur de localisation non négligeable des entreprises et des ménages. Social La nature en ville est bénéfique pour le bien-être des citadins. Santé Voici quelques aspects* démontrant l’influence positive sur la santé des citadins de la « nature urbaine ». Elle facilite l’activité physique.

Ecologie Pratique et Urbaine Abeilles urbaines : la ville au service de la biodiversité ? - Lyon et Rhône Alpes 1. Des ruches en berne... Un être manque et tout est dépeuplé... On connait la fameuse allégation de Einstein concernant les abeilles : si celles-ci venaient à disparaître, l’Homme ne leur survivrait pas. Sans elles, la plupart des cultures fruitières et maraîchères resteraient stériles : leur action pollinisatrice est cruciale pour 70% de la diversité de la production agricole, comme pour le maintien de plus de 80% de la flore sauvage [1]. De la très grande diversité des espèces d’abeilles dépend donc la diversité de la flore (et vice-versa) puisque chaque espèce de fleurs possède son ou ses pollinisateurs. Les abeilles, comme on le voit, joue un rôle essentiel dans l’équilibre de notre écosystème global. Chronique d’une disparition programmée Depuis quelques années, il ne fait plus l’ombre d’un doute que la biodiversité connait un déclin sans précédent [4]. Cette disparition semble s’être produite assez brutalement. C’est tout un système de culture qu’il faudrait réformer. 2.

Le « paysage urbain » en question | Paysage urbain | généalogie | enquête qualitative | ville | The article presents methodological choices of a research about the notion of urban landscape. The first part outlines the issues and problems about this notion (especially through the current debates between landscape professionals and theorists) and make clear reference fields of the study. The second part presents two directions of research selected. First, a genealogical approach focuses on the artistic and conceptual construction of the urban landscape. « La ville est là. Enjeux et problématiques Le paysage urbain existe-t-il ? L'une des premières constatations que l'on peut faire à propos de la notion de paysage urbain est que bon nombre de discours, essentiellement de paysagistes mais aussi de théoriciens du paysage, refusent cette expression considérée comme antinomique. Un objet de recherche Le débat sur le paysage urbain semble tourner autour d'une question fondamentale : peut-on qualifier l'urbain de paysage ? Un champ de référence Outils d'approfondissement de la notion

L’architecture vernaculaire pour un développement urbain durable - Bâtiment © Francis Demange pour Nomadéis Cédric Beacher et Nicolas Dutreix, directeurs associés du cabinet de conseil Nomadéis Nomadéis est un cabinet d’étude et de conseil indépendant, spécialisé en environnement, développement durable et coopération internationale. Depuis 2002, le cabinet accompagne des entreprises, des collectivités et institutions publiques, des fondations et associations pour la réalisation d’objectifs stratégiques en France et à l’international. L’Arene Île-de-France vient de publier une étude sur le bâti vernaculaire. Cédric Beacher et Nicolas Dutreix, directeurs associés du cabinet de conseil Nomadéis, expliquent l’intérêt environnemental et social de ce type d’architecture. Qu’appelez-vous le bâti vernaculaire urbain ? L’expression désigne, depuis les années 1980, une architecture conçue en harmonie avec son environnement, en rapport avec l’aire géographique qui lui est propre, son terroir et ses habitants. Pourquoi ce type de bâti a-t-il été délaissé ? Oui. Arene

Related: