background preloader

Les Neurosciences, une position réductionniste ?

Les Neurosciences, une position réductionniste ?
Les Neurosciences, une position réductionniste ? Par Eve Suzanne. Considérer que nos états mentaux (ou âme, dans le vocabulaire cartésien) se réduisent à l’activité de nos neurones, nous contraint-il à endosser une position réductionniste ? Remarque : le problème ne se pose pas au sujet de la dépendance du fait psychologique au fait biologique. Dualisme et réductionnisme neurobiologique : Selon les neurosciences, l’ensemble de nos états mentaux est réductible à l’activité de nos neurones c’est-à-dire, à des réactions chimiques. Le réductionnisme tel qu’il est défendu par la neurobiologie consiste à mettre au même niveau la conscience et les neurones, autrement dit, la vie psychique de l’Homme est entièrement comprise du point de vue des processus chimiques neuronaux qui se produisent dans son cerveau. Chez Descartes aussi, il n’y a pas une différence de nature entre le corps et la machine mais seulement de degré de complexité. Le philosophe J.R. Lire la suite : Le cas de la psychanalyse

Le problème de la conscience en neurobiologie et en anthropologie théologique Avons-nous aujourd’hui une théologie de la conscience qui embrasse les trois niveaux cognitifs en question ? Si elle reste encore à faire, sur quoi doit-on la fonder ? Suffit-il de moderniser l'image chrétienne de l'homme en faisant appel aux sciences humaines et à leurs conquêtes les plus récentes ? Ou faut-il commencer par faire une relecture des grands textes fondateurs du christianisme, dans la conviction qu’ils constituent toujours la base d’une telle théorie théologique ? La syneidesis comme conscience éthique dans le Nouveau Testament Il apparaît que les auteurs néotestamentaires optent systématiquement pour le terme syneidesis en mettant l'accent sur sa signification d’instance éthique [36] Voir W. Il est cependant frappant de constater que l'Apôtre ne limite pas cette conception de la conscience éthique à la seule communauté chrétienne. Que dit l'Apôtre de la syneidesis des autres, chrétiens ou païens, envers lesquels il se montre si accueillant ?

Le cas de la psychanalyse Par Eve Suzanne. La neurobiologie peut-elle expliquer parfaitement le fonctionnement de la vie psychique ? La difficulté sous-jacente est de déterminer qui des deux est la plus apte à fournir une telle explication entre la psychanalyse et la neurobiologie. Cependant, peut-être que cette opposition n’était pas évidente au départ, et peut-être qu’elle ne l’est toujours pas : Sigmund Freud était convaincu qu’un jour la biologie viendrait valider les présupposés sur lesquels repose la psychanalyse et en particulier l’inconscient. Dualisme et inconscient : André Green, psychanalyste et anciennement lacanien (de 1955 à 1967) se montre particulièrement virulent envers certaines prétentions des neurosciences. Par ailleurs, poser l’existence d’un inconscient face à la conscience est très problématique pour les neurosciences : si la conscience est parfaitement réductible à l’activité cérébrale quant est-il de l’inconscient tel que Freud le façonna ? En voici un exemple (de H. Lire la suite : [3] F.

Le libre-arbitre à la croisée des neurosciences et de la psychanalyse. Le problème du libre-arbitre se trouve aujourd’hui réactualisé par les découvertes faites dans le domaine des « neurosciences ». Ce terme fut inventé au début des années soixante-dix pour permettre un échange multidisciplinaire entre divers champs du savoir s’attachant à l’étude du cerveau: physiologie, génétique, pharmacologie, chimie, biophysique, psychologie. Des expériences telles que celles de Benjamin Libet[1] ont ainsi prétendu donner une réponse à la question que les philosophes se posent depuis l’Antiquité: sommes-nous libres ou bien déterminés? Ces expériences ont été vivement débattues et sont loin de prêter à consensus. Ainsi, et paradoxalement, psychanalyse et neurosciences se rejoignent sur la question du libre-arbitre, malgré leurs divergences d’approches. Krystèle Appourchaux Cet article reprend les axes de recherche d’une thèse de doctorat menée actuellement par l’auteur [3] FAURE-PRAGIER, Sylvie et PRAGIER, Georges.

Qu'est-ce que la neurophilosophie ? Qu'est-ce que la neurophilosophie ? [mardi 16 décembre 2008 - 16:00] Philosophie Des neurosciences à la philosophie. Éditeur : Syllepse Autre problème abordé : celui de l’objectivité. Enfin, Joëlle Proust et Elisabeth Pacherie s’intéressent à la distinction classique entre niveau personnel et niveau subpersonnel et à la division du travail qu’elle justifie entre philosophes (qui traiteraient du niveau personnel) et neuroscientifiques (qui traiteraient du niveau subpersonnel). En conclusion Il est difficile d’évaluer un recueil d’articles qui regroupe les travaux d’une vingtaine d’auteurs différents. Mais à qui ce livre s’adresse-t-il ?

Neurobiologie et philosophie - Guillaume Pigeard de Gurbert Une conférence de 18 minutes de Jean-Pol TASSIN qui propose une plongée dans le cerveau où l’on peut puiser une définition de la philosophie (à partir de la 12ème minute). Un dispositif neuronal glutamique sert à recevoir les données extérieures, un autre, modulateur, permet de réguler ces données, de les « moduler ». Au cours des quinze premières années de la vie, ces deux dispositifs se couplent progressivement jusqu’à atteindre un équilibre qui empêche que le dispositif réceptif soit livré à lui-même et bascule dans la démesure comme on le voit chez l’enfant dont les émotions fonctionnent en régime excessif. En termes philosophiques, on dira que la surface pathématique de la pensée est découplée de son appareillage mathématique.

Le libre-arbitre existe-t-il Nous avons coutume de penser que nous sommes libres de décider et de choisir nos actes. Et pourtant, une série d’expériences de neurosciences jettent un doute sur ce qu’on a l’habitude d’appeler notre libre-arbitre. Même si elles sont largement débattues, tant du point de vue de leurs résultats scientifiques que de l’interprétation philosophique qui en est donnée, ces expériences sont pour le moins…troublantes ! Aujourd’hui au menu : neurologie, sciences sociales et philosophie ! Libre arbitre et activité neurologique Nous avons tous une notion intuitive de ce qu’est le libre-arbitre. Le schéma ci-contre (extrait de [1]) montre un des chemins possibles, dans lequel le cortex moteur (M1) est activé par une région appelée aire motrice supplémentaire, (ou SMA en anglais) qui reçoit elle-même des signaux d’autres parties du cerveau. 1983 : L’expérience fondatrice de Benjamin Libet 2008 : Une nouvelle expérience vraiment troublante Quelle conclusion raisonnable tirer de ces expériences ? [1] P.

1 : La psychanalyse face aux neurosciences (1 Par Eve Suzanne. Avec l'aimable autorisation de Ann Holloway Pour Sigmund Freud, lorsque la biologie sera suffisamment avancée sur le chemin de la connaissance, elle sera en mesure de valider les présupposés sur lesquels repose la psychanalyse, et notamment l’inconscient, afin de lui permettre d’acquérir le statut de science. Cependant, l’état actuel des sciences conduit vers une remise en cause des présupposés sur lesquels reposent la psychanalyse. Mon objectif, dans l’exposition des faits qui suit, n’est pas de défendre un retour à la nature, au sens d’une nature qui ne serait pas corrompue par la technique ou, pour le dire autrement, à un passé meilleur, avec des contacts plus humains et plus solidaires… Déjà parce que ce serait naïf et qu’ensuite nous sommes entrés dans l’ère de la technique, aussi il serait futile voire dangereux de l’ignorer. Qu’il y ait aujourd’hui une indifférence voire une animosité des neurobiologistes vis-à-vis des psychanalystes est un fait avéré.

4 : Qu'est-ce que la neurophilosophie ? Qu'est-ce que la neurophilosophie ? [mardi 16 décembre 2008 - 16:00] Philosophie Des neurosciences à la philosophie. Éditeur : Syllepse Mais à quoi ressemblerait justement une "réponse satisfaisante" au problème de la conscience ? Cependant, cette théorie est mise en doute par Pierre Jacob qui, dans son article, se base sur des résultats neuroscientifiques pour montrer qu’il existe deux systèmes distincts de traitement de l’information visuelle : un système dédié à la reconnaissance des objets (et à la production d’un percept visuel) et un système dédié à l’action (et à la production d’une représentation visuo-motrice).

Des neurosciences à la philosophie. Neurophilosophie et philosophie des neurosciences: Amazon.fr: Poirier Pierre, Faucher Luc La méditation, c’est bon. Mangez-en ! On ne compte plus le nombre de livres ou de personnes qui vous vantent les bienfaits de la méditation. Depuis plusieurs années, une équipe conjointe de l’université de Dalian en Chine et de l’université d’Oregon aux USA tente de mettre en évidence, de manière scientifiquement rigoureuse, les bienfaits de la méditation . Alors pour se faire une idée sur la question, voici un petit tour d’horizon de quatre de leurs papiers les plus importants, qu’on peut penser plutôt sérieux car tous publiés dans la prestigieuse revue PNAS (Proceedings of the National Academy of Science). Comment évaluer rigoureusement les impacts de la méditation ? A priori, réaliser une étude scientifique sur les éventuels bienfaits de la méditation n’est pas chose facile. Mais si on prend comme "groupe test" une population de gens qui méditent depuis longtemps, on risque de créer des biais. La méditation IBMT Les impacts sur le comportement Les impacts physiologiques Comment la méditation modifie le cerveau [1] Y. [2] Y.

2 : La psychanalyse face aux neuro-sciences Par Eve Suzanne. L’approche thérapeutique des neurosciences cognitives mise en relief avec la psychanalyse. by mynameishalo - Creative Commons Toute la question repose sur un souci purement pratique : comment fait-on pour aider les individus souffrant de troubles psychiques et éventuellement les guérir ? Á ces deux types d’inconscients se greffent deux visions distinctes dans la manière de considérer ces troubles, et donc deux techniques d’approches différentes. Des deux disciplines, c’est celle qui sera la plus armée pour expliquer le fonctionnement psychique d’un individu qui sera déclarée la plus compétente en terme de traitement de troubles psychiques. Le psychanalyste, par la parole, fait remonter des souvenirs c’est-à-dire que des évènements dont le patient n’avait plus conscience, lui apparaissent. Á l’inverse, de nouvelles méthodes appelées « TCC », soit « Thérapies Cognitivo-comportementales » sont apparues depuis peu. Dans la pratique : Le dualisme de l’âme et du corps : [1]A.

3 : Qu'est-ce que la neurophilosophie ? Qu'est-ce que la neurophilosophie ? [mardi 16 décembre 2008 - 16:00] Philosophie Des neurosciences à la philosophie. Éditeur : Syllepse Trois autres articles s’intéressent à divers aspects épistémologiques des neurosciences. Dans un dernier article, Elizabeth Ennen s’oppose à la théorie de "l’incrémentalisme cognitif" selon laquelle nos capacités cognitives inférieures sont plus ou moins les blocs de construction de nos capacités cognitives. Neurophilosophie La seconde partie de l’ouvrage s’intéresse, elle, à la façon dont les philosophes peuvent s’emparer des résultats fournis par les neurosciences pour éclaircir ou enrichir certaines questions philosophiques traditionnelles. Une grande partie des articles de cette section s’intéresse au problème de la conscience et de l’expérience privée qui en est la marque (les fameux qualia) : les neurosciences peuvent-elles contribuer à résoudre l’épineuse question de la conscience ?

2 : Neurophilosophie ? Qu'est-ce que la neurophilosophie ? [mardi 16 décembre 2008 - 16:00] Philosophie Des neurosciences à la philosophie. Neurophilosophie et philosophie des neurosciences Éditeur : Syllepse Mais d’autres articles abordent plus directement la question des rapports entre sciences cognitives et neurosciences. Mais les sciences cognitives sont-elles pour autant réductibles aux neurosciences ? S’ouvre alors la possibilité d’une voie médiane entre indifférence et réduction, celle d’une co-évolution des sciences cognitives et des neurosciences, s’enrichissant mutuellement.

Related: