background preloader

Yann Leroux : “Il n’y a pas d’addiction aux jeux vidéo”

Yann Leroux : “Il n’y a pas d’addiction aux jeux vidéo”
On ne présente plus vraiment Yann Leroux sur internet, parce qu’il est l’un des rares psychanalystes à twitter et à avoir un blog. Membre de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines, joueur invétéré, Yann Leroux s’intéresse au virtuel depuis qu’il est tombé dedans. C’est assurément son expérience de joueur qui l’a amené à porter un autre regard sur le jeu. A son exemple, des psychanalystes, et non des moindres, comme Serge Tisseron, sont de plus en plus nombreux à dénoncer l’utilisation de la notion d’addiction appliquée aux jeux vidéos. Cette position, forcément iconoclaste, nous intéresse. Et va nous permettre de mettre enfin les points sur les I. InternetActu.net : “Il n’y a pas d’addiction aux jeux vidéos !” Yann Leroux : L’addiction aux jeux vidéo se construit sur un double discours chez les psychanalystes et les psychologues : les jeux vidéo sont un médiateur intéressant dans le cadre du travail psychothérapeutique. Il y a des pathologies d’usages.

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2009/03/27/yann-leroux-il-n-y-a-pas-d-addiction-aux-jeux-video_1173545_651865.html

Related:  Addictions au numeriqueArticle sur la cyberdépendanceLES COMPORTEMENTS ADDICTIFS LIES A L USAGE NUMERIQUELes comportements addictifs liés à l'usage du numériqueMastère Chef de projet Conceptions Multimédia

Nomophobie : comment soigner cette addiction aux nouvelles technologies ? Qu'est-ce que la nomophobie ? Jean-Michel Rolland définit la nomophobie comme une forme d'addiction concernant « toutes les personnes qui donnent l'impression d'abuser de l'usage » des nouvelles technologies, c'est-à-dire qui utilisent les outils technologiques (ordinateur, tablette, smartphone, réseaux sociaux) dans l'excès. Le terme de nomophobie reste peu connu mais peut équivaloir à celui de cyberdépendance. Cette attirance prononcée pour les technologies agit directement sur notre quotidien car elle développe sans cesse notre disponibilité et nos besoins d'interactivité. Comme le note Jean-Michel Rolland, « avec les technologies, on ne sait plus être absent ». Les symptomes de la nomophobie

Cyberdépendance: «Le véritable danger, c'est l'isolement» INTERVIEW Elisabeth Rossé est psychologue au centre médical Marmottan, où elle prend en charge des cyberaddicts... Propos recueillis par Julien Ménielle Publié le Mis à jour le La cyberdépendance est-elle la nouvelle menace venue du Web? Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ? 1. Les addictions numériques : Internet et les jeux vidéo La formule de M. Guy Almes selon laquelle il y a trois formes de mort : « la mort cardiaque, la mort cérébrale et la déconnexion du réseau »52(*) est particulièrement vérifiée chez les adolescents. Numérique et comportement : Entretien avec Michel Lejoyeux Professeur de psychiatrie, de psychologie mais également spécialiste en addiction, Michel Lejoyeux nous parle de cet attrait parfois extrême que nous avons pour les nouvelles technologies. Appelée par certains addiction au numérique ou pathologie mentale, qu’en est-il réellement et comment s’en prémunir ? Spécialiste des comportements, Michel Lejoyeux est l’auteur de plusieurs ouvrages de développement personnel. ARTE : On parle aujourd’hui de l’attrait poussé pour le numérique comme d’une addiction voire d’une pathologie dans certains cas. Quel est votre positionnement ? Je pense qu’il ne s’agit pas d’une addiction au sens où on l’entend quand on parle d’alcool ou de drogues.

POURQUOI AVONS-NOUS PEUR DU NUMERIQUE ET DU JEU VIDEO ? : APPROCHE PSYCHO-DYNAMIQUE Avant tout développement au sujet de ce que nous pouvons appeler à présent le thème de la « peur », de la « crainte » ou de l’ »angoisse », et dans certains cas, de le méfiance » vis-à-vis du « numérique » et de la réticence devant le Jeu vidéo, je souhaite apporter une précision concernant mon choix et ma proposition d’utiliser l’expression « Jeu vidéo » au singulier pour parler de ce qui concerne l’utilisation de cet objet complexe. Outre ces précisions, cet « avant propos » aura également une fonction de « rappel », d’« actualisation » ou de « mémoire » des éléments mis à jour lors de mon précédent travail de Master II recherche en psychopathologie et psychologie clinique sur le thème de la médiation numérique et de l’avancée de mes lectures depuis la présentation de ce travail. Première précision : le Jeu vidéo, une activité complexe Premièrement, penchons-nous sur le recours au singulier dans l’expression « Jeu vidéo ».

MULTIMÉDIA. En Inde, le boom des cyberaddictions À LA UNE • De plus en plus d’adolescents indiens sont accros à Internet. Un virus qui se répand au rythme des bouleversements sociétaux que connaît le pays. Je ne veux pas vivre dans une maison avec de telles restrictions. Utiliser Facebook n’est pas un crime. C’est une chose normale. Mais mes parents pensent que c’est grave, et c’est leur problème.

Etre ou ne pas être cyberdépendante ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Elise Barthet Un grand soleil d'été inonde la cour intérieure de l'hôpital Sainte-Anne. Il est 15 heures. Une dizaine de patients en pyjama discutent sous les marronniers en fleurs. J'ai rendez-vous avec le docteur Dervaux. Psychiatre plutôt costaud dans sa blouse blanche, il est spécialiste en addictologie.

La cyberdépendance : informations et services - Clinique de psychologues à Montréal La cyberdépendance, également connue sous les noms de dépendance à Internet, cyberaddiction, usage problématique d’Internet (UPI) ou trouble de dépendance à Internet (TDI), se caractérise par un usage pathologique, souvent abusif et excessif, d’Internet et des nouvelles technologies. La cyberdépendance se reconnaît au besoin irrésistible et obsessionnel d’utiliser Internet. Parmi les critères reconnus, on observe le temps passé sur Internet; la frustration lorsqu’Internet n’est pas disponible; les plaintes de l’entourage quant au temps passé sur Internet; les conséquences sur les activités habituelles (travail, loisirs, etc.); l’incapacité à diminuer le temps passé sur Internet; la baisse significative, voire l’absence, d’activités satisfaisantes à l’extérieur d’Internet, etc. La cyberdépendance semble partager des caractéristiques communes avec d’autres dépendances.

Hôpital Marmottan Deuxième instance Jeux vidéo : des pratiques actuelles aux usages problématiques vendredi 11 mars 2016 Contenu section 1 : Dépendance à Internet Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La dépendance à Internet (également nommée cyberdépendance cyberaddiction La cyberdépendance : et s'il fallait faire des Descartes de nous-mêmes ? À la première question, on peut répondre qu’internet est une invention qui est venue, depuis les deux dernières décennies, bouleverser toute notre organisation sociale : la communication entre les personnes, la communication dans les médias, le développement des connaissances, et les mille et un détails de l’organisation de nos vies. On peut aussi soutenir qu’il s’agit d’un changement aussi radical dans l’histoire de l’humanité que celui des premiers dessins sur les murs des cavernes, que celui de la peinture et de l’écriture, de l’imprimerie et du cinéma, et de la télévision. Or, toutes ces techniques ont modifié les représentations que les individus se faisaient du monde. Pour qui s’intéresse au développement de la personnalité, on ne peut que s’interroger sur l’impact du cyberespace sur la personnalité. Il faut avoir en mémoire que savoir lire et écrire ont changé la façon de penser, de sentir et d’agir.

Cyberdépendants : quand Internet rend accro Par Gilles Trichard. Photo Reuters ____________________________________Rivés à leurs écrans, ils passent des nuits blanches, tournent le dos à la vraie vie pour des aventures virtuelles, sont en manque dès qu¹ils s¹éloignent de leurs ordinateurs. Ce sont des « drogués » du Net qui sont passés d¹un usage normal à l¹excès puis à la dépendance. L'addiction au smartphone... tous en risques ? Dans les années 70, les comportements à risques ont été associés aux conséquences d’un usage exagéré de sexe et de drogues. Aujourd’hui il semble que les comportements à risques deviennent la norme : l’accès facile à la technologie numérique a généré une addiction généralisée à une nouvelle prothèse indolore , connue sous le terme générique de smartphone, vade- mecum incontournable d’une identité désirable car augmentée et donc connectée. Ainsi l’addiction à l’écran du smartphone en toutes circonstances est devenue la norme d’une société de l’hyper communication et de l’immédiateté : le téléphone mobile n’est plus tant un appareil de communication facilitateur qu’un donneur d’ordres qui génère une dépendance sournoise et surtout, une distraction permanente qui nous met constamment en danger. “D’un point de vue scientifique et médical, les addictions sont des pathologies cérébrales définies par une dépendance à une substance ou une activité, avec des conséquences délétères.”

BOnjour et merci pour vos commentairs. Ce sujet est passionnant et je trouve également beaucoup de nouvelles informations dans vos articles ! merci ! by barbion_groupea_psy Feb 22

Bonjour, très interressant cet article merci beaucoup, je ne joue pas du tout aux jeux video et j'avais du mal à comprendre une eventuelle addiction, j'ai decouvert pas mal à ce sujet grace à cet article je vais approfondir le sujet . by loy_grouped_psy Feb 22

Bonjour merci beaucoup pour cet article, qui sort du lot de par son discours. J'avais croisé le nom de Yann Leroux dans mes recherches mais sans approfondir plus que ça sa position. J'aime l'idée que sa légitimité vienne du fait qu'il soit à la fois joueur de jeux vidéos et psychanalyste en même temps: son point de vue nourrit bien ma réflexion sur le sujet. by degras_groupe6_psy Feb 18

Related: