background preloader

Cyberpunk

Cyberpunk
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Centre Sony à Berlin, décrit comme un exemple réel de lieu cyberpunk par David Suzuki[1]. Le cyberpunk (association des mots cybernétique et punk) est un genre de la science-fiction très apparenté à la dystopie et à la hard science-fiction. Il met souvent en scène un futur proche, avec une société technologiquement avancée (notamment pour les technologies de l'information et la cybernétique). « Le courant cyberpunk provient d'un univers où le dingue d'informatique et le rocker se rejoignent, d'un bouillon de culture où les tortillements des chaînes génétiques s'imbriquent. » — Bruce Sterling Les mondes cyberpunks sont empreints de violence et de pessimisme ; ils sont souvent lugubres, parfois ironiquement grinçants; les personnages sont des antihéros désabusés, cyniques et cupides. Thématiques[modifier | modifier le code] Neuromancien de William Gibson est le roman canonique du genre [2]. Futur proche[modifier | modifier le code]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cyberpunk

Related:  Transhumanisme et Big Brother/!\ ROBOTS, Cybernétique & Armes (VEILLE)Cyber Punk

William Gibson Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour l’article homonyme, voir Gibson. William Gibson en 2008 Œuvres principales Biographie[modifier | modifier le code] Sa mère a beaucoup de mal à l'élever seule. Cybernétique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La cybernétique (en anglais cybernetics) est un terme, formé à partir du grec κῠβερνήτης (kubernêtês) « pilote, gouverneur », proposé en 1947 par le mathématicien américain Norbert Wiener pour promouvoir une vision unifiée des domaines naissants de l'automatique, de l'électronique et de la théorie mathématique de l'information, en tant que « théorie entière de la commande et de la communication, aussi bien chez l'animal que dans la machine »[1]. Des scientifiques d'horizons très divers et parmi les plus brillants de l'époque participèrent, autour des « conférences Macy » organisées de 1946 à 1953, à ce projet interdisciplinaire : mathématiciens, logiciens, ingénieurs, physiologistes, anthropologues, psychologues… Les contours parfois flous de cet ensemble de recherches s'articulent toutefois autour du concept clé de rétroaction (en anglais feedback) ou mécanisme téléologique.

Uchronie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans la fiction, l’uchronie est un genre qui repose sur le principe de la réécriture de l’Histoire à partir de la modification d’un événement du passé. « Uchronie » est un néologisme du XIXe siècle fondé sur le modèle d’utopie, avec un « u » négatif et « chronos » (temps) : étymologiquement, le mot désigne donc un « non-temps », un temps qui n’existe pas. On utilise également l’anglicisme « histoire alternative »[1] (alternate history). L'histoire contrefactuelle et l'uchronie se distinguent par la prééminence donnée soit à l'événement déclencheur (histoire contrefactuelle), soit à ses suites fictives (uchronie).

Lettres de cinéma Considérée comme un problème de mise en scène, la lettre au cinéma est un motif propice à stimuler l’imagination des cinéastes. Qu’elle soit le motif privilégié d’un cinéaste comme Max Ophuls ou d’un genre comme le mélodrame hollywoodien, l’objet de documentaires à la gloire du General Post Office britannique ou l’occasion de poèmes chez Tony Harrison, envoyée de façon anonyme dans la Treizième lettre, perdue dans Retour à Cold Mountain ou déchirée dans Sueurs froides, la lettre se révèle un agent dramatique à part entière. Jouant des écarts spatiotemporels permettant toutes sortes de circulations spatiales ou signifiantes, elle instaure un mode de communication spécifique au sein du film mais aussi avec le spectateur.

Postcyberpunk Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le postcyberpunk est un genre de science-fiction censé avoir émergé du mouvement cyberpunk. Tout comme son prédécesseur, le postcyberpunk se concentre sur les développements technologiques dans des sociétés du futur proche, typiquement en examinant les impacts sociaux de la télécommunication tous azimuts, de la génétique et de la nanotechnologie. À la différence du cyberpunk « classique », les œuvres postcyberpunk mettent en scène des personnages qui essaient d’améliorer les conditions sociales ou au moins d’empêcher les choses d’empirer. Durant les années 1990, certains artistes du monde de l'art performance tels que Stelarc, Eduardo Kac, Orlan, Zhu Yu ou André Éric Létourneau ont fait sortir ces paradigmes du monde livresque et cinématographique.

Néo-hippies & cyberpunks » Article » OWNI, Digital Journalism Les deux derniers mythes rock sont resucés par notre société en mal d'utopie, mollassons avatars vidés de leur substance originelle. Chronique acide. Enfant dégénéré du punk. Les certitudes occidentales nées des Trente Glorieuses finissent de se dissoudre dans un magma balisé de crises financières remplaçant les guerres mondiales au rang de soucis planétaires. La tentation est grande d’injecter dans l’espace laissé vacant quelques utopies dont certaines, nourries de crypto-mysticisme numérique, se veulent libertaires et futuristes.

Voyage dans le temps Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le voyage dans le temps est un des grands thèmes de la science-fiction, au point d’être considéré comme un genre à part entière. L’idée d’aller revivre le passé ou de découvrir à l’avance le futur est un rêve humain causé par le fait que l’être humain avance dans le temps de manière permanente, mais irréversible (et, à l’état de veille, apparemment de façon linéaire). L'autoportrait en cinéma « Les autoportraits intriguent, déroutent et émeuvent : ils sont là sans jamais être là ; ils sont là, mais ce pour quoi ils le sont n’y est pas ; ils sont là et cette chose qu’ils tentent d’attraper les envoie dans le mur de leur écran, de leur vignette, qu’elle soit d’encre, de peinture, de marbre ou de lumière. Le face-à-face a lieu sans jamais accéder à la rencontre. A chacun, qu’il soit artiste ou spectateur, de porter, à sa manière, sa charge d’humain : c’est peut-être ça, la leçon de l’autoportrait. » Cet essai approche la forme filmique de l’autoportrait qui, à ce jour, a été encore peu abordée. Et pourtant, le cinéma travaille, réécrit cette figure qui a parcouru toute l’histoire de l’art. À partir de filins signés Akerman, Depardon, Godard, Mekas, Kowalski... l’ensemble des petits chapitres qui composent ce livre égrène les remarques autour de simples questions : qu’est-ce qu’un autoportrait ?

Shadowrun Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Shadowrun est un jeu de rôle américain, originellement édité par FASA Corporation (fin 1989). À la fermeture de FASA en 2000, les droits de Shadowrun furent revendus à Wizkids LLC, qui confia la suite de l'édition du jeu de rôle papier à FanPro LLC, société américaine créée pour l'occasion par FanPro (l'éditeur et traducteur de Shadowrun en Allemagne, pays où le jeu est très populaire) en se basant sur l'équipe actuelle d'auteurs. Historique du jeu et des éditeurs[modifier | modifier le code] Description de l'univers[modifier | modifier le code] Shadowrun se passe dans un univers futuriste uchronique et cyberpunk.

Transhumanistes sans gêne L’homme percera-t-il un jour le secret de son cerveau ? Dans vingt ans, cinquante ans, un siècle ? Les spéculations les plus aléatoires circulent. Cette quête apparaît comme la prochaine frontière de l’homme, celle qui lui permettra de se dépasser, prétend le mouvement transhumaniste. Les efforts de la recherche tendraient à les conforter. Hard science-fiction Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'adjectif hard (dur en anglais) fait références au terme « sciences dures » (qui s'opposeraient aux sciences humaines et sociales, qui seraient plus « molles »). En effet, le souci de plausibilité scientifique a d'abord reposé sur la spéculation scientifique et technologique dans les domaines tels que la physique, les mathématiques ou la chimie, en réaction à une forme de science-fiction plus populaire où la rigueur scientifique était souvent négligée (un des exemples les plus courants de telles contradictions techno-scientifiques pouvant être le fameux sabre laser). Par la suite, certains auteurs se sont inspirés de la biologie et de l'exobiologie (par exemple l'Échelle de Darwin de Greg Bear). La hard SF est caractérisée par son exigence forte de cohérence interne[1] ainsi que, souvent, par un intérêt pour les détails scientifiques et techniques.

Revue Ad hoc n°2 : L'urgence Revue Ad hoc - n°2 : L'urgence Le bas latin urgens, -entis, « pressant, qui ne souffre pas de retard », participe présent issu du latin classique urgere, « pousser », « presser », est l’étymon du substantif français « urgence » (Dictionnaire historique de la langue française). L’urgence « requiert une action, une décision immédiate » (Trésor de la langue française), produit une impulsion et enjoint le journaliste, l’historien, l’écrivain, l’artiste à la prendre en charge sans « retard » ni délai selon le médium qui lui est propre. C’est dans une situation extrême qu’elle se manifeste le plus vivement. Le journaliste, apte à réagir instantanément à l’événement, peut répondre à l’urgence du réel.

Related:  Sais pas encore comment nommerCYBERG POLAK