background preloader

L'esclavage par l'image

L'esclavage par l'image
Related:  Histoire-GéographieHistoire 4

Le commerce triangulaire La mise en valeur des territoires américains, depuis les débuts de la colonisation au XVIe siècle, constitue, avant tout, un moyen d’approvisionner en produits tropicaux les marchés européens. Est ainsi instauré, dans ces nouvelles possessions composées de grandes surfaces agricoles, un « système de plantation » qui nécessite une main d’œuvre abondante pour le défrichement des parcelles, la préparation des terres, la plantation et les récoltes. La solution retenue consiste à faire appel à une main d’œuvre servile, docile, jugée apte à des travaux pénibles réalisés dans des conditions climatiques difficiles. À la recherche de nouveau profits Le commerce triangulaire s’organise alors dès le XVIe siècle (900 000 personnes) pour s’amplifier aux XVIIe (3 à 4 millions) et XVIIIe siècles (7 à 8 millions). Près de 80 000 personnes sont ainsi transférées chaque année d'Afrique vers l'Amérique. Des expéditions de 15 à 18 mois Un circuit de forme triangulaire s’établit dans l'Atlantique.

La Route de l'Esclave L’ignorance ou l’occultation d’événements historiques majeurs constitue un obstacle à la compréhension mutuelle, à la réconciliation et à la coopération entre les peuples. Aussi l'UNESCO a décidé de briser le silence sur la traite négrière et l’esclavage qui ont impliqué tous les continents et provoqué des bouleversements considérables modèlent en conséquence nos sociétés modernes. Lancé en 1994 à Ouidah, au Bénin, le projet La Route de l’esclave poursuit un triple objectif: Contribuer à une meilleure compréhension de ses causes et des modalités d’opération ainsi que des enjeux et des conséquences de l’esclavage dans le monde (Afrique, Europe, Amériques, Caraïbes, l’océan Indien, Moyen Orient et Asie) ;Mettre en lumière les transformations globales et les interactions culturelles issues de cette histoire ; et Contribuer à une culture de la paix en favorisant la réflexion sur le pluralisme culturel, le dialogue interculturel et la construction des nouvelles identités et citoyennetés.

La traite négrière rochelaise au XVIIIe siècle | Les Expositions Virtuelles de Fort Boyard Plus nombreux sur un navire négrier que sur les navires marchands, l’équipage dont les marins sont plus là par défaut que par choix, n’est pas toujours de qualité. Dans son journal, Claude-Vincent Polony avoue à son capitaine qu’à bord de La Reine de Podor, certains marins lui causent bien du souci : « soyez sans inquiétude à l’égard de nos captifs. Je le regrette, nos Blancs me donnent plus de peine à contenir ». La promiscuité - les plus gros négriers comptaient plus de 100 marins -, les risques, la durée du voyage, le climat, l’eau croupie et la mauvaise nourriture sont le lot quotidien d’un équipage qui n’hésite pas à déserter aux rares escales ou à l’arrivée aux Antilles. Les armateurs rochelais ont été accusés de retenir la solde des déserteurs, ou celle des marins qui ont fait naufrage, au détriment des familles, ce contre quoi le député rochelais à l’Assemblée nationale, Samuel de Missy s’est battu.

Siège d'Alésia Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Alésia. La grande majorité de la communauté scientifique de nos jours estime que le site d'Alésia, source de polémiques récurrentes, se trouve sur le territoire de la commune d'Alise-Sainte-Reine, en Côte-d'Or (voir historiographie du débat sur la localisation d'Alésia). Localisation[modifier | modifier le code] Un débat ancien[modifier | modifier le code] Les controverses sur la localisation d'Alésia sont apparues au XIXe siècle, époque qui vit les progrès de l'archéologie scientifique, mais aussi de son instrumentalisation. Depuis le début des années 2000, un consensus clair et solide s'est formé en faveur d'Alise dans la communauté des archéologues et historiens, et plus aucune publication scientifique ne mentionne un autre site qu'Alise depuis les fouilles qui y ont été menées dans les années 1990[Note 2],[Note 3],[Note 4],[Note 5]. Alise-Sainte-Reine[modifier | modifier le code]

ducation WP6 - Enseignement et recherche en interaction Bienvenue Ce site propose des ressources pédagogiques pour enseigner traites, esclavages et leurs abolitions, de l'Antiquité à nos jours, ainsi que des réflexions sur les enjeux et débats que l'enseignement de ces questions sensibles peut susciter. Il est réalisé par des enseignants, formateurs, chercheurs de France, de Grande Bretagne, d'Haïti et du Sénégal, membres d'EURESCL. La conception et la programmation ont été assurées par des développeurs du CRDP de L'académie de Créteil. On y trouve des documents variés, de qualité, présentés de manière scientifique et didactique. Le site s'adresse à des enseignants du premier et du second degré, mais aussi à leurs élèves, et à toute personne s'intéressant à ces questions. WP6 - bridging research and education welcome This website contains resources for teaching slavery studies and a range of contemporary issues and debates related to slavery.

Le plan d'un bateau négrier, symbole du mouvement abolitionniste La propagande abolitionniste Vers 1770, apparaît en Angleterre et aux Etats-Unis l’abolitionnisme, mouvement d’une nouveauté radicale qui remet en cause l’esclavage aux colonies. Il engage le combat contre ce qui apparaît alors comme une institution économiquement solide, efficace, fructueuse et donc tout à fait moderne. En Angleterre se cristallise un mouvement de grande ampleur. D’emblée, le mouvement se veut international, comme l’est la traite elle-même. Une « horreur géométrique » saisissante Cette célèbre gravure de 1789 met brutalement sous les yeux de l’Angleterre et des autres pays pratiquant la traite les conditions de transport des captifs noirs dans un bateau négrier, pendant la traversée d’Afrique en Amérique. 454 noirs sont représentés ici ; le nombre est conforme aux directives du Dolben’s Act de 1788, qui réglemente en Angleterre le nombre maximum de captifs à embarquer, en fonction du tonnage du navire. Maquette de bateau négrier Convaincre pour faire interdire

Histoire-géographie-éducation civique-ECJS - Ressources pour la classe de quatrième Ces ressources ont été conçues sous forme de fiches pour aider les enseignants à la mise en œuvre des nouveaux programmes de quatrième du collège. Elles comportent des éclairages scientifiques qui apparaissent nécessaires sur les différents thèmes, notions ou problématiques. Elles proposent aussi des bibliographies et des sitographies simples et commentées, ainsi qu'une lecture croisée des programmes des différentes disciplines en vue de mettre en œuvre des projets pluridisciplinaires, notamment en histoire des arts. Classe de quatrième Histoire Des démarches pour mettre en oeuvre le programme Thème transversal : Les arts témoins de l'histoire aux XVIIIe et XIXe siècles Partie I - L'Europe et le monde au XVIIIe siècle Partie II - La Révolution et l'empire Partie III - Le XIXe siècle Géographie L'étude de cas en géographie Partie I - Des échanges à la dimension du monde Partie II - Les territoires dans la mondialisation Partie III - Questions sur la mondialisation Éducation civique

Bataille d'Alésia en 52 av JC Le contexte Après la défaite romaine du siège de l'oppidum (place forte) de Gergovie durant lequel Vercingetorix a bénéficié de la trahison des Eduens vis à vis de César, les armées romaines fuient à la recherche de renforts en 52 avant JC. (Gergovie est situé près de Clermont-Ferrand, avec 2 hypothèses qui s'affrontent depuis des années : au nord ou au sud de la ville). Vercingetorix tente de couper le contact des romains avec les troupes germaines prêtes à appuyer César en échange d'une part du butin : le choc a lieu près de Montbard et la cavalerie gauloise est décimée : l'organisation et la stratégie de défense romaine auront raison des attaques anarchiques des gaulois. Le chef gaulois met alors le reste de ses troupes en retraite vers l'oppidum d'Alésia avec 80000 soldats et envoie des cavaliers à la recherche de renforts dans toute la Gaule. Le dispositif défensif romain César décide d'assiéger les gaulois en profitant de leur retraite improvisée. La bataille

Fonds de cartes | Education Les fonds de cartes en téléchargement ci-après sont disponibles selon les termes de la licence ouverte Etalab. Il est simplement demandé aux utilisateurs d'apposer la mention IGN 2012 ou 2016 - Licence ouverte.Les fichiers au format pdf sont modifiables avec Adobe Illustrator CS5. - Fonds de cartes de la France métropolitaine - Fonds de cartes des départements d'outre-mer- Fonds de cartes de l'Europe Fonds de cartes de la France métropolitaine(Échelle : 1/5 400 000) Poster « Nouveau découpage des régions » Télécharger le fond de carte au format .jpg (8,6 Mo)Télécharger le fond de carte au format .ai (11 Mo)Télécharger le fond de carte au format .eps (28 Mo)Télécharger le fond de carte au format .pdf (12,5 Mo) La France, sans toponymes, avec contours de régions et de départements La France, sans toponymes et avec contours de régions La France, avec toponymes et contours de régions La France, sans toponymes et avec contours de départements La France, avec toponymes et contours de départements

clovis Le 25 décembre 498 (496 selon certains historiens), Clovis est baptisé à Reims par l'évêque Remi, avec 3000 guerriers francs, dans la religion catholique. Grâce à ce baptême collectif, les Francs prennent l'avantage sur les autres barbares dans la conquête de la Gaule romaine. La montée des Francs Clovis a succédé à l'âge de 15 ans à son père Childéric à la tête des Francs saliens, une tribu germanique établie dans l'empire romain, sur les bords du Rhin inférieur et dans l'actuelle Belgique. À peine élu, il entreprend la conquête de la Gaule et entre alors dans un milieu très romanisé et de religion catholique. En 496, à Tolbiac (en allemand, Zülpich), près de Cologne, les Francs repoussent une attaque des Alamans, une tribu germanique à laquelle nous avons emprunté le nom de l'Allemagne. Selon la légende, c'est au cours de cette bataille difficile que le roi des Francs aurait imploré le secours du Dieu de Clotilde et pris la résolution de se convertir.

Animated interactive of the history of the Atlantic slave trade. Source: slavevoyages.org For the full interactive version, use a larger device. Interactive by Andrew Kahn. Background image by Tim Jones. Usually, when we say “American slavery” or the “American slave trade,” we mean the American colonies or, later, the United States. But as we discussed in Episode 2 of Slate’s History of American Slavery Academy, relative to the entire slave trade, North America was a bit player. This interactive, designed and built by Slate’s Andrew Kahn, gives you a sense of the scale of the trans-Atlantic slave trade across time, as well as the flow of transport and eventual destinations. History of American Slavery, Ep 2: The Atlantic slave trade during its heyday and the remarkable life of Olaudah Equiano. There are a few trends worth noting. In the 1700s, however, Spanish transport diminishes and is replaced (and exceeded) by British, French, Dutch, and—by the end of the century—American activity. Enroll now in a different kind of summer school.

Démocratie et Ancien Régime Si on regarde l’histoire de France rapidement et dans les grandes lignes, on se dit que la Révolution Française, outre qu’elle a aboli les privilèges de la noblesse et du clergé, a doté la nation d’une constitution et a permis d’instaurer la démocratie. Il s’agit évidemment d’un raccourci qui non seulement ne décrit pas la réalité : la démocratie au sens où nous l’entendons aujourd’hui avec le suffrage universel est très récente et la notion de liberté qui est souvent associée dans notre inconscient collectif avec celle de démocratie n’était pas vraiment de mise lors de la Terreur … La question qu’on peut alors se poser est la façon dont fonctionnaient nos villages et bourgs sous l’Ancien Régime. Je parle volontairement de villages et de petites paroisses car Paris et les grandes villes ne sont pas toujours représentatives de ce qui se passait dans le reste du royaume. Ainsi, notre chapelain nous apprend que : Et plus loin : Suit un acte de baptême puis : Pour aller plus loin :

Brève chronologie de l’esclavage XVe siècle Christophe Colomb découvre l’Amérique alors qu’il cherchait à rejoindre les Indes, en Asie. traité de Tordesillas. XVIIe siècle Colonisation de la Martinique et de la Guadeloupe. La France s’établit dans les îles Mascareignes, dans l’océan Indien. Révolte d’esclaves en Martinique. Jean-Baptiste Colbert entre au service de Louis XIV. Colbert crée la Compagnie des Indes orientales, une société de commerce qui a le monopole des échanges avec l’Asie. La France s’engage dans la traite des Noirs. la France colonise l’île Bourbon (actuelle île de La Réunion). La France s’établit en Guyane. Colbert met en place Le Code noir, promulgué pour encadré le système esclavagiste. Le prêtre dominicain Jean-Baptiste Labat s’installe aux Antilles. XVIIIe siècle Le père Labat commence à rédiger son Voyage aux îles françaises de l’Amérique. Abolition de l’esclavage à Saint-Domingue (future Haïti), sous la pression de Toussaint Louverture. La Convention vote l’abolition de l’esclavage. XIXe siècle XXe siècle

Related: