background preloader

STMG_Management

STMG_Management
Related:  MANAGEMENT 1ère STMGmorvana

Feuilletons d'entreprise - Management comedy - Le management par le stress Saynète 1 : - Ok bon ça c’est bon c’est fait ! Ca c’est quoi ? Le stress au travail ? C’est pas à moi que ça arriverait ! Etre à l'écoute Avant tout comme pour tout, il importe de définir le cadre d'écoute. 1/ Cadre et objectifs associés à l'écoute client La démarche qualité est bien faite car elle est par essence structurante. Définir le cadre de l'écoute revient à positionner l'entreprise sur une stratégie produit et service (je sais quelle est précisément mon offre et le niveau de qualité sur lequel j'engage le perosnnel). Concrètement : - la finalité et les enjeux de l'écoute sont posés- l'étendue de l'écoute est connue- les moyens alloués à cette écoute sont fixés : les responsabilités associés à ces moyens sont clarifiés et communiqués. 2/ La cible de l'écoute client Pour structurer davantage cette écoute qui dispose d'un cadre pré-établi, il convient d'agencer parmi toute la clientèle des typologies de clients afin de permettre aux informations qui vont alimenter cette écoute d'etre structurées, stockées et accessibles. 3/ La communication client 4/ Collecte des attentes client. ll faut savoir que :

Roland-Garros : Babolat invente la raquette du futur On connaît déjà la grande gagnante de Roland-Garros. Elle vient de Lyon, a plus de 130 ans, et son style prend à contre-pied toutes ses concurrentes. Son nom ? Babolat, l'inventeur du tennis Comment diable cette petite entreprise familiale est-elle devenue la référence mondiale en termes d'équipements ? Un destin lié aux victoires des champions Enfin, en 1994, Babolat tente une nouvelle aventure : conquérir le marché de la raquette... Une marque internationale Résultat : 50% de croissance en 5 ans, 360 salariés, 123 millions d'euros de chiffre d'affaires. Une raquette intelligente "Play and Connect" est l'aboutissement d'une longue tradition d'innovation. Un gadget ? Article publié dans "le Nouvel Observateur" du 17 mai 2012. Téléchargez le magazine : - sur PC / Mac - sur iPhone / iPad - sur Android

Les 5 étapes du comportement d'achat des consommateurs Découvrez les 5 phases du comportement d’achat qui guident les consommateurs dans leur processus de décision et d’achat d’un produit. Et comment s’en inspirer pour optimiser sa stratégie marketing pour susciter le besoin, renforcer ses liens avec ses clients et de développer ses ventes. Le comportement d’achat des consommateurs Cet article est le deuxième d’une série d’articles consacrés aux facteurs et aux mécanismes qui influencent le comportement des consommateurs. L’achat n’est que la partie visible d’un processus de décision plus complexe mis en place par le consommateur pour chaque produit qu’il achète. Mais que se passe-t-il avant et après cet achat ? Aujourd’hui, concentrons-nous sur le comportement d’achat des consommateurs et les différentes étapes qui amènent un « shopper » à faire l’acquisition d’un produit ou service. Les 5 étapes du comportement d’achat du modèle de Engel, Kollat et Blackwell I. L’étape sinequanone est la prise de conscience d’un besoin par le consommateur.

Le "Stat-Info" sur le paysage associatif vient de paraître Le ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports édite un Stat-Info, bulletin de statistiques et d’études, sur le paysage associatif français. Réalisé à partir d’une étude conduite par Viviane Tchernonog sur la période 1999-2005, le Stat-Info fait le point sur le poids, le profil et l’évolution des associations. On y apprend notamment que le pays compte 1,1 million d’associations, 14 millions de bénévoles, et 1,9 million de salariés (à temps plein ou à temps partiel). Une majorité d’associations fonctionne avec de petits budgets et repose sur le travail bénévole, tandis qu’il existe une forte concentration du budget associatif dans les grandes associations employeurs. Quant au secteur d’activité : environ 60 % des associations dédient leurs activités au sport, à la culture et aux loisirs, viennent ensuite les associations de type militant, puis les associations d’action sociale, de santé et d’éducation. Télécharger le Stat-Info sur le paysage associatif français

Chronique JPL - Comment le client prend-il ses décisions d'achat? Lorsque vous prenez la décision, en tant que client, d'acheter tel ou tel produit, votre choix est basé sur deux critères de sélection, le premier étant votre jugement rationnel et le second, votre jugement émotionnel. Voici une définition de chacun de ces jugements : Jugement rationnel : C’est votre évaluation des points techniques, c'est-à-dire les caractéristiques du produit en fonction de vos besoins, le rapport qualité/prix, les avantages techniques, la disponibilité du produit, l’accessibilité du vendeur ou du commerce, les « pour » et les « contre » d’un produit ou d’un service, etc.; en fait cette évaluation concerne l’aspect logique et cartésien du choix d’un produit. Dans toutes vos décisions d’achats, il y a toujours une portion du jugement qui est rationnelle et une autre qui est émotionnelle. On aime tous croire que l’on prend toujours nos décisions d’une façon très rationnelle, mais ce n’est vraiment pas le cas, sinon nous serions des machines. Bonne vente.

Les 50 meilleures PME françaises dirigées par des femmes Les entreprises dirigées par des femmes seraient plus performantes, selon une étude du fonds d'investissement spécialisé Women Equity Partners, qui récompense les 50 meilleures d'entre elles. Souvent inconnues, ces sociétés sont des exemples de réussite. L'entrepreneuriat s'accorde aussi au féminin. Le plus bel exemple est celui du laboratoire d'analyses médicales Biopath. La Pdg, Julie Jonte, a repris, il y a 5 ans, l'affaire familiale montée par son père. Depuis, le labo est présent sur 22 sites en Ile-de-France et traite plus de 4.100 analyses par jour. Au total, ce palmarès récompense ainsi 50 PME françaises, qui cumulent à elles seules un chiffre d'affaires de près d'un milliard d'euros avec une croissance de près de 30% sur le dernier exercice. La plupart de ces sociétés sont totalement inconnues. Autre point commun : leur mode de management.

Le numérique nous fait-il perdre la mémoire Nous confions de plus en plus le soin à des appareils d’enregistrer les informations à notre place. Le fait de se reposer sur les technologies numériques pourrait permettre à notre cerveau de se consacrer à d’autres tâches. Mais cela ne risque-t-il pas, à terme, d’affaiblir notre mémoire ? Enquête auprès de spécialistes du sujet. Extraordinairement inventive, notre mémoire est aussi terriblement fragile. Examen neuropsychologique de la mémoire. H. Toutefois, depuis l’irruption d’Internet et des technologies du numérique, « la mémoire nous échappe, commente le philosophe Bernard Stiegler, directeur de l’Institut de recherche et d’innovation du Centre Georges-Pompidou et président de l’association Ars Industrialis. Le Web, super-mémoire du monde Jamais notre mémoire ne s’est trouvée à ce point hors de nos têtes. Quelles conséquences pour notre cerveau ? Toute technique est à la fois remède et poison, émancipation et aliénation. Pas de pensée sans mémoire biologique eut

Nietzsche : l’oubli, condition du bonheur Contre la tradition philosophique classique, que l’on peut qualifier d’hypermnésique, Nietzsche pose, contre Platon et la théorie de la réminiscence, que l’oubli a une positivité, qu’il est même une condition sine qua non du bonheur : oublier, c’est se libérer du passé, donc pouvoir agir. Une conscience nostalgique, grosse du passé est renvoyée selon Nietzsche à la paralysie. “Tout acte exige l’oubli” : Extraits de Nietzsche “Dans le plus petit comme dans le plus grand bonheur, il y a quelque chose qui fait que le bonheur est un bonheur : la possibilité d’oublier, ou pour le dire en termes plus savants, la faculté de sentir les choses, aussi longtemps que dure le bonheur, en dehors de toute perspective historique. Nietzsche – Considérations inactuelles Nietzsche – Généalogie de la morale De l’oubli au bonheur Dans ses Considérations inactuelles, Nietzsche suggère qu’une vache ne connaît ni l’ennui ni la douleur, elle est incapable de se souvenir.

<em>Philosophie de l'oubli : existence et rapport au pass . </em> Conf rence aux Amis de l'Universit , 2014 Philosophie de l'oubli : existence et rapport au passé. Conférence aux Amis de l'Université, 2014 Jean Lombard L'oubli nous menace, il défait ce que nous faisons, il s'en prend à ce que nous sommes. L'Odyssée constitue déjà, dans les débuts de l'histoire de l'Occident, une sorte de premier récit inoubliable de l'oubli. Dès l'abord, on voit la manière étonnante dont le lexique énonce l'oubli. C'est ce que rappelle notamment un épisode tardif de la vie de Kant. Plusieurs interprétations du petit billet griffonné par Kant sont possibles. Cependant, plus que sur le principe du billet, c'est sur l'énoncé lui-même que nous devons peut-être porter notre attention. Une certaine absence : petite ontologie de l'oubli Mais peut-être, dira-t-on, faudrait-il préciser d'abord ce qu'on entend par oubli. Quoi qu'il en soit, tout oubli a une cause et au moins en ce sens il a une existence. Et d'abord la vie des hommes. Léthè, bios, chronos : dialectique de la sauvegarde et de la perte [3] Cf. [5] Cf.

"L'oubli fait partie du bon fonctionnement de la mémoire" Total Recall, manuel pour constituer sa propre mémoire électronique, propose d'enregistrer tous nos faits et gestes, de la naissance à la mort. Mais le droit à l'oubli n'est-il pas indispensable à l'Homme? L'oubli fait partie du bon fonctionnement de la mémoire qui opère naturellement et automatiquement un mécanisme de sélection: on ne retient que les informations qui nous semblent importantes et qui sont susceptibles de jouer un rôle. A lire aussi dans notre dossier consacré à Total Recall Total Recall, le projet fou d'un chercheur de Microsoft Gordon Bel : oui au lifelogging, non au lifeblogging En images : Comment la science-fiction avait anticipé Total Recall L'émotion et la pertinence personnelle peuvent être des facteurs déterminants dans ce choix. Se souvenir de tout peut-il présenter un risque? Le concept développé par Total Recall peut conduire à plusieurs dérives. Se souvenir de tout risque également de provoquer des interférences.

En 2045, l'être humain ne sera plus "l'espèce dominante" Des scientifiques se méfient des progrès de l'intelligence artificielle. Représentent-ils un danger pour l'homme ? Sommes-nous trop enclins à les intégrer à notre quotidien ? "Il n'existe à ce jour aucune règlementation quant au degré d'intelligence et aux facultés de communication que peut posséder une machine. Voici les mots de Louis Del Monte, physicien, entrepreneur et auteur de "La Révolution de l'Intelligence Artificielle". "Les robots nous verrons comme une espèce dangereuse et imprévisible." La date de cet évènement est estimée à 2040, bien que Louis Del Monte prédise que cela pourrait arriver en 2045. "Il ne s'agira pas du scénario de Terminator ou d'une guerre, précise Louis. "D'ici la fin du siècle, a-t-il poursuivi, la majorité des êtres humains seront des cyborgs (mi humain mi machine). Louis est convaincu que les machines deviendront conscientes et capables de se défendre. "Les robots sont capables de se mentir les uns aux autres" Son livre fait office "d'avertissement".

L'amnésie numérique, une nouvelle pathologie ? On ne perd pas la mémoire à cause de Google Les Français seraient touchés par un nouveau mal : "l'amnésie numérique". (Wendy Owen/AP/SIPA) Une étude affirme que les Français sont touchés par une nouvelle pathologie : l’amnésie numérique. L’emploi du terme "pathologie" n’est pas du tout approprié car ce phénomène s’inscrit dans l’histoire de notre développement anthropologique. Une vieille querelle philosophique Nous n’avons pas attendu le numérique pour se décharger sur certains supports : avec l’invention de l’écriture (et plus largement de l’apparition du langage), c’était déjà le cas. Pour moi, cette crainte de mettre trop de choses dans des appareils numériques n’est donc pas fondée, car si l’on ne mémorise pas ces données, on en mémorise d’autres. Ce qui est d’ailleurs vraiment important, ce ne sont pas les informations que l’on retient, mais la façon dont on va les articuler entre elles. Ce phénomène n'est pas effrayant À mon sens, il n’y a pas lieu de trouver ce phénomène effrayant. La mémoire devient un enjeu économique

Related: