background preloader

Ernest - Voyage à travers la Seconde Guerre mondiale - Musée de la Résistance et de la Déportation - Besançon

Ernest - Voyage à travers la Seconde Guerre mondiale - Musée de la Résistance et de la Déportation - Besançon
Related:  Histoire - AnimationsRésistance

La Première guerre mondiale - Les causes de la guerre | - 1jour1actu - Les clés de l'actualité junior1jour1actu 18 mars 2014 La Crimée n’est... Jusqu’à présent, la Crimée était une région qui appartenait à un pays : l’Ukraine. Mais, en moins de 3 semaines, la Russie a réussi à se l’approprier.... 13 mars 2014 Disparition d’avion... Un avion transportant 239 personnes a disparu le 8 mars entre la Malaisie et la Chine. 8 mars 2014 Toutes à... À l’occasion de la Journée de la femme, ce samedi 8 mars, 1jour1actu te propose de découvrir, en images, le projet de l’association internationale Skateistan....

La Résistance.pdf Le film : deux siècles d'histoire de l'immigration en France Riche de 350 photographies et documents d’archive, ponctué d’extraits sonores, ce film retrace en quarante minutes deux siècles d'histoire de l’immigration en France. Cette seconde version du film sur « L’histoire de l’immigration en France » est en ligne depuis juillet 2006. Ecrite par des historiens membres du comité scientifique du Musée, riche de 350 photographies et documents d’archive, ponctuée d’extraits sonores, elle retrace en quarante minutes deux siècles d’immigration : les vagues successives d’arrivées d’immigrants et de réfugiés, la mise en œuvre des politiques publiques et les questions de nationalité, les réactions de l’opinion publique entre xénophobie et solidarité, le travail et les métiers de l’immigration, les combats menés en commun en temps de paix comme en temps de guerre, les modes de vie et les questions culturelles. Vous pouvez approfondir les différentes périodes et thématiques traitées en consultant des dossiers thématiques plus détaillés. Crédits

SOCIOLOGIE DES MILIEUX RÉSISTANTS 1) Dresser une liste des milieux résistants de l'agglomération Un jeune homme, portant un blouson de cuir, armé d'une mitraillette Sten, baroudant par monts et par vaux, cette image romanesque du résistant français ne correspond nullement au portrait du résistant saumurois que nous allons dresser. Inspiré par le chapitre d'Olivier Wieviorka, Histoire de la Résistance, p. 410-440, je me suis efforcé de constituer une liste aussi complète que possible des résistants civils, en me limitant à l'agglomération saumuroise, le reste de l'arrondissement ne m'étant pas assez familier. 2) Des effectifs fournis Finalement, nous trouvons 173 résistants civils dans l'agglomération saumuroise. Non sans malice, des historiens ont comparé les effectifs des résistants avec ceux des collaborationnistes et ont abouti à des résultats voisins. 3) Une faible participation féminine 4) Un engagement déclinant avec l'âge 5) Un phénomène urbain 6) Des cadres nombreux, des ouvriers rares 7) Un large éventail politique

La Grande Guerre en dessins, des artistes pendant la premiere guerre mondiale 14-18 Les combats de la Résistance et la refondation républicaine.pdf Animations Histoire/Géographie/Sciences Animations flash Dernière mise à jour des liens: 23/07/2016 Actuellement 578 liens actifs. Histoire:Généralités: *Sur les grandes inventions en Histoire: Mon lien *Histoire de la monnaie: ABC Banque *Maestro Chrono: lien *Serious game: Tempo Mécano: ici *Chronologie: chronologie *Associer image à une période historique: Michel Neroucheff *Vidéo évolution habitation: Cité-sciences *Arbre généalogique: Echos d'école *Maternelles: calendrier, saisons: DDM Archéologie: *Visite de lieux de fouilles en 360°: INRAP 360° *Diagnostique d'un chantier de fouilles à Alger: Mon lien *Les grands sites du ministère de la Culture: Sites ministère Culture *Archéocode: serious game *L'archéologue (INRAP): ici *L'archéologie à l'école: ici Préhistoire: *Frise interactive toutes périodes + frise interactive sur le néolithique: Frises Odysséo *La création d'un fossile: création fossile *Fossile: Fossile *Préhistoire vue par un chantier de fouilles (avec vidéos sur taille et fabrication des objets): Préhistoire Antiquité: La Chine:

Résistance grecque Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le nom de résistance grecque désigne l'ensemble des mouvements de résistance en Grèce contre l'occupation du pays, de 1941 à 1944 durant la Seconde Guerre mondiale. Le terme utilisé en grec est Εθνική Αντίσταση (Résistance nationale). Contexte[modifier | modifier le code] Naissance de la résistance grecque[modifier | modifier le code] Dès avril 1941, les Allemands constatent l'hostilité de la population grecque à leur égard. Les premiers mouvements de résistance d'envergure se déclenchèrent dans le nord de la Grèce, quand la population se souleva contre la politique répressive de l'occupant bulgare. Les mouvements de résistance[modifier | modifier le code] Les maquis grecs se développèrent progressivement dans les régions montagneuses, hors de portée du gouvernement d'Athènes : dans le courant de l'année 1942, les différents mouvements de résistance avaient pu solidement établir leur mainmise sur une partie des campagnes grecques.

La révolution française Loin de croire qu’il serait nécessaire de « tout » balayer pour bâtir à neuf, Rousseau au contraire ne cesse de montrer que la vie des corps politiques et des institutions repose sur les mœurs, sur la « loi, gravée dans le cœur des citoyens ». Quand un penseur est persuadé comme il l’est, que les relations sont indissolubles entre politique et éducation, il ne saurait prêcher révolution et guerre civile. Il y a plus : aucune philosophie politique n’est programmatique. Penser la nature du politique ne consiste pas à élaborer des propositions de changements. Or, la notion de contrat social, comme celle de volonté générale, ne désignent aucun phénomène réel, passé ou à venir ; rappelons qu’aucun penseur du « pacte social » à l’âge classique ne songe à une situation primitive qui aurait existé, mais tous cherchent à cerner les principes sur lesquels se fonde toute société politique. Cela signifie que la volonté générale est la volonté de chacun et non une fictive volonté collective.

Résistance en Roumanie pendant la Seconde Guerre mondiale Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le mouvement de résistance en Roumanie commence après le coup d'État de septembre 1940 qui met au pouvoir la Garde de fer et le maréchal Antonescu (auto-proclamé « Pétain roumain »). Il se manifeste de plusieurs manières : des maquis de résistance qui se forment après qu'Antonescu ait « invité » la Wehrmacht à occuper le pays en octobre 1940 ;la constitution des divisions « Tudor Vladimirescu » et « Horia-Cloșca-Crișan » du côté allié ;la résistance civile. Les maquis de la résistance en Roumanie. Histoire[modifier | modifier le code] Les maquis[modifier | modifier le code] Les divisions roumaines alliées[modifier | modifier le code] En rouge, la guerre de la Roumanie contre l'Axe du côté Allié du 24 août 1944 au 7 mai 1945 aux côtés des armées soviétiques (en vert). La résistance civile[modifier | modifier le code] La résistance politique[modifier | modifier le code] Résultats[modifier | modifier le code] Exégèse[modifier | modifier le code]

Mouvement de résistance polonais pendant la Seconde Guerre mondiale Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Organisations[modifier | modifier le code] Partisans polonais de la région de Kielce - unité "Jędrusie" en 1945 La plus importante de toutes les organisations de résistance polonaise était l'Armia Krajowa (Armée de l'Intérieur, AK), fidèle au gouvernement polonais en exil à Londres. L'AK fut créée en 1942 à partir de la Związek Walki Zbrojnej (Union pour la lutte armée ou ZWZ), elle-même créée en 1939) et intégra la plupart des autres groupes polonais de résistance armée (à l'exception des communistes et des groupes d'extrême droite)[1],[2]. La plupart des autres organisations armées polonaises clandestines furent créées par un parti politique ou une faction, dont: Le plus grand groupe qui refusa de rejoindre l’AK était l'Armia Ludowa (armée populaire ou AL), pro-soviétique et communiste, soutenu par l'Union soviétique et contrôlé par le Polska Partia Robotnicza (Parti ouvrier polonais ou PPR)[11]. Effectifs[modifier | modifier le code]

Résistance intérieure belge (1939-1945) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La résistance intérieure belge, appelée en Belgique la Résistance, englobe l'ensemble des mouvements et réseaux clandestins qui durant la Seconde Guerre mondiale ont poursuivi la lutte contre le Nazisme et ses relais collaborationnistes sur le territoire belge. Les premières actions menées par les résistants sont le renseignement et l'établissement d'une nécessaire jonction avec Londres où se trouve la seule autorité belge légitime, le Gouvernement du premier ministre Hubert Pierlot qui représente un relais indispensable auprès du gouvernement anglais[2]. Une autorité centrale des mouvements belges de résistance en territoire occupé est installée à Londres sous l'autorité de l'industriel Idesbald Floor. Photographie aérienne montrant le largage de containers sur une dropping zone au nord de Bruxelles réalisé par le Bomber Command. Au début de 1943, on entre dans une période qui représente la charnière de la guerre.

Résistance intérieure aux Pays-Bas Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Membres de la résistance de Eindhoven avec des soldats de la 101e aéroportée devant la cathédrale de Eindhoven durant l'opération Market Garden, en septembre 1944 La résistance intérieure aux Pays-Bas à l'occupation nazie durant la Seconde Guerre mondiale s'est mise en place progressivement, mais ses services de renseignement, l'organisation du sabotage dans le pays, et les réseaux de communication mis en place ont fourni un soutien essentiel aux Forces Alliées à partir de 1944, qui s'est poursuivi jusqu'à la complète libération des Pays-Bas. Principaux actes de résistance aux Pays-Bas[modifier | modifier le code] La grève de février 1941 à Amsterdam, considérée comme le premier acte de résistance aux Pays-Bas (opposition aux rafles des juifs hollandais)Favorisation de l'opération Market Garden en septembre 1944 (accueil et protection des soldats américains et britanniques) Représentation dans l'art[modifier | modifier le code]

Jacques Semelin - Face au totalitarisme, la résistance civile.pdf

Related: