background preloader

Ados et internet : les "digital native" existent-ils ? - Cinq jours à la une - Société

Ados et internet : les "digital native" existent-ils ? - Cinq jours à la une - Société
Ils ont à peu près le même âge qu'internet, ou moins. Les jeunes adultes qui arrivent sur le marché du travail, les adolescents et les enfants n'ont pas connu le monde tel qu'il était avant l'avènement du "réseau des réseaux". Certains, à la suite de Marc Prensky, un intellectuel américain, les ont nommés "digital native", puis génération C ou Y. Mais cette idée est aujourd'hui contestée. Au contraire, les jeunes feraient preuve de lacunes inquiétantes, dues à une formation incomplète. Il fut une époque où les adultes s'extasiaient à la vue d'un bambin manipulant un téléphone (filaire). Théo, 14 ans : "on n'utilise plus le téléphone. Ils sont ceux que l'écrivain, consultant et intellectuel américain Marc Prensky a appelés Digital natives : ceux qui sont nés dans un monde digital, caractérisés par une culture du partage, une définition plus souple de la vie privée, une attitude de "zappeurs". 92% des 15-17 ans sur Facebook Amandine, 11 ans : "Je me sens plus libre. Related:  Pratiques des jeunes

Pratiques numériques des jeunes en 2012 (présentation) Spécialiste du numérique éducatif (TICE), Michel Guillou a diffusé en mars 2012 sur son blog, une présentation intitulée les pratiques numériques médiatiques des jeunes (ici dans sa version actualisée de mai 2012) qui fait le point sur des enquêtes statistiques et des utilisations sur cette thématique avec des données récentes et une mise en perspective actualisée (46 diapositives). La grande qualité de ce support est d’indiquer des données avec mention en légende des sources (études, enquêtes, rapports, statistiques…) que ce soit le CREDOC, TNS-SOFRES, LEtudiant.fr, Ipsos… Des sources variées souvent complémentaires mentionnées avec les dates de publications de ces mêmes données. La présentation les pratiques numériques médiatiques des jeunes offre par ailleurs une vision originale avec d’une part le point de vue des enfants/adolescents et d’autre part celles des parents sans oublier le prisme des professionnels. Licence : Creative Commons by-nc-saGéographie : France

Les ados sont-ils en train de deserter les réseaux sociaux ? Deux fois par an, l'institut Piper Jaffray publie son étude "Taking Stock With Teens", un baromètre où il s'agit d'observer le sentiment et le comportement des adolescents à l'égard des produits de consommations, des marques, et des services. Même s'il ne s'agit pas à proprement parler de mesure puisque l'essentiel des données sont recueillies de façon déclarative, l'étude constitue une véritable mine d'informations et balaye un très grand nombre de domaines : mode, alimentation, loisirs, technologies... C'est ce dernier point qui nous intéresse particulièrement ici. Dans son étude "Printemps 2013" (58 pages, disponible à la fin de cet article), Piper Jaffray pose à nouveau la question "Quel est le réseau social le plus important pour vous ?" à son échantillon (environ 5000 ados américains). Les tendances sont pour le moins suprenantes : Les adolescents verraient ainsi dans les réseaux sociaux une certaine forme d'establishment.

Comment les jeunes expriment leur identité numérique Elle s’appelle Nayra VACAFLOR Docteur qualifiée et ATER en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Bordeaux III, au sein du laboratoire de recherche MICA elle vient d’être remarquée au Colloque Scientifique de l’Université d’été Ludovia 2011. Remarquée par le sujet de son intervention : « l’expression identitaire « mobile » des jeunes : vers une autre narration de soi ». Dans une étude faite en 2007 parmi une population jeune ( 18-28 ans ) et multiethnique de la CUB et partagée avec le chercheur Mahdi AMRI, Nayra VACAFLOR s’interroge sur les représentations narratives et expressives du téléphone mobile chez les jeunes ; comment ces jeunes expriment leur identité à travers les productions numériques ? Sa méthode ? Remarquée également par l’originalité de la forme de sa communication. « Univers-Cités » a été primépar le Festival de films de Chercheurs de Nancy On attend avec intérêt son intervention ..à Ludovia 2012. Mais profitons encore de celle de cette année.

Réseaux sociaux : les ados n’ont jamais partagé autant de données personnelles Ce n’est pas un hasard si la Cnil a décidé en 2011 de s’atteler à des opérations de sensibilisation à la protection des données personnelles sur les réseaux sociaux auprès des adolescents. Les jeunes internautes sont en effet des utilisateurs intensifs de ces services. Mais parallèlement, cette population des 15 ans et moins, dite des « innocents » (car inconscients des risques), néglige très souvent la question de la protection de la vie privée. Ces pratiques et usages, une étude de Pew Foundation en fait une nouvelle fois le constat. 91% postent des photos d'eux, contre 79% en 2006 D’après les auteurs, les adolescents n’ont ainsi jamais autant partagé de données les concernant sur les réseaux sociaux. « La norme sociale a évoluée ces dernières années » en termes de partage, défendait Mark Zuckerberg en 2010. Pour le démontrer, l’étude de Pew l’illustre de quelques chiffres : en 2012, 91% des utilisateurs adolescents déclaraient poster des photos d’eux-mêmes, contre 79% en 2006.

untitled Usages et mode de navigation 75% d'entre vous vont une à plusieurs fois par jour sur Internet un quart des Collégiens interrogés passe plus de 2h par jour sur internet les jours d'école; ce taux grimpe à 66% le week-end et pendant les vacances (dont 30% qui y passent plus de 4h). Réseaux sociaux, présence sur internet et contrôle parental Expériences désagréables vécues sur Internet plus de la moitié des Collégiens a reçu des messages publicitaires (spams) par mail non désirés (56%), et a été soumis à des publicités et à l’ouverture de fenêtres (pop-up) non sollicitées (53%) un peu plus d'un tiers est déjà tombé sur un site avec du contenu ‘adulte’ sans l’intention d’y aller (39%) un pourcentage non négligeable d'entre vous a vu une photo choquante d’un(e) ami(e) (21%), une photo de lui-même affichée sans son accord (21%) ou un commentaire à son sujet qui était insultant (15%) Vos réprésentations du web Vos productions et compétences techniques Différences de pratiques selon le sexe?

Usages pédagogiques de Wordle Les usagers du Web sont habitués à voir des nuages de mots clefs en ligne. Cette forme graphique s'est développée avec des services collaboratifs tels que FlickR à travers l'indexation des images téléversées sur les sites de partage de photographies. Des générateurs de nuages de mots bien connus comme Wordle, Tagul ou encore Tagxedo, vont plus loin car ils permettent de créer des produits personnalisés à partir d'un corpus (extrait de texte), d'une URL ou d'un compte del.icio.us. Utiliser Wordle en classe Les enseignants s'intéressent de plus en plus à ces générateurs. On constate un certain nombre d'applications pédagogiques qui vont du classique remue-méninges (brainstorming) à la réalisation d'affiches en passant par l'analyse "sémantique" d'un ou plusieurs textes (articles, discours). Le monde francophone n'est pas en reste. Ressources françaises Autres outils de nuages de mots dans cet article de Thot Cursus.

Related: