background preloader

Au-delà du brainstorming

Au-delà du brainstorming
Nous avons fréquemment mentionné Jonah Lehrer dans nos colonnes. Ce jeune neuroscientifique, blogueur et écrivain, a le don pour éclairer les sujets souvent complexes de la cognition de manière claire et originale. Dans un récent article pour le New-Yorker, il s’est penché sur le phénomène de l’intelligence collective, et notamment sa forme la plus ancienne et la plus commune, le « brainstorming ». Le brainstorming en question Le brainstorming, nous explique-t-il, est né peu après la fin de la Deuxième Guerre mondiale, à l’instigation d’Alex Osborn, publicitaire en vue de l’époque. Problème, explique Lehrer, cette technique est loin d’être aussi efficace qu’on veut bien le dire. Image : Vaut-il mieux brainstormer avec soi-même qu’avec les autres ? Les bienfaits de la critique Mais surtout, ce que Lehrer met en cause, c’est l’interdiction de toute critique. Les lois de la composition Lehrer a été chercher la réponse du côté de… Broadway ! Les lieux créatifs Ce n’est pas ce qui s’est passé. Related:  Blog & veille autour de l'IC

Méthodes d'IC-i et maintenant Les lieux créatifs virtuels, tiers lieux éphémères ? Le Jam lancé par Nekoé et IBM en avril 2010 n’est pas sans rappeler certaines dynamiques qui sont au cœur des tiers lieux. Pourtant, de nombreux aspects opposent le « brain storming virtuel géant » Nous republions ci-après un de nos articles sur le Nekoé Jam en nous posant la question des différentes formes que peut prendre la nouvelle dynamique sociétale. En avril 2010, le cluster Nekoé à lancé un Jam en partenariat avec IBM, membre du cluster. On peut définir cette opération comme l’organisation d’un brain storming virtuel (les échanges se font avec une plate-forme électronique) géant (plus de 600 participants). L’opération se structure en quatre phases : le choix des thèmes d’échanges, la mobilisation de participants, le déroulement du brain storming proprement dit (sur trois jours pleins), l’analyse du contenu et sa valorisation. Zones Mutantes avait participé activement à cet événement et publié plusieurs articles sur le sujet. Comment fonctionne le cerveau collectif géant ?

Les monnaies virtuelles s'imposeront-elles dans l'année à venir ? "Virtual currency", tel est le nom de code qui agite les entreprises du web et celles disposant d'une vitrine en ligne. Rien de neuf, certes. Mais leur modèle continue à intéresser et pourrait se développer, sous condition de régulations. Le lancement des facebook credits en juillet 2010 avait fait repartir le débat autour de l'enjeu des monnaies virtuelles. Des freins à leur expansion En attendant, voici les freins à leur expansion : elles ne sont pas vraiment reliées à la vie réelle non connectée. Vers une régulation ? Autre chose : elles sont rarement compatibles entre elles. (*) Avec Ren Reynolds que l'on peut retrouver sur le blog terranova, Ellie Wheeler de Greycroft Partners, John Corpus PDG de Milyoni et Jeremy Nusser de Visa.

Interface-Conscience | Le développement durable au service de la performance La créativité expliquée Peut-on vraiment « manager », « améliorer la créativité, par des moyens précis ? J’avoue personnellement avoir toujours été assez sceptique sur le sujet, en partant du principe que si on innove à partir d’une méthode connue et éprouvée, alors ce n’est plus de l’innovation, par définition. Et les étagères des librairies consacrées au développement personnel, au management, voire au New Age, abondent en techniques infaillibles d’amélioration de la créativité, du jeu de rôle au mindmapping en passant par la programmation neurolinguistique, le brainstorming ou le sacrifice de boucs (la méthode la plus efficace à mon avis). Mais Anthony McCaffrey, dont les travaux ont été présentés ces jours-ci dans Science Daily, semble relancer le débat. Il est vrai que le bonhomme suscite l’intérêt puisqu’il a reçu un don de 170 000 $ de la National Science Foundation pour développer sa théorie et surtout mettre au point une technologie qui permettrait de lui donner une application pratique. Rémi Sussan

Quels sont les mots de la co-construction ? blogofcollectiveintelligence Innovation sociale: l'économie de demain? | ParisTech Review Il y a innovation et innovation Nous vivons aujourd’hui, dit-on, dans le monde de Joseph Schumpeter, qui avait mis en évidence les cycles de création-destruction animant l’économie capitaliste. L’économiste autrichien pointait notamment deux facteurs de renouvellement: l’innovation technologique et le rôle des entrepreneurs. L’innovation technologique recouvre plusieurs formes: création d’un produit, nouveau procédé de production, nouvelle organisation de la production, nouveau marché ou nouvelle source de matière première ou d’énergie. L’entrepreneur est très précisément celui qui fait le pari de l’innovation, dont il assure la réussite grâce à son dynamisme. Depuis longtemps les modèles d’affaires et de management se sont haussés au niveau de l’innovation technologique. L’art d’organiser les hommes, de jouer de leurs interactions, est au cœur de la création de valeur. Profit, non-profit: une distinction dépassée? Elle demande à être étudiée, analysée, valorisée.

Bimby : peut-on lutter contre l’étalement urbain A l’occasion de la conférence Public Design Local initiée par la 27e Région qui se tenait à l’Imaginarium de Tourcoing les 19 et 20 septembre 2012, retour sur une très stimulante présentation, qui réinterroge en profondeur notre capacité à faire ville ensemble. On ne sait pas bien imaginer l’avenir de nos villes, comme s’il n’y avait pas d’alternative à l’extension sans fin de l’habitat pavillonnaire. La seule réponse qu’on lui oppose, l’habitat collectif, est loin de séduire la plupart des gens. Comme nous le confiait Jean Haëntjens, ceux qui vivent en maison individuelle ne rêvent pas forcément d’habitat collectif. Dans le domaine de la ville, on a l’habitude de dire que l’intérêt collectif rejoint rarement l’intérêt personnel. Pour nous expliquer en quoi consiste le projet, l’architecte nous emmène au Tremblay-sur-Mauldre (Google Maps) est une petite commune des Yvelines de 1000 habitants à 40 minutes de Paris (voir cette présentation (.pdf) ). Reste que tout est encore à faire.

4 POINTS ON COLLECTIVE INTELLIGENCE AND WHY YOU SHOULD CONSIDER IT | DANNY BECKETT JR. How intelligent do you really think you are? I would go to bat saying that you are not nearly as smart as you think you are. I know I’m not as smart as I think I am sometimes! If you are not making decisions this way today, you better start. For as long as we can look back, people made decisions after sitting down as departments, partners, maybe a board, or a leadership team going back and forth until they “thought” they had the best decision. A new environment is emerging and it’s not just based on a small group of people making decisions that they think are “smart”. Here’s why all this is important: Need for innovation: There is a serious need for constant innovation. 75% of CEOs said that collaboration was important to innovation and the top source for new ideas. Collective intelligence is changing the way we think, act, work, and do business. Have you considered collective intelligence?

CRÉATIVITÉ + INNOVATION : GÉNÉRER DES IDÉES NOUVELLES EN ENTREPRISE | WEDO L’idéation, depuis longtemps pratiquée aux Etats-Unis, se répand aujourd’hui en France très rapidement. Être ou rester innovant est plus que jamais au cœur des préoccupations des managers et de leurs collaborateurs qui sont mobilisés pour faire naître des concepts et des solutions inédits dans leur sphère d’influence. En quoi cela consiste-il ? Dans un environnement où l’imagination est souvent bridée du fait des rapports et des méthodes de travail classiques, la créativité est considérée comme une qualité exceptionnelle que seuls quelques privilégiés ont la chance de maîtriser. Or, l’inventivité est en chacun de nous, et elle ne demande qu’à s’exprimer. L’idéation en est simplement le catalyseur. Devant l’absence de publications sur le sujet, l’idéation mérite pourtant qu’on s’y attarde. L’analyse de nos nombreuses expériences d’idéation nous permettent de développer une pédagogie sur cette pratique dans un document pensé comme un recueil d’outils. Bonne lecture ! Like this:

La classe créative au secours des villes ? La « classe créative », salut des politiques urbaines ? Pour l’économiste régional Richard Florida, il existe dans nos sociétés une « classe créative » regroupant ceux qui, dans l’économie contemporaine, élaborent de nouvelles idées, technologies et contenus créatifs (Florida 2002). Cette classe recouvre une grande variété de métiers, puisqu’il cite entre autres les métiers de la haute technologie, du divertissement, du journalisme, de la finance, ou de l’artisanat d’art. Elle a connu un retentissement considérable. Dans le monde des techniciens des politiques urbaines et des élus locaux, l’attraction des « créatifs » est apparue comme la solution pour obtenir le développement des villes par des politiques peu onéreuses et fructueuses à court terme : il peut sembler plus facile d’attirer des personnes que des entreprises entières ou, plus coûteux encore, de susciter un développement endogène en favorisant l’enseignement et la recherche. Tester l’hypothèse Données : enquête Acre (2007)

Trois points de vue sur l'intelligence collective | Clés Débarrassons-nous surtout de la bêtise collective ! Pierre Rabhi, agriculture bio, tisseur de liens, écrivain L'urbanisation, le hors-sol appliqué à l'humain, les prodiges techniques employés sans lucidité, l'intelligence réduite aux diplômes, l'idée que l'antagonisme est la seule dynamique de vie, tout cela fait perdre la capacité à se brancher sur l'intelligence universelle. On le sait, sortir de la bêtise collective actuelle passe par un travail individuel autant que collectif. Quand l'action collective reflète de telles consciences en marche, elle conduit forcément à raccorder l'humanité à l'intelligence universelle, donc à la planète. Une conscience nouvelle anime les gens, mais pas l'État ! Séverine Millet : avocate, spécialiste de l'agriculture bio

Le processus de création est le même chez les artistes et les entrepreneurs Un groupe de chercheurs s'est intéressé au processus créatif chez le peintre avant de le confronter aux méthodes des entrepreneurs sociaux. Ils sont parvenus à trouver différents points communs dans la manière dont la créativité s'exprime chez eux. Pour être entrepreneur, il faut une certaine dose de créativité. La créativité, une aptitude qui se travaille Premier point, ce que les chercheurs nomment caisse de résonance. Une méthode simple La méthode d'analyse utilisée, le fait de se placer en tant qu'observateur, leur a permis de « creuser le processus créatif à partir de faits concrets », explique V.

Related: