background preloader

L'obésité en infographies

L'obésité en infographies

L'obésité (surpoids) - Symptômes et personnes à risque Symptômes L’obésité se traduit par un excès de tissus adipeux. Cet excès peut se répartir de 2 manières différentes : dans la région abdominale, on parle alors d’obésité androïde, viscérale, ou abdominale ; aux hanches, aux cuisses et en périphérie, dite obésité gynoïde, périphérique, ou sous-cutanée. Pour des raisons hormonales, l’obésité androïde touche surtout les hommes; et l’obésité gynoïde, les femmes. Personnes à risque Les personnes qui vivent aux États-Unis ou qui y immigrent. Obésité Dossier réalisé en collaboration avec Arnaud Basdevant, nutritionniste et chercheur, unité Inserm U872, Institut hospitalo-universitaire ICAN (Institute of cardiology metabolism and nutrition), Paris, président du Plan National Obésité 2010-2013 - Janvier 2014. © Fotolia Maladie de l’adaptation aux récentes évolutions des modes de vie, l’obésité résulte d’un déséquilibre entre les apports et les dépenses énergétiques. Ce déséquilibre aboutit à une inflation des réserves stockées dans le tissu graisseux qui entraîne elle-même de nombreuses complications. L’obésité concerne aujourd’hui la quasi-totalité de la planète, y compris de nombreux pays émergents : selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 35 % des adultes dans le monde sont atteints d’obésité ou de surpoids. Mesurer l’excès de masse grasse Le diagnostic de l’obésité passe notamment par le calcul de l’indice de masse corporelle (IMC), méthode qui reste à ce jour le seul moyen simple pour estimer la masse grasse d’un individu.

ATTENTION JEUNES FRANÇAIS : L'OBÉSITÉ VOUS GUETTE ! Les rapports portant sur l'obésité n'en finissent pas de crier haut et fort que les enfants européens sont dans une voix sombre : celle de l'obésité. Quelques définitions pour être dans le bain : IMC : L'indice de masse corporelle se calcule en divisant le poids (en kg) par la taille (en m) au carré. Excès pondéral : phase qui précède l'obésité IMC 25-29,9 : préobèse (surpoids ou excès pondéral) IMC> 30 : obèse Les chiffres parlent d'eux mêmes !!! Pour la France : entre 1963 et 2000 le surpoids chez les enfants de 5 à 11 ans est passé de 3 % à 16 %. Analyse des stats L'évolution de l'excès pondérale est dramatique et sa progression est en continuelle évolution. Les causes Parmis les causes majeures de l'obésité : - une diminution de l'activité physique - une augmentation des comportements sédentaires (PC, Internet, T. Des conséquences dramatiques !!! Au niveau individuel : Les conséquences de l'obésité sont catastrophiques pour la santé. Comment lutter ?

L'obésité est-elle une fatalité ? Le site Publié le 12-10-2012 - Mis à jour le 15-01-2013 Causes, conséquences et prévention de l'obésité Un milliard d’obèses sur la planète d'ici 2030 dont 360 millions d'enfants. Une pandémie mondiale se prépare. Outre l’alimentation, de multiples situations peuvent engendrer, à terme, des problèmes de surpoids comme : l’arrêt du sport, une ou des grossesses, la ménopause, des traitements hormonaux une histoire familiale… Des causes aux conséquences de l'obésité, en passant par la prévention et le traitement de cette maladie, ce dossier vous donne les clés de la compréhension des mécanismes d'un phénomène de santé mondial plus compliqué qu'il n'y paraît.

La gastroplastie (anneau gastrique ou agrafage) - Chirurgie-Digestive.com - Docteur Paul Lachowsky - Bruxelles (cliquez sur dessins et photos pour agrandir)L’anneau gastrique ajustable est un anneau implantable placé autour de la partie supérieure de l’estomac, partageant celui-ci en deux tel un sablier dont l’élément supérieur a une capacité d’environ 20ml.Il se compose de trois parties (voir photos ci-dessus): - L’anneau siliconé lui-même qui est doublé d’un ballonnet de remplissage.- Une chambre d’injection en titane (port-à-cath) placée sous la peau (son emplacement correspond à l’incision de trois cm figurée sur le dessin).- Un fin tuyau siliconé reliant les deux éléments. L’injection d’un liquide spécial dans le port-à-cath permet de gonfler le ballonnet de l’anneau, de diminuer ainsi son diamètre et donc de serrer l’estomac. (cliquez sur les photos pour agrandir) Photo 5

Prévention Afin de prévenir le surpoids et l’obésité, les recommandations pour la prise en charge médicale de l’obésité et surpoids datant de 1998 ont été actualisées. Elles ont été présentées par la HAS le jeudi 6 octobre dernier. La prise en charge initiale et le suivi du sujet en surpoids ou obèse relevant de la médecine de premier recours, deux recommandations de bonnes pratiques (sur l’adulte et sur l’enfant) sont donc à présent publiées à l’attention des médecins généralistes et pédiatres. Les principaux axes de ces recommandations sont les suivantes : un changement durable des habitudes plutôt que la recherche de la perte de poids à tout prix un accompagnement diététique et un suivi régulier l’augmentation de l’activité physique, et pas uniquement du sport un accompagnement psychologique la non recommandation de l’usage des médicaments. Pour plus d’informations, consultez le site de la Haute Autorité de Santé (HAS)

Obésité : Comment prévenir ? La prévention est encore le meilleur moyen de lutter contre l’obésité car une fois que la surcharge pondérale est en place il est souvent très difficile de retrouver son poinds de forme. Cette prévention doit commencer dès le plus jeune âge. Un enfant pré-pubère obèse a 20 à 50 % de chances de rester obèse une fois adulte, ce risque s’élevant jusqu'à 50 à 70 % après la puberté. Dès les premières années, les parents doivent être vigilants pour ne pas laisser s'installer les principales causes d'obésité chez l'enfant (absence de pratique sportive, temps élevé à regarder la télévision, grignotages, alimentation déséquilibrée laissant peu de place aux fruits et légumes ...). Tout au long de la vie, il faut veiller à avoir une alimentation équilibrée et variée, si possible de type méditérannéenne, répartie sur trois vrais repas au cours de la journée.

Vidéos - Surpoids et obésité Obésité : un facteur social de plus en plus marqué La progression de l'obésité se poursuit en France, mais pour la première fois depuis 1997, la hausse se ralentit. La pauvreté est un facteur de plus en plus influent dans la prévalence du surpoids. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Pascale Santi La progression de l'obésité se poursuit en France, mais pour la première fois depuis 1997, la hausse se ralentit. C'est ce que montre la dernière étude ObEpi-Roche sur la prévalence de l'obésité et du surpoids, réalisée de janvier à mars auprès de 25 714 personnes âgées de plus de 18 ans, publiée mardi 16 octobre et disponible sur le site Roche.fr. Selon cette enquête, menée tous les trois ans depuis 1997, ces maux touchent aujourd'hui 15 % de la population, contre 14,5 % en 2009, soit une augmentation de 3,4 % qui rompt avec les hausses à deux chiffres des précédentes enquêtes. En France, trois études montrent une stabilisation chez les enfants. Evolution de la prévalence de l'obésité, en fonction du sexe, de l'âge et des revenus

Related: