background preloader

Les Mystères du Cerveau

Les Mystères du Cerveau

http://www.youtube.com/watch?v=aWXIbA7Z_QU

Related:  Autisme en neurosciencesmamiecelestecoordo3elhoussaine

Autisme Dossier réalisé en collaboration avec le Pr Catherine Barthélémy, chef de service honoraire du service de Pédopsychiatrie au CHU Bretonneau de Tours, chercheuse au sein de l’UMR930 Inserm/Université François Rabelais "Imagerie et Cerveau", équipe "Autisme" - Février 2013. © Fotolia L’autisme fait partie des troubles envahissants du développement (TED), un groupe hétérogène de pathologies, caractérisées par des altérations qualitatives des interactions sociales, des problèmes de communication (langage et communication non verbale), ainsi que par des troubles du comportement correspondant à un répertoire d’intérêts et d’activités restreint, stéréotypé et répétitif. Le handicap associé est variable, allant de léger à sévère.

La plasticité cérébrale - Philippe Lambert, article Psychologie Longtemps, les scientifiques ont cru que le cerveau, une fois mature, se caractérisait par la stabilité de ses connexions, jugées immuables. Depuis une trentaine d'années, cette vision de la structure et du fonctionnement cérébral a volé en éclats. Grâce à la plasticité cérébrale, le cerveau modifie l'organisation de ses réseaux de neurones en fonction des expériences vécues par l'organisme. Spaun, un cerveau artificiel pour mieux comprendre le cerveau humain Notre cerveau garde en lui de nombreux secrets sur son fonctionnement. Des modèles artificiels du cerveau en fonctionnement, comme Spaun, nous aideront peut-être à en saisir un certain nombre. © por adrines, arteyfotografia.com Spaun, un cerveau artificiel pour mieux comprendre le cerveau humain - 3 Photos Les animaux, dont l’être humain, sont dotés d’un cerveau complexe, alternant ou combinant diverses activités, comme la mobilité, la vision, la mémorisation, etc.

Plasticité cérébrale - Plasticité neuronale - Neuroplasticité La plasticité cérébrale décrit la capacité du cerveau à remodeler ses connexions en fonction de l’environnement et des expériences vécues par l’individu. Dès la vie fœtale, des connexions entre neurones se mettent en place. Plus tard, après la naissance, certaines connexions sont conservées et d’autres disparaissent. Plasticité cérébrale et apprentissage La plasticité cérébrale est à l’œuvre lors des apprentissages qui nécessitent le remaniement des circuits nerveux. C'est alors que certaines connexions sont renforcées entre les neurones (les synapses). Neurosciences: Quoi de neuf sur l’autisme ? Quoi de neuf sur l’autisme ? coordonné par Yves Tillet et le Comité de rédaction On parle beaucoup des maladies du vieillissement, mais on parle moins de celles qui surviennent à l'autre bout de la vie, au cours du développement, comme l'autisme.

En vidéo : des yeux qui bougent… vus sous IRM L'être humain, comme beaucoup d'autres animaux, est une très belle machine. Ce geste de bouger les yeux sollicite 6 paires de muscles que nous contrôlons sans même nous en rendre compte. © IR4M, CNRS, université Paris-Sud En vidéo : des yeux qui bougent… vus sous IRM - 1 Photo À voir, la galerie photo sur l'Homme en transparence Série L. Vygotski - 2 - De Piaget à Vygotski La psychologie de Vygotski s’appuie sur l’idée que les facultés rationnelles dépendent du contrôle et de la régulation des processus cognitifs au niveau conscient, grâce à l’utilisation d’« outils » cognitifs médiateurs de la pensée. C’est pourquoi elle subordonne le développement cognitif de l’enfant à son appropriation progressive de construits culturels, et notamment de construits organisés tels que le langage et les systèmes conceptuels. L’idée suivant laquelle l’apprentissage interagit avec le développement confère un rôle clé à l’éducation formelle et, à cet égard, à l’asymétrie de la relation adulte-enfant dans le processus d’apprentissage.

Autisme et neurosciences introduction Le concept classique d'autisme (décrit la première fois par Leo Kanner à Baltimore en 1943) a quitté le cadre nosologique des psychoses infantiles pour être officiellement reconnu comme un ensemble de troubles envahissants du développement infantile. Ceux-ci demeurent, pour la plupart toutefois, un diagnostic phénoménologique, descriptif. Notre fait n'est pas ici de discuter leur classification clinique actuelle (en cinq sous-chapitres dans le manuel américain DSM-IV). Notre intérêt va surtout vers les recherches causales de ces troubles et leurs relations avec des affections médicales coexistantes.

Le cerveau catégorise les choses que nous voyons Le cerveau a toujours été une machinerie complexe. Depuis que l'Homme s'intéresse à son corps, il est au centre de bien des interrogations. Encore aujourd'hui subsistent un grand nombre de questions. La mémoire, par exemple, a encore moult secrets à révéler. Des chercheurs viennent de trouver de nombreuses réponses. C’est à Berkeley, Université de Californie, que des chercheurs ont décidé de concentrer leurs recherches sur la gestion de la mémoire des objets et des actions par le cerveau.

Vygotski Idées maîtresses Les capacités d’acquisition sont fortement déterminées par l’hérédité mais cette acquisition dépend également des interactions avec l’environnement social. Vygotski rejoint les conceptions constructivistes (Piaget) de l’apprentissage considérant celui-ci comme une construction active de connaissances, construction qui s’élabore dans le milieu physique mais plus encore peut-être, et ceci le distingue de Piaget, dans le milieu social de l’individu Étude de l’appropriation des outils culturels. Selon Vygotski, il y a d’une part, les outils culturels qui constituent un prolongement de l’activité cognitive de l’individu ("artefact" : même si Vygotski n’utilise pas ce terme) et d’autre part, les outils culturels que l’individu va intérioriser et qui transformeront sa manière de « penser » (langage parlé et écrit, mathématiques, etc.). Analyse des documents Les extraits notés (1) sont issus du premier document de référence (Unesco- intitulé « Vygotsky 1 »)

Le cerveau artificiel qui imite les capacités et les défauts du cerveau humain. Une équipe de chercheurs de l’Université de Waterloo (Canada) a construit la simulation la plus complexe d’un cerveau qui fonctionne. Le but est d’aider les scientifiques à comprendre comment l’activité du cerveau donne lieu à la diversité de comportement présentée par les animaux, y compris les humains. Le modèle est appelé Spaun (Semantic Pointer Architecture Unified Network).

Related: