background preloader

AVKcontrol

AVKcontrol
Related:  cardio-vasc

DÉCISION DE TRAITEMENT - Nephrologie A. Décision rapide Le traitement médicamenteux antihypertenseur associé aux mesures hygiéno-diététiques, se justifie d’emblée chez les patients hypertendus à risque élevé : lorsque la PA est > 180/110 mmHg ou lorsque la PA est comprise entre 140-179/90-109 mmHg chez un patient à risque cardiovasculaire élevé ; en cas de diabète, insuffisance rénale ou maladie cardiovasculaire avérée (équivalent de prévention secondaire). Figure 4. B. Chez les patients dont la PA est comprise entre 140-179/90-109 mmHg et sans risque cadiovasculaire élevé, il est nécessaire de confirmer l’HTA au moyen de l’auto-mesure ou de la MAPA. Si l’HTA est confirmé chez un patient à risque faible un traitement non médicamenteux est mis en place et réévalué dans un délai de 6 mois. Si l’HTA est confirmée chez un patient à risque moyen, le traitement non médicamenteux doit être instauré et le patient réévalué dans un délai de 1 à 3 mois. C.

MemoBio Contenu du bilan CV de la visite de non CI à la pratique du sport en compétition entre 12 et 35 ans Recommandations concernant le contenu du bilan cardiovasculaire de la visite de non contre indication à la pratique du sport en compétition entre 12 et 35 ans F. Carré, R. La détection précoce des pathologies cardiovasculaires chez le sportif qui pratique la compétition permet d’en limiter le risque potentiel en proposant une attitude thérapeutique et/ou une surveillance et en limitant l’exposition aux efforts inadaptés. En 2005, un consensus d’experts européens de cardiologie du sport, de physiologie de l’exercice, de réhabilitation, et de maladies du myocarde et du péricarde a recommandé la réalisation d’un ECG entre 12 et 35 ans pour tout demandeur d’une licence sportive de compétition, à répéter tous les deux ans (6). Les auteurs de ce consensus préconisent la répétition de l’ECG tous les deux ans afin d’améliorer la détection d’une pathologie génétique latente non encore exprimée phénotypiquement lors du précédent enregistrement (6). L’apport de l’ECG de repos est prouvé.

MedHyg.ch Les antihypertenseurs diminuent de 35 à 40% le risque d’ictus et de 20 à 25% le risque de maladie cardiovasculaire (CV). Outre leur mode d’action hypotenseur, ils différent par leur activité endocrinienne et métabolique. Cet article passe en revue leurs effets sur les électrolytes et sur les hormones qui en modifient les taux telles que l’aldostérone, l’angiotensine II et le brain natriuretic peptide. Ils agissent de façon variable sur différents facteurs de risque CV tels que les taux de cholestérol, de CRP (protéine C réactive) sensible, ainsi que sur les taux d’acide urique et la résistance à l’insuline. Alors que cette dernière est augmentée sous l’effet des bêtabloquants et des diurétiques, elle est diminuée lors de traitement par certains inhibiteurs de l’enzyme de conversion et certains sartans, peut-être en partie via la sécrétion d’adiponectine. introduction effet des antihypertenseurs sur le système rénine-angiotensine-aldostérone (raa) effets sur l'acide urique 57

remplacement PREVISCAN et SINTROM par COUMADINE On peut s'interroger sur la faible prescription en France de la warfarine (Coumadine®) qui est le seul AVK prescrit aux États-Unis. En effet, à une époque où la médecine devrait n'être qu'« evidence based », on est surpris que la warfarine (Coumadine®), l'AVK coumarinique qui a été, et est toujours, l'objet de tous les grands essais internationaux, soit si peu connue et reconnue dans le corps médical (et pharmaceutique) français. meilleure est la stabilité de son anticoagulation, plus souvent le malade est dans la zone d'équilibre INR souhaitée, plus grande est l'efficacité, moins nombreuses sont les périodes de risque hémorragique majoré. Prof Ludovic DROUET Clinique des Anticoagulants cac.idf@lrb.aphp.fr 01 42 81 12 13 MODALITES Pour procéder au changement du PREVISCAN et SINTROM par la COUMADINE: PREVISCAN 20mg = COUMADINE 7mg 0,13 euros prix 0,34 euros SINTROM 4 mg = COUMADINE 7mg 0,10 euros le 4 mg, 0,36 euros en 1 mg prix 0,34 euros Ordonnance d'analyse de sang à copier

Risk Calculator Gender MaleFemale Race BlackNon-Black Ethnicity Smoker YesNo CVD risk is reversed after 5-10 years of no smoking Smoker Diabetes YesNo Diabetes Systolic Blood Pressure mmHg Enter present blood pressure regardless of treatment 120 mmHg is used for baseline risk On treatment for BP YesNo Click YES if taking blood pressure medication Only applies if SBP is greater than 120 mmHg HDL Cholesterol HDL should be prior to drug treatment 1.3 mmol/L is used for baseline risk. 50 mg/dL is used for baseline risk. Family History of CVD YesNo Angina or heart attack in a 1st degree relative < 60 yrs Chronic Kidney Disease YesNo Atrial Fibrillation YesNo Rheumatoid Arthritis YesNo BMI of 25 kg/m2 for baseline risk Family History of Early CHD The amount of additional risk (relative increase in risk) conferred from a family member to a patient depends on: (1) how close a relative, (2) age of a relative, (3) number of affected family members. If mother (< 65 yrs) increase risk 60% If father (< 55 yrs) increase risk 75%

Le traitement des troubles du rythme cardiaque Il faut distinguer le traitement des troubles du rythme en évolution (traitement de la crise), et le traitement anti-arythmique ayant pour but de prévenir une récidive. En présence de troubles du rythme cardiaque, l'urgence est généralement de l'enregistrer et non de le réduire. Il est capital d'essayer d'obtenir un enregistrement ECG de bonne qualité avant de le traiter. La tolérance fonctionnelle d'un trouble du rythme dépend essentiellement de sa fréquence et de la nature de la cardiopathie sous-jacente, plutôt que de la nature du trouble du rythme lui-même. Tout trouble du rythme mal supporté et s'accompagnant d'un collapsus cardio-vasculaire avec perte de connaissance, nécessite une réduction immédiate par cardioversion externe. L'obtention d'un ECG de bonne qualité, avant réduction, est d'autant plus importante que l'arythmie est mal tolérée, et qu'il existe une cardiopathie sous-jacente évoluée. Aucun antiarythmique n'est spécifique d'une arythmie donnée. 2.2 - Traitement curatif.

SPE37_C375 Bêtabloquants cardiosélectifs Bêtabloquants cardiosélectifs avec activité sympathique intrinsèque (ASI) Angor et troubles du rythme : 400 à 800 mg/j en 3 prises/j de préférenceInfarctus : 200 mg matin et soirHTA : 400 mg/j en 1 prise le matin ou 200 mg matin et soir SECTRAL LP Angor : 1 cp. SECTRAL injectableTroubles du rythme supraventriculaire ou ventriculaire : sous ECG continu, 0,33 à 1 mg/kg en 10-30 min en perf. HTA et angor : 1 cp. le matin à jeun/j. • Les bêtabloquants utilisés dans l'insuffisance cardiaque sont traités dans le chapitre Insuffisance cardiaque. Bêtabloquants cardiosélectifs sans ASI HTA : 1 cp. 200 mg le matin ou 1 cp. 100 mg matin et soir/j. HTA : 10 mg/j le matin, voire 20 mg si HTA sévèreAngor : 10 mg/j en 1 prise, voire 20 mg si angor sévère HTA et angor : 20 mg/j en 1 prise TÉNORMINE injectableinj. HTA : 5 mg/jInsuffisance cardiaque chronique : posologie initiale progressive 1,25 mg/j 1re sem., puis 2,5 et 5 mg/j les 2 et 3e sem. Bêtabloquants non cardiosélectifs

Related: