background preloader

Le Soleil et le climat

Le Soleil et le climat
Notre planète est bombardée de particules cosmiques de haute énergie (des noyaux d'atomes) venant des autres étoiles et des supernovas. Ce sont des rayons cosmiques. La magnétosphère dévie la plupart des rayons cosmiques mais certains arrivent dans l'atmosphère et y provoquent des réactions. À l'équateur magnétique les particules de faible énergie sont renvoyées de nouveau vers l'espace par le champ magnétique terrestre mais aux pôles magnétiques les particules de toutes énergies peuvent suivre les lignes du champ vers le bas jusqu'au dessus de l'atmosphère. Le physicien Scott E. Forbush a remarqué en 1937 que les éruptions solaires atténuaient le flux des rayons cosmiques. Lors du maximum de l'activité solaire du cycle de Schwabe le vent solaire empêche ces particules d'arriver su Terre alors que pendant le minimum de l'activité solaire le vent solaire est moins important donc l'atmosphère terrestre reçoit plus de rayons cosmiques. Les rayons cosmiques d'une énergie de : Related:  Terre electromagnétiqueA Classer 1Soleil

Le mystère du Triangle des Bermudes - A la recherche d'Albert Nodon et actualité sur l'action électrique du Soleil Peu avant leur disparition les pilotes et navigateurs traversant le Triangle des Bermudes rapportent un affolement de leurs instruments de navigation et des dérèglements de leurs compas. En 1954 cinq avions étaient tombés en panne quasiment en même temps. Le Triangle des Bermudes formé par 3 points entre Miami, Porto Rico et l’île des Bermudes dans l’océan Atlantique est depuis plus d'un siècle le lieu de nombreuses disparitions inexpliquées, le plus souvent soudaines, d’avions et de navires, caractérisées pa l'absence d’épave. Cela pourrait être dû à des phénomènes magnétiques, qui peuvent perturber les instruments ou font perdre le nord à un pilote. Les nuages électroniques d’altitudes chargées magnétiquement auraient été observés. Les orages géomagnétiques se produisent régulièrement. Si cet effet existe, il est fort probable que la nature elle-même soit capable de le réaliser lorsque les bonnes conditions sont réunies. Déclinaison magnétique

Interaction entre le Soleil et les comètes ( mis à jour ) - Le blog de suivi-soleil.over-blog.com Mercredi 6 juillet 3 06 /07 /Juil 21:23 Je viens de voir les images sur Spaceweather. Notez le changement d'activité à l'arrière, en haut du Soleil, après l'impact de la comète. C'est assez impressionnant. En fait, l'ordinateur à bord de Soho a, au moment même de l'impact, la coïncidence est troublante, reconditionné le traitement des images. Il y a tout de même interaction, visiblement, car un flux se créé à l'endroit même de l'impact, on le voit se former à la fin de la vidéo ci dessus, mais quelques heures plus tard, c'est encore plus évident. Maintenant, pourquoi l'ordinateur a reconditionné les images. Voici les 4 images se suivant durant cette période. Nouvelle coïncidence bienvenue, nous avons vu hier, dans ce billet, que la seconde image correspond à une collision entre une micrométéorite et le manteau protecteur des sondes spaciales ou bien un flux de rayonnement cosmique ou solaire.

Les relations Soleil - Terre Le blog que vous cherchez n'est plus accessible depuis cette adresse. Vous pouvez le consulter à l'adresse suivante : suivi-soleil.over-blog.com Liste des articles du blog suivi-soleil.over-blog.com : Lancement du nouveau Suivi-Soleil Notez bien le lien, il change. Over Blog me chie dans les bottes Over Blog est la plate forme où est hébergé le blog. Confirmation par images Sat Quelques images Sat qui confirment mes photographies du jour. Comment peut-on supporter cela? C'est désormais quotidien, ces sales traces dans le ciel... Keny Arkana - La Rage Un petit clin d'oeil à nos amis et cousins québequois qui, eux, se bougent.... Les yeux collés? Le blog est au ralenti, en ce moment, vous l'avez vu. Petite histoire vraie J'ai été étonné, ce matin, d'entendre mon chat miauler et qu'il ne rentre pas.... indice kp aurores boréales, creer u n telescope de merde, suivi du soleil, 13 observatoires des kp , suivi soleil

Superbe aurore d'équinoxe et météore -- Feu dans le Ciel A l'orée de l'Arctique, les soirées d'automne se teinte d'ors et aussi d'aurores. Un météore griffe la nuit. Sans vraiment pouvoir apporter d'explications, l'équinoxe d'automne dans l'hémisphère nord, essentiellement aux hautes latitudes, s'impose comme la meilleure période pour les aurores boréales. Ce 20 septembre, au cours d'une escapade dans le nord de la Norvége, dans les fôrets "aux couleurs d'automne" et au pied du Mont Otertinden (1 200 m. d'altitude) où coule "une rivière silencieuse", le photographe Ole C. Salomonsen a capturé les grandes voiles colorées des aurores. Les aurores polaires sont liés à l'activité solaire. Sur Flick'r, galerie photo de Ole C. A voir et revoir timelapse video "Celestial lights". Crédit photo : Ole C.

La variation des rayons ultraviolets solaires à l’origine des hivers froids en Europe et aux Etats-Unis ? Une chute cyclique dans les radiations solaires peut provoquer des hivers inhabituellement froids dans certaines parties d’Amérique du Nord et d’Europe, d’après ce qu’ont déclaré des scientifiques. Cette découverte pourrait permettre d’améliorer les prévisions météorologiques sur le long terme et aider les pays à mieux se préparer contre les blizzards. Les scientifiques savent depuis longtemps que le soleil a un cycle de onze ans pendant lequel les radiations mesurées par les tâches solaires à sa surface atteignent un pic avant de réduire. Mais il s’est avéré bien plus difficile de prouver un lien clair entre ce phénomène et la météo mondiale. « Notre recherche confirme le lien observé entre les variations solaires et le climat régional hivernal » a écrit le principal auteur de l’étude, Sarah Ineson, du UK Met Office. L’étude a été publiée dans le journal Nature Geoscience lundi. Lorsque les rayons ultraviolets solaires sont plus forts, c’est le contraire qui se produit.

Les pendules climatiques « Le blogue de Reynald Du Berger Publié: 23 mars 2012 dans Uncategorized Quand j’enseignais le cours de Physique du Globe à l’Université du Québec à Chicoutimi et que j’arrivais au dernier chapitre de mon cours qui traitait du champ géomagnétique – qui a son origine surtout à l’intérieur du noyau liquide de la Terre – j’utilisais l’analogie des pendules pour illustrer le phénomène. Bien qu’on s’accorde sur un mécanisme de dynamo, l’origine du champ géomagnétique est d’une complexité déconcertante et son explication relève d’une partie des mathématiques appliquées qui s’appelle la magnétohydrodynamique : c’est la science qui traite de l’interaction des champs magnétiques avec les fluides conducteurs en mouvement. C’est ce qui se passe dans les cuves d’aluminium en fusion des alumineries et aussi dans le noyau terrestre. Notre géoclimat fonctionne selon moi de façon analogue. Like this: J'aime chargement…

Rayonnements électromagnétiques ionisants Les Rayonnements électromagnétiques ionisants (Rayons X , Rayons Gamma) Ces rayonnements sont dits " ionisants " parce que leurs photons ont assez d’énergie pour ioniser les milieux qu’ils traversent, c’est à dire pour arracher des électrons au cortège électronique des atomes rencontrés. J’ai précisé " électromagnétiques " parce qu’il existe d’autres radiations ionisantes (rayons Alpha et Bêta, rayons cosmiques) qui ne sont pas à proprement parler des rayonnements, mais des émissions de particules ayant une masse ; alors que dans le cas des rayons X et Gamma il s’agit d’ondes et de photons sans masse, comme dans le cas de la lumière. Les Rayons X Un peu d’histoire Nous avons signalé, dans l’article " Courant électrique, électrons, etc.. " les expériences de William Crookes, vers 1875 : dans ses tubes à vide poussé (pour l’époque), le tube soumis à une haute tension restait obscur, mais on observait une fluorescence du verre à l’opposé de la cathode. ( Dessin de Barbara, 38 ko)

En vidéo : la Terre au milieu d'une tempête solaire Les lueurs boréales au-dessus de Stockholm (Suède), le 5 août à 1 h 36 (heure locale, identique l'heure française), une image publiée sur le site Spaceweather. © Peter Rosén En vidéo : la Terre au milieu d'une tempête solaire - 1 Photo Le Soleil est pleine activité après une accalmie un peu trop longue. Parvenue à son minimum en 2007 sur son cycle d'environ onze ans, l'activité solaire, qui peut s'estimer au nombre de taches, avait tardé à reprendre, à la surprise des astronomes, qui ne savent toujours pas expliquer les pulsations de notre étoile. Mais aujourd'hui, les observatoires solaires, terrestres et spatiaux, en enregistrent les moindres soubresauts, comme on surveille le lait sur le feu. C'est une éruption solaire, qui se poursuit par l'éjection d'une énorme quantité de matière de la couronne (la couche au-dessus de la chromosphère) s'échappant dans l'espace. L'échelle est logarithmique : entre deux niveaux, la puissance varie d'un facteur 10. A voir aussi sur Internet

Le cycle solaire Le cycle solaireRetour au menu : La propagation - Index général Voir aussi : le Soleil - Les perturbations solaires - Aurore polaire Les taches solaires C'est Galilée qui, vers 1610, remarqua la présence sur le disque solaire de taches sombres grâce à la première lunette astronomique. Par la suite, l'observatoire de Zurich en poursuivit l'observation. Elles apparaissent dans la photosphère comme une zone sombre (l'ombre) entourée d'une région plus claire (la pénombre). Le cycle solaire de 11 ans Dans l'absolu, l'activité solaire est réglée par un cycle d'une période moyenne de 11,2 ans d'un maximum au suivant mais la période peut varier entre 8 et 15 ans. Maxima des cycles solaires A partir des observations passées la courbe de variation du nombre de Wolf a pu être reconstituée. Le nombre de Wolf ou Sunspot Number (SSN) La mesure du flux radioélectrique solaire Intérêt de l'étude du cycle solaire

Related: