background preloader

Haruki Murakami

Haruki Murakami
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Murakami. Haruki Murakami Murakami en août 2009 à la réception de son prix Jérusalem. Œuvres principales Signature Haruki Murakami[NB 2] (村上 春樹, Murakami Haruki? Murakami est également reconnu au Japon comme traducteur de l'anglais en japonais (des romans d'une vingtaine d'auteurs de genres divers, dont tout Raymond Carver, mais aussi de F. Revendiquant des influences allant de Chandler à Vonnegut en passant par Brautigan et Kafka, Murakami est apprécié pour son style de réalisme magique où la quête picaresque se teinte de surréalisme et où le roman policier flirte avec le fantastique, malgré les aspects mélancoliques de ses narrateurs qui évoquent obliquement des thèmes comme la solitude et l'aliénation postmodernes dans les sociétés capitalistes. Biographie[modifier | modifier le code] Regards sur l'œuvre[modifier | modifier le code] Thèmes[modifier | modifier le code] Le fantastique Le détachement La musique 1991. Related:  Artistes - Arts plastiques

Gatsby 2011 - Romans « Touche pas au Gatsby, s… ! » S’agissant d’une traduction d’un roman paru en 1925, le violent coup de gueule de Frédéric Beigbeder, l’autre jour, dans les colonnes du « Figaro Magazine », avait de quoi surprendre. C’est que de lire son texte fétiche dans une nouvelle version, avec en couverture le seul nom de « Gatsby » (au lieu du « Gatsby le Magnifique » habituel) lui fit monter la moutarde au nez: « Le travail de cette universitaire est sûrement très respectable mais il donne la même impression que d’entendre un standard des Beatles massacré dans un karaoké par un étudiant en musicologie ne tenant pas le gin-tonic. » Face au « salope » peu fitzgéraldien de Beigbeder, la romancière Julie Wolkenstein affichait en tout cas une sérénité à toute épreuve. Dans le cas de « Gatsby », tombé il y a quelques mois dans le domaine public, c’est la relecture tardive du livre qui décida Julie Wolkenstein à en reprendre la traduction. « Je l’avais lu deux fois, à l’adolescence. Didier Jacob

Takashi Murakami Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Murakami. Takashi Murakami Murakami Takashi Murakami Takashi Murakami (dans l'ordre japonais Murakami Takashi 村上 隆), né le à Tokyo, est un artiste plasticien japonais. Biographie[modifier | modifier le code] Takashi Murakami est né à Tokyo dans l'arrondissement de Itabashi. Dans une vente aux enchères en 2001 à New York, une sculpture de Takashi Murakami atteint un prix dépassant les 420 000 euros[2]. Murakami collabore avec la marque de maroquinerie de luxe Louis Vuitton. Considéré comme l'un des chefs de file du néo-pop japonais dit Superflat, mouvement dont il est l'initiateur[5], il revendique l'héritage de Warhol[6] et du pop art américain, tout en analysant la manière dont l'art japonais peut trouver une autonomie face au modèle occidental. Le 21 juin 2011 Google utilisa un "doodle" créé par Takashi Murakami. Démarche artistique[modifier | modifier le code] Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Haruki Murakami: “Town of Cats” At Koenji Station, Tengo boarded the Chuo Line inbound rapid-service train. The car was empty. He had nothing planned that day. At that point, he realized what he had been doing all along. He tried shaking his head a few times, but the idea that had struck him would not go away. Going to see his father was a depressing prospect. The sanatorium stood on a large plot of land by the coast. Tengo paid his check and went to the platform to wait for the Tateyama train. Most people think of Sunday as a day of rest. When Tengo was a boy, his father was a collector of subscription fees for NHK—Japan’s quasi-governmental radio and television network—and, every Sunday, he would take Tengo with him as he went door to door soliciting payment. Tengo’s father had several reasons for taking him along on his rounds. Tengo’s father’s third and final reason was a more calculating one, which was why it had left the deepest scars on his son’s heart.

Haruki Murakami, l'écrivain des deux mondes L'auteur glisse du réel au fantastique dans une histoire au parfum de mystère. L'ouvrage a reçu un accueil triomphal au Japon. Il existe plusieurs raisons flagrantes de parler du dernier livre du Japonais Haruki Murakami. Le livre lui-même fait naître un bouquet d'interrogations mystérieuses. Mondes parallèles Tengo n'appartient pas à ces personnes. Au même moment, une jeune professeur de stretching liquide un homme qui battait sa femme. Génération désenchantée L'histoire ancienne, mal digérée, et celle plus récente de son pays, marquée par des éruptions de violence, lui donnent du grain à moudre. 1Q84 Livre I Avril-juin d'Haruki Murakami, traduit du japonais par Hélène Morita. 1Q84 Livre II juillet-septembre d'Haruki Murakami, traduit du japonais par Hélène Morita. » Tous nos articles sur la rentrée littéraire 2011 » La rentrée littéraire est aussi sur Evene.fr

UN IMMENSE BEST-SELLER AU JAPON • Pour la bonne cause | Courrier Au fil des plus de mille pages de ce roman d’amour, de suspense et d’épouvante, Haruki Murakami sonde les profondeurs de la société contemporaine. 9 juillet 2009 | Partager : Biographie Haruki Murakami, est né à Kyoto en 1949. 1Q84 Ed. Le nouveau roman d’Haruki Murakami, 1Q84*, dont l’action se déroule en 1984 [en japonais Q se prononce comme 9], peut se lire de multiples manières. La colonisation japonaise de la Mandchourie et de la Mongolie, le sort des Coréens abandonnés sur l’île de Sakhaline à la fin de la dernière guerre, une communauté agricole fondée sur le rejet de la propriété privée, un mouvement chrétien qui refuse les transfusions sanguines, une secte inspirée du bouddhisme ésotérique, le meurtre d’une employée de la Tokyo Electric [qui menait une double vie, économiste le jour et prostituée la nuit] : tous ces faits réels font aussi de 1Q84 un excellent roman historique, qui permet de s’interroger sur l’histoire contemporaine. * Critique littéraire.

Richard Prince Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Vie et œuvre[modifier | modifier le code] En 2004, Prince illustre l'album Sonic Nurse des Sonic Youth. En 2008, lors de la soirée finale de son exposition au musée Guggenheim de New-York, des mannequins, des infirmières masquées, ont présenté la nouvelle collection de sacs créés pour l'entreprise de luxe Louis Vuitton. Démêlées judiciaires[modifier | modifier le code] Fin 2008, le photographe Patrick Cariou porte plainte contre Richard Prince pour atteinte au droit d'auteur, Richard Prince ayant utilisé des photographies du livre Yes Rasta de Cariou pour réaliser des collages[1]. Cote[modifier | modifier le code] Expositions[modifier | modifier le code] 2012 : "Pre-appropriation works, 1973-1974 - Richard Prince", galerie mfc-michèle didier, Paris.2012 : "Prince/Picasso", musée Picasso, Malaga, Espagne.2011 : « Richard Prince. Notes et références[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code]

Biographie de MURAKAMI Haruki MURAKAMI Haruki est né à Kyoto en 1949, mais grandit à Ashiya (Hyogo). Son père est le fils d'un prêtre bouddhiste et sa mère la fille d'un marchand d'Osaka. Les deux enseignaient la littérature japonaise. Mais Haruki, à cette époque, ne s’intéressait pas vraiment à la littérature de son pays et se plongeait plus volontiers dans des histoires de détectives américains ou de science-fiction. Point de vue artistique, les États-Unis représentent pour lui la seule culture valant la peine. En 1968, il déménage à Tokyo pour y étudier le théâtre à l'Université Waseda ; il y passera plus de temps à lire des scénarios qu’à être un élève assidu. En 1974, MURAKAMI ouvre avec son épouse, TAKAHASHI Yoko avec qui il s’est marié trois ans plus tôt, un club de jazz : le « Peter Cat » dans le quartier de Kokobunji à Tokyo qu’ils tiendront jusqu'en 1981, date à laquelle il décide de devenir écrivain professionnel. MURAKAMI commence à écrire dans les années 1970. Bibliographie française :

JAPON • Murakami redessine le paysage littéraire | Courrier inte Un mois après sa parution, le nouveau roman de Haruki Murakami bat tous les records de vente. Et ses retombées ne se limitent pas au monde de l’édition. Le succès du nouveau roman de Haruki Murakami, 1Q84*, paru le 29 mai aux éditions Shinchosha, ne se dément pas. Dans le magasin principal d’une autre grande chaîne de librairies tokyoïte, Maruzen, dans le quartier d’affaires de Marunouchi, 90 % des arrivages sont écoulés dans la journée. Plus abordable que les ouvrages précédents En février 2009, il est allé recevoir en Israël le prix Jérusalem pour la liberté des individus dans la société. Depuis quatre ans, les ventes de livres et de magazines n’ont jamais cessé de baisser, et le monde de l’édition, qui se trouve dans une conjoncture difficile, voudrait bien profiter du phénomène Murakami comme d’un tremplin pour reprendre des couleurs. L’effet 1Q84 ne se limite pas au monde du livre. * En japonais, la lettre q se prononce “kyu”, comme le chiffre 9.

Mike Kelley Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Kelley. Biographie[modifier | modifier le code] Le travail de Kelley est inspiré par diverses sources, telles que l'histoire, la philosophie, la politique, la musique underground, les arts décoratifs et l'expression artistique du milieu ouvrier. Son art montre souvent des problèmes de classe et de sexe comme des problèmes de norme, de criminalité et de perversion. En novembre/décembre 2005, son exposition la plus ambitieuse, intitulée Day is Done remplit la Gagosian Gallery avec des installations multimédias, comprenant des meubles automatisés et des films de cérémonies oniriques, inspirés par les livres d'or des lycées, les matches de sport et les productions théâtrales[4]. En 1993, une rétrospective sur son œuvre est présentée à New York au Whitney Museum. Il expose à la Metro Pictures de New York depuis 1982. Il expose au Stedelijk Museum d'Amsterdam en compagnie de Robert Crumb, Jim Nutt, H.C.

MURAKAMI Haruki Haruki MURAKAMI, auteur célèbre au Japon, et candidat sérieux au prix Nobel de littérature, écrit à la frange du fantastique des récits empreints d’humour et de mélancolie, dont on sort étrangement étranger à soi-même. Grand explorateur du monde des rêves, MURAKAMI sait être cruel - et pourtant son oeuvre possède une grâce indescriptible. MURAKAMI a été élevé à Kobe, une ville portuaire déjà sous influence occidentale à l’époque. Les romans américains de Raymond CARVER, Raymond CHANDLER et de Scott FIZTGERALD abreuvent son imagination de jeune adulte - il s’en souviendra plus tard en écrivant. Inscrit à l’Université Waseda [où il étudie le théâtre et le Grec], il participe pleinement aux envie de libération morale et politique de 1968 [au Japon aussi les étudiants sont dans la rue, et la Guerre du Vietnam, toute proche, exacerbe les antagonismes]. En 1974, il ouvre un petit bar de jazz qu’il va tenir pendant 7 ans. Ces trois premiers romans définissent déjà le style de MURAKAMI.

Andreas Gursky Andreas Gursky, 99 Cent II Diptychon, 2001, C-print mounted to acrylic glass, 2x 207 x 307 centimeter. Andreas Gursky, Chicago Board of Trade II, 1999, C-print mounted to plexiglass in artist's frame 73 x 95 inches. Andreas Gursky, Rhein II, 1999, C-print mounted to plexiglass in artist's frame, 81 x 140 inches. Andreas Gursky, Shanghai, 2000, C-print mounted to plexiglass, 119 x 81 inches. Education[edit] Gursky was born in Leipzig in 1955, but grew up in Düsseldorf, the son and grandson of commercial photographers. Career and style[edit] Before the 1990s, Gursky did not digitally manipulate his images.[5] In the years since, Gursky has been frank about his reliance on computers to edit and enhance his pictures, creating an art of spaces larger than the subjects photographed. "The first time I saw photographs by Andreas Gursky...I had the disorienting sensation that something was happening—happening to me, I suppose, although it felt more generalized than that. Exhibitions[edit]

Haruki Murakami - Livres, citations, photos et vidéos Biographie : Haruki Murakami étudia la tragédie grecque, ouvrit un club de jazz à Tôkyô avant de se consacrer à l'écriture. Ne supportant pas le conformisme de la société japonaise, il s'expatrie en Grèce, en Italie, puis aux États-Unis, en 1991, où il a enseigné la littérature japonaise à l’Université de Princeton pendant quatre ans. En 1995, suite au tremblement de terre de Kobe et à l'attentat du métro de Tokyo, il décide de rentrer au Japon. Traducteur de Scott Fitzgerald et Raymond Carver, il rencontre le succès dès son premier roman Écoute le chant du vent (1979), prix Gunzo. Suivront, notamment, Chroniques de l'oiseau à ressort (Le Seuil, 2001), Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil (Belfond, 2002 ; 10/18, 2003), Après le tremblement de terre (10/18, 2002), Les Amants du Spoutnik (Belfond, 2003 ; 10/18, 2004). Kafka sur le rivage inscrit définitivement Murakami parmi les grands de la littérature.

Mike Kelley, la mort du «Marcel Duchamp californien» L'artiste-phare de la scène californienne s'est donné la mort chez lui le 31 janvier à Los Angeles. Il avait 57 ans. La nouvelle de la mort de Mike Kelley, mardi soir à Los Angeles, a sidéré le monde de l'art contemporain. Comme l'a annoncé dès mercredi soir le site du Figaro, l'artiste -phare de la scène californienne a été retrouvé mort mardi soir par la police à son domicile de South Pasadena. De bonnes sources, nous savons déjà que l'artiste, assez lunatique en temps normal, mélancolique depuis des mois et fortement ébranlé par une rupture sentimentale, s'est suicidé en associant gaz et somnifères. Plasticien de l'étrange, cette forte personnalité mêlait haute culture et basse culture, musique et arts plastiques. Mike Kelley. Né en 1954 dans la banlieue de Detroit, Michigan, Mike Kelley était le fils révolté d'une rigide famille de la «middle class» américaine d'origine irlandaise. Le CD censuré de Sonic Youth » Mort de l'artiste Mike Kelley

« Après le tremblement de terre » de MURAKAMI Haruki Mon avis : Dans ce recueil de nouvelles paru au Japon entre 1999 et 2000, on retrouve en toile de fond le terrible tremblement de terre qui eut lieu à Kobe le 17 janvier 1995 et qui fit 6 437 morts. Dans « Après le tremblement de terre », MURAKAMI nous décrit dans un style épuré et onirique, une multitude de personnages de tous âges, de toutes conditions sociales, menant une vie paisible soudainement bouleversée par cette terrible catastrophe. Dans la première nouvelle « Un ovni a atterri à Kushiro », la femme d’un certain Komura disparaît sans crier gare après avoir passé de très longues journées devant son poste de télévision montrant les images du tremblement de terre et ses conséquences. Désorienté, Komura décide de se rendre, à la demande d’un de ses amis, en Hokkaidō afin d’y livrer un colis mystérieux. Dans « Paysage avec fer », trois jeunes gens : Junko, Miyake et Keisuke, une fille et deux garçons, se donnent rendez-vous sur une plage pour y préparer un feu de camp. sur Amazon.fr

Related: