background preloader

Maladies à vendre (les inventeurs de maladies)

Maladies à vendre (les inventeurs de maladies)

Vaccine Controversy | A PubMed Compilation : 15 to start with. It's no secret... When your child is diagnosed with autism, you want answers. You want to know what might have caused your family's world to be turned upside down. Plans for childhood forever altered, dreams rearranged and priorities permanently shifted. Some people however, believe that what we want is someone / something to blame. But this is simply not so. You see, linking autism to vaccines would be blaming no one but ourselves. We were the ones who took her to the office. Finding a link to vaccines would place the blame squarely on our own shoulders and is a much harder pill to swallow than a genetic condition. Try as I might though, the proof was there. Not only could they impair her immune system, they DID. It's all right there... Explained for anyone who takes the time to read it. The answers. And that is why parents who have done the research are so vocal. We are here for you... Read the links to the right and the fifteen PubMed links below. Anecdotal no more. Aluminum Studies:

Trésors à visionner gratuitement en ligne : Bon cinéma ! Accueil > Formations et ressources > Liste des répertoires > Trésors à visionner gratuitement en ligne : Bon cinéma ! Mise à jour : novembre 2012 7052 rue Des Brumes Québec Qc CanadaG2C 1P6 Trouver des films sur Internet est une chose relativement aisée ; les plateformes offrant le visionnement gratuit se multiplient. On trouve du cinéma de tous les genres : longs-métrages de fiction, documentaires, films d'animation, films expérimentaux, actualités, etc. Voici quelques-uns de ces sites où vous pourrez visionner en ligne votre cinéma préféré. Si vous en connaissez d’autres, nous serons heureux de les ajouter - info@cursus.edu Voir aussi répertoire des chaînes vidéos éducatives gratuites Niveau : Populaire Sujets : Enseignement - Didactique - Pédagogie , Médias de masse - Télévision - Radio , Cinéma - Vidéo - Photo - Multimédia , Culture - Nation Mots-clés : Vidéos , Licences Libres , Cinéma

Psychiatriser la vie ? L’ Origine, ou l‘ Énergie Étrange La souffrance dite psychologique, amène à envisager de faire souffrir comme une sorte de cure maléfique qui marche un tout petit peu , genre j’essaye d’oublier , uniquement au moment ou je fais mal , et de ce fait comme toute drogue, je me dois d’augmenter la dose. A chacun de voir à qui cela peut s’appliquer. Moments vécus : Après ce moment qui s’est produit il y a environ 40 ans , déjà raconté vers 2009 ici même, environ un an plus tard se reproduisit un phénomène diffèrent quand à la forme, mais identique quand à la présence de cette Énergie Étrange, intense, envahissante. Le matin était glauque , nous étions avec mon ami dans une ville glauque et l’humeur était glauque, comme le temps ainsi que les personnes qui attendaient le bus. C’est une première « réaction » allergique qui petit à petit va s’ amplifier et venir m’ obliger à avoir à saisir la douleur de vivre. Oui et alors ? Ceci est plus courant qu’on pourrait le croire.

Le Zyprexa, un médicament qui bouzille le pancréas : Prescrit à gogo en France !… Les scandales continuent………..Info à faire circuler…. Exclusif ! Faites circuler l’info partout où vous le pouvez. Merci pour toutes les victimes des laboratoires pharmaceutiques.Des études cliniques ont montré que le médicament Zyprexa risque de causer de graves dommages à plusieurs fonctions pancréatiques, y compris sensibilité à l’insuline et réduit des niveaux élevés de sucre dans le sang.La combinaison de ces facteurs, ainsi que des altérations métaboliques provoquées par la consommation de drogue Zyprexa peut irriter le pancréas et causer d’importants dommages à long terme. Cela se traduit souvent par une condition appelée pancréatite aiguë, qui dans bien des cas, peut être potentiellement mortelle. L’inflammation du pancréas est appelée pancréatite chronique et peut être causée par des médicaments tels que le Zyprexa. Auteur : T GoingArticle relayé par : mich pour Sos-PlanèteVOIR AUSSI:Eviter les dentifrices toxiques ou… à l’huile de palme !

Amiante : un déni de justice Victimes sanitaires et désormais victimes judiciaires. Les travailleurs de l'amiante ne connaîtront pas le relatif réconfort de voir les responsables de leurs malheurs devant les tribunaux. Cerise sur le gâteau, le Comité permanent amiante (CPA), créé en 1982 par les industriels de l'amiante considéré comme instrument de lobbying pour prolonger l'utilisation de la fibre se voit lavé de cette accusation. La décision de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris d'annuler neuf des dix-sept mises en examen dans l'un des volets de l'affaire de l'amiante, laisse un arrière-goût amer. Non pas qu'elle rende une hypothétique vengeance impossible mais parce qu'elle contribue à rendre illusoire l'établissement des responsabilités qu'elles soient politiques, administratives ou industrielles. Le télescopage des dossiers judiciaires est terrible. On pourrait en sourire s'il n'y avait de quoi en pleurer.

Les médicaments à base de tétrazépam retirés du marché aujourd'hui Le tétrazépam est retiré du marché © Maxppp - Alain Delpey Le Myolastan et ses génériques, utilisés dans le traitement des contractures musculaires, sont retirés du marché français à compter de ce lundi 8 juillet. En cause, leur substance active, le tétrazépam, qui peut provoquer de rares mais graves réactions cutanées, parfois mortelles. De la famille des benzodiazépines, il est prescrit pour traiter les contractures douloureuses. Le Myolastan et ses génériques ne sont plus dans les rayons des pharmacies. Ce décontractant musculaire, très utilisé depuis sa commercialisation en 1969, est retiré du marché à partir de ce lundi. De graves réactions Utilisée comme traitement des contractures musculaires douloureuses en rhumatologie, cette benzodiazépine a un effet myorelaxant. Le retrait concerne le Myolastan du laboratoire Sanofi et ses génériques (Panos de Daiichi Sankyo France, Tetrazepam d'Arrow, Sandoz, Biogaran). Retrait dans toute l'Union européenne

Nouveau scandale de santé alimentaire dû au marché unique européen : Le bœuf britannique tuberculeux 7 juillet 2013 : On vient d'apprendre que des abattoirs britanniques exportent sciemment de la viande de bœuf contaminée à la tuberculose vers des cantines et des hôpitaux en France, en Belgique et aux Pays-Bas. Le plus extraordinaire, c'est que tout ceci est parfaitement connu des autorités d'outre-Manche : a)- les animaux testés positifs à la tuberculose sont en effet retirés des troupeaux afin d'éviter d'autres contaminations, moyennant une compensation de l'État à l'éleveur ; b)- une agence vétérinaire publique (Animal Health and Veterinary Laboratories Agency) les revend ensuite, en toute connaissance de cause, à un abattoir du Sommerset, filiale du grossiste en viande irlandais ABP UK. c)- les carcasses sont ensuite exportées sans étiquetage particulier. Bien entendu, les médias français qui relayent cette information aujourd'hui : a)- s'empressent d'expliquer que le risque de transmission « serait faible ». Et le bon peuple est censé être rassuré par ces explications lénifiantes.

DEFENDONS VRAIMENT NOTRE SANTE (I) 1) La médecine officielle est complètement dépendante de l'industrie pharmaceutique, donc il faut se poser la question du fonctionnement et du rôle économique de big-pharma en premier. 2) Le seul but de big-pharma est de gagner de l'argent, beaucoup d'argent rapidement et à moindre frais. Il en découle plusieurs conséquences. - chercher les créneaux rentables. - Big-pharma n’a donc strictement aucun intérêt à guérir les maladies : il en vit comme toute une partie du corps médical et des activités connexes. - développer des médicaments très dangereux comme le Médiator en France et le Vioxx aux USA (aujourd'hui interdit) : 30 000 décès au minimum pour ce dernier (je dis bien trente milles). - la nécessité de réduire au maximum le prix de production des médicaments. - comme toutes les industries, big-pharma est maintenant sur le marché capitaliste mondial. 4) Durant la dernière guerre et sous l’impulsion de l’occupant nazie a été créé l’Ordre des Médecins. jacques-lacaze.com

Le retour des farines animales et ce qu'il dit de la politique européenne En janvier 2013, la Commission européenne a autorisé l’utilisation des farines animales dans l’alimentation des poissons d’élevage, anticipant, sans aucun doute, celle des porcs et des volailles. Cette utilisation était prohibée en Europe depuis 2001 et ce revirement suscite un tollé en France. La Commission européenne, fonde sa décision sur deux séries d’arguments. Les premiers sont d’ordre technique et économique. La Commission considère que les risques sanitaires sont dépassés ou maîtrisés. publicité Les seconds arguments sont d’ordre politique. L’affaire remonte au printemps 2011 lorsque le PE s’intéresse au «déficit de l’Europe en protéines végétales». Au sujet des farines, le rapporteur vert allemand Martin Häusling maintient le principe d’interdiction d’utilisation dans les fourrages, mais la position du PE évolue. «L’utilisation des PAT issues de résidus d’abattages pour produire des aliments pour animaux monogastriques (porcs et volailles) devrait être envisagée.» Bug politique

Irène Frachon : « L’Agence du médicament ne s’est pas comportée moralement » Irène Frachon, en août 2011 (Audrey Cerdan/Rue89) La justice est remontée tout en haut de la pyramide de la santé publique dans l’enquête sur le scandale du Mediator, ce médicament du laboratoire Servier, prescrit comme coupe-faim, interdit en 2009, et qui aurait fait entre 500 et 2 000 morts. Mardi, les juges d’instruction ont convoqué l’actuel directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM, ex-Afssaps), Dominique Maraninchi, en vue d’une mise en examen de celle-ci, en tant que personne morale, pour « homicide involontaire et blessures involontaires » s’agissant des fautes de négligence commises entre 1995 et 2009. « Mediator 150 mg, combien de morts ? Nous avons demandé à la lanceuse d’alerte Irène Frachon, la pneumologue du CHU Brest dont le livre a révélé le scandale, de nous livrer son analyse sur cette suite judiciaire inattendue et inédite, alors que les dossiers d’indemnisation des victimes patinent. Rue89 : Trouvez-vous logique cette mise en examen ?

Mediator : l'Agence du médicament mise en examen Après les laboratoires Servier, c'est désormais au tour de l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) de se retrouver aussi dans le viseur des juges, dans le cadre d'un procès qui fait suite au scandale du Mediator. Dominique Marininchi, directeur général de l'ANSM, a été convoqué ce mardi à 14h30 par les juges en charge de l'instruction, pour être informé de la mise en examen de l'agence qu'il dirige. Il s'est rendu à cette convocation accompagné de son avocate. Les chefs d'inculpation sont les blessures involontaires et l'homicide involontaire pour des fautes de négligence commises entre 1995 et 2009, précise un communiqué de l'ANSM. «Il serait ainsi reproché à l'Agence d'avoir contribué à créer la situation qui a engendré le dommage des victimes et de n'avoir pas pris les mesures permettant de l'éviter», précise un communiqué de l'ANSM. Un volet judiciaire difficile à instruire » Mediator: les experts truquent les dossiers des victimes » Mediator: le système Servier dévoilé

France : Comment Servier s'attirait les bonnes grâces des experts EXCLUSIF - Le Figaro a consulté les procès-verbaux des cinq personnes mises en examen, mi-février, dans le cadre de l'instruction sur le Mediator pour prise illégale d'intérêt. La phrase a l'effet d'une bombe. «Je pense que le Mediator aurait pu être retiré en 2007 certainement, et peut-être même en 2005.» C'est ce qu'a déclaré aux enquêteurs en charge de l'instruction sur le Mediator un homme qui connaît parfaitement le sujet puisqu'il s'agit d'Alain Le Ridant, le pharmacien responsable de Servier qui a pris sa retraite il y a deux ans. Le laboratoire a toujours soutenu que le médicament n'aurait pas pu être retiré du marché avant 2009. Entre le 11 et le 14 février dernier dans le volet de l'instruction consacré à la prise illégale d'intérêt, les juges parisiens ont mis cinq personnes en examen, toutes placées sous contrôle judiciaire avec dépôt de caution. Les procès-verbaux de leurs auditions sont riches d'enseignements sur les méthodes du laboratoire. Un mélange des genres

ROYAUME-UNI • Dans l’enfer d’un hôpital Un rapport accablant lève le voile sur un système de santé obsédé par la réduction des coûts. Bella Bailey avait 86 ans quand des infirmières de l’hôpital de Stafford, dans le centre de l’Angleterre, l’ont laissée tomber : sa tête a heurté la barre métallique de son lit, et la vieille dame a hurlé de douleur. Au lieu de lui prodiguer des soins, les infirmières ont fait comme si rien ne s’était passé. Comme l’a raconté plus tard sa fille Julie, les soignantes ont pris la main de la malade en disant : “Là, là, on ne vous a pas ­laissée tomber. Vous avez glissé du lit, pas vrai ?” Julie Bailey, qui a passé huit semaines au chevet de sa mère, décrit ce service de l’hôpital de Stafford comme un enfer dantesque, un lieu de souffrances ­résonnant de cris de douleur sans réponse. Les patients, très affaiblis, souffraient de la faim et de la soif, parce que le personnel soignant ne prenait pas le temps de les nourrir, et certains avaient la bouche en sang. Manquements Chaos

Le débat sur la pilule s'invite en Allemagne, dans le fief de Bayer Jusqu'à présent, le débat sur la dangerosité des pilules de troisième et quatrième génération initié en France depuis plusieurs semaines n'avait été que peu relayé par la presse allemande. Mais avec l'annonce cette semaine du retrait de la «pilule» Diane® 35 du marché français dans trois mois, plusieurs articles se penchent sur les risques liés à ces pilules. Le fait que cet anti-acnéique à effet contraceptif, prescrit en France depuis 25 ans, est produit par le laboratoire allemand Bayer n'y est certainement pas étranger. C'est également lui qui produit Meliane, la pilule que prenait Marion Larat à l'époque elle a été victime d'un AVC. Tout comme en France, les risques liés à ces pilules sont connus depuis longtemps par les autorités sanitaires. Ce qui n'a pas empêché les gynécologues allemands de continuer à prescrire massivement des pilules de troisième et quatrième génération à leurs patientes, comme le souligne l'hebdomadaire Die Zeit: Le laboratoire, lui, se mure dans le silence.

Related: