background preloader

File Transfer Protocol

File Transfer Protocol
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir FTP. File Transfer Protocol (protocole de transfert de fichiers), ou FTP, est un protocole de communication destiné à l'échange informatique de fichiers sur un réseau TCP/IP. Il permet, depuis un ordinateur, de copier des fichiers vers un autre ordinateur du réseau, ou encore de supprimer ou de modifier des fichiers sur cet ordinateur. Ce mécanisme de copie est souvent utilisé pour alimenter un site web hébergé chez un tiers. La variante de FTP protégée par les protocoles SSL ou TLS (SSL étant le prédécesseur de TLS) s'appelle FTPS. FTP obéit à un modèle client-serveur, c'est-à-dire qu'une des deux parties, le client, envoie des requêtes auxquelles réagit l'autre, appelé serveur. FTP, qui appartient à la couche application du modèle OSI et du modèle ARPA, utilise une connexion TCP. Ce protocole peut fonctionner avec IPv4 et IPv6. Histoire[modifier | modifier le code] Interopérabilité[modifier | modifier le code] Related:  Réseaux

Transport Layer Security Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Transport Layer Security (TLS), et son prédécesseur Secure Sockets Layer (SSL), sont des protocoles de sécurisation des échanges sur Internet, développés à l'origine par Netscape (SSL version 2 et SSL version 3). Il a été renommé en Transport Layer Security (TLS) par l'IETF à la suite du rachat du brevet de Netscape par l'IETF en 2001. Le groupe de travail correspondant à l'IETF a permis la création des RFC 2246 pour le TLS et RFC 4347 pour son équivalent en mode datagramme, le DTLS. Il y a très peu de différences entre SSL version 3 et TLS version 1 (qui correspond à la version 3.1 du mécanisme SSL) rendant les deux protocoles non interopérables. Par abus de langage, on parle de SSL pour désigner indifféremment SSL ou TLS. TLS fonctionne suivant un mode client-serveur. Présentation[modifier | modifier le code] Avec un système SSL/TLS, la sécurité a été sensiblement améliorée, et les risques pour le client minimisés.

RFC 959 - File Transfer Protocol [Docs] [txt|pdf] [Errata] Updated by: 2228, 2640, 2773, 3659, 5797, 7151 INTERNET STANDARD Errata Exist Network Working Group J. Postel Request for Comments: 959 J. Reynolds ISI Obsoletes RFC: 765 (IEN 149) October 1985 Status of this Memo This memo is the official specification of the File Transfer Protocol (FTP). Distribution of this memo is unlimited. The following new optional commands are included in this edition of the specification: CDUP (Change to Parent Directory), SMNT (Structure Mount), STOU (Store Unique), RMD (Remove Directory), MKD (Make Directory), PWD (Print Directory), and SYST (System). The objectives of FTP are 1) to promote sharing of files (computer programs and/or data), 2) to encourage indirect or implicit (via programs) use of remote computers, 3) to shield a user from variations in file storage systems among hosts, and 4) to transfer data reliably and efficiently. In this section, the history, the terminology, and the FTP model are discussed.

Telnet Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Telnet (TErminal NETwork ou TELecommunication NETwork, ou encore TELetype NETwork) est un protocole réseau utilisé sur tout réseau prenant en charge le protocole TCP/IP. Il appartient à la couche application du modèle OSI et du modèle ARPA. Il est normalisé par l'IETF (RFC 854 et RFC 855). telnet est aussi une commande permettant de créer une session Telnet sur une machine distante. Détails du protocole[modifier | modifier le code] Parmi les caractères envoyés par le serveur Telnet, il y a évidemment les caractères de texte à afficher, mais il y a aussi des séquences de caractères qui permettent de contrôler l'affichage, par exemple pour effacer le contenu de la ligne courante. NVT s'appuie sur : NVT va au-delà des fonctionnalités d'affichage et permet par exemple d'envoyer de façon urgente des signaux d'interruption au serveur pour interrompre l'application en cours. Utilisation[modifier | modifier le code] RFC[modifier | modifier le code]

Les formulaires HTML Janvier 2015 Intérêt d'un formulaire Les formulaires interactifs permettent aux auteurs de pages Web de doter leur page web d'éléments interactifs permettant par exemple un dialogue avec les internaute, à la manière des coupons-réponse présents dans certains magazines. Le lecteur saisit des informations en remplissant des champs ou en cliquant sur des boutons, puis appuie sur un bouton de soumission (submit) pour l'envoyer soit à un URL, c'est-à-dire de façon générale à une adresse e-mail ou à un script de page web dynamique tel que PHP, ASP ou un script CGI. La balise FORM Les formulaires sont délimités par la balise <FORM> ... Voici la syntaxe de la balise FORM : <FORM METHOD="POST" ou "GET" ACTION="url" ENCTYPE="x-www-form-urlencoded">... Voici quelques exemples de balises FORM : A l'intérieur de la balise FORM... La balise INPUT: un ensemble de boutons et de champs de saisieLa balise TEXTAREA: une zone de saisieLa balise SELECT: une liste à choix multiples Envoi des données La balise INPUT

Internet Protocol Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir IP. Internet Protocol (abrégé en IP) est une famille de protocoles de communication de réseau informatique conçus pour être utilisés par Internet. Les protocoles IP sont au niveau 3 dans le modèle OSI. Les protocoles IP s'intègrent dans la suite des protocoles Internet et permettent un service d'adressage unique pour l'ensemble des terminaux connectés. Fonctionnement[modifier | modifier le code] Lorsque deux terminaux communiquent entre eux via ce protocole, aucun chemin pour le transfert des données n'est établi à l'avance : il est dit que le protocole est « non orienté connexion ». Services délivrés[modifier | modifier le code] Les protocoles IP assurent l'acheminement au mieux (best-effort delivery) des paquets. Fiabilité[modifier | modifier le code] Les garanties qu'un protocole IP n'offre pas sont déléguées aux protocoles de niveau supérieur. Historique des versions[modifier | modifier le code] En-tête IPv4.

Hypertext Transfer Protocol Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'HyperText Transfer Protocol Secure, plus connu sous l'abréviation HTTPS — littéralement « protocole de transfert hypertexte sécurisé » — est la combinaison du HTTP avec une couche de chiffrement comme SSL ou TLS. HTTPS permet au visiteur de vérifier l'identité du site web auquel il accède, grâce à un certificat d'authentification émis par une autorité tierce, réputée fiable (et faisant généralement partie de la liste blanche des navigateurs internet). Il garantit théoriquement la confidentialité et l'intégrité des données envoyées par l'utilisateur (notamment des informations entrées dans les formulaires) et reçues du serveur. HTTPS est généralement utilisé pour les transactions financières en ligne : commerce électronique, banque en ligne, courtage en ligne, etc. Depuis le début des années 2010, le HTTPS s'est également généralisé sur les réseaux sociaux. HTTPS et piratage[modifier | modifier le code] HSTS[modifier | modifier le code]

WinSCP :: Introduction - Mozilla Firefox WinSCP est un client SFTP graphique pour Windows. Il utilise SSH et est open source. Le protocole SCP est également supporté. Voici l’introduction pour les utilisateurs Français. Téléchargement et installation de WinSCP Fonctions Opérations sur les fichiers Connexion à un ordinateur distant Interface graphique Il y a deux interfaces différentes avec plusieurs options de configuration dans WinSCP. Vous pouvez choisir votre interface préférée lors de l’installation, puis vous pouvez changer vos préférences après. Si c’est la première fois que vous utilisez WinSCP, vous devriez choisir l’interface Windows Explorer car elle est familière aux utilisateurs de Windows. L’interface Norton Commander est principalement destinée à une gestion de l’application avec le clavier.

Simple Network Management Protocol Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Simple Network Management Protocol (abrégé SNMP), en français « protocole simple de gestion de réseau », est un protocole de communication qui permet aux administrateurs réseau de gérer les équipements du réseau, de superviser et de diagnostiquer des problèmes réseaux et matériels à distance. Principe[modifier | modifier le code] Les systèmes de gestion de réseau sont basés sur trois éléments principaux : un superviseur, des nœuds (ou nodes) et des agents. Dans la terminologie SNMP, le synonyme manager est plus souvent employé que superviseur. Commutateurs, concentrateurs, routeurs, postes de travail et serveurs (physiques ou virtuels) sont des exemples d'équipements contenant des objets gérables. L'architecture de gestion du réseau proposée par le protocole SNMP est donc fondée sur trois principaux éléments : En pratique[modifier | modifier le code] Concrètement, dans le cadre d'un réseau, SNMP est utilisé :

Modèle OSI Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Histoire[modifier | modifier le code] Le Modèle OSI a été conçu dans les années 1970, sur fond de rivalités entre trois architectures de conceptions différentes : la DSA lancée par CII-Honeywell-Bull innove dans l'informatique distribuée en mettant en avant les mini-ordinateurs Mitra 15 puis Mini 6, tandis que Decnet, de DEC, et SNA d'IBM donnent une plus grande place au site central, contrôlant l’ensemble des ressources matérielles et logicielles, les utilisateurs y accédant pour une "session" via des terminaux passifs. Hubert Zimmermann, recruté en 1971 à l'IRIA par Louis Pouzin pour développer le Datagramme, technologie qui suscite un enthousiasme international [1], appuyée par la CII[2]. Aperçu[modifier | modifier le code] Le modèle de baseArchitecture de sécuritéDénomination et adressageCadre général de gestion Le texte de la norme proprement dite est très abstrait car il se veut applicable à de nombreux types de réseaux. Contrôle de flux

IPv4 Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. IPv4 (Internet Protocol version 4) est la première version d'Internet Protocol (IP) à avoir été largement déployée, et qui forme encore en 2013 la base de la majorité des communications sur Internet, avec l'IPv6. Elle est décrite dans la RFC 791 de , remplaçant la RFC 760, définie en . Chaque interface d'un hôte IPv4 se voit attribuer une ou plusieurs adresses IP codées sur 32 bits. L'épuisement des adresses IPv4 a conduit au développement d'une nouvelle version d'IP, IPv6, et à la transition d'IPv4 vers IPv6 afin d'adopter cette nouvelle version. Représentation d'une adresse IPv4[modifier | modifier le code] Une adresse IPv4 est représentée sous la forme de quatre nombres décimaux séparés par des points comme par exemple 193.43.55.67. En-tête IPv4[modifier | modifier le code] Version (4 bits) : version d'IP utilisée. Longueur de l'en-tête ou IHL (pour Internet Header Length) (4 bits) : Type de service ou ToS (pour Type of Service) (8 bits) :

Related: