background preloader

Au pays de Candy

Au pays de Candy
Candy : c'est le nom de code de l'opération organisée depuis la France et consistant à aider le régime de Kadhafi à espionner tous ses citoyens sur Internet. Ici, le pays de Candy, c'est à la fois la Libye et la France, nos grands discours et nos réalités, pas toujours glorieuses. Retour sur cette relation trouble avec un livre d'enquête qui lève le voile sur ces systèmes de surveillance surpuissants. OWNI Editions publie aujourd’hui Au pays de Candy, enquête sur les marchands d’armes de surveillance numérique. Un document consacré en particulier au système Eagle, conçu par une entreprise française, Amesys, à la demande du régime libyen de Mouammar Kadhafi. “Au pays de Candy” (118 pages, 4,49 euros) est disponible au format “epub” sur Immatériel, la FNAC (Kobo) et l’IbookStore d’Apple, Amazon (Kindle), ainsi que sur OWNI Shop (au format .pdf, sans marqueur ni DRM). De nos jours, Amesys affirme que ce “produit” a été conçu pour “chasser le pédophile, le terroriste, le narcotrafiquant“.

http://owni.fr/2012/03/15/au-pays-de-candy/

Related:  Il n'y a pas de vie privée sans libertésEnjeux Internet

Note moyenne : | 0 avis Ce produit n'a pas encore été évalué. Soyez le premier ! Tana Editions Paru le : 19/10/2006 Lire le résumé Neuf - Définitivement indisponible Le droit de la presse bientôt sacrifié sur l'autel de l'oubli numérique Sous couvert d'instaurer un "droit à l'oubli numérique", on pourrait bien assister à un profond bouleversement du droit de la presse résultant de la loi du 29 juillet 1881, considérée à juste titre comme un monument de notre République. En France, sous réserve de ne pas porter indument atteinte à la réputation ou à la vie privée d’autrui, chacun est libre d’exprimer des opinions sur un tiers ou de révéler des faits relatifs à la vie professionnelle, politique ou associative d'une personne. La protection de cette liberté d'expression est renforcée par de courts délais de prescription en matière de diffamation. Les publications à l'encontre desquelles la personne visée n'a pas agi dans les délais prescrits tombent ainsi définitivement dans le domaine public.

Censuré par la police du net, l'auteur d'une BD se fait saisir son matériel L'histoire était pour nous révélatrice des dangers de la loi Loppsi, qui prévoit de faire bloquer les sites réputés pédopornographiques avant-même le moindre jugement. Mais nous n'imaginions pas que l'histoire puisse aller si loin. En novembre dernier, nous avions rapporté les mésaventures de Pirate Sourcil, un auteur de bandes dessinées qui avait été contacté par les services de police, parce qu'il avait publié sur son blog une BD racontant l'histoire d'une enfant trop dévergondée, abusée par un maître d'école pédophile. L'histoire était certes maladroite, mais elle n'avait selon nous rien d'illégal. Elle ne montrait absolument aucune image explicite. Son seul tort était d'avoir voulu faire de l'humour avec une histoire qui aurait été parfaitement acceptée si elle avait été présentée comme un drame.

La vie privée, un problème de vieux cons ? Le livre En résumé : La vie privée, un problème de « vieux cons » ? (le livre) peut donc être commandé sur Amazon, la Fnac, l'AppStore (pour iPhone & iPad), et dans toutes les bonnes librairies... Depuis que j'ai écrit cet article intitulé La vie privée, un problème de vieux cons ?, en mars 2009, je ne compte plus le nombre de gens qui sont persuadés d'être des "vieux cons", alors que non : la vie privée, ce n'est pas un problème de "vieux cons", la preuve : jamais on en avait autant parlé que depuis que l'internet est arrivé. A contrario, depuis que j'ai aussi écrit Vie privée : le point de vue des “petits cons”, je ne compte plus le nombre de gens qui m'ont remercié d'avoir ainsi décrit ce que les internautes vivent et sont, au-delà des clichés dont ils sont affublés... mais qui n'ont pas forcément pour autant pris la mesure de la "société de surveillance" qui, pour le coup, attente gravement à nos libertés.

Les hackers ou la culture du libre Depuis les années 80, les médias ont souvent eu tendance à assimiler hacking et cybercriminalité, contribuant à donner du hacker une image purement négative. Or le terme "hacker", ni positif ni négatif, recouvre en fait une réalité multiforme : libre circulation des données et des informations, nouvelles formes de contestation politique, philosophie du Do it yourself... Nous vous proposons un aperçu de ce mouvement, illustré par une sélection de ressources disponibles en ligne ou à la Bpi. Changer la société : le hacking pour modèle (parce que de nombreux commentaires renvoient une forme d’impuissance, de pessimisme fort compréhensible face aux constats politiques et économiques développés ici-même, il est important d’amener aussi des aspects constructifs et positifs à toute cette histoire. Les crises sont facteurs de création, de liens et d’inventivité puisqu’elles forcent à compenser les difficultés inhérentes qu’elles génèrent. Il est possible de hacker la société, à son échelle individuelle, et avec un mouvement de ce type de plus en plus partagé par le plus grand nombre, de faire basculer un peu les choses, voir beaucoup.) Pour les plus jeunes, les moins de 25-30 ans, certains modes de fonctionnement sont quasiment inconnus. Par exemple, les trois ou quatre gugus qui entourent un capot ouvert de voiture avec tout un tas de clés, de tournevis et autres canettes de bière autour et qui passent plusieurs journées à réparer l’engin. Changer soi-même, avant de vouloir changer le monde

Les « petits cons » parlent aux « vieux cons » (la version courte) « Superbe, excellent, remarquable, passionnant, très intéressant, pertinent et indispensable, rafraîchissant, à lire absolument… » Mon article sur la « Vie privée : le point de vue des “petits cons”« , portrait de ces internautes décomplexés en terme de liberté d’expression, initialement publié sur InternetActu et repris sur LeMonde.fr, soulève, sinon les foules, tout du moins des centaines de gazouillis d’approbation. L’an passé, « La vie privée, un problème de vieux cons ? » (qui dressait un parallèle entre la liberté d’expression sur le Net et la révolution sexuelle) avait lui aussi été très lu, discuté, et, tout comme mes « petits cons« , figuré en tête du classement des articles les plus envoyés par les lecteurs du Monde.fr.

Me Thierry Dor: vers une extension de l’opt-in pour la collecte des données personnelles en Europe Smart Data >>(vidéo) Avocat spécialiste du droit de l’informatique et des nouvelles technologies chez Gide Loyrette Nouel, Me Thierry Dor explique les changements qu’apportera le futur règlement européen de protection des données personnelles en matière de collecte et de traitement. Dans cet entretien, Me Thierry Dor, avocat spécialiste du droit de l’informatique et des nouvelles technologies chez Gide Loyrette Nouel, nous expose ce que modifiera le prochain règlement européen de protection des données à caractère personnel – qui s’inscrit dans la réforme annoncée par la Commission européenne en janvier 2012. Entre autres points:

Related: