background preloader

Espace national de réflexion éthique sur la maladie d'Alzheimer

Espace national de réflexion éthique sur la maladie d'Alzheimer
Related:  Alzheimer

Plan Alzheimer 2008 - 2012 Le point sur la maladie d'Alzheimer en France A l'occasion du coup d'envoi de la 2e édition du Train Alzheimer, le 21 septembre 2011, les professionnels impliqués dans la recherche et la prise en charge de la maladie d'Azheimer ont fait le point sur ce que l'on connait de cette maladie, sur les traitements et les recherches, et sur la prise en charge des malades et des aidants. Qu'est ce que la maladie d'Alzheimer ? Décrite pour la première fois en 1906 par le Docteur Alois Alzheimer, neurologue allemand, la maladie d'Alzheimer se caractérise par la perte progressive de la mémoire et des fonctions cognitives . En outre, elle s'accompagne fréquemment de troubles du comportement. La maladie d’Alzheimer est associée à deux types de lésions dans le cerveau : les plaques amyloïdes et les dégénérescences neurofibrillaires. On associe souvent la maladie d’Alzheimer à la perte de mémoire car ce sont effectivement les neurones localisés dans la région de l’hippocampe, siège de la mémoire, qui sont les premiers atteints. Les facteurs de risque

Généralités - La Gériatrie Pratique Le Vieillissement Humain Le processus du vieillissement est un phénomène biologique extrêmement complexe, qui trouve son origine dans la strcuture génétique de l'organisme. la connaissance des divers aspects du vieillissement s'est accélérée considérablement et les progrès de la recherche dans le domaine du vieillissement ont permis de comprendre le rôle important des facteurs génétiques, des altérations du fonctionnement cellulaire, ou encore des modifications du métabolisme des protéines. théoriquement on pourrait penser que certains aspect de ce processus se prêtent à une intervention. Bien que des propriétés anti-vieillissement aient été attribuées à divers produits, cela n'a pas encore été documenté de manière satisfaisante chez l'homme. 1/ Définition : Le vieillissement est l’ensemble des processus physiologiques et psychologiques qui modifient la structure et les fonctions de l’organisme à partir de l’âge « mûr ». 2/ Age de la vieillesse : OMS : 65 ans et + La Gériatrie b/ Mortalité :

Parcours de soins de la maladie de Parkinson Fondation Plan Alzheimer | Le site pour la recherche sur la maladie d’Alzheimer Maison de retraite Alzheimer Conseil les personnes âgées en Ehpad et Cantou sur Paris Lyon Marseille Association France Parkinson, information sur la maladie de parkinson, soutien moral

La "règle du double effet" - [ Gériatrie, soins palliatifs - Michel Cavey ] La règle du double effet est l’un des points sensibles du débat sur l’euthanasie. De plus en plus on voit apparaître dans le processus de prise de décision médicale la notion de "discussion bénéfice/risque". Les médecins sont en effet amenés de manière non rare à adopter des stratégies risquées. Et il existe une règle qui impose de proportionner le risque pris au bénéfice escompté [1]. Mais comment se pose la question du rapport bénéfice/risque chez le sujet en fin de vie ? Comment éviter de dire : "Au point où en sont les choses, peu importe les risques" ? Tous les actes de soins ont des avantages et des inconvénients : il y a une efficacité, mais il y a des effets secondaires (ne serait-ce que le risque de surdosage). Un traitement sans effets secondaires est un traitement sans effet. Les "traitements légers" ne sont que légèrement efficaces. Le principe fondamental de l’activité médicale est connu de tous : Primum non nocere, d’abord ne pas nuire. Une efficacité : C’est l’effet bon. 1. 2.

Sémiologie des nerfs crâniens Il existe douze paires de nerfs crâniens (un de chaque côté) : Hormis les nerfs olfactif et optique qui ne sont pas de vrais nerfs crâniens (ils n'ont pas de gaine de Schwann) mais des évaginations du cerveau, les autres nerfs sont l'équivalent au niveau crânien des nerfs rachidiens ou spinaux. I - Le nerf olfactif (I) Le déficit de l'olfaction peut être complet (anosmie) ou partiel (hyposmie). Le patient se plaint le plus souvent d'une altération du goût des aliments (seule est préservée la sapidité, c'est-à-dire la perception du sucré, du salé, de l'amer et de l'acide). II - Le nerf optique (II) (voir le chapitre voies visuelles) III - Les nerfs oculomoteurs (III, IV, VI) Les noyaux de ces trois nerfs, situés dans le mésencéphale (III et le IV) et la protubérance (VI), On distingue donc des paralysies oculomotrices (ou ophtalmoplégies) 1 - Atteintes nucléaires et tronculaires Symptôme : diplopie (vision dédoublée des objets) ou seulement vision trouble (forme mineure) 2. 3. 1. 2. 1. 2. 1. 2.

Le Guide Alzheimer : Vivre avec la Maladie d'Alzheimer Edition 2015 Écrit par l’équipe rédactionnelle et médicale de Retraite Plus, le guide Alzheimer a été conçu pour pallier au manque d’information des familles qui se tournent quotidiennement vers nos conseillers en gérontologie. Cette nouvelle version 2015 a été actualisée avec les dernières avancées de la recherche médicale ainsi qu’avec de nombreux conseils pratiques à destination des aidants. Quand et comment diagnostiquer la maladie? Comment vivre avec un malade d’Alzheimer ? Quelles sont les différentes approches thérapeutiques ? Quelles solutions d’hébergement et de prise en charge existe-t-il? Pour télécharger directement le « Guide Alzheimer » 2015 de Retraite Plus, cliquez ici Demande urgente Vous cherchez une maison de retraite? Trouvez en 2 clics une maison de retraite près de chez vous, grâce à notre annuaire intéractif !

Maladie d’Alzheimer : du diagnostic à la prise en charge L’accident vasculaire cérébral (AVC) Longtemps considéré comme une fatalité, l’AVC, souvent appelé « attaque cérébrale », est provoqué par un arrêt brutal de la circulation sanguine à l’intérieur du cerveau, qui entraîne la mort des cellules cérébrales. En 2012, près de 125 000 personnes ont été hospitalisées pour un AVC (accident ischémique transitoire (AIT) ou AVC avéré) – soit une toutes les 4 minutes. L’AVC a causé près de 29 000 décès en 2010. A ce titre, il représente la 3ème cause de mortalité chez l’homme et la 2ème chez la femme, après les cancers et l’infarctus du myocarde. Il est aussi la 1ère cause de handicap acquis de l’adulte – soit 550 000 personnes vivant avec des séquelles – et la 2ème cause de démence. Un cas sur 4 survient avant l’âge de 65 ans. La poursuite des actions a permis d’améliorer la prévention et l’information de la population avant, pendant et après l’AVC, notamment en informant la population depuis les signes d’alerte jusqu’à l’accompagnement du handicap. Pour en savoir plus

La Lettre de Psychogériatrie | Les soignants parlent aux soignants ! accidents vasculaires cérébraux Les accidents vasculaires cérébraux Dr Bertrand Brugerolle Médecin-chef, CRF Lay-Saint-Christophe Dans le langage populaire, un AVC est aussi appelé " attaque ou " congestion cérébrale . Le nombre de nouveaux cas annuels est évalué à 100 000 pour la France, et il y a 35 000 récidives annuelles chez d'anciens malades. La lésion cérébrale entraîne des déficiences variées. comment se manifeste l'AVC ? Le début Il est brutal (les signes apparaissent en quelques secondes, minutes ou heures), instantané ou progressif avec une inconstante altération de la conscience. Les examens complémentaires Ils affirment le diagnostic et précisent le mécanisme. Le scanner : réalisé en urgence, il différencie AVC ischémique~ (par obstruction d'un vaisseau) et AVC hémorragiques, précise le siège, l'étendue et le retentissement de la lésion cérébrale. L'Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) est rarement nécessaire. mais parfois utile dans certaines localisations (tronc cérébral). Syndrome de focalisation 2.

Related: