background preloader

Mésopotamie (Iraq): Les jardins de Babel (documentaire)

Mésopotamie (Iraq): Les jardins de Babel (documentaire)

http://www.dailymotion.com/video/xivtai

Related:  perseBabylone - Cité EtatBabylone

Les paradis perses : des jardins royaux L’empereur perse voyageait beaucoup à travers son vaste empire, qui s’étendait de la Méditerranée à l’Inde. Pour lui permettre de s’adonner à ses loisirs au cours de ses déplacements, chaque satrape (gouverneur de province) avait l’obligation d’entretenir un paradis dans la capitale de sa satrapie. Les Paradis perses Ces vastes jardins étaient à la fois des lieux d’agrément, de détente et des terrains de chasse dans lesquels vivaient des centaines ou des milliers de fauves et du gibier. Ils comprenaient des plantations, des terres cultivées, des jardins d’agrément, des vergers. Littéralement, en vieux perse, le terme Paradaida signifiait «ayant une clôture de tous les côtés».

Astronomie babylonienne Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’astronomie babylonienne désigne les théories et les méthodes astronomiques développées dans l’ancienne Mésopotamie, le « pays entre les deux rivières » Tigre et Euphrate (dans l’Irak actuel), et où s'épanouirent les royaumes de Sumer, d’Akkad, de Babylonie et de Chaldée. L’astronomie babylonienne est à la source des traditions ultérieures de l'astronomie grecque et hellénistique, de l’astronomie indienne classique, de celles des Sassanides, des Byzantins et des Syriens, de l’astronomie médiévale des Musulmans et des Européens[1]. Les sources classiques grecques et latines désignent fréquemment les astronomes de Mésopotamie du nom de Chaldéens : il s’agissait en réalité de prêtres-scribes spécialisés dans l’astrologie et d’autres formes de divination.

Souverains de Babylone Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sauf précision contraire, les dates de cette page sont sous-entendues « avant Jésus-Christ ». Ceci est la liste des souverains de Babylone. Babylonien (langue) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le babylonien est la dénomination par laquelle on désigne un dialecte de l'akkadien, parlé en Babylonie à partir du début du IIe millénaire av. J.-C., et qui est pendant longtemps la langue littéraire et diplomatique par excellence du Proche-Orient. Le babylonien parmi les langues sémitiques de l'antiquité[Quand ?]. Babylone (royaume) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. 1894 – 539 av. J. Les jardins de l'antiquité Le jardin d'Hécate ille du titan Persès, de Zeus ou d'Admète, selon les versions, et d'Asteria, la nuit étoilée, ou encore d'Héra ou de Déméter, Hécate, est la magicienne de la nuit; elle a pour compagnes les Erinyes; les peupliers noirs lui sont consacrés et possède un bois sacré où poussent ses plantes magiques qui sont, selon Diodore de Sicile, l'auteur des Argonautiques orphiques : Ce bois est planté de lauriers- daphnai, de cornouillers- kraneai, et de platanes- platanistoi; en son centre se dresse un chêne à glands doux- phêgos. Le jardin de Médée

2000 avant JC - Babylone, la Porte des dieux Vers 2000 av. J.-C., en Mésopotamie, l'effondrement des cités sumériennes - Our en particulier - ouvre la voie à de petits royaumes indépendants. L'un d'eux va connaître un destin exceptionnel. Il s'organise autour de la cité de Babylone, dans une région appelée Babylonie (plus tard Chaldée), qui occupe l'ancien pays d'Akkad. Babylone Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Babylone occupe une place à part en raison du mythe qu'elle est progressivement devenue après son déclin et son abandon qui a lieu dans les premiers siècles de notre ère. Ce mythe est porté par plusieurs récits bibliques et également par ceux des auteurs gréco-romains qui l'ont décrite et ont ainsi assuré une longue postérité à cette ville, mais souvent sous un jour négatif.

Repères chronologiques pour l'art des jardins Dès le début du troisième millénaire av. J.-C.Gilgamash, roi d’Uruk, se glorifie des vergers et des jardins dans les palais et les temples de sa cité. Vers 2 000 av.

Related: