background preloader

Le community management dans l’enseignement supérieur » Blog Archive » Former vos étudiants à Twitter

Le community management dans l’enseignement supérieur » Blog Archive » Former vos étudiants à Twitter
J’écrivais la semaine dernière un article sur l’application Facebook « Jobs For Me » qui permet à vos étudiants de trouver un stage ou un emploi via le célèbre réseau social Facebook, cette semaine c’est à son concurrent Twitter que je vais m’intéresser. Pour cela j’ai rencontré Sophie Figenwald, étudiante en école de commerce qui utilise Twitter de manière professionnelle suite à un atelier organisé dans son école. C’était il y a un an et ça a déjà porté ses fruits. Bonjour Sophie, peux-tu te présenter en quelques lignes ? Sophie : Je m’appelle Sophie Figenwald et j’ai 23 ans. Depuis quand utilises-tu twitter ? Sophie : J’ai créé mon compte @SophieFigenwald en janvier 2011. Quelle est ta façon de l’utiliser ? Sophie : C’est d’abord un outil formidable pour avoir accès à des contenus de qualité (puisqu’on choisit les comptes auxquels on s’abonne). Quelles ont été les répercussions professionnelles ? Au niveau de votre profil : Au niveau du contenu : Merci Sophie pour tes réponses ! Related:  réseaux sociaux et entreprises

Comment trier rapidement l'information sur les réseaux sociaux ? Nouvelle application en ligne, Map it Out vous offre toutes les fonctionnalités utiles pour réaliser en un clin d'oeil une veille cartographique sur les réseaux sociaux et présenter du contenu de qualité. Chaque jour, sur les réseaux sociaux et le web en général, déferle une énorme vague de contenus informationnels difficiles à classer, même pour des algorithmes puissants. Depuis plusieurs mois, on assiste donc à l'arrivée de start-ups qui proposent de nouvelles plateformes de curation permettant de trouver, sélectionner et partager le contenu en ligne. Le curator, maillon humain de la chaîne numérique, devient alors l'opérateur priviligié pour extraire l'information pertinente du bruit généré quotidiennement sur le web. Talkmap est une jeune startup française, qui eu l'excellente idée de se positionner précisément sur la curation de contenus sociaux. Très simple à prendre en main, Map it Out vous invite tout d'abord à sélectionnner votre réseau social (Twitter en phase de tests). Notes

« Pour la transformation digitale, il faut recruter des gens bizarres » selon la DG d’Aufeminin Face à un discours plutôt consensuel sur la nécessaire transformation digitale des entreprises dans laquelle il faut entraîner tout le monde, Marie-Laure Sauty de Chalon, DG d’Aufeminin.com, aura marqué les esprits, le 9 Janvier dernier. Elle s’exprimait lors de l’événement Web2business qui s’est déroulé à Paris. Ne jamais se reposer sur ses lauriers Pour elle, le digital c’est la remise en question permanente, et la transformation digitale ne sera pas menée par des gens en place, il faut en changer, il faut des gens « bizarres » affirme la DG. « Il ne faut pas rêver, le digital c’est une route de montagne » détaille Marie-Laure Sauty de Chalon. Le mobile rattrape le fixe Il s’agit de changer de peau et de vie chaque année. Elle ajoute : « nous, on essaye toutes les technologies, on se retrouve sur des trucs très petits, très en avance, ce n’est pas grave. Il faut remplacer les gens Les équipes en place sont-elles celles qui vont réaliser cette transformation digitale ? 5 novembre 2014

Réseaux sociaux : ou l'art de chercher les clients là où ils vont ! La montée en puissance du networking Si les réseaux sociaux professionnels tels que BranchOut, Viadeo et Xing connaissent une véritable percée et un nombre croissant d'utilisateurs (LinkedIn compte désormais plus de 135 millions de membres), ils permettent en outre d'accroitre les opportunités de développement des entreprises, comme le soulignent les résultats de l'étude. Les collaborateurs français sont ainsi 55% à prévoir la montée en puissance des réseaux sociaux professionnels pour trouver de nouveaux clients dans les deux ou trois années à venir. Cette proportion est en forte croissance, puisqu'ils sont 42% à penser que les réseaux sociaux professionnels ont permis l'acquisition de nouveaux clients au cours des trois dernières années. A l'échelle mondiale, ces pourcentages sont respectivement de 57% et 42%. Des divergences de point de vue Selon la taille, le secteur et la localisation des entreprises, les visions du networking diffèrent.

Quel avenir pour le middle management dans l'entreprise de demain Au nombre des sujets classés « sensibles » par beaucoup d’entreprises il y a le cas du middle management. Il est aisé de comprendre que ce dernier sera largement impacté dans une entreprise en réseau, désintermédiarisée, et partant de là quelques inquiétudes légitimes surgissent. Du coté de l’entreprise qui craint les effets de la réaction et des inquiétudes du middle management et veut préserver la paix interne, du coté du middle manager lui-même qui aimerait bien savoir à quelle sauce il va être mangé, si son poste va changer ou s’il va tout simplement devenir inutile. Essayons de dépassionner le débat histoire d’y voire un peu plus clair. 1°) Origine du middle management Autant commencer par le début. Au fur et à mesure que le contexte social et économique a évolué on a fait évoluer le rôle du middle manager. Bref, l’indispensable contremaitre est devenu le petit chef, incarnation de tous les travers de nos entreprises. 2°) Quelle conception du middle management ?

Twitter, site préféré des demandeurs d'emploi pour postuler Si les offres d’emploi publiées sur LinkedIn sont plus consultées que celles sur Twitter ou Facebook, les utilisateurs préfèrent déposer leurs candidatures sur le site qui gazouille, révèle une étude menée par le cabinet social Bullhorn Reach. Une tendance se confirme. Les agences de recrutement sont de plus en plus actives sur les réseaux sociaux. L'étude révèle également que les entreprises commencent à basculer sur les réseaux sociaux, notamment pour le recrutement social.

Community management et management socio-collaboratif : comment ne pas se tromper J’écrivais dans un billet précédent combien il était inutile, voire dangereux de mettre le community management à toutes les sauces au sein de l’entreprise et que là où on voit des « communautés » partout (qui demandent donc des community managers) il fallait apprendre à distinguer les groupes ou équipes qui ont simplement besoin que leur manager fasse son travail. Utiliser des plateformes sociales dans le cadre du travail d’une équipe a pour but d’améliorer la performance collective et individuelle et je ne vois pas un seul manager accepter qu’un community manager prenne la parole au sein de l’équipe et essaie de lancer des discussions ou tente même de mobiliser leur attention. Ce n’est pas le but et de toute manière un problème de légitimité et de compétence (dans tous les sens du terme) va rapidement se poser. A l’inverse il y a de nombreux cas où il importe de faire émerger un groupe, de sensibiliser, de diffuser, de convaincre, où le community management est la pratique adéquate.

Prise de parole des collaborateurs sur les réseaux sociaux : des règles et des usages à définir - Marie Wiriath - , Ressources humaines Les entreprises sont présentes par différents biais sur les réseaux sociaux. Si cette présence correspond parfois à une politique maîtrisée et orchestrée, elle s'établit également à travers la communication individuelle et libre des collaborateurs de l'entreprise. Une présence voulue et organisée à travers la fonction du community managerInternet a ouvert un champ sans précédent en terme d’information. Le Web 2.0 représente une nouvelle phase, où l’interactivité et l’échange entre les internautes sont encouragés. Une présence non maîtrisée et éparse à travers les prises de parole des collaborateursLa règle 90-9-1 veut que sur une population de 100 personnes : 90 vont consulter, 9 vont interagir avec le contenu créé et l’enrichir et 1% seulement va créer du contenu inédit, la part de 1% ne cessant de croître au fil des derniers mois. Sur les réseaux sociaux, il n’est pas rare, d’évoquer des sujets personnels, d’exposer ses états d’âme.

Comprendre et positionner l'entreprise 2.0 dans l'entreprise "réelle" Il est temps de synthétiser les quelques réflexions que j’ai pu avoir ces derniers mois. J’ai essayé de partir des préoccupations maintes fois entendues et exprimées à la fois par des responsables demandant une vision globale du sujet et par des managers de terrain qui n’ont pas le loisir d’avoir ce niveau de préoccupation, occupés qu’ils sont par les enjeux quotidiens et pour qui ce cadeau souvent « tombé du ciel » (et tombé sur leur tête) est souvent une source d’incompréhension, donc d’inconfort. Ces préoccupations n’ont rien de surprenant : qu’est ce que c’est, qu’est ce que ça apporte, comment cela fonctionne, comment positionner cela et l’intégrer dans l’entreprise telle qu’elle est aujourd’hui… S’agissant d’un domaine nouveau, on a beaucoup appris de l’expérience des « early adopters » qui fonctionnant sur un mode « essai / echec / amélioration » ont contribué à dégager un corpus de savoir faire intéressant. Heureusement beaucoup ont tiré les conclusions qui s’imposaient :

Quel est l'intérêt de Pinterest ? Avec près de 8 millions d’inscrits et un temps moyen de 88,3 minutes par visiteur, Pinterest apporterait plus de trafic à des sites tiers que Google+ et se placerait en quatrième position de site "social" référent. L’outil en soi est assez simple, il consiste à “épingler” (pin) une photographie ou une information trouvée sur Internet sur le mur de Pinterest et la partager avec votre réseau. Le fait d’épingler cette photo ou une information est l’équivalent d’un like pour Facebook ou d’un +1 sur Google+. Très vite, chacun a compris l’intérêt de ce réseau comme vitrine d’exposition de produits. Par exemple, il est très facile de promouvoir ses propres produits, les mettre en scène, ajouter le prix et l’adresse du site source. Autrement dit, créer un catalogue devient aussi simple que d’épingler une photo et ce, quelle que soit l’activité promue : création de sites web, photos, vente d’éoliennes ou autre taxidermie. À tester, si vous trouvez une invitation. Le site Pinterest

Related: