background preloader

Les victimes coupables, ou Yaka et Yakapa au dur pays de la réalité

Les victimes coupables, ou Yaka et Yakapa au dur pays de la réalité
Après un petit résumé des croyances sur le viol, j’aimerais me pencher sur un aspect particulier de ces croyances, qui est très présent dans les discours aussitôt qu’on parle de viol. Il s’agit de la responsabilité des victimes. Mais pourquoi cette responsabilité? Comment s’exprime-t-elle dans les discours? Que font les victimes qu’il ne faudrait pas faire? Débuts de réponses. 1/ La responsabilité des victimes, ou comment ne pas se faire violer Commençons par noter cette subtilité grammaticale : on dit plutôt « elle a été cambriolée » ou « elle a été assassinée ». C’est subtil, me direz-vous. Représentation du viol de Lucrèce par Tarquien. Florilège: « Honnêtement je trouve ce sujet assez réac, dans le sens où je suis une fille, et je ne me suis jamais laissé faire par un mec qui a pu aller trop loin avec moi (j’entend par là les mains au cul dans les transport en commun, les commentaires sur ma personne, etc), et j’ai toujours réussi à me faire respecter. No comment. Que c'est drôle. Related:  Viol et culture du violrape cultureCulture du viol

Fausses accusations de viol The fear of getting falsely accused of rape just doesn’t compare to the fear of an actual rapist getting away with his or her crime. Statistics from Justice Department, National Crime Victimization Survey: 2006-2010 and FBI reports. NOTE (2/6/13): As so many people continue to visit this site and share this convo-graphic, we’ve updated this post to include the context from this post. As a wife, mom, survivor, and regular person until Monday morning, I am overwhelmed and astounded by the reaction and response to the “Truth About False Accusation” infographic, and encouraged by the dialogue that has emerged as a result of it. We accept and encourage debate on this and any future infographics released by The Enliven Project. The purpose of this graphic is to compare (primarily men’s) fear of being falsely accused of being a rapist to the many challenges around reporting, prosecuting, and punishing rapists. Two key figures drive that point home:

Tu seras violée ma fille 8 mars ; journée internationale des droits des femmes. Fleurissent les communiqués de presse débiles pour nous honorer, nous la femme, et les réflexions de type "trop débile cette journée, c'est tous les jours les droits de femmes" (sorties de la bouche de celles et ceux qui n'en parlent évidemment jamais). Quand on naît avec un vagin, très vite on t'explique comment les choses vont se passer. Si tu sors tard/avec ces mecs/en boite, il va t'arriver "quelque chose". Ce quelque chose est assez simple ; un inconnu va violemment t'écarter les cuisses et te rentrer son pénis dans le vagin. C'est compliqué de faire comprendre ca. Dans l'espace public, un homme a beaucoup plus de risques d'être tué qu'une femme ; pourtant on ne va jamais lui souligner que s'il sort de chez lui, il risque de finir avec un couteau planté dans la plèvre. Imaginez Messieurs que vous preniez un métro bondé et que vous ne sachiez pas si un mec ne va pas vous coller sa bite contre la cuisse.

Les aventures de Yaka et Yakapa Ces derniers temps, on a reçu tellement d’excellents conseils sur comment faire pour ne pas être violées, que je me suis dit que ça méritait bien une petite note éducative. Je vous présente donc nos deux protagonistes, Yaka et Yakapa. Nous pouvons d’emblée remarquer quelques différences entre Yaka et Yakapa. Yaka a des grosses lunettes, elle porte un pantalon moche et un chemisier moche agrémenté d’une veste laide. Yakapa, elle, porte une jupe et du maquillage. Mais ce ne sont pas les seules différences entre Yaka et Yakapa ! Voici notre amie Yaka. Voici maintenant Yakapa. Décidément cette Yakapa cherche vraiment les problèmes ! Après il faudra pas s’étonner, il faudra assumer. Ha ben voilà ! Yakapa aurait du imiter sa sage consœur Yaka. Entre nous, est-ce qu’elle ne l’a pas un peu cherché? La prochaine fois dans LES QUESTIONS COMPOSENT, retrouvez nos autres amis ! Ha merde, trop tard. Bref… C’est vraiment trop ballot

Mythes sur les viols. Partie 1: Quels sont ces mythes ? Qui y adhère ? Partie 2 : les conséquences pour la victime Partie 3 : Les mythes sur le viol restreignent la liberté des femmesPartie 4 : Conséquences sur la propension au violPartie 5 : Les mythes sur le viol dans les médias Contrairement à la légende, la plupart des viols ne sont pas commis par un étranger dans une petite ruelle sombre « Evitez de vous habiller comme des salopes si vous ne voulez pas vous faire agresser » Michael Sanguinetti, policier canadien « Un viol, c’est avec un couteau ou un pistolet » Ivan Levaï, grand journaliste «Tant qu’un homme n’est pas muni d’une arme, d’un couteau ou d’un revolver, une femme peut toujours se défendre » Catherine Millet, intellectuelle française Les Slutwalks sont nées en réaction aux propos de Sanguinetti Ces idées reçues (appelées « rape myths » ou « mythes sur le viol ») et leurs conséquences ont été étudiées par les sociologues et psychologues sociaux. Qu’est ce qu’un viol ? Dans plus de 75% des cas, la victime connaissait son agresseur5. Erratum 1. 3. 4.

Calcul du nombre de viols Les plaintes enregistrées par la police ne suffisent pas et même les enquêtes de victimation ne disent pas toute la vérité de l'ampleur du phénomène. Le Nouvel Observateur a publié le 19 novembre un manifeste contre le viol signé par 313 femmes, dont des personnalités comme Clémentine Autain ou Marie-Laure de Villepin, l'ex-épouse de l'ancien Premier ministre, mais aussi des femmes moins connues, déclarant avoir été violées –il compte désormais à plus de 700 signatures. Le magazine affichait entre autres sur sa une la phrase-choc «Une victime toutes les 8 minutes en France». En introduction de son web-docu sur le viol, lancé la même semaine, France Télévisions explique que «plus de 75.000 femmes sont violées chaque année en France», un chiffre qui correspond en fait à un viol toutes les 7 minutes et était déjà avancé par la campagne «Viol, la honte doit changer de camp» de 2011, lancée par plusieurs associations. Les enquêtes de victimation Une femme violée toutes les 6,3 minutes

Ca se passe là bas loin. C'est encore une fois une histoire tristement banale. Une étudiante Carolyn Luby écrit une lettre à Susan Herbst, présidente de l'université du Connecticut où elle étudie. Herbst a décidé de refaire faire le logo des équipes sportives pour le rendre plus "powerful" et "agressive". Luby rappelle toutes les histoires d'agression (sexuelle ou pas) dans lesquelles sont impliqués des membres des équipes sportives. Comment est ce traduit dans certains journaux ? Jusque là admettons encore, on peut se dire que les journalistes sont tout heureux de faire du buzz à bas prix même si elle n'a jamais dit cela. Sauf que non. Depuis Luby reçoit des menaces et les propos à son encontre sont éloquents. "i would love to cum all over her face. fuckin cunt.... in solidarity"' "would definitly sexually assault her." Tous extraits de ce site. Le problème n'est pas ici de juger ou non la pertinence de la lettre de Luby. On peut admettre et comprendre que les athlètes se soient sentis attaqués par cette lettre.

Témoignage – Le doigt froid Texte écrit pour le blog Polyvalence mon Pote, qui récupère des témoignages de victimes de sexisme. D’ailleurs, n’hésitez pas à en écrire aussi et à lui envoyer ce que vous avez à dire ! J’avais oublié. J’avais 16 ans. Il avait 18 ans. J’avais pas envie. On a frappé à la porte. EDIT : Précisions Pour des raisons qui m’échappent et d’autres qui sont personnelles, j’ai parlé de cette expérience plus comme une agression sexuelle que comme un viol. Pour des raisons qui me paraissent évidentes, je ferme les commentaires sur cet article. Pour aller plus loin : Mythes au sujet du viol : [x][x][x][x][x] Pas si grave : [x] À toi mon ami qui ne viole pas : [x] Merci de ne pas me violer : [x] Je ne supporte plus vos abjections au sujet du viol : [x] Aux gars, par un gars : [x] Égalitariste

Les cultures enclines au viol et les cultures sans viol. Les études interculturelles Partie 2 : le cas de la culture occidentale Partie 3 : Alcool, fêtes & viol – les fraternités étudiantes aux États-Unis Je vais commencer une petite série sur les cultures enclines au viol. Je débuterai par le résumé des études d’anthropologie, notamment celles qu’a menées Peggy Reeves Sanday, et qui l’ont conduit à penser qu’il existait des cultures sans viol et des cultures enclines au viol. Femmes Minangkabau L’anthropologue Peggy Reeves Sanday a étudié plusieurs sociétés préindustrielles afin d’établir leur vision du viol, mais aussi de la sexualité et des rapports entre les hommes et les femmes. En 1982, elle a ainsi publié une première étude interculturelle où elle comparait 156 sociétés du monde entier1. Dans une étude de 19932 portant sur 35 sociétés préindustrielles, Patricia Rozée a trouvé des chiffres bien différents. Rozée trouva des viols normatifs dans environ 97% de ces cultures (soit 34 cultures sur 35), et des viols non normatifs dans 63% d’entre elles. Femmes Gusii 1. 2.

Comprendre la culture du viol A Steubenville, une jeune fille a été violée. Plus exactement, après qu'elle soit en plein coma éthylique, elle a été transportée de lieu en lieu par deux adolescents rigolards, violée et filmée, sous le regard d'autres personnes. Des photos et videos ont été publiées sur les réseaux sociaux dont certaines plaisantant sur ce viol. Certains ont même twitté la scène en direct avec le hashtag #rape. Viol, films et rigolade. Alors c'est quoi la rape culture ? Ce fait-divers nous montre, dans toute son horreur, ce qu'est la culture du viol, ce qu'est une société où non seulement l'on viole, mais où l'on encourage, entraîne, pousse à trouver le viol normal, inévitable, naturel et au fond drôle. Il serait simple - et c'est ce qui est en général fait - de se dire qu'on est face à des gens ivres, qui ont perdu conscience de ce qu'ils faisaient, ou des fous, ou des malades. Il a toujours été plus facile de faire du viol un problème individuel qu'un problème collectif. 09:25.

Viols : les chiffres CHIFFRES SUR LE NOMBRE DE VIOLS ET DE PLAINTES POUR VIOLS EN FRANCE Février 2012 Pourquoi parler de 70.000 femmes qui ne portent pas plainte ?Voici en détail les explications du calcul et les sources de ce chiffre de 70.000 plaintes que le manifeste reprend, qui est une estimation moyenne, à partir des chiffres disponibles, plutôt située en fourchette basse. Les chiffres les plus fermes sont ceux du nombre de condamnations et du nombre de plaintes déposées. Ils permettent d’aboutir à moins de 8 % de femmes qui portent plainte, ce qui, pour un chiffre concensus de 75 .000 viols de femmes adultes par an (voir explication du calcul de ces chiffres ci-dessous, aboutit à 70.000. Si on y ajoute les mineur-e-s, sachant que la moitié des personnes ayant subi un viol l’ont subi avant 18 ans (et 70% des femmes), ce chiffre devrait au moins être doublé. Les chiffres sont atterrants : suivant les études et les pays, elles toucheraient entre 20 et 30 % des personnes au cours de leur vie. Like this:

"Il leur est conseillé d'éviter de se promener toutes seules" : La culpabilisation ordinaire Blabla avant le sujet : Je sais bien que je suis peu présente en ce moment, mais si vous voulez bien m'envoyer des pensées positives le 15 et 16 mai, cela sera hautement apprécié. Amour par delà les nuages. Sujet du jour "Il leur est conseillé d'éviter de se promener toutes seules" : La culpabilisation ordinaire Merci ladepeche.fr La joie d'internet, c'est qu'il permet de se décentrer deux minutes de son petit nombril. Maintenant, je suis furieuse. La dépêche et sa culpabilisation gerbante Voici un article racoleur où on nous raconte bien en détail le viol d'une jeune femme après le retour d'une soirée. "Régulièrement, à Toulouse, des jeunes filles sont victimes d'agressions sexuelles la nuit. Tu l'entends autant que moi, ami lecteur? Si si, tends bien l'oreille, il me hurle à l'oreille, à moi. Ce cri moralisateur : C'est en partie de ta faute meuf! Tu t'es mise en danger, tu es donc en partie responsable de ce qui t’arrive. On me donne des conseils sur mon comportement en dehors du foyer. Au moins.

Les cultures enclines au viol et les cultures sans viol. Le cas de la culture occidentale Partie 1 : les études interculturelles Partie 3 : Alcool, fêtes & viol – les fraternités étudiantes aux États-Unis J’ai commencé une petite série d’articles sur les cultures enclines au viol. Après vous avoir présenté le concept de cultures enclines au viol (à comparer aux cultures sans viol) , je vais discuter maintenant du cas des cultures occidentales. L’enlèvement des Sabines, par Francisco Pradilla Selon plusieurs autrices1,2, la culture euro-américaine est une culture prônant le viol. Le viol y est fréquentLes croyances qui justifient l’existence du viol, les mythes sur le viol y sont largement répandus. Je vais à présent détailler ces différents points. Fréquence du viol En Occident, le viol est un phénomène à l’ampleur considérable, comme l’indique plusieurs études. En France, il y aurait entre 55 000 et 100 000 femmes victimes d’un viol ou d’une tentative de viol par an. Aux États-Unis, il y aurait environ 200 000 victimes de viol (âgées de plus de 12 ans) par an7. Mythes sur le viol

Related: