background preloader

10 outils de prise de notes (2/2)

10 outils de prise de notes (2/2)
Cet article fait suite à l’article: 10 outils de prise de notes (1 de 2). Vous noterez que certains des outils décrits ci-bas ne sont pas uniquement des outils de prise de notes mais sont également des outils de "bookmarking" et à certains égards parfois, de gestion de tâches. 1 – Ubernote Ubernote vous permettra notamment de faire des captures d’écrans, d’insérer des "bookmarks" ou carrément des pages web dans vos notes. 2 – Listhings Listhings fonctionne presqu’exactement comme un babillard traditionnel sauf que vous pouvez partager vos notes afin de réaliser des projets de groupe. 3 – Kippt Kippt n’est pas exactement un outil de prise de notes. 4 – Scratchpad Scratchpad est une application Google Chrome pour prendre des notes. 5 – Linoit Linoit vous permet de prendre des notes où que vous soyez (peut être utilisé via Iphone et Ipad). Et vous, connaissez-vous d’autres outils de prise de notes? .Si vous aimez cet article, je vous invite à le partager dans vos réseaux sociaux.. Like this: Related:  O.T.C.

10 outils de prise de notes (1/2) Voici une liste de 10 outils qui vous aideront sans aucun doute à gérer et optimiser vos prises de notes. L’aspect intéressant de la plupart de ces outils, c’est qu’ils permettent de synchroniser les notes entre diverses plates-formes (web, téléphone, tablette électronique). 1 – OneNote OneNote est un produit de la suite Microsoft Office, qui s’intègre parfaitement à votre calendrier Outlook, notamment au niveau des tâches et des rendez-vous. D’ailleurs, Outlook possède son propre outil de prise de notes qui n’est pas mal non plus. 2 – Simple Note SimpleNote porte très bien son nom. 3 – EverNote Evernote permet de prendre différents types de notes: un texte mis en forme, une page web (entière ou un extrait), une photo, un mémo vocal ou une note manuscrite par exemple. 4 – TreeDBNotes TreeDBNotes est notamment performant pour la gestion des notes, des documents, des fichiers d’aide et des "e-books". 5 – RedNoteBook Et vous, connaissez-vous d’autres outils de prise de notes? . Like this:

5 alternatives gratuites à Evernote Avouons-le les amis : Evernote est un formidable outil gratuit de prise de notes. Lancée en 2008, il est aujourd’hui adoptée par 45 millions d’utilisateurs à travers le monde. Le service créé par Phil Libin propose un outil simple mais complet pour prendre des notes. Pourtant, je suis certain que vous n’êtes pas unanime sur la qualité du service et que vous souhaitez (peut-être) en changer. Si tel est le cas, alors voici 5 alternatives gratuites à Evernote… 1. Service en ligne simple (d’où son nom !) 2. Springpad est sans aucun doute le plus bel outil de cette sélection. 3. Cette application est intéressante car elle permet de synchroniser les notes que vous prenez avec Google Docs. 4. Pinfolio est un outil qui vous permet de partager des notes sous forme de page Web ou d’ebook. 5. Un outil complet qui propose de capturer, sauvegarder, organiser et partager des notes. Et vous, quelle alternative gratuite à Evernote utilisez-vous ? Etiquettes : alternativesevernotegratuites

Les outils indispensables du connecté moderne Depuis le temps qu'on te dit que les outils informatiques peuvent te changer la vie. Ou tout au moins te la simplifier grandement. Il suffit souvent de quelques minutes pour s'inscrire à un service et apprendre les rudiments de son utilisation, pour ensuite gagner un temps considérable. Encore faut-il y penser... et choisir le bon outil. Voici une sélection, toute personnelle, des outils que je considère comme étant indispensables gérer sa vie numérique au quotidien. Pour chaque type d'outil, j'en ai choisi un que je considère particulièrement efficace et / ou simple à utiliser, mais j'ai pris soin de t'ajouter une liste d'alternatives. Une sauvegarde automatique de ses données Bien entendu, je suis sûr que tu sauvegardes régulièrement tes données, pour préparer le pire en cas de casse, fausse manip', vol, piratage, attaque martienne, utilisation courante de Windows. Si la réponse est non, que dire... le problème se trouve le plus souvent entre la chaise et le clavier, c'est ça ? Ouf.

Springpad Get inspired. Get organized. Get more done. Get Started Get Started Get the App Get the App it's free! Save almost anything Products, places, recipes, books, checklists, tasks and more Notebooks for all of life’s projects Home, travel, family, food and productivity A built-in process for accomplishing your goals Helpful categories, features and functions for every type of notebook Fried Chicken and Waffle Sandwiches thecandidappetite.com Skillet Roasted Fish chaosinthekitchen.com Tomato Sauce with Onion and Butter smittenkitchen.com Fried Avocado Tacos with Sesame and Lime food52.com Lettuce Spinach Apples Lemons Eggs Cereal Coffee Olive Oil Basil Rosemary Butter Sour Cream Yogurt Goat Cheese Bacon Notebooks designed by the pros More and more every day, available at the Notebook Store Reclaim your kitchen as the place where you feed and nurture your family. See what our fans say Really loving @springpad. Start getting things done (with a little help from our friends) Get the App Get the App

Mooc : la standardisation ou l’innovation Le développement des cours en ligne massifs et ouverts (Mooc pour massive online open courses) attise autant l’enthousiasme que le rejet. Pourtant, comme nous l’avons déjà signalé, ils n’ont rien de magique et paraissent bien souvent plus une réponse économique qu’éducative. En accentuant la concurrence entre universités et entre les étudiants eux-mêmes… les Mooc semblent répondre à un problème pédagogique par une solution économique très spécifique. Or, l’enjeu éducatif n’est pas là. Si vous n’avez pas encore succombé au buzz des Mooc (massive online open courses, Cours en ligne ouvert et massif), ça ne saurait tarder : le temps de l’enseignement supérieur de masse en ligne est venu et la face du monde en sera changée, nous dit-on. La course à la plate-forme Image : Day of the Mooc par Michael Branson. La frénésie est donc à son comble. L’innovation pédagogique en question En réalité, il leur est aisé de montrer que tout a changé. La standardisation des cours Dominique Boullier

NoteSync with Google Docs Collaboration / Coopération Un article de Wiki Paris Descartes. Des clés pour comprendre l'Université numérique « Plus qu’un travail de groupe, des stratégies pédagogiques variées sont développées pour apprendre ensemble. Elles s’appuient sur l’interdépendance positive, la fonction sociale et cognitive du dialogue, l’émergence de l’ autonomie . Elles se fondent également sur le développement des capacités de coopération permettant d’apprendre à travailler ensemble : explicitation et construction de la connaissance , acceptation des idées et des actions de l’autre. » (Alain Derycke) « La collaboration et le partage de connaissances facilitent l’ apprentissage , lequel est essentiellement considéré comme un processus social qui accorde une place prépondérante aux interactions sociales (e.g., Doise & Mugny, 1981 ; Vygotsky, 1985 ; Webb & Palincsar, 1996). Collaboration « Travailler ensemble » : élaboration en commun d’une solution négociée et consensuelle. Voir : des outils collaboratifs . Apprentissage collaboratif

Internet, enfant de la contre-culture: Interview du sociologue Dominique Cardon (Part 1) | geek politics Sociologue au Laboratoire des usages d’Orange Labs en France, Dominique Cardon se penche depuis plus de dix ans sur ce que nous faisons d’Internet. Dans La démocratie Internet, il ausculte les mutations démocratiques provoquées par le réseau. Mais tout débute par un retour aux sources. Aujourd’hui, on a l’impression qu’Internet n’a jamais été autant lié à la politique. Vous soulignez également que la genèse même d’Internet a engagé une forte dose de politique. Pourquoi ? Dans l’histoire du protocole de communication qu’est Internet, le financement d’origine vient de l’ARPA, une agence de recherche du ministère de la défense, qui a monté l’ARPA-Ipto, une petite équipe de recherche pour créer un réseau décentralisé au début des années 60. Ce qui les a emballé, aussi, c’est le fait que l’ordinateur devienne un objet personnel. Que se passe-t-il après le déclin des communautés hippies, à la fin des années 70? L’amertume est telle que certains veulent redéployer le projet ailleurs.

Technologies et coopération Internet ne nous rend pas seul, soulignions-nous dernièrement. Mais en quoi nous aide-t-il à coopérer entre nous ? Dans son nouveau livre, Ensemble : les plaisirs rituels et la politique de la coopération (Amazon, extraits), le sociologue Richard Sennett, enseignant à la l’école d’économie de Londres et à l’université de New York, s’est intéressé à la coopération. Pour comprendre pourquoi elle se produit – et parfois, pourquoi elle ne se produit pas. Après Craftman (L’artisan, traduit en français sous le titre Ce que sait la main : La culture de l’artisanat), qui s’intéressait à l’impulsion innée que nous avons à bien faire les choses, ce livre est le second d’une trilogie (baptisée homo faber) sur les compétences dont les humains ont besoin pour une coexistence heureuse (le suivant, annoncé, portera sur les villes). La valeur de la coopération réside dans l’informel Face à la crise, estime le sociologue, les règles formelles s’avèrent souvent insuffisantes. Dialectique contre dialogique

Related: