background preloader

L’impression 3D est-elle le moteur de la fabrication de demain

L’impression 3D est-elle le moteur de la fabrication de demain
"Il y a une sorte de pensée magique chez les geeks aujourd'hui autour de l'impression 3D", s'énerve Christopher Mims pour la Technology Review. Alors que les imprimantes 3D deviennent accessibles aux amateurs - la Thing-o-Matic de MarkerBot ne coûte que 1 100 dollars - et que Pirate Bay estime que les "physibles" - les plans d'objets qu'on peut réaliser via des machines 3D et qui s'échangent dès à présent sur The Pirate Bay - sont la nouvelle frontière du piratage, des penseurs comme Tim Maly pensent que nous approchons de la fin de "l'expédition". C'est-à-dire qu'il sera bientôt plus coûteux d'expédier une pièce depuis la Chine ou de n'importe quel endroit où elle est fabriquée, que de la fabriquer soi-même. Les promesses de l'impression 3D "Ce n'est pas seulement prématuré, c'est absurde", rétorque Christopher Mims. Pourtant, Christopher Mems ne porte pas un regard hautain sur l'impression 3D. Et Christopher Mims de détailler les progrès qu'il y a encore à accomplir. Hubert Guillaud Related:  A trier

Everything You Wanted to Know About 3D Printing But Were Too Afraid to Ask The Tech Innovators Series is supported by Lenovo. Lenovo does not just manufacture technology. They make Do machines — super-powered creation engines designed to help the people who do, do more, do better, do in brand new ways. 3D printing is a mind-blowing process, but you might be surprised to learn that it's not a new technology. It was developed in the late '80s and has been used extensively for prototyping. What's new is that the technology is no longer reserved for big companies — in recent years, it has finally made the jump to the mainstream consumer market. In 2007, some higher-ups at Philips Electronics had a hunch that people would be interested in being more involved in the products they buy. Weijmarshausen created a business plan for the first round of seed funding, built a prototype that was ready by February 2008, and launched Shapeways.com in July 2008. How It Works You might be confused about the term "printing." What Can Be Printed? To Print or Not To Print?

L’impression 3D est-elle le moteur de la fabrication de demain « Il y a une sorte de pensée magique chez les geeks aujourd’hui autour de l’impression 3D », s’énerve Christopher Mims pour la Technology Review. Alors que les imprimantes 3D deviennent accessibles aux amateurs – la Thing-o-Matic de MarkerBot ne coûte que 1 100 dollars – et que Pirate Bay estime que les « physibles » – les plans d’objets qu’on peut réaliser via des machines 3D et qui s’échangent dès à présent sur The Pirate Bay – sont la nouvelle frontière du piratage, des penseurs comme Tim Maly pensent que nous approchons de la fin de « l’expédition ». C’est-à-dire qu’il sera bientôt plus coûteux d’expédier une pièce depuis la Chine ou de n’importe quel endroit où elle est fabriquée, que de la fabriquer soi-même. Les promesses de l’impression 3D Pourtant, Christopher Mems ne porte pas un regard hautain sur l’impression 3D. Et Christopher Mims de détailler les progrès qu’il y a encore à accomplir. La fabrication est plus complexe « Commençons par regarder le mécanisme.

RepRap, la machine réplicante qui fait peur aux capitalistes L’un des multiples objets 3D réalisés par la RepRap Machine d’Adrian Bowyer, qui dit travailler sur l’auto-réplication des objets. En open-source, naturellement… © RepRap RepRap, la machine réplicante qui fait peur aux capitalistes « Nous sommes en 2020, les hackerspaces, fablabs et autres usinettes se comptent par milliers en France et pas seulement dans les grandes villes. Des gens de bonne volonté se sont regroupés dans certains villages désertiques, dans d’anciennes MJC-Algeco de banlieues "chaudes", dans des usines désaffectées. Nous sommes en 2010 et ceci n’est pas une fiction, c’est écrit sur le site d’Usinette. Adrian Bowyer présente son RepRap Project et sa machine infernale : Alors donc, cette RepRap machine (pour « replicating rapid prototyper ») et sa copine, la Makerbot, une imprimante 3D open source, sont des machines anticapitalistes. La Makerbot, la copine de la RepRa, version Dark Vador : Cindy désire une assiette pour son invité supplémentaire !

The world's first printed plane - tech - 27 July 2011 Read full article Continue reading page |1|2 Video: First flight of 3D printed plane Read more: "3D printing: Second industrial revolution is under way" The promise of 3D printing has finally taken off with the development of a drone that takes just a week to create Under darkening skies on a grass airstrip in the UK's Wiltshire Downs, north of Stonehenge, I am watching half a dozen aeronautical engineers rushing to assemble an uncrewed aircraft before the weather takes a turn for the worse. Led by Andy Keane and Jim Scanlan of the University of Southampton, the team believes that 3D printing will soon allow uncrewed aircraft known as drones or UAVs to go from the drawing board to flight in a matter of days. 3D printing has come on in leaps and bounds since its origins as an expensive prototyping tool over two decades ago. To do this, the 3D printer first slices up an object's computerised design into hundreds of easily printable layers. This is a huge deal for aircraft designers.

Be Spoon mesure les distances à travers les murs Imaginez un dispositif capable de mesurer des distances de près d’un kilomètre, avec une précision de l’ordre du centimètre, et capable de passer à travers les murs. Impossible ? Pas pour Be Spoon, émanation du CEA Leti, qui a inventé la mesure par modulation ultra-large bande. Il s’agit d’émettre des pulsations brèves (de l’ordre d’une nanoseconde) et de mesurer le temps mis par le signal pour faire un aller-retour entre un émetteur et un récepteur. Dans l’industrie, les premières applications devraient concerner la prévention de collision. L’opportunité Le marché de l’électronique professionnelle mais aussi grand public. Wi-Fi et de repérer des cibles par triangulation. Frédéric Parisot L’innovation Des signaux brefs sont émis sur des bandes de fréquences de 500 MHz à 1 GHz de largeur.

Blog Steps to Success Every now and then we’re reminded 3D printing is not science fiction, but a real technology used every day to make amazing things in homes, studios, schools, and businesses. At MakerBot we’re proud to be leading this Next Industrial Revolution with the MakerBot 3D Ecosystem, which makes desktop 3D printing and 3D scanning affordable and reliable for everyone, and includes a variety of products and services to help unleash your creativity. One of the newest members of our family is MakerBot Desktop, a complete, free 3D printing solution for discovering, managing, and sharing your 3D prints. As we learned in last week’s post on connectivity, MakerBot Desktop was built to access the powerful software capabilities of the new Fifth Generation line of MakerBot Replicator Desktop 3D Printers. This week, we’ll take a look at how to use it to go, in just three simple steps, from a 3D design to a 3D print. 1. – Did you design your own model? – Want to browse through free designs?

Numérique: de l’économie de la pauvreté à l’ère de l’offre • espace_temps Polémique : la nouvelle imprimante 3D de MakerBot a-t-elle trahi l'open hardware ? Le matériel libre, ou open hardware, en général et l’impression 3D en particulier, cela fait longtemps qu’on en parle sur le Framablog (notre premier article sur la RepRap date de 2008). Nous y croyons parce qu’avec une imprimante 3D libre, vous pouvez non seulement créer des objets en partageant leurs fichiers numériques sous format et licence libres mais également concevoir l’imprimante elle-même, puisque ses sources (c’est-à-dire ses plans de fabrication) sont aussi sous licence libre. À partir de là, vous voici potentiellement prêt pour… changer le monde (ou tout du moins, ne nous emballons pas, pour dessiner lentement mais sûrement les contours d’un nouveau paysage industriel). Évidemment cela ne se fera pas sans peine et l’on peut déjà anticiper de terribles batailles du côté de la propriété intellectuelle (pire encore que pour la culture), d’où notre long (mais passionnant) article : L’impression 3D, ce sera formidable… s’ils ne foutent pas tout en l’air !. Open Hardware meaning

L'impression 3D, ce sera formidable... s'ils ne foutent pas tout en l'air ! L’impression 3D est en train de naître sous nos yeux. Demain il sera ainsi possible de reproduire toute sorte d’objets chez nous aussi facilement, ou presque, qu’un texte numérique se couche sur le papier à l’aide de notre bonne vieille imprimante 2D. Les conséquences potentielles de la démocratisation d’un tel outil donnent le vertige et suscitent espoir et enthousiasme parmi les makers du monde entier[1] Pour rappel, l’impression 3D est une technique qui permet de produire un objet réel à partir d’un fichier CAO en le découpant en tranches puis en déposant ou solidifiant de la matière (plastique, cire, métal…) couche par couche pour, en fin de compte, obtenir la pièce terminée. Si le concept et la technologie vous semblent encore un peu obscurs, je vous invite à regarder cette courte vidéo. Pour le moment on se déplace donc chez ceux qui disposent d’une telle imprimante, imprimante encore rudimentaires dans ses possibilités. On ne s’en étonnera pas. Introduction L’impression 3D

Bracelet Paracord - Gregos Bracelet en paracorde Tressage squelette Tressage King Cobra Tressage Anaconda Voici quelques liens vidéo pour comprendre la méthode de tressage des paracordes. Tressage Cobra Tressage Squelette Noeud Celtique Boucle à dégrafage rapide

Related: