background preloader

Les conspirationnistes et les contre-cultures : style « paranoïde » et mode social de pensée

Les conspirationnistes et les contre-cultures : style « paranoïde » et mode social de pensée
Stéphane François Cet article doit être vu comme un « work in progress » pour reprendre une expression anglo-saxonne, c’est-à-dire comme un travail en cours, une réflexion non finalisée. Nous y analyserons une vision-du-monde, une Weltanchauung, qui se manifeste par une conception complotiste du monde. Cette vision-du-monde se développe considérablement dans les milieux populaires depuis le début des années 2000. De fait, les discours qui nous intéressent dans cet article s’inscrivent donc globalement dans une conception paranoïaque-critique du monde, ainsi que dans une forme de pensée mythique, bricolée au sens donné à ce terme par Claude Lévi-Strauss (Lévi-Strauss, 1962), ayant des liens vers une interprétation paranoïaque-clinique. Comme nous l’avons dit précédemment, ces thèmes conspirationnistes connaissent un succès croissant, grâce à une diffusion de type « viral » sur Internet (Sperber 1996). Le complot paranoïde est une création moderne, datant de la fin du XVIIIe siècle. Related:  Thème 4 : s'informer

Les rhétoriques de la conspiration - Emmanuelle Danblon, Loïc Nicolas La modernité a donné un souffle nouveau à l’esprit de conspiration, dont on observe aujourd’hui plus qu’hier de fascinants avatars. Des grands mythes politiques au complot de la Lune, les conspirations semblent tout à la fois issues d’un autre âge et ancrées dans notre plus vive actualité. Trop souvent noyées dans des considérations politiques ou des jugements moraux, les analyses traditionnelles se privent d’une réflexion précieuse sur les mécanismes de la persuasion qui sont au cœur de cet ouvrage. Rassemblant ici plusieurs spécialistes des « théories du complot », Emmanuelle Danblon et Loïc Nicolas les invitent à interroger les paradoxes de ce phénomène en adoptant la démarche rhétorique comme moyen d’enquête. L’antique discipline, éclairée par la topique contemporaine, permet de penser ces constructions théoriques de l’intérieur, dans leurs mots, dans leur rationalité et dans les preuves qu’elles construisent pour donner ou créer du sens, parfois à tout prix.

La théorie du complot Salut à tous ... Salut à l’auteur . Je me permets de reprendre la phrase clé de votre introduction et d’en parler un peu ici . " il lui a suffi d’appliquer une disposition d’esprit : le rejet de toute vérité affirmée officiellement." Dans cette simple ligne , monsieur , il y a un non sens et pourtant , cette introduction semble bel et bien justifier votre développement . Qu’appelez vous ici , une vérité affirmée officiellement ? Mais vous en faites souvent une seconde , d’affirmation. Donc , il y a un coté qui affirme , et un autre qui .... doute ! Mais celà ne suffirait pas à vous convaincre parce que celà est dit et redit , depuis longtemps , et déchaine les réactions au plus près , les réactions viscérales . Douter d’une théorie officielle n’est absolument pas confortable comme vous le dites , mais alors pas du tout . Le risque : Au plus on attend , au plus la peur conservatrice deviendra insupportable , au plus vous ferez / encouragerez la guerre .

Comment vérifier les images des réseaux sociaux ? De plus en plus d’intox circulent sur les réseaux sociaux, que ce soit sur les migrants, la guerre en Syrie. En fait sur à peu près tous les sujets d’actualité. Un type de manipulation y fleurit particulièrement : les détournements de photos et de vidéos. La mauvaise nouvelle, c’est que les médias n’ont pas les moyens de vérifier toutes ces images sur le terrain. La bonne, c’est qu’il existe aujourd’hui tout un panel d’outils et de techniques qui permettent d’enquêter sur ces hoax. 1- Peut-on être sûr à 100 % ? 2- Analyse technique et enquête 3- Première vérification : la date de l’image 4- Google image 5- Les données Exif 6- La géolocalisation c’est fantastique, mais… 7- L’analyse d’image 8- Google Maps, Earth, et Street View 9- Qui est l’auteur ? 10- Utilisez les réseaux pour vérifier les réseaux 11- Créez votre propre réseau 12- Et l’instinct dans tout ça ? 13- La manip’ ne vient pas toujours d’où on l’attend 14- Quelques personnes à suivre 15- Quelques lectures (en anglais) Google image

« Complocratie » : plongée dans un monde de conspirations Dans un livre événement, Bruno Fay décortique les mécanismes qui génèrent les théories du complot. Bonnes feuilles exclusives. Journaliste indépendant, Bruno Fay est le co-auteur de deux enquêtes remarquées : « Le Casier judiciaire de la République, abécédaire des hommes politiques mis en examen » (2002), et « No Low Cost » (2009), sur les coulisses et ravages de l’économie à bas coût. « Complocratie » de Bruno Fay (éditions du Moment). Dans « Complocratie » (paru ce 24 février aux éditions du Moment), il se penche sur « les sources du nouveau conspirationnisme ». En plus d’une recherche documentaire très fouillée, il a rencontré des chercheurs, des acteurs de premier plan, mais aussi quelques conspirationnistes, pour de longs entretiens. Il explore son sujet dans toutes ses dimensions : la psychologie, le poids d’Internet, évidemment, qui accélère la circulation de la rumeur et de l’information. Un mensonge de Sarkozy, copié sur celui de Reagan Un syndrome du « Truman Show » – Oui, oui.

La moitié des Français croient aux théories du complot Ces thèses séduisent avant tout les électeurs des extrêmes politiques, selon une étude d'ampleur révélée par "Le Monde". LE MONDE | • Mis à jour le | Par Jonathan Parienté Pour la moitié des Français, "ce n'est pas le gouvernement qui gouverne" car "on ne sait pas en réalité qui tire les ficelles". Vieilles histoires que celles des théories des complots en tout genre qui fleurissent, puis vont et viennent au gré et de l'actualité et des moyens de communication. Pour la première fois, une étude d'ampleur, dont Le Monde a la primeur, a été réalisée en France pour savoir qui sont les adeptes des théories conspirationnistes et quels groupes sont soupçonnés de manoeuvrer en coulisse pour dominer un secteur, voire le monde entier. L'étude a été lancée dans plusieurs pays par le think tank britannique Counterpoint ; elle a été financée par l'Open Society, la fondation du milliardaire américain George Soros. Les résultats varient à peine selon l'âge, le sexe ou le lieu de vie des sondés.

La Presse à la Une - Action pédagogique Etudier les quatre niveaux de lecture d'une image photographique de presse indiqués par Frédéric Lambert : effet de réel, symbolique, rhétorique et reconnaissances culturelles. (« Quatre niveaux de lecture d'une image photographique de presse », in Paul Almasy, Le photojournalisme : informer en écrivant avec des images, Paris, Cfpj, 1990) Effets de réel Cette photographie reprend les codes qui transcrivent la réalité ou les effets de réel et notamment la perspective frontale : « la ligne d'horizon, les lignes et le point de fuite assurent le lecteur qu'il est à la place du photographe, comme s'il assistait au fait, à l'événement. » Le spectateur, mis ainsi à la place de témoin de la scène, distingue au premier plan le sol recouvert de décombres et sur la droite des poutres ayant écrasé des voitures. Symbolique Rhétorique Reconnaissances culturelles « Toute photographie de presse est aussi la citation d'une culture d'images qui appartient autant au photographe qu'au lecteur ».

Théorie du complot Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'expression théorie du complot, également désignée, de façon plus récente, par les néologismes conspirationnisme ou théorie conspirationniste[1], désigne une interprétation spéculative d'événements suivant un plan concerté et orchestré secrètement par un groupe, généralement considéré comme malveillant par les tenants de ces théories. La conspiration secrète civile, criminelle ou politique, visée par la théorie du complot, agirait généralement dans l'objectif de détenir ou conserver une forme absolue de pouvoir (politique, économique ou religieux). Du point de vue majoritaire des observateurs en sciences sociales, la théorie du complot tend à se soustraire à la réfutation, toute démonstration contraire pouvant être interprétée comme un faux réalisé par les conspirateurs, et discrédite donc les explications dites officielles, établies par les pouvoirs publics et relayées par les grands médias d'information. Karl Popper. En 2008, Jack Z.

Dans la tête des obsédés du complot Philippe Lheureux avait 11 ans lorsque Neil Armstrong posa le pied sur le sol lunaire et, comme tout le monde, il y a cru. Mais il sait maintenant que la Nasa a menti. Philippe Lheureux n'est ni astronome ni physicien, il est dessinateur technicien. De ses convictions Philippe Lheureux a d'abord fait un site Internet. « Lumières sur la Lune », écrit en selement un mois, s'est vendu à 15 000 exemplaires. Et que celui qui n'a jamais prêté une oreille attentive à ce salmigondis conspirationniste jette la première pierre à Jean-Marie Bigard. « Contrairement à ce que l'on croit, le conspirationnisme est plutôt une affaire de gens instruits, de privilégiés, note la sociologue Véronique Campion-Vincent, auteur de "La société parano. Finie, l'argumentation par le verbe. Pas de hasard Nier le réel « Le conspirationniste se présente comme démystificateur » Le Point : Comment expliquer que la véracité ou l'explication « officielle » d'événements soient aujourd'hui systématiquement mises en doute ?

La Presse à la Une - Action pédagogique huit unes de quotidiens sont proposées ici et retracent, de 1783 à 2001, les grandes étapes de l’évolution des unes. • Les élèves sont invités à classer ces unes dans l’ordre chronologique de leur réalisation. Qu’est-ce qui les a conduits à ce choix : les dates de parution inscrites sur les unes ? ou la reconnaissance de certains traits d’une modernité en progrès d’un numéro à l’autre ? • Dégager, pour chaque quotidien, le progrès constaté dans l’affichage de l’information : le colonage (Le Figaro), la gravure (Le Matin), les photographies (Le Petit Journal), l’organisation des gros titres et la place de la photographie (Paris-Soir), les titres-chocs et la publicité (France-Soir), le gigantisme et la centralité des photos, puis la couleur (Libération). • Analyser la manière dont la photographie occupe en une une place croissante au XXe siècle. Pour chaque numéro, qu’est-ce qu’on veut mettre en valeur par la photographie ? Sites à consulter pour aller plus loin Les Unes.

Related: