background preloader

La "révolution des patates" : quand les Grecs décident de se passer des supermarchés

La "révolution des patates" : quand les Grecs décident de se passer des supermarchés
Nous avons eu cette idée il y a un mois, quand nous avons entendu parler de manifestations d’agriculteurs désespérés par le prix auquel les distributeurs voulaient acheter leur marchandise. Plutôt que de les vendre à perte à un intermédiaire ou de les laisser pourrir, ils ont choisi de les donner gratuitement aux passants. C’est là qu’on s’est dit : "Pourquoi ne pas supprimer l’intermédiaire ?". Nous avons donc lancé ce site qui permet aux gens de commander et d’aller chercher leurs patates sur un parking, directement dans le camion du fermier. Avant, les agriculteurs vendaient leurs pommes de terre 12 cents le kilo alors que leur seule production leur coûte deux fois plus cher. Mais maintenant, ils arrivent à les vendre 25 cents le kilo et c’est encore trois fois moins cher que dans un supermarché ! Jusqu’à présent, nous avons organisé deux journées de distribution des commandes. Related:  5. Cultiver, nourrir, se nourrir

Île-de-France Les incroyables comestibles sont bien en Île-de-France… ils poussent à Paris depuis que des volontaires se sont lancés dans la démarche participative citoyenne Incredible Edible Paris. Visitez l’actualité de la capitale sur la page facebook Incroyables Comestibles Paris en lien ICI. Si vous avez un compte facebook personnel, vous pouvez rejoindre le groupe d’échange et de discussion Incroyables Comestibles Ile-de-France en lien ICI. De généreux citoyens jardiniers bienveillants ont déposés des jardinières de légumes à partager devant les fenêtres murées de la Maison des Étudiants des États d’Afrique de l’Ouest, Boulevard Poniatowski. Et c’est écrit sur les bacs : nourriture à partager, servez-vous, c’est gratuit ! En Seine-et-Marne, à Fontainebleau, c’est sous la neige, en plein mois de février 2013 qu’un courageux groupe de citoyens jardiniers solidaires s’est constitué pour lancer la démarche participative dans la ville.

Masanobu Fukuoka Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Masanobu Fukuoka Masanobu Fukuoka, en 2002 Masanobu Fukuoka (福岡 正信, Fukuoka Masanobu?) Biographie[modifier | modifier le code] Microbiologiste de formation et spécialiste en phytopathologie, il travaille au Bureau des Douanes de Yokohama, à la Division de l'Inspection des Plantes. Il écrit le livre La Révolution d'un seul brin de paille, publié en 1975 au Japon, qui raconte et théorise son expérience en agriculture naturelle. « ...répandre de la paille... est le fondement de ma méthode pour faire pousser le riz et les céréales d'hiver. « Faire pousser des arbres sans élagage, sans fertilisant ni pulvérisations chimiques n'est possible que dans un environnement naturel. » « Comme la nourriture naturelle peut être produite avec le minimum de coût et d'effort, j'en déduis qu'elle devrait être vendue meilleur marché. » En 1988 il a reçu le prix Ramon Magsaysay[1] pour ses travaux et services rendus à l'humanité. Oeuvres[modifier | modifier le code]

"La semence dans tous ses états" - Nouvelle Version du documentaire - Fotosintesia Ce documentaire de 23 minutes réalisé par Christophe Guyon et produit par Fotosintesia a pour objectif d’informer le grand public de la situation hallucinante de la semence à l’heure actuelle et de montrer comment le consommateur est totalement pris en otage par les groupes semenciers à travers le monde. La semence dans tous ses états par etre-au-monde Vous y découvrirez Jocelyn Moulin de Kokopelli, Blanche Magarinos Rey l’avocate de Kokopelli, Pierre Rabhi et Christian Vélot, biologiste engagé sur la question des OGM et qui a fait parti de l’équipe du GRIIGEN qui a sorti l’étude sur la toxicité des OGM. • Le manifeste des semences par Vandana Shiva : Vous pourrez télécharger le manifeste en anglais sur ce Nous devrions bientôt l’avoir en français !

Comment lagriculture urbaine est en train de réussir son pari improbable de devenir rentable Atlantico : L’agriculture urbaine est-elle un phénomène nouveau et en croissance ? Christine Aubry : C’est une agriculture située dans la ville ou dans sa périphérie mais en lien fonctionnel fort avec la ville, notamment à travers ses produits. En suivant, cette définition, il existe déjà des types d’agriculture urbaine, qui sont rentables et fonctionnent sur des business models tout à fait classiques. Il s’agit, en particulier dans nos pays industrialisés, de tous les phénomènes de maraîchages péri-urbains, en particulier en circuit court. Aujourd’hui, une bonne partie des villes françaises ont d’ailleurs peu ou prou ce qui ressemble à une ceinture verte maraichère. Et ce phénomène, qui existe depuis plusieurs décennies, est en croissance et se diversifie. On observe désormais des formes plus émergentes d’agriculture intra-urbaine dans nos contrées, soit en plein sol, lorsque les villes sont suffisamment denses, comme dans les métropoles nord-américaines par exemple. Oui, en théorie.

SOS Faim – Agriculture Familiale - Un site utilisant WordPress incredible edible info En découvrant les incroyables comestibles pour la première fois, plusieurs personnes ont posé la même question : mais si les fruits et légumes sont gratuits partout dans la ville de Todmorden, comment l’économie locale peut-elle s’en sortir ? Ou encore, que deviennent les maraîchers locaux ou les marchands de légumes ? Nous allons tenter de regarder de près cet aspect des choses essentiel, puisqu’il concerne l’argent et les revenus, ainsi que la richesse produite par ce nouveau mode de vie totalement transparent, éthique, solidaire et co-responsable. En fait, la réponse est simple. Maintenant, qu’en est-il de l’économie locale des territoires de plus en plus nombreux qui font le choix de ce nouveau système ? Prenons un exemple concret pour illustrer la façon dont le changement s’opère. Or, c’est « la vente obligée » auprès de ce distributeur qui fait que ce petit producteur abandonne sa marge bénéficiaire, le fruit de son travail. Bien amicalement à tous, François Rouillay xxx

TupperTerre présenté par Terre-en-vue The project En résumé : TupperTerre est une initiative de Terre-en-vue qui vise à soutenir l'installation d'un maximum de jeunes agriculteurs en Belgique. Pour ce faire, elle contribue à lever le plus grand des obstacles : la difficulté à trouver une terre. TupperTerre est une plate-forme de rencontres entre propriétaires et agriculteurs, mais pas n'importe lesquels. Nous rassemblons des propriétaires qui ont une vision à long terme pour l'avenir de leurs terres et la volonté de faire les choses différemment, et des jeunes agriculteurs qui veulent produire des aliments de qualité pour une clientèle proche d'eux. Deux premiers événements tests nous l'ont montré : TupperTerre répond à une réelle perspective de changement de cap. Pour réaliser ce beau projet, nous avons besoin de près de 50.000 €. L'histoire complète : Vous aussi, vous voulez vous nourrir, avec de bons produits de ferme? Prof. Pourtant, depuis plus de vingt ans, il y a quelque chose qui cloche. TupperTerre ? Why fund it?

New York et ses fermières 2.0 Planète Les 8,4 millions d’habitants de New York n’ont pas l’habitude de voir beaucoup de vert dans l’océan gris des immeubles et des gratte-ciel. Pourtant, depuis quelques années, la mégapole de la côte est américaine s’est transformée en laboratoire pour les nouvelles fermes du ciel. Par manque d’espace au sol, ces fermes urbaines ont germé sur les toits plats des anciens entrepôts, mais aussi sur des buildings récents, qui s’inscrivent dans une démarche écologique. Ainsi, deux méga projets ont poussé récemment à Brooklyn. Pas de tracteurs ici, mais 2 000 mètres carrés de serres installées directement au-dessus du supermarché bio Whole Foods à Gowanus. La suite à découvrir dans la Sélection LaLibre.be (seulement 4.83€ par mois)

Pascal Poot, l'homme qui fait pousser 400 variétés de tomates sans eau ni pesticides Dans l'Hérault, Pascal Poot a développé une méthode qui lui permet aujourd'hui de cultiver et de sélectionner quelques 400 variétés de tomates bio sans arrosage ni utilisation de produits phytosanitaires. Celui qu'on a pris "pour un fou" inspire aujourd'hui les plus grands chercheurs. Pascal Poot est producteurs bio de semences depuis 20 ans. Dans cette région au climat très aride et à la terre pleine de cailloux, Pascal fait pousser des tomates bio. Eduquer les légumes pour leur apprendre à se défendre eux-mêmes " Pourquoi les agriculteurs et les jardiniers se donnent-ils tant de mal à cultiver leurs légumes alors qu'à côté les mauvaises herbes poussent facilement sans rien exiger ? Celui qu'on a pris "pour un fou" inspire aujourd'hui les plus grands chercheurs Pascal Poot, fils d'agriculteurs et autodidacte, intervient et présente aujourd'hui le fruit de ses recherches en école d'ingénieurs agronomes et travaille en collaboration avec les organismes de recherche agronomique.

Plaidoyer - Terre-en-vue Terre-en-vue développe une expertise sur la thématique de l’accès à la terre et la gestion collective des biens communs, principalement au niveau agronomique, juridique, économique, géographique et socioculturel. L’expertise ainsi développée a pour but d’affiner la stratégie du mouvement et de mener un plaidoyer bien argumenté pour améliorer les politiques, législations et comportements actuels, entre autres à travers l’élaboration de propositions politiques concrètes et l’interpellation de conseillers et décideurs politiques, à différents niveaux (local, régional, national, européen et international). Dans ce cadre, Terre-en-vue met en place différentes collaborations en vue de développer des plaidoyers communs avec ses partenaires : échanges au niveau européen avec notamment Terre de Liens en France, RegionalWert AG en Allemagne ou encore Soil Association au Royaume-Uni, soutien à la création de et collaboration avec son équivalent flamand De Landgenoten

jesuispaysan - LE MAP Aujourd’hui, c’est la ferme Munnix sur le plateau de Herve qui est dans le collimateur. Ils font partie des derniers véritables Fromages de Herve du Plateau. Comme le veut la tradition, ils sont encore préparés à base de lait cru toujours tiède de la traite. Et c’est là le problème. Télécharger le communiqué de presse de Mr Munnix C’est une atteinte au producteur dans son processus créatif à la recherche de produits originaux et novateurs. Vous êtes un producteur créatif ? Réagissons et créons des liens de coresponsabilité avec des Systèmes Participatifs de Garantie. « Démanteler l’AFSCA et la remplacer par des structures de contrôle locorégionales et conviviales, respectueuses des droits humains, des us et coutumes des citoyens, et sous contrôle des pouvoirs locaux ou locorégionaux… Et réorienter les priorités de l’Agence pour qu’elle contrôle les véritables poisons.

Related: