background preloader

La "révolution des patates" : quand les Grecs décident de se passer des supermarchés

La "révolution des patates" : quand les Grecs décident de se passer des supermarchés
Nous avons eu cette idée il y a un mois, quand nous avons entendu parler de manifestations d’agriculteurs désespérés par le prix auquel les distributeurs voulaient acheter leur marchandise. Plutôt que de les vendre à perte à un intermédiaire ou de les laisser pourrir, ils ont choisi de les donner gratuitement aux passants. C’est là qu’on s’est dit : "Pourquoi ne pas supprimer l’intermédiaire ?". Nous avons donc lancé ce site qui permet aux gens de commander et d’aller chercher leurs patates sur un parking, directement dans le camion du fermier. Avant, les agriculteurs vendaient leurs pommes de terre 12 cents le kilo alors que leur seule production leur coûte deux fois plus cher. Mais maintenant, ils arrivent à les vendre 25 cents le kilo et c’est encore trois fois moins cher que dans un supermarché ! Jusqu’à présent, nous avons organisé deux journées de distribution des commandes.

La problématique | CULTIVONS. La terre. La vie. Le monde. Nous serons bientôt 9 milliards sur Terre. 868 millions de personnes - soit 1 sur 8 - s’endorment déjà chaque soir le ventre vide. Et la majorité d’entre elles sont des agriculteurs. Notre monde produit pourtant suffisamment de nourriture pour tous, mais elle n’est pas répartie équitablement. De plus, la terre et l’eau, des ressources naturelles indispensables pour cultiver, s’épuisent. Le système alimentaire fait fausse route… Volatilité des prix alimentaires. Ce système pénalise la majorité d’entre nous : …et la politique manque de cohérence Garantir un système alimentaire durable et équitable demande une gouvernance politique appropriée à l’échelle internationale. Les politiques sont en outre le plus souvent élaborées et exécutées sans concertation suffisante avec les organisations paysannes et la société civile, et sans reconnaître le rôle considérable joué par les femmes dans la sécurité alimentaire. Quelques chiffres En savoir plus ?

Swift devient une arme de guerre La Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication, SWIFT (l’organisme qui gère les virements interbancaires dans 210 pays avec 550 millions de virements par mois, ici wiki) a pondu un communiqué (lien)et l’a donné à la presse en toute discrétion en fin de journée de vendredi 17 février afin que cela passe totalement inaperçu (le jour des départs en vacances à 16 heures. :-) Et Swift déclare qu’il va effacer l’Iran de ses circuits informatiques indispensables aux "voyages" monétaires. Un virement fait de Londres et qui arrive sur votre compte à Paris a emprunté les circuits de Swift. Cela veut dire quoi? Si vous êtes interdit de chéquier, vous n’êtes pas pour autant exclu du circuit financier puisque vous pouvez recevoir et émettre des virements et par conséquent retirer l’argent de votre compte. En revanche, si votre banque par exemple est exclue de Swift, eh bien vous ne pouvez même plus recevoir un virement. Et c’est une vraie première. Like this: J'aime chargement…

untitled Maladies, douleurs : Votre médecin vous a-t-il proposé TOUTES les solutions ??? Cher lecteur, Un des plus graves problèmes de la médecine actuelle est que, par manque de temps, de formation, mais aussi pour des raisons légales, les médecins conventionnels ont tendance à ne PAS proposer à leurs patients des solutions naturelles, qui offrent pourtant de grands espoirs face aux douleurs et aux maladies. Si vous avez de , par exemple, votre médecin vous prescrit sans doute des anti-inflammatoires non stéroïdiens (aspirine, diclofénac, ibuprofène...). Ces médicaments suppriment partiellement la douleur, mais ils ont des effets secondaires et ils ne règlent pas la cause de la maladie (la destruction du cartilage). On sait pourtant aujourd'hui que des composés naturels pourraient eux, non seulement soulager la douleur, mais aussi relancer la production de cartilage . Ils ont retrouvé la souplesse qu'ils avaient des années plus tôt, sans effets indésirables. Ils n'avaient plus le diabète .

Heureux nouveau Mécanisme Européen de Stabilité : Explication…!!! On se demande évidemment comment la Grèce pourrait payer dans le contexte actuel 20 Md€ l’Italie 125 Md€, l’Espagne 83 Md€… Comme d’habitude, on agite 700 Md€ alors que la seule chose actée est qu’il y aura 40 Md€ mi 2013 et 80 Md€ fin 2016 – tout va bien… Il faut bien comprendre que ce « Mécanisme » (drôle de nom d’ailleurs, moi j’aurais préféré « Bidule », mais bon BES, cela aurait pu être mal interprété…) est un Fonds International, tout comme le FMI par exemple. Sauf qu’en l’espèce, il va évidement principalement se financer par emprunt sur les marchés, plutôt que par augmentation de capital. Donc si par miracle le MES emprunte à 4 %, il prête à 6 % puis 7 %. Bref, le MES est encore un non-sens économique, une illusion du financiarisme finissant. Il convient de bien comprendre la problématique juridique d’une aide à un État. Les gouvernements ont donc été très ennuyés pour mettre en œuvre le FESF, au vu de cette interdiction plus que claire. C’est là que survient le deuxième problème.

Jean Ziegler : « Les spéculateurs devraient être jugés pour crime contre l'humanité » - Alimentation Les ressources de la planète peuvent nourrir 12 milliards d’humains, mais la spéculation et la mainmise des multinationales sur les matières premières créent une pénurie. Conséquence : chaque être humain qui meurt de faim est assassiné, affirme Jean Ziegler, ancien rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation. Il dénonce cette « destruction massive » par les marchés financiers. Des mécanismes construits par l’homme, et que l’homme peut renverser. Entretien. Basta ! Jean Ziegler : Tous les cinq secondes, un enfant de moins de 10 ans meurt de faim. Et les financiers continuent de spéculer sur les marchés alimentaires. Les ressources de la planète suffisent à nourrir l’humanité. Le rapport annuel de la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) estime que l’agriculture mondiale pourrait aujourd’hui nourrir normalement 12 milliards d’humains [1], presque le double de l’humanité. Tous les mécanismes qui tuent sont faits de main d’homme.

France Bienvenue sur la page « France » des incroyables comestibles ! Vous pouvez vous rendre compte ici à quel point c’est simple pour une collectivité qui le souhaite, de devenir autosuffisante pour son alimentation locale avec des fruits et légumes « bio » et gratuits ! C’est l’expérience de la co-création joyeuse de l’abondance partagée. Il suffit qu’une seule personne dans sa commune, comme ici Véro, à Colroy la Roche, lance la dynamique citoyenne vertueuse de la « Nourriture à partager » des incroyables comestibles pour que, de proche en proche, les habitants découvrent que l’abondance est le fruit du partage ! On plante, on arrose et on partage. Et puis surtout, on célèbre ensemble cette abondance dans la joie et la reconnaissance envers chacun et notre Terre nourricière, comme le font régulièrement les habitants de la ville de Todmorden et de toutes les autres collectivités de plus en plus nombreuses dans le monde qui ont choisi ce nouvel art de vivre. Enjoy!

Portugal, Irlande, Italie, Espagne :les prochains pays de la zone euro menacés par la faillite Sauvée, la Grèce ? En tout cas, Athènes a évité la faillite incontrôlée en obtenant vendredi 9 mars l'accord d'une forte majorité de ses créanciers privés pour réduire et rééchelonner son énorme dette, ce qui ouvre la voie au versement d'un deuxième prêt de ses bailleurs de fonds publics, l'UE et le FMI. Le pays est sauf, au moins pour un temps. En attendant un éventuel prochain point d'inflexion hellène, les autres mal-portants de la zone euro peuvent souffler en évitant le risque de contagion. Tour d'horizon : Portugal, dette publique: 107,2% du PIB (2011) Lisbonne semble s'être fourrée dans une situation inextricable, forcée par le "troïka". Mais revers de la médaille, ces mesures semblent gravement handicaper l'économie du pays. Dans le New York Times, il explique que les dirigeants européens font une erreur de diagnostic en se focalisant sur les politiques d’austérité. Dans cette optique, le Portugal est en train d'emprunter la voie "tragique" de la Grèce. Attention toutefois.

ESPAGNE • Une plantation de cannabis pour sortir de la crise A l'heure où les plans d'austérité se multiplient en Europe, une petite ville du sud de la Catalogne a trouvé un moyen d'absorber la dette de la municipalité : louer des champs afin de faire vivre le marché du cannabis de manière légale. La Vanguardia 1 mars 2012 | Partager : A Rasquera, village catalan de la province de Tarragone, la municipalité envisage d'autoriser une plantation de cannabis à la suite de la proposition soumise par une association de Barcelone. C'est l'Association barcelonaise d'autoconsommation de cannabis (ABCDA) qui a eu cette idée en 2011: l'organisation, qui prône un usage "ludique et thérapeutique" de la marijuana, compte environ 5 000 membres et propose de louer des terres dans ce village fortement touché par la crise et qui vit essentiellement de l'agriculture. Ces sociétés, qui serviront d'intermédiaire entre les propriétaires fonciers et l'ABCDA, loueront les terrains de l'association. "Ce n'est pas une apologie du cannabis"

J'aime la bio ! - Campagne sur l'agriculture biologique | Agir pour l'Environnement Prochain domino : L'Espagne Regain de tension sur les marchés, explosion de la dette, chômage record: les mauvaises nouvelles ne laissent aucun répit au gouvernement espagnol au moment où il entreprend un effort de rigueur inédit, en espérant convaincre que le pays pourra se passer d'une aide extérieure. Après des semaines de détente sur les marchés alimentée par la manne de liquidités de la Banque Centrale Européenne (BCE), l'Espagne a dû concéder mercredi des taux en nette hausse lors de la première émission obligataire lancée après la présentation du budget 2012. «L'Espagne revient au coeur de la tourmente», affirme Soledad Pellon, analyste de la maison de courtage IG Markets, pour qui l'émission est «un échec absolu». Perçue comme un test, l'émission d'obligations à 3, 4 et 8 ans a certes été accueillie par une demande robuste, quoiqu'en baisse, mais les taux ont flambé, l'échéance à 4 ans notamment accusant une hausse d'un point par rapport à la précédente, le 1er mars. Source

Related: