background preloader

Dyslexie

Dyslexie
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La dyslexie est un trouble spécifique de la lecture. On distingue classiquement les dyslexies acquises des dyslexies développementales. On parle de dyslexie acquise (ou alexie) pour caractériser les déficits de lecture qui apparaissent à la suite d'une lésion cérébrale chez des personnes qui lisaient tout à fait normalement avant cette atteinte du système nerveux central. Le terme de dyslexie développementale renvoie, quant à lui, aux difficultés spécifiques qui se manifestent chez l'enfant au moment de l'apprentissage de la lecture. La dyslexie développementale est un trouble neurodéveloppemental qui se manifeste indépendamment du contexte éducatif, social, ou psycho-affectif de l'enfant. De nombreuses études scientifiques ont permis d'identifier des facteurs génétiques impliqués dans l'étiologie de la dyslexie. Pourtant, la notion de dyslexie de l'enfant reste toujours en débat. Critères diagnostiques[modifier | modifier le code] Related:  Dyslexia / dyslexieTroubles du langage

Dyslexie et dysorthographie Trouble spécifique d'apprentissage de la lecture et de l'écriture Comment définir ce trouble? Dans la population en général, on établit rapidement une adéquation entre toutes difficultés de lecture et d'écriture à la dyslexie-dysorthographie. Mais, ce n'est pas le cas. Pour les experts, il s'agit plutôt d'observer certains déficits cognitifs qui lui sont associés : la conscience phonologique, la dénomination rapide et le codage phonologique en mémoire de travail. Pourquoi associer la dyslexie et la dysorthographie? Les déficits cognitifs à l'origine du trouble se manifestent autant en lecture qu'en écriture. Qu'est-ce que la dyslexie-dysorthographie? C'est un trouble d'origine neurologique qui entraîne des difficultés importantes à lire et à écrire les mots avec exactitude et fluidité. Quelles sont les principales manifestations? Au cours des premiers apprentissages Dans la poursuite des apprentissages Attention : Quels sont les impacts possibles? • Évite les tâches de lecture et d’écriture

Dyscalculie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La dyscalculie est un trouble spécifique du développement (tel que la dyslexie, la dyspraxie, la dysorthographie, la dysgraphie, etc.). Elle correspond à un trouble sévère dans les apprentissages numériques, sans atteinte organique, sans troubles envahissants du développement et sans déficience mentale. Étymologie[modifier | modifier le code] Le terme scientifique français dyscalculie a été forgé à la fin du XXe siècle, à partir d'un préfixe grec dys-, d'un radical latin -calcul- et d'un suffixe français -ie. Le préfixe « dys- » vient du grec δυσ- qui exprime « la difficulté, le mal, le manque »[1] (élément abondamment utilisé dans la terminologie médicale : dyslexie, dysorthographie). Description[modifier | modifier le code] La notion de dyscalculie remonte au moins à Kosc[2],[3] (1974), qui la définissait comme une déficience spécifique en arithmétique à la suite de dommages ou de déficits de certaines régions spécifiques du cerveau.

Hypersensibilité (psychologie) L'hypersensibilité, en psychologie, est une sensibilité plus haute que la moyenne, provisoirement ou durablement, pouvant être vécue avec difficulté par la personne concernée elle-même ou perçue comme « exagérée », voire « extrême », par son entourage[1]. Selon les recherches qui ont suivi, les « individus hautement sensibles » représenteraient environ 15 à 25 % de la population. Les caractéristiques de cet ensemble découlent d'une plus forte réactivité à une même stimulation, ce qui a des aspects positifs – Jung parle de « caractère enrichissant » – et des aspects négatifs, comme une sensibilité accrue à la peur. Le terme « individu hautement sensible » est ici traduit par « hypersensible ». En anglais, Elaine Aron propose un moyen mnémotechnique pour retenir les caractéristiques principales des hypersensibles, DOES, pour : Cette sensibilité serait associée à un mode particulier de traitement des données sensorielles[6]. En tant que telle, l'hypersensibilité n'est pas une pathologie.

Aphasie L'aphasie est un trouble du langage dont l'origine est une pathologie du système nerveux central. Le mot « aphasie » vient du grec « phasis » (parole) et signifie « sans parole ». Ce terme a été créé en 1864 par Armand Trousseau et était utilisé pour décrire une aphasie spécifique. Depuis lors, l'aphasie a pris un sens plus large et désigne différents troubles du langage ayant en commun d'affecter la compréhension et la production du langage parlé survenant en dehors de tout déficit sensoriel ou de dysfonctionnement de l'appareil phonatoire. L’aphasie est un trouble du langage qui peut présenter des différences considérables : certains patients ne montrent que des incertitudes légères, pour trouver leurs mots par exemple, alors que d’autres ont presque totalement perdu la faculté de s’exprimer par le langage, de comprendre ce qui leur est dit, de lire et/ou d’écrire. Il existe plusieurs sortes d’aphasie dans lesquelles ces diverses facultés peuvent être différemment diminuées.

Dysorthographie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La dysorthographie est un trouble d'apprentissage persistant de l’acquisition et de la maîtrise de l'orthographe touchant principalement l’apprentissage de l’écriture (altération de l'écriture spontanée ou de l'écriture sous dictée), à distinguer de la dyslexie qui touche elle, principalement l’apprentissage de la lecture[1]. Le trouble dysorthographique fait souvent suite à une dyslexie mais l'association n'est pas systématique. Les problèmes découlant de la dysorthographie sont : Une lenteur d'exécution, des hésitations et une pauvreté des productions ;Des fautes d'orthographe, de conjugaison, de grammaire et d'analyse ;Des difficultés à l'écrit semblables à celles du dysgraphique ;Des erreurs de copies et des découpages arbitraires ;Des économies de syllabes, des omissions et des mots soudés. Notes et références[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code]

Dyslexie, problème lecture et lettres | Évaluation, aide, enfant et parents La dyslexie est un trouble persistant de l’acquisition et de l’automatisation de la lecture. Ce trouble affecte la vitesse et la précision en lecture. Il engendre donc souvent une lecture imprécise qui nuit grandement à la compréhension. Ces atteintes s’accompagnent toujours de difficultés en écriture, correspondant souvent à un trouble de l’écriture (dysorthographie) qui peuvent rendre très ardu le cheminement scolaire de ces jeunes partout où la lecture et l’écriture sont sollicitées (français, mais aussi mathématiques, sciences, histoire, etc.). Il faut savoir que les enfants qui présentent ce trouble ont malgré tout de grandes forces cognitives sur lesquelles ils peuvent s’appuyer afin de développer des stratégies de travail pour compenser leurs lacunes. Voici un bref aperçu des types de dyslexies recensés à ce jour : 1) dyslexie phonologique (voie d’assemblage) 2) dyslexie lexicale (voie d’adressage) 3) dyslexie mixte Les manifestations L'evaluation du CENOP de la dyslexie Lectures

L'orthophoniste et les dyslexies, dysorthographies et autres dys... - Iceweasel Les dyslexies et autres dys… Sur le plan étymologique, la dyslexie est un terme très général qui signale simplement l’existence de difficultés dans l’acquisition du langage écrit. Cependant, tout bon pédagogue sait qu’un enfant n’a appris à lire que s’il est à la fois capable de décoder et de comprendre ce qu’il lit. «Apprendre à lire, c’est apprendre à construire des significations à partir d’une extraction d’indices et formuler des hypothèses à partir de cette extraction ; c’est aussi utiliser, à chaque moment, l’information déjà recueillie pour traiter la suite du message» (Estienne 1982, p. 419). Malgré cette apparente complexité, comment expliquer que certains enfants y parviennent en quelques semaines seulement alors que d’autres, pourtant tout aussi intelligents, souffriront toujours de ne pas réussir à automatiser leur décodage ? Le drame des sujets dyslexiques se joue à la fois au niveau de la lecture et de l’écriture.

Pourquoi peut-on être surdoué et dyslexique ? La dyslexie est un trouble d’apprentissage qui porte sur l’apprentissage et l’automatisation de la lecture. Elle est indépendante de l’intelligence. On peut être intelligent et dyslexique. La dyslexie est imputable en partie au mauvais fonctionnement de l’hémisphère gauche, celui qui est dédié au langage (oral mais aussi écrit) et au traitement séquentiel. L’enfant précoce utilise préférentiellement son hémisphère droit, parfois aux dépens du gauche. De nombreux enfants précoces sont dyslexiques sans avoir été diagnostiqués comme tels. Il est important, devant un enfant en apparence intelligent, pertinent à l’oral, mais lent et beaucoup moins performant à l’écrit, de se poser la question de la dyslexie, même s’il lit beaucoup, aime lire et semble lire relativement vite : peut-être ne lit-il que le début des mots et en devine-t-il la fin.

Bégaiement Le bégaiement (nom auquel on adjoint parfois les qualificatifs persistant, développemental ou chronique) est un trouble de la parole affectant la fluidité du discours. Il est caractérisé par des disfluidités (interruptions involontaires de la parole) fréquentes et typiques du bégaiement, dont : des répétitions de sons, de syllabes ou de mots,des prolongements de sons,des blocages (pauses silencieuses pendant lesquelles la personne est incapable de produire le son souhaité)[1]. Ces disfluidités peuvent s'accompagner de tension physique et de comportements secondaires (clignement des yeux, mouvement du visage ou du corps, etc.). La définition exacte du bégaiement développemental par les différentes institutions concernées et disciplines médicales fait l'objet de débats. Le bégaiement peut avoir des répercussions psychologiques et sociales importantes[4]. Description[modifier | modifier le code] Généralités[modifier | modifier le code] Descriptions alternatives[modifier | modifier le code]

Méthodes d'enseignement par interpolation et par extrapolation Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Toutefois, un enseignement est rarement intégralement par extrapolation ou interpolation, mais mêle en général les deux, les méthodes ne sont pas exclusives. Méthode par extrapolation[modifier | modifier le code] Dans les méthodes par extrapolation, le savoir est découpé en éléments, et l'on enseigne les règles d'utilisation de ces éléments. L'apprenant acquiert un savoir et ce savoir est extrapolé aux situations nouvelles. Cette méthode est la méthode majoritairement utilisée jusqu'au milieu du XXe siècle. Exemples la méthode syllabique pour l'enseignement de la lecture : l'élève apprend l'alphabet, puis les règles d'association des lettres (« B-A → BA »), et utilise ces règles pour déchiffrer un mot ;en médecine, on enseigne les organes, leurs fonctions et interactions, leurs dysfonctionnements et les symptômes associés… Méthode par interpolation[modifier | modifier le code]

Aide financière aux études - Programme d'allocation pour les besoins particuliers - Volet Jeunes Le Programme d’allocation pour des besoins particuliers ― Volet Jeunes s’adresse aux élèves qui fréquentent un établissement d’enseignement préscolaire, primaire ou secondaire du secteur privé au Québec. Si votre enfant présente des besoins particuliers qui limitent ses activités d’apprentissage, ce programme lui permet d’obtenir les ressources matérielles nécessaires à la maison en vue de la poursuite de ses études, dans la mesure où aucun autre programme ou organisme ne couvre les mêmes besoins. Prenez note que, si votre enfant fréquente un établissement d'enseignement du secteur public, vous ne devez plus vous adresser à l'Aide financière aux études en ce qui concerne ses besoins particuliers, mais plutôt à la direction de l'école qu'il fréquente. Vous désirez contester une décision rendue? Si vous n'êtes pas d'accord avec une décision rendue par l’Aide financière aux études, malgré le fait qu’elle respecte les règles en vigueur, vous pouvez en demander la révision.

LES "DYS" : site du Dr Alain Pouhet TÉMOIGNAGE d’une ENSEIGNANTE. Lausanne, le 17 février 2013. Dans ma pratique, j’ai eu la chance d’accompagner des enfants de différents âges, présentant des troubles praxiques. Impossible de décrire un “enfant type”; chaque situation est différente, chaque enfant réagissant, se construisant, apprenant, en fonction de sa personnalité, de son histoire, de son passé scolaire et de ses éventuels troubles associés. Je trouve que la problématique de la dyspraxie n’est pas facile à cerner. Quand j’ai commencé à enseigner il y a une quinzaine d’années, on n’en parlait pas du tout. Dans le cas de la dyspraxie, pour moi, reviennent souvent les mêmes interrogations : Au moment de faire connaissance, la première chose qui me frappe est la difficulté d’organisation, et cela dès le vestiaire ; dans l’habillage pour les petits et dans l’organisation dans les affaires, cahiers, agendas, pour les plus grands. J’ai le sentiment de répéter toujours les mêmes consignes, encore et encore. Irritation.

Dysgraphie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La dysgraphie est un terme désignant des difficultés à accomplir des gestes graphiques[1], contrairement à l'agraphie qui est une perte complète de la capacité à écrire. Ces troubles surviennent indépendamment des capacités à lire et ne sont pas liés à un un trouble psychologique[2]. La dysgraphie est un handicap de transcription, ce qui signifie que c'est un trouble graphique associé à des gestes graphiques handicapants, au codage orthographique (orthographe), et au mouvement des doigts lors de l'écriture[2]. Ce trouble peut s'accompagner d'autres troubles comme le trouble de la parole, de déficit de l'attention, ou dyspraxie développementale[3]. Dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV), la dysgraphie est caractérisée par un trouble d'apprentissage dans la catégorie des expressions écrites. Classification[modifier | modifier le code] Physiopathologie[modifier | modifier le code] ↑ (en) Chivers, M. (1991).

Sondo. Une excellente solution pour favoriser l'intégration des élèves Dys au collège Sondo par Mobidys est une plateforme qui veut faciliter l’intégration des élèves Dys au collège. En période de test depuis plusieurs mois, elle sera opérationnelle à partir de la rentrée prochaine. Une bonne nouvelle. Une très bonne nouvelle même pour tous les enfants présentant des troubles de lecture et pour leurs familles. Une bonne nouvelle aussi pour les établissements scolaires qui vont pouvoir se doter facilement d’un outil formidable et innovant pour aider leurs élèves. Sondo par Mobidys propose une bibliothèque en ligne d’ouvrages scolaires et de littérature inscrits au programme accessible pour les enfants Dys et au-delà pour tous les enfants rencontrant des difficultés en lecture. Sondo s’utilise sur tablette, smartphone et ordinateur au collège comme à la maison. Dans cette bibliothèque partagée proposée par Sondo les jeunes ont accès à deux formats. Des versions audio pour les manuels scolaires. Des versions au format FROG pour la littérature. Lien : Sondo par Mobidys

Related: