background preloader

Modèles cognitifs de la recherche d'information

Modèles cognitifs de la recherche d'information
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les modèles cognitifs de la recherche d'information sont des modèles comportementaux qui abordent la recherche d'information (RI) du point de vue des processus cognitifs à l'oeuvre durant l'activité. Les modèles sont centrés soit sur l'utilisateur[1], soit sur l'interaction entre l'utilisateur et le système [2] (approche plus holistique). Selon l'approche centrée utilisateur, la RI est avant tout vue comme une activité cognitive complexe. Les modèles existants font état de plusieurs étapes itératives dans le processus. Si, dans les premiers temps, les chercheurs ne voyaient dans la RI qu’une question d’adéquation entre une demande et une offre, les modèles ont depuis beaucoup évolué. La recherche d’information est une activité qui peut être abordée selon plusieurs finalités. L’activité de RI comme activité exploratoire[modifier | modifier le code] L’activité de RI comme résolution de problème[modifier | modifier le code] Related:  Théories d'apprentissageWikipedia

Ivan Pavlov Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Pavlov. Portrait d'Ivan Pavlov Ivan Petrovitch Pavlov (en russe : Иван Петрович Павлов), né le à Riazan, dans l'Empire russe, et mort le à Léningrad, en URSS, est un médecin et un physiologiste russe, lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine de 1904[1] et de la médaille Copley en 1915. Vie et œuvre[modifier | modifier le code] Carrière résumée[modifier | modifier le code] La maison natale d'Ivan Pavlov à Riazan Né dans une famille russe où l'on est pope de père en fils, il est d'abord, dès 11 ans, élève au séminaire de Riazan. Pavlov est un expérimentateur habile et méthodique jusque dans ses heures de travail et ses habitudes. Travaux[modifier | modifier le code] En 1904, il est lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine « en reconnaissance de son travail sur la physiologie de la digestion, ce qui a permis de transformer et d'élargir le savoir sur les aspects essentiels du sujet[1] ».

Votre style d’apprentissage est-il plutôt orienté cerveau droit ou cerveau gauche ? - FormaVox Depuis sa parution en 2005, l’ouvrage de Daniel Pink «L’homme aux deux cerveaux» a plutôt fait parler de lui. Capitalisant sur les recherches menées en neurosciences, l’auteur propose une vision vulgarisée sur les différences entre les 2 hémisphères cérébraux, et pourquoi, selon lui, il devient indispensable que nous élargissions notre manière de penser vers davantage de créativité (et donc à mieux faire fonctionner notre «cerveau droit»). C’est au hasard de mes promenades sur le web que j’ai découvert une infographie assez sympa, qui résume très bien les différences entre «cerveau gauche» et «cerveau droit». Je vous propose de découvrir l’infographie ci-dessous, et les éléments-clés qu’elle avance en termes de styles d’apprentissage. Et pour ceux qui l’auraient loupé, je vous invite à (re)découvrir cet excellent article publié par Olivier Richard sur son blog SimpleSlide.

Dassault Systèmes rachète Netvibes Dassault Systèmes a publié, jeudi 9 février, des résultats annuels record. Le groupe a dégagé un bénéfice net de 289,2 millions d'euros en 2011, en hausse de 31 %. Le chiffre d'affaires annuel s'est établi à 1,78 milliard d'euros, en progression de 14 % sur un an. Dassault Systèmes, la branche logiciels du groupe Dassault (aviation, armement, immobilier, presse…) développe principalement des outils de conception assistée par ordinateur. En marge de la publication de ses résultats, le groupe a annoncé l'acquisition – pour un montant non dévoilé – de la plate-forme Netvibes. Netvibes s'adresse aussi bien aux particuliers, qui peuvent agréger différents flux d'informations sur une page, qu'aux entreprises, qui peuvent proposer de la veille marketing et des portails Web personnalisés. Cette annonce intervient alors que le groupe semble vouloir investir dans des domaines technologiques stratégiques.

Indexation automatique de documents L’indexation automatique de documents est un domaine de l'informatique et des sciences de l'information et des bibliothèques qui utilise des méthodes logicielles pour organiser un ensemble de documents et faciliter ultérieurement la recherche de contenu dans cette collection. La multiplicité des types de documents (textuels, audiovisuels, Web) donne lieu à des approches très différentes, notamment en termes de représentation des données. Elles reposent néanmoins sur un socle de théories communes, telles que l'extraction de caractéristiques, le partionnement de données (ou clustering), la quantification, et plus généralement la recherche d'information. Un index est, en toute généralité, une liste de descripteurs à chacun desquels est associée une liste des documents et/ou parties de documents auxquels ce descripteur renvoie. Ce renvoi peut être pondéré. Lors de la recherche d'information d'un usager, le système rapprochera la demande de l'index pour établir une liste de réponses.

Pertinence Attention ! Cette fiche est une première rédaction, en cours d'élaboration.Ses contenus ne sont pas encore validés. Caractéristiques Niveau débutant Relève de la recherche d'information Est un critère d'évaluation de l'information Est relative au besoin d'information Apporte un élément de connaissance Est utilisable par l'usager Niveau avancé Établi des liens entre le sujet de recherche et l'information trouvée Donne un valeur à une donnée informationnelle Relève du processus de valorisation de l'information Suppose un jugement subjectif Définitions Niveau de formulation débutant La pertinence est un critère d'évaluation de l'information. Niveau de formulation avancé La pertinence est un critère d'évaluation de l'information. La pertinence, une fois ces conditions rassemblées par l'usager, donne une valeur aux données informationnelles sélectionnées, selon un processus de valorisation de l'information. Complément de définition En 1998, Carol L. Exemples et contre-exemples • DUPART Viviane.

Burrhus Frederic Skinner Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Skinner. Dans les années 1950 Burrhus Frederic Skinner est un psychologue et un penseur américain. Biographie[modifier | modifier le code] Skinner est né en 1904 en Pennsylvanie aux États-Unis. Travaux et apports de Skinner[modifier | modifier le code] Présentation[modifier | modifier le code] Sa contribution théorique majeure en psychologie est le concept de conditionnement opérant, qu'il distingue du conditionnement classique pavlovien ou conditionnement répondant. Il est l'inventeur d'un dispositif de conditionnement opérant communément appelé boîte de Skinner. En 1957, Skinner a étendu l'application des mêmes principes de conditionnement opérant à la communication, dans son ouvrage intitulé Verbal Behavior. Critiques[modifier | modifier le code] Skinner a voulu étendre cette théorie du comportement à l'espèce humaine (les stimuli ne sont que plus complexes, et forment alors une « situation »). ↑ Steven J.

Styles d'apprentissage Peut-on concevoir une façon idéale d'aborder et de résoudre un problème ? Certainement pas. Tout dépend de la nature du problème, des circonstances et, surtout, des spécificités individuelles. En fait, confrontés à une même situation, la plupart des sujets observés présentent des réactions diversifiées, parfois très contrastées. Comment pouvons-nous interpréter, respecter et valoriser ces différences ? Qu'est-ce qu'un style d'apprentissage ? Comme nous l'avons vu plus haut, le style, c'est la " manière personnelle d'agir et de se comporter... " (ROBERT). a. b. c. d. Il n'existe donc pas une bonne façon d'apprendre ou de résoudre un problème. Etat des recherches Il y a bien d'autres styles cognitifs que ceux évoqués dans le tableau ci-dessous. Sur le plan pédagogique, que peut-on tirer de tout cela ? J.P. Sur la base de ces travaux émergerait l'idée de pouvoir dresser le " profil " de chaque élève, ce qui garantirait une meilleure efficacité pour nos actions. Comment faire ?

Richard Stallman Pour les articles homonymes, voir Stallman. Richard Matthew Stallman (né à Manhattan, le ), connu aussi sous les initiales rms (en minuscules[1]), est un programmeur et militant du logiciel libre. Initiateur du mouvement du logiciel libre, il lance, en 1983, le projet GNU et la licence publique générale GNU connue aussi sous l’acronyme GPL. Il a popularisé le terme anglais « copyleft »[2]. Depuis le milieu des années 1990, il consacre la majeure partie de son temps à la promotion des logiciels libres auprès de divers publics un peu partout dans le monde. Biographie[modifier | modifier le code] Richard Matthew Stallman est né à Manhattan le . Tout bascula au début des années 1980. Emacs[modifier | modifier le code] Cette version augmentée de TECO conduisit les hackers du AI Lab à programmer une quantité énorme de macros. Avec Guy Steele, Richard Stallman entreprit de réorganiser toutes les commandes en un système unifié et plus universel. Le projet GNU[modifier | modifier le code]

Recherche d'information La recherche d'information (RI[1]) est le domaine qui étudie la manière de retrouver des informations dans un corpus. Celui-ci est composé de documents d'une ou plusieurs bases de données, qui sont décrits par un contenu ou les métadonnées associées. Les bases de données peuvent être relationnelles ou non structurées, telles celles mises en réseau par des liens hypertexte comme dans le World Wide Web, l'internet et les intranets. La recherche d'information sur le web à l'aide d'un moteur de recherche est une technique de l'information et de la communication, désormais massivement adoptée par les usagers. Introduction[modifier | modifier le code] Recherche d'information sans ordinateur. Avec l'apparition des premiers ordinateurs est née l'idée d'utiliser des machines pour automatiser la recherche d'information dans les bibliothèques. Des problématiques connexes se sont aussi greffées autour de la RI. Précision de vocabulaire[modifier | modifier le code] Mesures[modifier | modifier le code]

L’algorithme : une notion info-documentaire à didactiser ? Introduction Au cours d’un autre article1, nous avons présenté sous la forme d’une synthèse le contenu du dernier ouvrage de Dominique Cardon, sociologue spécialiste du numérique et d’Internet, publié en octobre 2015 et consacré aux algorithmes2. Cette lecture a amené le professeur documentaliste que nous sommes à s’interroger quant à la pertinence de considérer l’algorithme comme une notion info-documentaire et donc, par extension, de la didactiser. Le premier chapitre du livre intitulé « Quatre familles de calcul numérique », sur lequel s’appuient en grande partie les considérations qui vont suivre, offre beaucoup de matière abondant en ce sens. 1. Considérer l’algorithme comme une notion info-documentaire peut sembler, de prime abord, un peu étrange. Pour prendre la mesure de la place accordée à l’algorithme dans les programmes du collège, nous avons procédé à une simple et rapide recherche par occurrences dans le document du CSP. 2. 3. 4. Conclusion

LE COGNITIVISME La perspective cognitiviste, dont l'appellation renvoie au terme cognition (connaissance dans le sens de processus et de produit) privilégie l'étude du fonctionnement de l'intelligence, de l'origine de nos connaissances ainsi que des stratégies employées pour assimiler, retenir et réinvestir les connaissances. Elle s'intéresse essentiellement à la perception, le traitement en mémoire, le langage et ce, en regard du fonctionnement du cerveau. Voir Legendre (1993), Gauthier et Tardif (2000) Théorie s'inspirant du modèle de fonctionnement de l'ordinateur pour expliquer comment la mémoire recueille, traite et emmagasine les nouvelles informations et repère, par la suite, ces informations. Principe généraux : Structure cognitive en place : notion de connaissances antérieures. Voir Goupil et Lusignan (1993), figure 3.3 p.61 Gagné a élaboré un modèle fondé sur les différents principes du renforcement et sur des éléments de base de la théorie de l'information. Tardif (1992) 1. 2. 3. 4.

Related:  recherche documentaire