background preloader

Compétence informationnelle

Compétence informationnelle
Un article de Wiki Paris Descartes. Des clés pour comprendre l'Université numérique Compétence informationnelle (ou Maîtrise de l'information ou Culture informationnelle ou Culture de l'information ) (En anglais : Information competency ou Information literacy ) « L'expression « Compétences informationnelles » désigne en fait l’ensemble des compétences permettant à une personne d’évoluer dans la société du savoir et d’utiliser l’ information de façon critique en vue de répondre à un besoin, qu’il s’agisse de résoudre un problème, de prendre une décision, de développer ses connaissances , de créer un document, une oeuvre ou un produit ou, plus simplement, de poursuivre sa formation. » (Direction des bibliothèques, 2004) [...] « Être compétent dans l'usage de l'information signifie que l'on sait reconnaître quand émerge un besoin d'information et que l'on est capable de trouver l'information adéquate, de l'évaluer et de l'exploiter ». (ALA, 1989) Normes de compétences informationnelles Related:  Compétences Informationnelles

France : «Génération Z» : des connaissances superficielles Selon un rapport, les moins de 20 ans, dits «génération Z» ne sont pas si compétents avec les nouvelles technologies. Ils les utiliseraient plus dans un but récréatif que formateur. Missionné par François Fillon, le député Jean-Michel Fourgous, spécialiste UMP du numérique à l'école, vient de lui remettre un épais rapport «Apprendre autrement à l'ère du numérique». Selon une enseignante citée dans le rapport, «nos élèves utilisent les ressources informatiques de façon quantitative, non qualitative. Selon l'étude internationale PISA qui évalue la lecture électronique chez les élèves de 15 ans, les jeunes Suédois ou Norvégiens ont acquis une culture numérique leur permettant d'analyser, d'évaluer et de faire la synthèse des diverses informations trouvées sur internet, culture faisant défaut aux jeunes Français. Le numérique devrait être une «discipline à part entière» Or, à l'heure actuelle, le numérique n'est pas ou peu enseigné. » Les parents pour l'entrée du numérique à l'école

Certificat informatique et internet Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le certificat informatique et internet (C2i) est une certification française délivrée par les établissements supérieurs français certifiés LMD au sens du Processus de Bologne, tels les universités, les écoles spécialisées ou encore les centres d'enseignement à distance. Il est institué dans le but de développer, de renforcer et de valider la maîtrise des technologies de l’information et de la communication par les étudiants dans les établissements d’enseignement supérieur. Prenant la suite du brevet d'informatique et internet (B2i), une formation et certification dispensée au sein de l’enseignement secondaire, le C2i constitue l'étape finale du système d'éducation aux usages raisonnés du numérique (Informatique et Internet) en France. Le C2i se distingue des autres certifications comme le PCIE par la diversité des compétences numériques couvertes par le C2i. Niveaux de certification[modifier | modifier le code] [[Référentiel du C2i niveau 1

Knowledge and Information Literacy in Business Action pour une meilleure intégration du développement des compétences informationnelles Ø Titre du projet : · Action concertée pour une meilleure intégration du développement des compétences informationnelles : mise à l’essai d’un dispositif organisationnel pour les étudiantes et les étudiants de 1ère année du baccalauréat en enseignement préscolaire et primaire au Département des sciences de l’éducation. Ø Description générale : Dans le cadre d’un programme de Fonds de Développement Académique du Réseau (FODAR), supporté par l’Université du Québec, notre équipe, formée de deux bibliothécaires et deux professeurs de l’université du Québec en Outaouais (UQO), a élaboré et intégré un dispositif de formation visant le développement des compétences informationnelles chez les futurs enseignants du préscolaire et du primaire. Ø Objectifs de la recherche : · Réaliser l’analyse des besoins des étudiants de première année au DES concernant les compétences informationnelles par une auto-évaluation; - Prise de conscience de leur niveau de compétence informationnelle Ø Résultats Ø Retombées

Livre blanc collaboratif sur la veille Aujourd’hui sort un livre blanc collaboratif dédié exclusivement à la veille et la recherche d’informations : plus de 15 auteurs accompagnés d’une quinzaine d’interviews de professionnels. Le tout coordonné par Flavien Chantrel, Anne-laure Raffestin, Terry Zimmer et moi-même. Avec pour objectifs de vous faire découvrir et approfondir certaines notions clés liées à la veille. Sans vouloir faire la genèse de cet Ebook, qui a pris un certain retard et vous accompagnera donc pour vos vacances, voici rapidement ce qui a motivé sa création. Tout d’abord un premier constat : s’il existe de nombreux livres blancs collaboratifs du même style (Twitter, identité numérique, e-réputation, etc.), il n’en existait pas encore dédiés à la veille. Ensuite, la veille est aujourd’hui inhérente à de nombreuses activités (du web ou pas), et il paraissait intéressant de proposer non-seulement des approches permettant de mieux se l’approprier, mais aussi des visions plus poussées sur certains de ses aspects.

Soken Voyage en Infolit Passer quelques mois dans une bibliothèque américaine, découvrir d’autres modes de fonctionnement, de pensée, questionner et comparer avec l’organisation française, telle est l’opportunité qu’offrent les bourses Fulbright à tout professionnel en poste depuis au moins cinq ans. Étant coresponsable depuis quelques années du service Formist (Formation à l’information scientifique et technique) de l’Enssib et particulièrement impliquée dans le volet international de ce service, il m’a semblé intéressant d’aller étudier le système américain de formation des étudiants à la maîtrise de l’information. Les États-Unis sont en effet pionniers dans ces formations. Ce sont eux, également, qui ont créé le concept d’Information Literacy et l’ont défini 2. L’objectif de mon séjour était d’établir un « état de l’art de la formation à la maîtrise de l’information dans les bibliothèques universitaires américaines 3» et, pour ce faire, j’ai sélectionné trois lieux d’étude : L’ouverture par Elizabeth O.

UQAM: Compétences informationnelles Reconnaît son besoin d'information et sait déterminer la nature et l'étendue de l'information nécessaire pour y répondre (valorisation).Sait accéder avec efficacité et efficience à l'information dont elle a besoin (repérage).Sait évaluer de façon critique tant l'information que les sources dont elle est tirée et sait intégrer cette information à ses connaissances personnelles et à son système de valeurs (filtrage et pensée critique).Sait développer, individuellement ou comme membre d'un groupe, de nouvelles connaissances en intégrant l'information à ses connaissances initiales (intégration).Sait utiliser l'information recueillie ou nouvellement générée pour réaliser ses travaux (gestion et exploitation).Comprend les enjeux culturels, éthiques, légaux et sociaux liés à l'usage de l'information et se conforme aux exigences éthiques et légales (éthique).Reconnaît l'importance d'acquérir des compétences informationnelles dans la perspective d'une formation continue (mise à jour).

Library 3. Catalogues et langages documentaires « Etudoc’s Weblog 3.1. Bibliothèques et lieux de ressources Quel intérêt pour les bibliothèques, lieux physiques, à l’ère de la dématérialisation : importance de la médiation et de la diversité culturelle (comparaison entre la durée de vie d’un livre en bibliothèque et en librairie). Description des différents types de bibliothèques à partir de la définition donnée par l’UNESCO : bibliothèque nationale (Bnf), bibliothèques universitaires et scolaires (BU Paris 8), bibliothèques publiques à vocation scientifique (BPI), centres de documentation, bibliothèques municipales et BDP (Réseau de Plaine Commune). Réseaux scientifiques et partage des savoirs : Cadist (ressources documentaires universitaires thématiques), pôles associés de la Bnf. Principales missions des bibliothèques : missions d’information, de formation et d’accès à la culture et aux loisirs. Lieux de ressources généralistes à connaître en infocom : • BNF, site Tolbiac : Salle de la Presse (Salle A), salle de la recherche bibliographique (Salle I).

Bib. & IL - BBF De nombreuses publications analysent le développement de la Société de l’information en lien avec les évolutions technologiques depuis les années 1960 (microprocesseurs, réseaux numériques, ordinateurs et surtout Internet). Ces « nouvelles technologies » permettent et induisent une mise en réseau de données dans un cadre mondial depuis une bonne dizaine d’années. Nous nous trouvons dans une situation d’offre exponentielle d’information. Mais, paradoxalement, alors qu’une grande attention et de forts moyens sont accordés à la mise en place des infrastructures permettant l’accès à cette information, peu de personnes en dehors des professionnels de l’information semblent prendre conscience que rien n’est, en fait, directement accessible. La profusion de savoirs et d’informations véhiculés suppose des citoyens ayant la capacité d’identifier leur besoin d’information, de sélectionner celle-ci, de l’évaluer pour enfin l’utiliser. Pour S. et, pour certains, qui vont plus loin : S. P. Évaluation

PDCI - Université du Québec «Être compétent dans l'usage de l'information signifie que l'on sait reconnaître quand émerge un besoin d'information et que l'on est capable de trouver l'information adéquate, de l'évaluer et de l'exploiter»1. Le Programme de développement des compétences informationnelles (PDCI) vise à mettre en place des moyens permettant aux établissements de l'Université du Québec d'assurer à leurs étudiants la maîtrise des compétences informationnelles qui leur sont nécessaires dans le cadre de leurs études ainsi que dans l'exercice de leur profession. Pourquoi ? La maîtrise des compétences informationnelles assure à l'étudiant un savoir et un savoir-faire qui lui permettront de répondre à ses besoins d'information et de résoudre les problèmes informationnels qui se poseront non seulement au cours de ses études mais aussi tout au long de sa vie professionnelle. Comment ? Les normes de Compétences informationnelles Les ressources signalées dans le site PDCI sont vérifiées annuellement. 1.

La C.I en sept leçons E07 (épisode final) : La culture de l’information repose sur le contrôle de soi et la prise de soin (de l’autre): Fin de série. Voici le dernier épisode de la série. l’épisode 1 est ici, le second est là , le troisième ici , le quatrième puis le cinquième et le sixième. La culture de l’information repose sur des hypomnemata qui présentent un caractère double. Le besoin d’information demeure souvent inconscient et la priorité notamment des jeunes générations se situe ailleurs dans des démarches de reconnaissance et d’inscription au sein de groupes. Ce genre de description nous fait demeurer dans une vison tantôt technophile, tantôt technophobe. Un contrôle de soi qui s’opère par la skholé, cette capacité à s’arrêter, à prendre le temps de l’analyse et de la réflexion, cette distance critique sans laquelle il ne peut y avoir de culture de l’information. Ce contrôle de soi, passe par l’attention, la capacité à se concentrer durablement sur un objet. Je joints à cet épisode, le support de mes communications en mars 2012 au CDDP de Gironde…en attendant la version filmée.

URFIST-CI : un combat ! 9 mai 2006 Articuler la réflexion Secondaire / Supérieur Françoise CHAPRON Maître de conférences IUFM Rouen Laboratoire CIVIIC- Université de Rouen Depuis mars 2003, et dès la préparation des Assises nationales de l’éducation à l’information, dont la coordination était assurée par Claire Panijel de l’URFIST de Paris, de nombreux contacts ont été noués entre chercheurs et praticiens enseignants et bibliothécaires, autour de la nécessité de développer une « Education à l’information », terme initialement proposé par Y.F. Tout en tenant compte des différences de publics, de conditions de formation et de statut des acteurs engagés (le secondaire disposant d’un corps d’enseignants spécialisés), le bilan des initiatives prises en faveur de la formation des élèves a fait apparaître des résultats mitigés le plus souvent décevants en raison d’obstacles de nature diverse, malgré l’investissement sur le long temps de « pionniers » convaincus. Françoise Chapron Imprimer ce billet

Related: