background preloader

La Joconde à la loupe

http://musee.louvre.fr/oal/joconde/indexFR.html

Related:  Sites pour TBI en classeHistoire des Arts à la Cité scolaire Jean Jaurès : les oeuvresmamiecelesteLa Joconde

Œuvres à la loupe Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language Accessibilité Soutenez le Louvre Accueil>Arts & éducation>Oeuvres à la loupe La Joconde La Joconde [ image principale ] est le portrait le plus célèbre au monde. L’identité du modèle est régulièrement remise en question, mais on admet généralement qu’il s’agit d’une dame florentine, prénommée Lisa, épouse de Francesco del Giocondo. Le nom Giocondo a été très tôt francisé en Joconde, mais le tableau est aussi connu sous le titre de Portrait de Monna Lisa, monna signifiant dame ou madame en italien ancien. Une longue histoire avec la France C’est probablement entre 1503 et 1506 que Francesco del Giocondo commande le portrait de sa jeune épouse à Léonard qui réside alors à Florence.

la Joconde Surnom donné à un tableau de Léonard de Vinci, peint vers 1503-1507 et acheté à l'artiste par François Ier (0,77 × 0,53 m, Louvre). Biographe des grands peintres italiens, Vasari avait affirmé que la Joconde était le portrait d’une dame florentine, Lisa Guerardini (dite Monna Lisa), troisième épouse de Francesco del Giocondo, marchand de soie de son état. Un manuscrit d’origine florentine, daté de 1503 et découvert à Heidelberg, en apporte la preuve.

Le Sacre ou le Couronnement Dans ce tableau commandé par Napoléon 1er, David met en scène le caractère fastueux du Sacre et son message politique et symbolique. Témoin oculaire de la cérémonie, il en rendra avec réalisme la foule chamarrée mais il devra aussi répondre aux intentions de l’Empereur. Une fois en atelier, il devra concilier valeur documentaire et solutions artistiques. Il relève ainsi le défi de réaliser un ouvrage monumental à la gloire de l’événement et de l’inscrire, comme une œuvre à part, dans l’histoire de la peinture. Un double couronnement L'Agence nationale des Usages des TICE - Usage du tableau interactif en géométrie dans l'espace Sandrine Guillaud enseigne les mathématiques au collège Guillaume-Budé de Yerres (91). Elle a intégré l’outil informatique dans sa pratique pédagogique depuis 2003. Elle nous décrit ici un usage du tableau interactif en géométrie dans l’espace. Le dispositif Depuis le début de cette année, nous disposons d'un tableau interactif que nous nous partageons pour l'instant à deux. Le tableau interactif est mobile dans une salle de mathématiques, on l'installe et le désinstalle à chaque séance, ce qui permet ensuite d'avoir une salle de cours ordinaire.

« Strophes pour se souvenir » de Louis Aragon : Pistes pédagogiques - Poètes en résistance - Centre National de Documentation Pédagogique Louis Aragon, « Strophes pour se souvenir » Pistes pédagogiques En 1955, à l’occasion de l’inauguration d’une rue « Groupe Manouchian » à Paris, Louis Aragon écrit le poème « Strophes pour se souvenir », dans lequel il rend hommage à ces résistants « étrangers » arrêtés par les Allemands et fusillés le 21 février 1944. Onze ans après la fin du conflit, l’heure n’est plus à la lutte mais au devoir de mémoire. Le titre du poème annonce de manière claire le projet de lecture : il s’agit d’utiliser la forme poétique (« Strophes ») afin de lutter contre l’oubli et la banalisation du mal (« pour se souvenir »).

Portrait de Lisa Gherardini, épouse de Francesco del Giocondo Le portrait fut probablement commencé à Florence vers 1503. Il s'agirait du portrait de Lisa Gherardini, épouse de Francesco del Giocondo, marchand d'étoffes florentin, dont le nom féminisé lui valut le "surnom" de Gioconda, francisé en "Joconde". La Joconde ne fut sans doute pas livrée à son commanditaire car il semble que Léonard ait continué à y travailler longtemps jusqu’à l’emporter avec lui en France. A sa mort, elle serait entrée dans la collection de François Ier. Lisa Gherardini, épouse del Giocondo L'histoire de La Joconde demeure obscure : ni l'identité du modèle, ni la commande du portrait, ni le temps pendant lequel Léonard y travailla, voire le conserva, ni encore les circonstances de son entrée dans la collection royale française ne sont des faits clairement établis.

La Dame à la licorne Découverte en 1841 par Prosper Mérimée dans le château de Boussac, la tenture de la Dame à la licorne suscite encore aujourd’hui l’admiration. Elle se compose de six tapisseries [ image principale ] : chacune met en scène, dans un jardin idyllique, une jeune femme de la haute société accompagnée d’une suivante. Elles sont entourées d’une licorne et d’un lion qui présentent les armoiries du commanditaire, un membre de la famille Le Viste, peut-être Jean, qui occupe une charge importante sous le règne de Charles VIII, après 1483. Un précieux décor À la fin du Moyen Âge, les tapisseries sont des éléments importants dans la décoration des riches demeures. Elles sont utiles pour isoler les murs, mais elles participent aussi de la manière dont un propriétaire peut faire étalage de sa fortune.

Contenus en accès libre Skip to Content Skip to Navigation Contenus en accès libre Ces contenus sont mis à disposition en accès libre grâce au soutien du FEDER (Fonds européen de développement régional)DALIA est cofinancé par l’Union européenne. L’Europe s’engage en Haute-Normandie avec le Fonds de de développement régional. Twitter Rss Langston Hughes (1902-1967) Le poète et écrivain Langston Hughes, né dans le Missouri en 1902, figure majeure de la Harlem Renaissance, voyagea en Europe dans les années 20. Il séjourna notamment à Paris et fut accueilli par l’ancien pilote devenu jazzman Eugène Bullard qui le fit engager en février 1923 comme aide-cuisinier et aide-serveur dans son cabaret de Pigalle Le Grand Duc. Il fait allusion à ce séjour dans son ouvrage The Big Sea (1940) vidéo : Langston Hughes lit un de ses plus célèbrtes poèmes, The Weary Blues (1925) pour une chaîne de télévision de Vancouver (CBUT) accompagné par des musiciens de jazz (1958) Droning a drowsy syncopated tune,Rocking back and forth to a mellow croon,I heard a Negro play.Down on Lenox Avenue the other nightBy the pale dull pallor of an old gas light

Comment La Joconde a été retrouvée IL Y A CENT ANS DANS LE FIGARO - Tous les week-ends, Le Figaro explore ses archives de l'année 1913. Le 13 décembre, le journal raconte en détail comment la Joconde a été récupérée en Italie. Retrouvez chaque week-end sur lefigaro.fr un fragment de l'actualité d'il y a un siècle, tel que publié à l'époque dans nos colonnes. Une plongée dans les archives du journal pour revivre les événements historiques, culturels ou sportifs… comme si vous y étiez. La Joconde dévoilée Léonard de Vinci n’a laissé aucune esquisse préparatoire du portrait de la jeune femme vêtue de sombre, sans aucun bijou, au mystérieux sourire et au regard pénétrant. Sous la surface de la peinture où ne transparaît aucun trait de pinceau, elle semble un être de chair et de sang incroyablement vivant. L'artiste l'a-t-il peinte d’un seul élan, ou en plusieurs années de travail minutieux ?

Related:  Bazar temporaire 8