background preloader

Les 5 défis du collaboratif

Les 5 défis du collaboratif
Jusqu’à présent, les entreprises ont évolué dans un système essentiellement fondé sur deux dimensions : espace/temps. Avec l’internet et plus encore avec le 2.0, nous assistons à une déstructuration spatio-temporelle (porosité et accélération) et l’apparition de deux nouvelles dimensions fondamentales et complémentaires : énergie/information. L’excellent ouvrage de Jeremy Rifkin intitulé la "troisième révolution industrielle" se fonde sur cette mutation fondamentale de nos paradigmes. Il devient alors impossible de penser l’entreprise aujourd’hui avec nos paradigmes passés et le management peine pas à prendre en compte ces nouvelles dimensions. Les défis que pose le collaboratif résultent essentiellement de cette évolution dimensionnelle. Mais, une fois encore la technologie ne fait pas tout : implémenter une plateforme collaborative en pensant que le collaboratif se développera alors est une illusion et peut même engendrer l’effet contraire. Les 5 défis du collaboratif

http://lecercle.lesechos.fr/entreprises-marches/management/organisation/221144167/5-defis-collaboratif

Related:  outils collaboratifsIntelligence collectiveInnovation

1ère édition de l’Open Factory : une nouvelle forme de collaboration territoriale est née… Le week-end dernier, TPE et PME innovantes, enseignants, étudiants, chercheurs, citoyens et experts des enjeux du territoire ont phosphoré, ensemble, pendant 24 heures, pour dessiner les contours de projets de la Bretagne de demain. De l’avis unanime de toutes les corporations réunies, économique, académique, culturelle et scientifique, cette première édition du concours Open Factory est parvenue à faire émerger une nouvelle forme de collaboration, mise au service du développement responsable du territoire. Tous ont déjà pris date pour une prochaine édition, qui devrait se dérouler fin 2012 – début 2013. Plus d’infos sur l’événement : www.open-factory.net Neuf projets de TPE et PME bretonnes étaient en lice, ainsi qu’un projet hors-concours.

Le “codév” décrypté : progresser en aidant les autres Autour de la table, cinq personnes prennent place pour leur séance mensuelle de codéveloppement (lire aussi l'encadré). Ce soir, c'est Martin le "client". Il va livrer à ses pairs, désignés comme "consultants" pour l'occasion, la problématique qu'il souhaite explorer.

Le business plan pour créer sa boîte ? Dépassé ! « Un modèle de planification digne d'un plan quinquennal soviétique ». Jean-Claude Volot, président du conseil de l'Agence pour la création d'entreprise (APCE), et Claude Ananou, chargé de formation au service de l'enseignement du management à HEC Montréal, n'y vont pas de main morte pour qualifier le fameux « business plan » auquel se confronte tout créateur d'entreprise. Les deux hommes réunis ce mercredi 2 janvier au Salon des Entrepreneurs, au Palais des Congrès de Paris, ont voulu convaincre de l'existence d'une alternative : l'approche SynOpp. Développée au Canada par Claude Ananou, lui-même serial entrepreneur, elle est censée révolutionner l'état d'esprit du porteur de projet. « Le business plan est considéré depuis les années 70 comme la meilleure façon de construire un projet d'entreprise, explique-t-il. Mais elle ne convient pas à tous.

Cartopartie Qu'est-ce qu'une cartopartie Le but d'une «cartopartie», ou «mapping party» est d'arriver à produire une carte complète d'une zone plus ou moins grande, généralement une partie d'agglomération. Pour l'obtenir dans un temps assez court, on convoque des pratiquants d'OpenStreetMap volontaires et des novices peuvent y trouver l'occasion d'apprendre les méthodes du relevé des traces GPS sur le terrain et du recueil des données visuelles pour leur traitement sur ordinateur.

Les liens faibles, moteurs de notre diversité informationnelle Les chercheurs de Facebook, menés par Eytan Bakshy, ont publié une nouvelle étude s’intéressant à comment les gens recevaient et réagissaient à l’information dans le cadre du réseau social. Une étude qui nous invite à « Repenser la diversité de l’information dans les réseaux (voir le papier de recherche, intitulé, lui, plus modestement, « Le rôle des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information »). Pourquoi « repenser la diversité de l’information dans les réseaux sociaux » ? Parce qu’habituellement, les chercheurs s’accordent à penser que ceux-ci favorisent l’homophilie, c’est-à-dire des liens avec des gens qui nous ressemblent favorisant le « rétrécissement » de la taille du web que nous fréquentons.

Pour libérer l’innovation, il faut affranchir les salariés Cette semaine, L'usine Nouvelle consacre sa Une à une enquête sur la fin du management. Nous vous proposons de retrouver sur le web les interviews des auteurs qui, depuis quelques mois, mettent en cause le management traditionnel. Premier invité : Isaac Getz qui a publié Liberté et cie chez Fayard (avec Brian Carney), qui est professeur à l'ESCP-EAP et expert auprès de l'APM. Le sursaut économique viendra d'un surcroît de liberté… donnée aux salariés, loin du modèle taylorien. Isaac Getz, auteur d'un essai remarqué, voit même dans ce mode de management daté une des principales lourdeurs qui pèse sur la compétitivité des entreprises. Dans l'entretien qu'il nous a accordé, il revient sur les atouts de l'entreprise libérée, sur la méthode qui permet de changer.

Trello : Todo-list, checklist, organisation d’idées, outil de collaboration J’ai découvert hier le logiciel Trello, qui a été rendu public il y a seulement 3 jours par Joel Spolsky, le créateur de Fog Creek Software et de Stack Overflow (et dont je vous conseille chaudement la lecture de son blog, Joel On Software). Les fonctionnalités Trello est un outil déconcertant tant il est simple à comprendre et facile à utiliser. C’est comme avoir un tableau de post-it, mais à la puissance vingt mille. Une petite image vous aidera à comprendre : Le principe est limpide :

Innovation et surprise stratégique: Les limites de l’approche par les signaux faibles Lorsque l’on étudie l’innovation de rupture, et plus généralement les surprises stratégiques, on ne peut manquer d’être frappé par la difficulté qu’ont les organisations (entreprises, gouvernements) à anticiper l’évolution des évènements. Elles se font surprendre y compris par des évènements qui mettent parfois très longtemps à survenir. Une préconisation courante de ceux qui se sont intéressés à la question est pour les entreprises de s’intéresser aux signaux faibles, une expression qui désigne les signes avant-coureurs qui ne manquent jamais d’exister d’un phénomène à venir. En identifiant ces signaux faibles, l’entreprise saura anticiper le phénomène et donc s’y préparer. On peut ainsi détecter un changement d’attitude de consommateurs en passant du temps avec les plus à la pointe d’entre eux, l’entrée d’un concurrent sur le marché en surveillant l’achat de terrains pour construire une usine ou le dépôt de brevet.

Filière Textile-Habillement : Inauguration d’une plateforme d’innovation l’IFTH vient d’inaugurer FIL’inn, une plateforme dédiée à l’innovation. Elle met à disposition des entreprises des espaces de travail, un showroom, des bases documentaires de veille marchés et d’intelligence stratégique, des outils de design de l’innovation, de méthodologie de projet et de formation, ainsi qu’une équipe d’experts dédiés. Jeudi 24 octobre 2013, l’IFTH a inauguré sa toute nouvelle plateforme dédiée à l’innovation : FIL’inn. C’est un concept innovant pour la filière Textile-Habillement et ses marchés applicatifs qui a été présenté à cette occasion, avec pour objectif de rassembler tous les acteurs de la filière autour des problématiques techniques et marchés qui les animent. Retour sur les temps forts de cette journée et la démarche innovation proposée par l’IFTH.

Related: