background preloader

Mavis Staples "Eyes On The Prize"

Related:  Qui lynche qui ?Powerful Days

Le racisme anti-blanc n’existe pas. Un passage de l'émission du Grand 8, du 16 octobre, illustre parfaitement le problème : on était déjà en queue de comète de l'affaire des pains au chocolat, et c'est Guiullaume Peltier, le junior de la Droite Forte, qui était invité chez les copines d'Audrey, de Roselyne et de Laurence. Elles ont parlé de la petite anecdote de Copé. Comme en France la politique c'est de la littérature, on a analysé le discours, décortiqué les stratégies, et on s'est mis d'accord. Evidemment c'est un appel du pied au FN, qui a popularisé le terme bien avant l'UMP. Alors passée la littérature, voilà qu'Audrey Pulvar ajoute pourtant que bien sûr que le racisme anti-blanc existe (il y a des cons partout). « Le racisme, c'est le racisme, c'est tout, qu'il soit dirigé contre les noirs, les blancs ou qui que ce soient ». Ce qui pose problème, selon elle, c'est de ne parler que du racisme anti-blanc, en oubliant les autres. La philosophie française du racisme D'après lui, l'industrie des comics est raciste.

Civil Rights Bouamama, en examen pour racisme anti-blanc Réflexions Par Alexandre Lenoir | 08H50 | 17 octobre 2012 Info DailyNord. Hasard de l’actualité (ou pas), alors que Jean-François Copé nous a gratifié il y a quelques semaines de sa sortie sur le racisme anti-blanc, ceux qu’on appelle parfois « les deux Saïd » – les Roubaisiens Saïd Bouamama, sociologue engagé, et Saïd, du groupe de hip-hop Z.E.P – viennent d’être mis en examen par le tribunal de Paris pour « injures publiques envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une race ou une religion ». En août 2010, les deux Roubaisiens avaient sorti le livre « Nique la France – Devoir d’insolence » et le morceau de hip-hop « Nique la France », ce qui leur avait valu un tombereau de réactions indignées (relire nos différents articles : Nique la France, le buzz nordiste ne laisse personne indifférent ; « Nique la France » en question par Jean-Pierre Decool). “Nique la France” pour poser “un certain nombre de questions”

Charles Moore, 1931-2010 | Fans in a Flashbulb Charles Moore, 1931-2010 Charles Moore, Dr. Martin Luther King, Jr. is arrested for loitering outside a courtroom where his friend and associate Ralph Abernathy is appearing for a trial, 1958 Charles Moore, On a downtown Montgomery, Alabama street, racial violence erupts, 1958 Charles Moore, Birmingham, Alabama, policemen use police dogs during civil rights demonstrations, May 1963 Charles Moore, Birmingham, Alabama, Fire Department aims high-pressure water hoses at civil rights demonstrators, May 1963 Charles Moore, Hundreds of people from all over the country walk during the famous five-day civil rights march between Selma and Montgomery, Alabama, March 1965 Photojournalist Charles Moore died last Thursday. Like this: Like Loading... About erinbarnett Assistant Curator, Collections at the International Center of Photography, New York

Là-bas si j’y suis, Daniel Mermet, 25 février Charles Moore, 1931-2010 Charles Moore, the celebrated Black Star photographer whose searing images of violence and injustice during the Civil Rights Era helped mobilize U.S. public opinion toward change, died last week at the age of 79. The Black Star family joins the world in mourning him. Ben Chapnick, Black Star’s president, has had the privilege of discussing Moore and his legacy in interviews with the news media since the legendary photographer’s passing. His comments to NPR’s “All Things Considered” sum up what made Moore special: He was not a cool, detached photographer. He was very viscerally involved with everything he photographed.He had one thing that most of the other photographers didn’t have: he insisted on getting in close. This insistence on getting in close reflected Moore’s bravery. As Moore once told USA Today: To people who were really bigoted, I was the worst enemy, a Southern boy working for Life. Martin Luther King Jr. arrested, Montgomery 1958 All photos © Charles Moore/Black Star

Le racisme antiblanc expliqué à mes potes Une fresque sur un mur de Cisjordanie (Moussa BK) Moussa. Un prénom à consonance africaine, un teint basané, un nez digne d’un barbare hollywoodien, des cheveux crépus et des ongles imprégnés d’un jaune safran marocain. Bref, le profil sur mesure pour alimenter l’audimat des boîtes de productions audiovisuelles dédiées aux reportages sur les « quartiers chauds » où les autoradicalisés menacent de ruiner les boulangeries en période de ramadan. Soit. Mais une autre trajectoire est possible : celle d’un Français rompu à la haine de soi en tant qu’« autre » et qui, chemin faisant, a sympathisé avec ledit racisme antiblanc. « Toi, t’es différent » « Je ne suis pas raciste de toi mais des autres. Une réplique siégeant au rang des plus fréquemment ouïes par les Français non-souchiens (comprendre de souche et non pas de race canine). Depuis l’enfance jusqu’à ma fraîche postadolescence, j’ai intégré cela. Une miniville peuplée de non-Blancs Au Bazar oriental En centre-ville, la vie est douce.

Powerful Days: The Civil Rights Photography of Charles Moore: Amazon.fr: Michael S. Durham, Andrew Young, Charles W. Moore: Livres anglais et étrangers La Condition noire (Pap Ndiaye) Powerful Days: Index The School of Visual Communication (VisCom) offers an interdisciplinary visual communication degree in four specialized sequences. Information Design: Interactive Students learn how to integrate audio, video, still images and illustrations for the web and mobile devices. Information architecture and user experience design are key components explored to tell stories in a digital medium. View student work in the gallery Information Design: Publication In this sequence, students learn how to create infographics, maps, illustrations and layouts for feature and news presentations that educate, inform and enlighten readers through strong visual storytelling and clear communication. Commercial Photography Commercial photography students have the opportunity to work in the studio and on location to create images that showcase fashion, still life, portraiture and architecture. Documentary Photojournalism

« Racisme anti-Blancs » : mise en cause, Houria Bouteldja répond Notre blogueur Mouloud Akkouche a fustigé le « racisme anti-Blancs » d’Houria Bouteldja. La présidente des Indigènes de la République, poursuivie par une association d’extrême droite pour injure raciale, lui répond. Une plainte déposée contre moi par l’Agrif (Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne), aile juridique des mouvements dits « identitaires », fait état d’une injure à l’encontre des « Français de souche ». Mes soutiens seraient manipulés Il faut croire que cette offensive n’est pas l’œuvre exclusive de sombres groupuscules fascisants puisqu’un article de Mouloud Akkouche, paru sur Rue89, « Les “Souchiens” de Bouteldja : le racisme anti-Blancs existe », en déploie les tenants. J’y suis en premier lieu accusée d’antisémitisme, passage obligé pour mettre en cause toute forme de soutien à la Palestine sous occupation. Akkouche souscrit à l’argument de l’Agrif A en croire M. Cette intervention est très inquiétante.

Related: