background preloader

Quand la Lune reflète la vie terrestre

Quand la Lune reflète la vie terrestre
Related:  Espace

Pulsar | Astro2009 Un pulsar est une étoile à neutrons tournant rapidement ; c’est tout ce qui reste d’une étoile massive ayant explosé en supernova. Le pulsar émet un rayonnement radio comme le faisceau d’un phare qui balaie l’espace. A partir de ce rayonnement les astronomes tentent de déduire l’âge, la masse et les paramètres orbitaux du pulsar. Des pulsars ordinaires tournent plusieurs fois par seconde et ils ralentissent progressivement avec l’âge, devenant finalement trop faibles pour être détectés. Les pulsars milliseconde tournent beaucoup plus vite, plusieurs centaines de fois par seconde. Une telle vitesse est obtenue en aspirant la matière d’une étoile voisine, un processus qui transfère la vitesse angulaire du compagnon au pulsar. Des astronomes de l’Université de Santa Cruz en Californie ont développé une nouvelle technique pour déterminer les âges de pulsars milliseconde, ces objets dont la rotation est la plus rapide de l’Univers. Représentation artistique d’un pulsar, crédit D.

Les scientifiques découvrent la Porte des Etoiles ! Qui n'a jamais rêvé de traverser un portail ? Les scientifiques ont découvert des téléporteurs dans l'espace et comptent bien les étudier de près. Ceux-ci ont plus d'une ressemblance avec la Porte des Etoiles, coïncidence ? On ne pense pas ! C’est la NASA qui dévoile les travaux du chercheur Jack Scudder, à plus forte raison car elle compte lancer une mission pour les poursuivre ! Car notre homme a découvert des portails cachés au sein du champ magnétique de la Terre et ils sont animés par des dizaines d’ouvertures et de fermetures par jour. Scudder explique que ces portails créent un chemin ininterrompu allant de notre propre planète à l’atmosphère du soleil, soit quelques 150 000 000 km ! Appelées ‘régions de diffusion des électrons’ ou X-points, ils sont particulièrement difficiles à comprendre et à observer. X-points ou Porte des Etoiles, il y a de quoi se poser des questions ! [gizmodo]

Le rythme dans la peau Rating: 4.7/5 (3 votes cast) (Article publié simultanément sur l’excellent blog de son excellent auteur Pierre Kerner: ) Chronobiologie 1/2 | Chronobiologie 2/2 Tout bon musicien vous le dira, l’univers est fait de rythmes, que ce soient les pulsations périodiques d’étoiles à neutrons, les mouvements relatifs des astres, les dégradations nucléaires des isotopes ou encore les rotations abstraites qu’effectuent les particules… L’univers semble générer des rythmes dès qu’il peut… Et le vivant n’échappe pas à la règle! Tout bon musicien vous confiera aussi qu’un bon orchestre joue au même rythme. Avant de nous pencher sur les rythmes du vivant, demandons-nous quels sont les rythmes qui sont les plus susceptibles d’influencer les organismes. En déplaise à Jacquouille, l’alternance Jour/Nuit n’est pas le fait d’un interrupteur céleste. L’alternance jour/nuit constitue donc un rythme géophysique qu’on appelle le rythme nycthéméral quand on a été bien élevé.

Interactive modèle 3D des planètes du système solaire et Night Sky Canoë - Techno-Sciences - Un observatoire créé dans un cube de glace WELLINGTON - Des scientifiques américains ont annoncé jeudi la fin de la construction au pôle Sud du plus grand observatoire mondial de neutrinos, les particules dites «fantôme», dans un immense cube de glace qui doit aider à comprendre la création de l'univers. Les travaux de construction de l'IceCube ont duré dix ans, dans la toundra de l'Antarctique. L'observatoire, situé à 1 400 mètres de profondeur près de la base américaine d'Amundsen-Scott, a coûté plus de 270 millions de dollars (205,5 millions d'euros), selon la Fondation nationale américaine pour la science (NSF). Son but est d'aider les scientifiques à étudier les neutrinos et mieux comprendre ainsi les origines de l'univers. Les neutrinos sont des particules de masse négligeable qui se déplacent à la vitesse de la lumière et qui seraient apparues au moment du Big Bang. De telles particules, appelées «fantôme», sont encore générées par des réactions nucléaires au soleil ou quand des étoiles mortes explosent.

Les microbes prospèrent dans la fosse des Mariannes Partager Les températures glaciales des la fosse des Mariannes ne font pas peur à certains micro-organismes : des niveaux remarquablement élevés d'activité microbienne ont été relevés dans la fosse océanique la plus profonde actuellement connue, selon des travaux de recherche publiés dimanche 17 mars dans la revue Nature Geosciences. La fosse des Mariannes, une tranchée de 2 550 km de long dans le nord-ouest de l'océan Pacifique, atteint les 11 km de profondeur en son point le plus bas, appelé Challenger Deep. Plongé dans une obscurité perpétuelle et loin de la surface riche en oxygène, le lieu a longtemps été pensé comme trop inhospitalier pour abriter une vie riche. L'équipe conduite par Ronnie Glud (université du Danemark du Sud) a cependant eu la surprise de découvrir que la matière organique y était en réalité abondante. Les chercheurs ont utilisé un robot sous-marin spécialement conçu, avec des capteurs ultra-minces pour sonder la consommation d'oxygène des fonds marins.

Extrêmophile Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Beaucoup d'extrêmophiles appartiennent au taxon des Archaea ou des Bactéries, bien qu'il existe aussi des extrêmophiles eucaryotes unicellulaires et métazoaires, (insectes, crustacés, poissons…). On réserve toutefois le terme aux organismes unicellulaires. Des organismes extrêmophiles peuvent par exemple être isolés de sources chaudes sulfureuses, de cheminées hydrothermales sous-marines, de sédiments, dans les glaces de l'Antarctique ou de l'Arctique, dans des eaux saturées en sel (lac ou Mer Morte), dans des gisements pétroliers… Quelques êtres vivants, appelés polyextrémophiles, cumulent même plusieurs de ces résistances (exemple de Deinococcus radiodurans, Kineococcus radiotolerans, ou de Sulfolobus acidocaldarius). Parfaitement adaptés à ces conditions très spéciales, les extrêmophiles sont rares dans les conditions plus ordinaires. Différents types d'extrêmophiles[modifier | modifier le code] Recherche[modifier | modifier le code] 2007.

Cambridge refuse de censurer une thèse sur l'insécurité des cartes bancaires Cet été, un étudiant de l'Université de Cambridge a présenté une thèse qui démontrait qu'il était relativement facile, avec un petit appareil portatif, d'utiliser une carte de paiement à carte à puce sans avoir à entrer le bon code PIN. Le 19 octobre, il décide de publier ses travaux sur le blog Light Blue Touchpaper, édité par l'Université. L'étudiant Omar Choudary y exposait non seulement sa thèse, mais publiait aussi le code source et les plans du boîtier électronique. Mécontent, un lobby bancaire britannique a écrit (.pdf) le 1er décembre au directeur de l'Université de Cambridge pour lui demander que les travaux d'Omar Choubary soient "retirés de l'accès public immédiatement", c'est-à-dire censurés. L'Université a répondu (.pdf) le 24 décembre, par la voix du professeur Ross Anderson, expert en sécurité informatique. Sur le fond, Anderson nie que la publication d'une telle thèse puisse nuire à la confiance qu'accorde le public aux cartes bancaires.

NOUVELLE THÉORIE DE L'UNIVERS : NASSIM HARAMEIN Exposé documentaire du scientifique Nassim Haramein (1h41) qui nous explique sa théorie des champs unifiés, la géométrie et dynamique de l'espace, et la science physique en relation avec la spiritualité. Une passionnante vision de notre monde et de l'Univers qui boulverse les acquis d'une grande partie de la communauté scientifique... Nassim Haramein est un scientifique multidisciplinaire et un historien. Il est connu pour la recherche et la construction d’une théorie unifiée de la structure de l’Univers, la théorie des champs unifiés. Nassim Haramein n'avait que 9 ans quand il a commencé à asseoir les fondements d'une théorie de la matière et de l'énergie unifiée et hyperdimensionnelle. Nous baignons, explique Nassim Haramein, dans une énergie fondamentale qui est à la source de la création du monde physique. Parlant couramment français et anglais, Nassim Haramein donne des conférences et des séminaires sur sa théorie d’unification depuis plus de 10 ans. - Conférence en relation :

Une planète à quatre soleils découverte par des astronomes amateurs Des astronomes amateurs ont aidé à découvrir une nouvelle planète pour le moins inhabituelle. Baptisée PH1, elle orbite autour de deux soleils mais cet ensemble est encerclé par deux autres étoiles. Un système à quatre étoiles qui est le premier de ce type à être découvert. En septembre 2011, des astronomes ont annoncé avoir découvert une planète orbitant autour de deux soleils et rappelant immanquablement Tatooine, la planète imaginée par George Lucas das le film la Guerre des étoiles. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Baptisée PH1, la planète a été dénichée à quelque 5.000 années-lumière de nous et ferait à peu près six fois la taille de la Terre, soit à peu près celle de Neptune. "Planet Hunters est un projet symbiotique, qui associe le pouvoir de découverte du public au suivi d'une équipe d'astronomes. Un nouveau monde qui perturbe les astronomes Un projet particulièrement prometteur

This Brain Part Decides What Goes Viral on Social Media Ever heard of the Temporo-Parietal Junction? No, it's not a train station, nor is it a 60's-style rock group. The TPJ, as it's also known, is the area of the brain that gets activated when we're thinking about how to share something and who to share it with. If you want to make something go viral on Facebook or Twitter, in other words, the TPJ is where you want to hit — because it lights up like a Christmas tree before we even know we're going to share something. SEE ALSO: This is How Your Brain Works [VIDEO] That's according to a study just published in the journal Psychological Science, where UCLA scientists put students in MRI machines and set them a test that involved deciding what to share with each other. If the TPJ was particularly active when someone saw an idea for a pilot, it successfully predicted not only whether they would pitch a given show, but how persuasive they were when making that pitch later on. "Some of it we pass on, and a lot of it we don't.

Related: