background preloader

Pour ou contre le revenu de base inconditionnel ?

Pour ou contre le revenu de base inconditionnel ?
L’idée d’un revenu de base a été émise par Thomas More qui en a conçu une forme embryonnaire dans son Utopia en 1516 déjà. Des penseurs rationalistes, dont quelques pères fondateurs des Etats-Unis, ont creusé ce concept repris dans les années 1930 après la Grande Dépression. Le revenu de base occupe à nouveau les esprits depuis les années 1980. C’est effectivement en 1986, en Belgique et sur l’impulsion de l’économiste-philosophe Philippe Van Parjis, qu’a été fondée BIEN, acronyme de Basic Income European Network (aujourd’hui Basic Income Earth Network). En Suisse, la filiale de BIEN [1] s’est constituée en 2001 pour préparer le congrès européen à Genève. En Suisse, le débat va encore gagner en intensité puisque l’« Initiative Grundeinkommen » a annoncé le lancement, en 2012, d’une initiative populaire pour l’introduction d’un revenu de base. Une définition si simple et si radicale Une grande idée, une utopie… et donc une illusion ? Les arguments de l’opposition Petits et gros sous Related:  Théoriciens

Why Not a Negative Income Tax? by Guy Sorman Replace the welfare state with a cash subsidy for the poor. Roger Ressmeyer/Corbis Milton Friedman first proposed the negative income tax in the early sixties. Republicans have been winning races again, but with a few important exceptions—Wisconsin congressman Paul Ryan comes to mind—they have done so mostly by running against proposals by liberals in power, rather than by suggesting a coherent alternative agenda. This essentially critical approach contrasts markedly with the 1980s, when the Reagan Revolution worked to implement a rich body of policy ideas developed in advance by many thinkers, including, prominently, the free-market economist Milton Friedman. But Friedman’s creative policy proposals to reimagine and replace the welfare state—he called these “alternative utopias,” a term he borrowed from his mentor, the Austrian economist and philosopher Friedrich Hayek—have gained far less traction. Republicans would do well to revisit Friedman’s alternatives.

Allocation universelle: du don sans conditions à la réciprocité obligatoire Dominique Temple, chercheur indépendant, spécialisé dans l’économie de réciprocité, nous livre son analyse de l’allocation universelle (autre nom du revenu de base). Pour lui, l’allocation universelle doit être considérée comme un don qui implique la réciprocité. Les analyses concernant l’allocation universelle peuvent être séparées en deux groupes : selon qu’elles envisagent l’allocation universelle au sein de la production pour l’échange ou pour libérer la créativité du donataire au sein de la production pour la réciprocité. L’allocation universelle dans le cadre de l’échange Dans le cadre de l’échange, chaque partie n’agit vis-à-vis de l’autre que dans son intérêt propre. une avance sur les potentialités d’échange des citoyens, une sorte de crédit sur les capacités de production ou de travail pour l’échange[1]. Dès lors que toute réciprocité est ainsi interprétée comme un échange, la revendication du lien social s’exprimera en termes de “redistribution du travail”. Crédit photo [4] Cf.

Philippe Van Parijs Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Philippe Van Parijs (né le ) est un philosophe et économiste belge. Il est actuellement professeur à l'université catholique de Louvain (chaire Hoover d'éthique économique et sociale), à la Katholieke Universiteit Leuven et à Oxford. Il a également été professeur invité à Harvard. Pensée[modifier | modifier le code] Il entame son parcours philosophique dans le domaine de l'épistémologie, sous la direction du philosophe Jean Ladrière. Cette dernière idée constituera le cœur de son ouvrage majeur, Real Freedom for All (1995) qui, sous l'inspiration de John Rawls et Ronald Dworkin, notamment, apporte une contribution originale aux théories de la justice. Dans son dernier ouvrage en date, Linguistic Justice (2011), Philippe Van Parijs examine l'évolution contemporaine des langues dans le monde et en arrive à deux conclusions complémentaires. Positions et idées[modifier | modifier le code] Distinctions[modifier | modifier le code]

Parti Pour La Décroissance » Une Dotation Inconditionnelle d’Autonomie pour tous « L’homme ne désire pas par nature gagner de plus en plus d’argent, mais il désire tout simplement vivre selon son habitude et gagner autant d’argent qu’il lui en faut pour cela ». Max Weber Téléchargez le document en pdf Une proposition centrale des objecteurs de Croissance est l’instauration d’une Dotation Inconditionnelle d’Autonomie (DIA), versée à tous et de manière égale de la naissance à la mort, afin de garantir un niveau de vie décent déconnecté de l’occupation d’un emploi1. Un droit à la vie contre un droit au travail La DIA est avant tout l’outil permettant la réalisation des droits fondamentaux de chaque individu en se débarrassant de la centralité du travail. La DIA permettrait de faire en sorte que les droits fondamentaux soient réellement des droits et non une constante recherche impliquant stress et aliénation par la société capitaliste. Avec cette dotation, nous cesserons de dépendre pour notre intégration économique et sociale du statut lié au travail salarié.

Pillage des ressources : le Chili commence à dire « basta ! » - Mouvement social Les dizaines de milliers de manifestants qui sont sortis dans la rue au mois de mai 2011, dans différentes villes du Chili (90.000 à Santiago le 28 mai), ne sont pas que des manifestants « écolos ». Ils refusent la façon dont le projet HidroAysén — un projet de grands barrages en Patagonie porté par l’entreprise privée Endesa, filiale du groupe énergétique italien Enel — a été approuvé : l’influence exercée par les entreprises sur le gouvernement, les conflits d’intérêts de certains membres de la COREMA (Commission Régionale de l’Environnement) de Aysén — désignés par les ministres de Sebastian Piñera, l’actuel président chilien [1] — et la façon dont l’avis de la population a été méprisé. Ras-le-bol généralisé Un autre élément qui a motivé les manifestations, les semaines qui ont suivi cette approbation, a été la position intransigeante du gouvernement qui n’a pas arrêté de dire que « le Chili a besoin d’HidroAysén », alors que plusieurs études scientifiques affirment le contraire.

QU’EST CE QUI LE REND ATTRACTIF? par KONSTANZE BREFIN ALT | Le revenu de base inconditionnel Entretien avec Daniel Häni, activiste dans la diffusion de l’idée du revenu de base inconditionnel. Début avril je rencontrais Daniel Häni à Bale, pour apprendre de lui, comment cela se fait que beaucoup d’humains réagissent émotionnellement de manière positive au revenu de base inconditionnel. Daniel Häni dépeint comme le plus important avec le revenu de base inconditionnel, la compréhension de l’étape de développement social: « Autrefois valait : je travaille pour approvisionner moi et les miens par les choses dont nous avions besoin pour vivre. Daniel Häni dépeint le revenu de base comme une impulsion culturelle. Comment cela est il représenté par le modèle d’impôt sur la consommation de Götz Werner et Benediktus Hardorp ? Pour finir, Daniel Häni ajoute : « Tu veux savoir de moi, ce qui est attractif dans le revenu de base : Les humains qui ont conscience d’eux même, sont attractifs. paru dans DAS GOETHEANUM 25 / 2011 Like this: J'aime chargement…

Pourquoi le revenu universel de base va devenir indispensable La blogosphère et la réflexion collective actuelle parle de plus de l’idée d’un revenu de base, aussi appelé revenu universel, revenu de vie ou revenu d’existence. Même si l’idée existe depuis longtemps, je pense que ce concept va devenir indispensable dans le futur. Revenu de base ? L’idée est que l’État donne un revenu minimal, égal, illimité, inconditionnel à tout le monde. Ce revenu ne doit pas être haut, mais il doit être suffisant pour donner à quiconque la possibilité de vivre dans des conditions humaines. Ainsi, il doit permettre à chaque être humain : de se nourrir ;de s’habiller et de se laver ;de se loger. Pourquoi le revenu minimal actuel (RSA, ex-RMI, etc.) n’est plus possible ? Les revenus sociaux actuels se basent sur la situation des personnes : a-t-il un travail ? Mais quid si la personne ne trouve aucun travail ? C’est un cercle vicieux. Le faux problème du chômage face à l’automatisation des usines Franchement, que demander de plus ? Les conséquences du tout automatique

Allocation universelle Livre de référence: L'allocation universelle par Yannick Vanderborght et Philippe Van Parijs (Repères 402, Paris: La Découverte 2005, téléchargeable gratuitement avec l'aimable autorisation de la maison d'édition), également publié en traduction allemande (Campus), italienne (Bocconi), espagnole (Paidos) et portugaise (Record). Réseau mondial: Basic Income Earth Network (BIEN) Revue internationale: Basic income studies (BIS) C'est au 3 Place Montesquieu, à Louvain-la-Neuve, que l'expression "allocation universelle" a été utilisée pour la première fois (1982). Lors de son congrès de Barcelone (2004), le BIEN s'est mondialisé sous le nom de Basic Income Earth Network, Yannick Vanderborght (FUSL et UCL, Chaire Hoover) en est devenu le newsletter editor, David Casassas (Universitat de Barcelona et Hoover Fellow en 2005-06) le secrétaire, et Philippe Van Parijs président de son International Board.

Related:  revenu de base (Grundeinkommen)DOCS 2011ginarubeli