background preloader

L'Université des Va-nu-pieds

Related:  reflexion

Stages et cours de clown pour adultes et enfants avec Véronique Clerc, Genève Cours et stages d’improvisations-clown, proposés par la Compagnie Roquefort depuis 15 ans, animés par Véronique Clerc « Laisser son clown s’exprimer, c’est permettre à ses élans de vie de se déployer avec confiance et jubilation, et de vivre le présent en accord avec soi et tout ce qui nous habite, peurs, joies, gourmandises, fâcheries, rêves … !

En Inde, des milliers de paysans sortent de la pauvreté grâce à leurs innovations Identifier, recenser et favoriser la commercialisation des innovations de paysans pauvres, tel est l’objectif de l’ONG indienne Honey Bee Network. A l’image d’un essaim d’abeilles qui butinent en quête de découvertes, l’organisation a inventorié pas moins de 160.000 innovations depuis 25 ans. Le réseau permet aux inventeurs anonymes et isolés de sortir de la pauvreté en partageant leurs savoirs et commercialisant leur trouvaille. Rompre l’asymétrie sociale Pour Anil Gupta, fondateur d’Honey Bee Network, Maslow « se trompe lorsqu’il affirme qu’on doit avoir le ventre plein pour avoir des idées ». En recensant chaque année des innovations et facilitant leur commercialisation, le réseau Honey Bee permet aux inventeurs anonymes de profiter des fruits de leur créativité et d’éviter ainsi que celle-ci soit récupérée puis exploitée par des firmes à leur insu. Pollinisation des savoirs Grâce à cette pollinisation des savoirs, les individus peuvent profiter de leurs découvertes mutuellement.

Manufacture du Changement Matériel de Recherche Plus vous connaissez de choses, plus vous avez à en apprendre Il existe quatre autres livres qui ont malicieusement utilisé le nom de T. Lobsang Rampa pour un gain financier et ils sont tous faux. Ma visite à Vénus - Le manuscrit original a été écrit par le Dr. Dr. Lobsang a écrit en tout 19 livres seulement et ils sont répertoriés ici par ordre de publication. (Haut de la Page) Transfer tribal land to individuals: Agri SA "More than 22 million people could [then] own something that they could develop and sell." De Jager was speaking in Johannesburg at a discussion hosted by the FW de Klerk Foundation on the recent African National Congress policy conference. Speaking later, he said there were about 22 million people living under tribal authority in areas formerly known as the homelands. This was residential land and common use land -- land used for cattle grazing for example. "It will be an exercise in wealth creation." De Jager said a debate was currently underway in African countries such as Malawi and Swaziland over whether the traditional system was necessary. Malawi had decided that they would abandon traditional systems but Swaziland felt traditional systems would prevail. "In South Africa that debate is not really mature yet," De Jager said. He said former president Thabo Mbeki leaned towards the modern approach, but President Jacob Zuma appeared to prefer the traditional option.

Les cinq plus grands regrets des gens avant de mourir Bronnie Ware en a vu des gens mourir. Infirmière en soins palliatifs en Australie, elle accompagne les malades en fin de vie. Elle a remarqué que les regrets qu’on lui confiait sur son lit de mort étaient souvent les mêmes. Sur son blog appelé Inspiration and Chai, elle a établi le top cinq de ceux qui revenaient le plus souvent. A lire avec attention afin d’en tirer le meilleur enseignement possible. Avant de mourir, les gens regrettent généralement: De n’avoir pas eu une vie fidèle à leurs attentes personnelles. « C’est le regret le plus commun », confie Bronnie. « Quand les gens réalisent que leur vie est presque finie et qu’ils ont un regard clair ce qu’ils ont vécu, ils voient que nombre de leurs rêves sont restés vains. D’avoir travaillé si dur. « Ce regret est celui de tous les patients masculins dont je me suis occupée. De ne pas avoir eu le courage d’exprimer leurs sentiments. « Beaucoup de gens n’ont pas exprimé leurs sentiments pour rester en paix avec les autres.

Lobsang Rampa Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Tract annonçant la parution d'un livre de T. Lobsang Rampa[1]. L'ouvrage, intitulé Visit to Venus (Voyage sur Vénus), est tiré d'un récit de Hoskin/Rampa que son éditeur, Gray Barker, fit publier chez Saucerian Books en 1966 sans l'en informer, et pour lequel l'auteur aurait donné son accord ultérieurement après deux modifications et l'ajout d'une clause contractuelle transférant ses droits d'auteur à une association de protection des chats de Londres[2]. Dans l'ouvrage paru sous ce titre, le récit de la visite sur Vénus ne couvre que 8 pages[2]. Mais Hoskin/Rampa a contesté cet accord dans un autre livre. Des enquêtes conduites en 1958 ayant montré que Lobsang Rampa, fils de plombier, était un installateur d'équipements chirurgicaux (surgical fitter) au chômage et qu'il n'était jamais allé au Tibet ni ne parlait le tibétain, la compréhension sceptique de son récit est qu'il s'agit d'un canular littéraire ou d'une imposture.

African farmers must do more to beat climate change: study Smallholders have started to plant more drought-resistant and faster-growing crops to keep the harvests coming in, according to a survey of 700 households in Kenya, Ethiopia, Uganda and Tanzania. “The good news is that a lot of farmers are making changes,” said Patti Kristjanson, who heads a programme on climate change, agriculture and food security at the World Agroforestry Centre in Nairobi and led the study. “So it’s not all doom and gloom ... but much more needs to be done,” she told Reuters. Farmers, backed by researchers and international donors, needed to find better ways to store rain water, increase the use of manure and bring in hardier crops like sweet potatoes, she said. In the past decade, 55% of households surveyed said they had taken up faster-growing crop varieties, mainly of maize, and 56% had adopted at least one drought-tolerant variety, according to the findings in the journal Food Security.

Timeline Photos UNS - Plexus-S UNS. Pantin : Le Castor Astral éditeur, juin 2011, Illustrations par Winfried Veit et préface de Jean-Luc Nancy. 104 pages. D’abord publié en ligne par la coopérative numérique publie.net fondée par François Bon, cet ensemble est un portrait d’auteur, ou plus précisément une poétique. « Ce livre décline l’ensemble des facteurs et mesures qui me font écrire et amènent l’être à la création. « Cette lecture se médite, lentement, au rythme de ses tic-tac, elle se fait insistante, insidieuse, insinuante, se faisant aimer entre les temps – ses temps ! « Il y a une vraie singularité dans ce phrasé à la fois acéré et distrait, une sorte de puissance d’évidement dont me frappe le côté ironiquement funèbre. « Uns va tout de suite prendre place parmi les inclassables de ma bibliothèque, les étrangetés nécessaires, la-littérature-la-vraie. » Valérie Rouzeau

Farmers could become extinct: Agri SA Farmers could become extinct: Agri SA A worker walks between rows of vegetables at a farm. File photo. Image by: SIPHIWE SIBEKO / REUTERS Commercial farmers could become extinct in the near future, Agri SA deputy president Theo de Jager said on Monday. "The average age of a farmer is 62 years. "This spells danger. De Jager said a study conducted by Agri SA showed that in 1994 South Africa had 120,000 farmers compared to 37,000 at present. "We are to be blamed too. De Jager said Agri SA had already started visiting schools to educate the youth about the agricultural sector. Young people had yet to understand that the agricultural sector involved a variety of skills in different fields including science, labour, finance and engineering. He said the decline in the number of farmers could also be blamed on the collapse of agricultural colleges. De Jager said young people were not going into the agricultural sector because farming had not been profitable in South Africa in recent years.

The Complete Guide to Not Giving a Fuck Ok, I have a confession to make. I have spent almost my whole life– 31 years–  caring far too much about offending people, worrying if I’m cool enough for them, or asking myself if they are judging me. I can’t take it anymore. It’s stupid, and it’s not good for my well being. It has made me a punching bag–  a flighty, nervous wuss. But worse than that, it has made me someone who doesn’t take a stand for anything. It has made me someone who stood in the middle, far too often, and not where I cared to stand, for fear of alienating others. Today, ladies and gentlemen, is different. We’re going to talk about the cure. Do you wonder if someone is talking shit about you? Well, it’s time you started not giving a fuck. FACT NUMBER 1. Yes, it’s really happening right at this moment. What people truly respect is when you draw the line and say “you will go no further.” Right. Regular people are fine– you don’t actually hear it when they’re talking behind your back. FACT NUMBER 2. FACT NUMBER 3.

Présentation | La Barje La Barje est une association fondée en 2004, sans but lucratif, politiquement et confessionnellement neutre. Elle est reconnue d’utilité publique depuis 2008 et son siège est à Genève. Signataire de la Charte de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) dès la première heure, l’association se revendique d’un modèle économique dont chaque projet, outre sa gestion démocratique, sa transparence financière et l’effort de réduction de son impact écologique, est tourné vers « la cité » et destiné à créer du «bien social». Dans une volonté de renforcer les liens sociaux entre les habitants de Genève tout en en leur permettant de se réapproprier des lieux publics dévalorisés, La Barje s’engage dans l’exploitation du domaine public par la conduite d’activités économiques : le bar-terrasse des Lavandières (ouvert en 2005), le bar-terrasse des Sciences (ouvert en 2009) et la Barje des Volontaires (ouvert en novembre 2011).

Asia Now Blog » Barefoot College May 26th, 2012 | Franziska | Human Rights | Barefoot College , Barefoot Solar Engineers , Bunker Roy , Empowerment of Women , Tilonia Tilonia, Rajasthan, India - the village did not have access to electricity until the Barefoot Collage opened its doors.Tilonia, Rajasthan, India - the village did not have access to electricity until the Barefoot Collage opened its doors. Let me take you on a journey to India. Imagine a small village far away from the industrialization and the development of our globalized world. The village does not have access to electricity produced in the cities. Most of the inhabitants have never left the village and struggle to survive by farming and breading animals. This may sound as an unachievable dream, but it has actually become reality. An Indian woman learning how to install the solar lights Apart from providing education the Barefoot College also emphasizes the importance of solar energy as well as the empowerment of women.

Related: