background preloader

Activités langagières et technologie discursive. L’exemple de Twitter

Activités langagières et technologie discursive. L’exemple de Twitter
Dans le cadre du colloque 2012 de l’ASLA (Association suisse de linguistique appliquée) qui se tenait à Lausanne du 1 au 3 février dernier (on trouve le programme détaillé et le résumé de toutes les communications sur le site du colloque), j’ai présenté un travail sur le fonctionnement technolangagier/technodiscursif du réseau Twitter. Je répondais au 7e axe de l’appel, intitulé “Les pratiques langagières dans le domaine des nouvelles technologies”. Il s’agissait pour moi de présenter les productions discursives sur Twitter dans le cadre de la notion d’augmentation, telle qu’on la trouve dans « réalité augmentée » i.e. une réalité, et en particulier deux compétences qui la constituent, l’intelligence et la mise en discours, “encapacitée” (enabled) par les technologies. J’en propose ici un résumé et le diaporama que j’ai projeté. Avertissement : certains tweets d’abonnés ou autres figurent dans le diaporama. 1. 2. 3. 4. 5. Bibliographie Bachimont B., 2010, Le sens de la technique. Related:  jeanyveslenaTwitter et pėdagogieLittérature, création et média

comment analyser une photographie Cette partie inventorie les moyens d’expressions utilisés par le photographe. Elle dévoile les preuves, trouvées par vous, qui construisent le sens découvert dans l’image. Les questions à se poser : Le sujet est-il réel ou imaginaire ? Y a-t-il une mise en scène particulière de l’image ? Y a-t-il un trop plein de sujet ou au contraire l’évocation d’une absence ? Le sujet est-il politique ? Le sujet contient-il des tabous ou des interdits sociaux ? Le sujet a-t-il un caractère religieux ? Est-il arraché au réel ou composé ? La photographie se veut-elle représentation de la réalité ou est-elle une construction arbitraire ? Quel est le support de l’image ? Y a-t-il un travail particulier sur le médium photographique ? La photographie est-elle retravaillée par des moyens non photographiques ? Y a-t-il des influences artistiques ou culturelles visibles dans le sujet ou le traitement du sujet ? Y a-t-il une distance ironique au sujet ? Y a-t-il une tonalité générale du sentiment évoqué ?

Taxonomie des données sociales Par Hubert Guillaud le 02/09/10 | 7 commentaires | 3,703 lectures | Impression Pour mieux répondre aux nombreuses questions que posent la vie privée des utilisateurs à l’heure des sites sociaux, le spécialiste de la sécurité, Bruce Schneier a tenté de construire une intéressante Taxonomie des données, car ce qu’on appelle données dans le monde des sites sociaux recouvre plusieurs réalités différentes (voir notre dossier Critique du Web²). Il distingue ainsi : Des “données de services” : les données que vous confiez à un site social afin de l’utiliser. Image : exemple de flux de données dans les médias sociaux par Anne Helmond. Comme l’explique encore Bruce Schneier, il y a d’autres façons d’analyser les données des utilisateurs. Comme le rappelait danah boyd dans la Technology Review : “la façon dont la vie privée est encodée dans le logiciel ne se recoupe avec la façon dont nous la traitons dans la vie réelle”.

Les adolescents sur Twitter, acte I : "C'est histoire d'être 'in'" Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Michaël Szadkowski Cet article est le premier d'une enquête en deux volets : "Comment les adolescents utilisent Twitter". >> Lire la seconde partie : "Les adolescents sur Twitter, acte II : la mise en scène frénétique de soi" [Avis aux lecteurs qui ne comprennent pas tout à Twitter : cette présentation, que nous avions publiée en 2009, peut vous être utile pour l'article qui va suivre, de même que ce petit lexique du jargon employé sur le réseau.] Depuis une petite année, un phénomène n'a pas échappé aux utilisateurs de longue date de Twitter : les adolescents français ont déboulé sur le réseau. L'intuition était d'abord fugace, lorsqu'on a vu apparaître, au hasard des retweets et des mentions, des tweets au doux parfum du site Vie de merde focalisés sur la vie au lycée, les relations avec ses parents ou les révisions du bac, comme les exemples récents ci-dessous l'illustrent : L'impossibilité du nombre Bon. La découverte du réseau De nouvelles communautés

Twitter, ou l’art de la double énonciation … (theatrum mundi) Persuadée grâce à @frompennylane et @AmandineTer de l’intérêt pédagogique de Twitter, je me suis lancée dans l’aventure des #twittclasses, et plutôt deux fois qu’une : récemment avec mes élèves de Terminale Littéraire (@littlyc) et ce matin avec mes élèves de BTS Compta-Gestion 2ème année (@BTSGeneration). A priori, donc, vu le profil des deux classes, deux projets pédagogiques radicalement différents. Peut-être… mais d’ores et déjà le point commun que j’ai vu et ressenti tout de suite, c’est la dimension sociale de l’outil. Ça a l’air très banal ce que je dis, bien sûr, mais c’est vraiment la clé de voûte qui sous-tend le projet et permet sa réussite ou le jette à toute vitesse dans l’échec. Social c’est-à-dire qu’il vous permet de communiquer. 1. 2. 3. 4. Or, le dialogue par l’outil Twitter se fait vers deux types de destinataires, et dans deux situations de communication différentes, mais toujours avec une double énonciation : 1. 2. Et donc vous savez quoi ? To be continued …

Reportage dans une twittclasse parisienne - Ça gazouille en primaire Si en 2009, la première twittclasse voyait le jour en France, aujourd’hui 142 professeurs francophones (1) utilisent l’outil de microblogging. Mais comment font-ils ? Nous avons followé une classe de CM1 pendant une matinée. La classe d’Alexandre Acou, dans le 13e arrondissement de Paris, ressemble à toutes les autres. (1) Selon le site twittclasses.posterous.com, qui se propose de les recenser.

Intervention au séminaire « Médias sociaux et Education » Lundi 5 décembre à Paris (MSCI): Je passe un message pour signaler ma présence dans un séminaire où il sera question de médias sociaux, de réseaux sociaux, d’identité numérique et de leurs rapports avec l’éducation. J’y interviendrai dans la lignée de l’article que j’avais publié dans Hermès. Creative Commons License photo credit: ProgRock92 Voici la description de l’évènement, en espérant vous y retrouver. Intervenants Julien Pierre, « Usages et perceptions des réseaux socionumériques » Julien Pierre est doctorant au laboratoire GRESEC de Grenoble. Quelle place occupent les réseaux socionumériques dans l’apprentissage de la vie adulte ? Olivier le Deuff, « Quels réseaux sociaux pour l’éducation ? Olivier le Deuff est enseignant-chercheur au laboratoire Mica, Université de Bordeaux 3. Les réseaux sociaux ne sont pas des supports d’apprentissage traditionnel mais ils constituent des moyens d’apprendre à s’intégrer au groupe, comme l’ont montré notamment les travaux de Danah Boyd (Boyd, 2008). Informations pratiques

Réseaux sociaux (1/3) : diviser le monde pour le comprendre Par Hubert Guillaud le 03/01/12 | 9 commentaires | 4,874 lectures | Impression Les 12 et 13 décembre 2011 se tenait à Lyon un colloque universitaire sur les réseaux sociaux organisé par l’Institut rhône-alpin des systèmes complexes. Comme le soulignait Pablo Jensen en introduction, le sujet est plus qu’à la mode. Partout, on a l’impression que les Big Data vont nous permettre de révéler les données du comportement humain, comme l’exprimait récemment un article du New York Times : permettant à la fois de prédire le plus individuel (le divorce prochain d’un détenteur de carte de crédit selon l’évolution de ses achats) comme le plus collectif (détecter de possibles rebellions grâce aux données issues du web de 21 pays d’Amérique Latine que scrute en continu l’Iarpa américaine). Structurer pour organiser Vincent Blondel de l’université catholique de Louvain, responsable du laboratoire Large Graphs and Networks est un des spécialistes de l’analyse des très grands réseaux. Mesurer la cohésion

Les adolescents sur Twitter, acte II : la mise en scène frénétique de soi Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Michaël Szadkowski Cet article est le second d'une enquête en deux volets : "Comment les adolescents utilisent Twitter". >> Lire la première partie : "Les adolescents sur Twitter, acte I : "C'est histoire d'être 'in'"" [Avis aux lecteurs qui ne comprennent pas tout à Twitter : cette présentation que nous avions publiée en 2009 peut vous être utile pour l'article qui va suivre, de même que ce petit lexique du jargon employé sur le réseau.] La majorité des jeunes que nous avons interviewés revendique un usage de Twitter entre liberté et responsabilité – sous le couvert d'un certain anonymat, qui reste encore possible, avec l'usage de pseudos ou de codes introuvables par les parents. Et ceux qui utilisent intensivement Twitter sont bien loin de considérer la visibilité de leurs tweets comme un frein ou une menace. Le rythme, effréné, rappelle par contre les messages qu'ils peuvent s'envoyer par textos ou messageries instantanées. Je t'aime.

Autotélicité du numérique « drmlj sur le net Sous-titre : Le numérique, entre peurs et désirs d’ailleurs. Billet bizarre mais nécessaire. Titre pompeux mais titre quand même. Capture d’écran illégale du site flavors.me Image angoissante au possible. Le numérique et le contemporain ont cela en commun de n’être ni projectifs (je reprends ce mot à D. frontières Ce que l’on aime, fondamentalement, dans le livre papier, c’est qu’il a une couverture, des pages non extensibles, un format qui s’usera mais ne variera pas. Lire contemporain numérique, c’est faire deux expériences simultanées : sans fin et sans fin. Bailly Pas de totalité possible.

Twitter, Facebook, Creative Commons : nouvelles conventions de citation Tous les étudiants et les enseignants connaissent les conventions de citation des publications papier et des ressources numériques en ligne. S'il ne les connaissent, ils trouveront aisément les informations nécessaires dans la bibliothèque de leur établissement. Mais ces conventions ne sont pas suffisantes pour citer correctement les publications d'un nouveau genre telles que les "twitts" et les publications sur Facebook. De la même façon, les ressources mises à disposition sous licences Creative Commons doivent égakement être citées de manière spécifique. L’American Psychological Association (APA) propose sur son blogue une normalisation des citations Twitter et Facebook. Citer une publication sur Twitter et Facebook Il est aisé de référencer un compte Twitter ou Facebook grâce à son lien permanent. Tout d’abord, trouver l’hyperlien précis pour le « tweet » ou le statut Facebook. Par exemple, des références Facebook et Twitter pour l’annonce d’un numéro de Thot se feraient ainsi :

Entretien avec R Girard par ML Martinez M.L.M. : Votre dernier livre, Monsieur René Girard, Quand ces choses commenceront est une série d'entretiens avec Michel Treguer admirateur de votre oeuvre mais aussi contradicteur quelquefois virulent qui ne partage pas toutes vos convictions. Cet ouvrage est publié dans une petite maison d'édition Arlea et pourtant je crois qu'il n'a pas fini de faire du bruit. Vous y radicalisez votre propos, mais toujours dans la fidélité à votre intuition première, dans l'approfondissement, dans l'élargissement, dans les réseaux de plus en plus finement tissés entre les différents aspects que vous évoquez. R.G. : Je suis parti aux Etats-Unis en 1947, après avoir fait l'Ecole des Chartes à Paris. MLM : Donc, là où d'autres étudient la différence, vous, vous avez trouvé un schème commun, vous avez trouvé la similitude, le désir. R.G. : Elle n'est pas très nette dans la mesure où le désir mimétique, c'est un schème dynamique c'est ça qui est très important. MLM. MLM : Toute ressemblance est menaçante.

Related: