background preloader

Dossier La guerre 14-18 au cinema

Dossier La guerre 14-18 au cinema
Toutes les guerres ont eu leur film. Mais quelques unes, les plus récentes, les plus mondiales, les plus atroces, ont eu le droit à une sorte d'anthologie. La Grande Guerre est de ces guerres cinégéniques. Pour trois raisons essentiellement. D'abord, le cinéma naissait quand le conflit explosa. Ce fut un sujet grandeur nature à filmer, et donc la constitution des premiers studios et des premiers fonds d'archives. Vincy Related:  hidaPremière Guerre Mondiale

La Grande Guerre en dessins, des artistes pendant la premiere guerre mondiale 14-18 De faibles lueurs dans la nuit: le pacifisme durant la Première Guerre Mondiale. | Dormira jamais À Craonne, le 5 novembre 1998, le premier ministre français Lionel Jospin se prononce officiellement, pour la première fois, en faveur d’une mémoire incluant une part de ceux qu’André Loez a appelé « les refus de guerre »: « Certains de ces soldats, épuisés par des attaques condamnées à l’avance, glissant dans une boue trempée de sang, plongés dans un désespoir sans fond, refusèrent d’être des sacrifiés. Que ces soldats, « fusillés pour l’exemple », au nom d’une discipline dont la rigueur n’avait d’égale que la dureté des combats, réintègrent aujourd’hui, pleinement, notre mémoire collective nationale. » L’avancée est timide, mais la réaction du Président Jacques Chirac ne se fait guère attendre: «Au moment où la nation commémore le sacrifice de plus d’un million de soldats français qui ont donné leur vie entre 1914 et 1918 pour défendre la patrie envahie, l’Elysée trouve inopportune toute déclaration publique pouvant être interprétée comme la réhabilitation de mutins»

Écrivains dans la guerre - Picardie 14-18 Territoire : Aisne, Oise, Somme Source du document : Canopé Amiens Sujet : Les écrivains dans la guerre Partenaire(s) : Conseil régional de Picardie Écrivains dans la guerre est une série documentaire en 10 vidéos, d’une durée moyenne de 6 mn, et disponibles en trois langues (français, anglais et allemand). Ces films sont une invitation à la découverte, celle d’une rencontre entre une histoire — la Première Guerre mondiale —, une région — la Picardie — et des écrivains-combattants à travers le témoignage de leur expérience en Picardie. Destinés à tous les publics, en particulier les enseignants et les élèves, ces films témoignent ainsi du caractère international du conflit ; plus de quarante nations ont en effet foulé le sol de la Picardie, laissant des traces visibles ou invisibles qui définissent en partie l’identité régionale. Contenu du dossier pédagogique Le dossier pédagogique est un prolongement et une possibilité de faire partager cette découverte dans un cadre scolaire. Les vidéos :

Filmer 14-18: "Joyeux Noël" et "Le voyage de la Veuve" Extrait de la bande-dessinée de Jacques Tardi intitulée "C'était la guerre des tranchées" publiée en 1993 (source: fnac.com). Cet auteur prenait déjà le parti de montrer l'absurdité de la guerre et les souffrances des soldats. Deux films qui évoquent la Grande Guerre, un mois après le 90ème anniversaire du 11 novembre, à voir cette semaine. Filmer la première guerre mondiale, sous quelque forme que soit (documentaires, fictions, docu-fictions), est autant un acte d'écriture de l'histoire que de construction de la mémoire. Les partis pris des réalisateurs s'inscrivent alors dans le débat historiographique (la science qui fait l'histoire de l'histoire et analyse les différents courants historiques) et provoquent des polémiques plus ou moins vives. "Joyeux Noël" de Christian Carion (2005), dimanche 7 décembre 2008, TF1, 20h50. Affiche du film (source: amazon.fr) *Rémi Cazals est membre du CRID14-18 ce qui peut expliquer la défense du film de cette critique, sur le site du collectif.

1914 - 2014.... "Vivement la guerre qu'on se tue." Louis-Ferdinand Céline. Sinon, le dernier combattant de La grande guerre est mort en 2008. Elle a englouti près de 500 écrivains parmi le million 300 000 «morts pour la France» recensés par le ministère de la défense. La civilisation s’y est follement égorgée. Malgré l’Europe, malgré le confinement difficile des nationalismes, après des milliers de livres d’histoire pour essayer de comprendre, largement autant de paroles de poilus pour éprouver la détresse ou le courage des hommes et des femmes, des millions de mots, de thèses, de monuments, de mémoriaux, de colloques, de films, nous y sommes toujours. L’inconscient individuel ou collectif, en noir et blanc ou en couleurs n’épuisera jamais sa temporalité. Le centenaire –manie des célébrations! Blaise Cendrars, de son nom suisse Frédéric Louis Sauseur. La guerre 1929-1932. Il faut au contraire lire Maurice Genevoix comme on regarde une photo. Le grand récit toujours revisité. Tous les articles Lire

Héroïque Belgique L’invasion de la Belgique Le 4 août 1914, à 8 heures 30, l’Allemagne a déclaré la guerre à la Belgique qui paie au prix fort son refus de laisser les troupes allemandes traverser son territoire. Au mépris de la neutralité belge, l’armée allemande a donc franchi la frontière à partir des communes de Gemmenich et Dolhain. Suite à cette invasion, la Grande Bretagne a déclaré la guerre à l’Allemagne. En dépit des apparences, l’Ardenne belge n’est pas une zone géographique facile. Ce n’est donc pas une promenade de santé pour les troupes allemandes. L’armée belge y veille. Celle-ci a détruit de nombreux ponts pour retarder la progression allemande. Cette situation a fortement déplu aux Pays-Bas, neutres comme la Belgique. L’armée allemande s’est heurtée à la résistance de l’armée belge. Oufti ! L’armée allemande a pris du retard pour se positionner aux portes de Liège. Le général Otto von Emmich est furieux. La ville de Liège est défendue par douze forts dont six sont de moindre importance.

art_propagande_stalinienne Create a free accountJoin Calaméo to publish and share documents with the world! Rate and comment your favorite publications, download documents and share your readings with your friends. Tags affiche, affiches, compositiontechniques, contexte, etat, hidafiche, historiquedans, propagande, propagandeil, régime, replacerla, service, soviétique, staline, stalinien, totalitaire, utilisecomment Mes publications Correction DNB blanc HG/EC Maupas DNB blanc HG/EC Maupas Page 1 AcadémieAcadémieAcadémieAcadémie : Caen SessionSessionSessionSession : Mercredi 30 janvier 2013 ExamenExamenExamenExamen : DNB... Adobe PDF document Albums, News, French From perron_jerome Pages: 8 Views: 168 Downloads: 0 DNB blanc HG/EC Maupas DNB blanc HG/EC Maupas Page 1 Académie Académie Académie Académie : Caen Session Session Session Session : Mercredi 30 janvier 2013 Examen Examen Examen... Views: 271 Downloads: 1 Fiche activité front pionnier au Cameroun Pages: 4 Views: 491 Sujet d'essai épreuve HGEC série professionnelle DNB 2013

Première Guerre Mondiale : de Mons à Cambrai, laissez-vous guider par l’ange | Centre d'archives Parler de guerre, parler de paix : les deux sont intrinsèquement liés. Surtout au Mundaneum puisque son co-fondateur, Henri La Fontaine, reçut le Prix Nobel de la Paix en 1913 à la veille du conflit mondial. Aujourd’hui, le Mundaneum, en collaboration avec le futur Mons Memorial Museum et l’Office du Tourisme de la Ville de Mons, ainsi que ceux de Cambrai et du Caudrésis et Catésis, participe au projet européen inter-régions « La Grande Guerre – Corps, armes et paix ». Désormais, toute commémoration de cette importance se voit augmentée par les technologies numériques. Début août sera donc lancée une application qui proposera aux visteurs 6 parcours multimédia : 3 en Belgique, 3 en France. À Mons, un premier parcours sera consacré aux « Anges de Mons » apparus pour aider les Britanniques, comme le dit la légende. Le site internet et l’application « La Grande Guerre – Corps, armes et paix » sont le fruit d’une collaboration Interreg IV.

Contenu inaccessible - Les fondamentaux Réseau Canopé Les emprunts nationaux pendant la guerre de 1914-1918 Contexte historique Mobilisation pécuniaire de l’arrière Durant la Première Guerre mondiale, l’épargne française est mise à contribution par le biais d’emprunts nationaux annuels (novembre 1915, octobre 1916, 1917 et 1918). En enjoignant les populations de souscrire aux emprunts, ou aux bons de la Défense nationale, les pouvoirs publics entendent entretenir l’implication des Français dans la guerre, dans une optique très similaire à celle qui préside à l’organisation des Journées diverses (du Poilu, du 75, des Alliés…). Les deux documents présentés ici relèvent de cette catégorie, ce sont des œuvres de commande destinées à l’affichage, par exemple dans les agences bancaires ou l’emprunt pouvait être souscrit : « dessinateurs, graveurs, peintres, caricaturistes rivalisèrent d’imagination pour composer les affiches destinées à stimuler le patriotisme et la générosité » (Jean-Jacques Becker et Serge Berstein, Victoire et frustrations, p. 83). Analyse des images Guerriers et symboles

Related: