background preloader

L'image-mouvement, l'image-temps par Gilles Deleuze

L'image-mouvement, l'image-temps par Gilles Deleuze
L'image-mouvement est la manière de faire participer le spectateur au temps du film en excitant ses fonctions sensori-motrices. Dans un film fait d'une immense image-mouvement, on peut trouver six types d'image (l'image-perception, l'image-action, l'image-affection, l'image-pulsion, l'image-reflexion et l'image-relation), chacune d'elles possédant plusieurs signes de reconnaissance. En privilégiant, telle ou telle type de ces six images, on obtient trois grands types de cinéma : le cinéma réaliste avec ses trois types d'images-mouvements (perception, action, affection), le cinéma naturaliste avec l'image-pulsion et le cinéma moderne qui joue sur la rupture des liens sensori-moteurs pour proposer des images mentales dont Alfred Hitchcock est le précurseur. Celui-ci invente en effet l'image-relation et l'image-réflexion. Dans le cinéma classique c'est ainsi l'image-mouvement qui prédomine. Le cinéaste moderne, comme le peintre moderne, privilégie l'art à la beauté. L'image mouvement

La Règle du jeu de Jean Renoir (1939 Se confronter à une œuvre telle que La Règle du Jeu, plus de soixante ans après sa première sortie en salles, et suite aux centaines d’analyses et de commentaires éclairés venus des quatre coins du monde, n’est pas une tâche facile. Le chef-d’œuvre de Jean Renoir, régulièrement placé dans les listes des plus grands films de l’histoire du cinéma, en impose donc par sa stature et sa renommée. Pourtant, loin d’apparaître comme un objet froid et distant, le film en lui-même s’offre comme un pur délice, brillant, léger et piquant, un spectacle intelligent et enlevé qui procure un plaisir des sens immédiat avant de fournir son lot de richesses thématiques et un sentiment diffus d’éternité grâce à son mélange de comédie et de tragédie. A la fin des années 1930, Jean Renoir reste sur des succès critiques et commerciaux retentissants. « Mon intention première fut de tourner une transposition des Caprices de Marianne à notre époque.

philosophie du cinéma Histoire du cinéma Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet article retrace les grandes étapes qui jalonnent l'histoire générale du cinéma. Origines du cinéma[modifier | modifier le code] Le cinéma naît à la fin du dix-neuvième siècle. En français, l'apocope de la marque déposée Cinématographe, le cinéma, va s'imposer dans le langage courant en quelques années. Construire la machine appelée « le Cinématographe » ne revient pas à inventer ce qui est au cœur du 7e Art, son essence même : les films (d'après une déclaration signée de Dickson, c'est Edison qui, le premier, adapte le mot anglais film aux œuvres de cinéma). Précinéma[modifier | modifier le code] Pour désigner les recherches qui précèdent l’invention des premiers films de cinéma, et qui n'utilisent pas le film souple de celluloïd, on parle de précinéma[15]. Théories sur le mouvement[modifier | modifier le code] Exemple d'effet bêta : une succession d'allumages donne l'illusion que l'on voit une balle en mouvement

Cinéma expressionniste Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le cinéma expressionniste est une forme de cinéma qui s'est développée en Allemagne dans les années 1920. Le cinéma expressionniste[modifier | modifier le code] Dans les années 1920, le mouvement dada provoque une révolution dans le monde artistique et les différentes cultures européennes prônent un changement et le désir d'envisager le futur par l'expérimentation d'idées et de styles nouveaux et révolutionnaires. L'abstraction à outrance des films expressionnistes fut toutefois de courte durée, et disparut progressivement après quelques années, avec la perte d'influence du dadaïsme. À la même époque, d'autres réalisateurs comme Fritz Lang ou Michael Curtiz introduisirent le style expressionniste dans les films policiers des années 1940, et influencèrent les générations suivantes de cinéastes, en faisant ainsi survivre l'expressionnisme. Principaux réalisateurs[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code]

Grammaire du cinéma | analyses de films, analyse de films Voyages, 1999 Space Odyssey (A), 1968 In the Mood for Love, 2000 Elephant, 2003 Cat People, 1942 In the Mood for Love, 2000 Diabolique Dr Mabuse (Le), 1960 Chemin de la liberté (Le), 2003 Pianiste (La), 2001 Big Shave (The), 1968 Eau chaude, l'eau frette (L'), 1976 Vent nous emportera (Le), 1999 Fin du Jour (La), 1939 Ivre de femmes..., 2002 La Vie est un miracle, 2004 Y'a pire ailleurs, 2011 Lumière, Méliès et Porter On perçoit souvent comme mythique cette période du cinéma des premiers temps - période plus ou moins correctement attribuée au cinéma d'avant 1915 - où l'invention et l'expérimentation des formes et des techniques étaient à leur plus haut degré d'effervescence. Cinéma primitif, balbutiements du langage cinématographique moderne, «drôlerie» ou simple objet de curiosité sans fondement intellectuel: les qualificatifs à son endroit abondent et, plus que jamais, la lecture du film dépend de son institution. Définissons d'abord nos termes et décrivons «l'institution» comme une sorte de pouvoir normatif ou de réseau symbolique structurant un faisceau de déterminations. De cette constatation, appliquée au film, naît une toute nouvelle façon d'aborder le cinéma par la «sémio-pragmatique», telle que définie par Roger Odin. LE VOYAGE DANS LA LUNE, Mélies 1.Cadrage et mouvement Nous pouvons alors faire ressortir deux tendances du cinéma des premiers temps. 2.Le montage 3.La narration excellence.

Analyse filmique Analyse filmique Séquence proposée par André Roux (*) Pourquoi analyser un film ? Cette question semble en effet pertinente ! A quoi bon comprendre un film, il suffit de le voir ou de le revoir…et pourquoi pas de le sentir. ( à condition de ne pas avoir le nez bouché !) Le cinéma n'est-il pas un plaisir, un spectacle, voire un loisir ? Une seule réponse à mon avis : Analyser un film c'est en connaître les règles pour mieux y prendre du plaisir ! Quelle analyse ? Nous ne pourrons pas, au niveau d'une classe de terminale Bac Pro, aller très loin dans les outils d'analyse. Tout comme pour l'analyse littéraire, on peut s'intéresser dans l'analyse filmique, à différentes entrées : La narration et le récit ; L'énonciation ; Les différentes focalisations La musique…etc. Ce qui est important c'est de savoir que l'analyse peut découler de trois positions : Le sens vient de l'auteur, de son projet, de son intention… Le sens vient du contenu même du film, de sa cohérence de ce qu'il montre.

Narratologie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La narratologie (science de la narration) est la discipline qui étudie les techniques et les structures narratives mises en œuvre dans les textes littéraires (ou d'autres formes de récit). Histoire de la narratologie[modifier | modifier le code] Les premiers travaux en narratologie des études littéraires modernes proviennent du formalisme russe et tout particulièrement des travaux de Victor Chklovski et de Boris Eichenbaum. L'étude systématique de la morphologie des contes russes par Vladimir Propp connait une bonne diffusion en France, parallèlement aux travaux (en particulier le schéma actanciel) d'Algirdas Julien Greimas. En Allemagne la narratologie s'est développée sous l'impulsion de Franz Karl Stanzel et de Käte Hamburger. Comme la sémiologie, la narratologie s'est développée en France à la fin des années 1960, grâce aux acquis du structuralisme. Le personnage[modifier | modifier le code] Le modèle sémiotique[modifier | modifier le code]

Cahiers du Cinéma Pragmatisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le pragmatisme est une méthode philosophique tournée vers le monde réel. Le terme désigne parfois un mouvement de pensée selon lequel n'est vrai que ce qui a des conséquences réelles dans le monde. Le mot pragmatisme est issu d'une école philosophique d'origine américaine, dont le fondateur est Charles Sanders Peirce. Peirce a proposé l'emploi du mot pragmaticisme pour distinguer sa démarche des usages non-philosophiques du mot « pragmatisme ». En effet, dans le langage courant, pragmatisme désigne, en anglais comme en français, la simple capacité à s’adapter aux contraintes de la réalité ou encore l’idée selon laquelle l’intelligence a pour fin la capacité d'agir, et non la connaissance. Les deux autres grandes figures du pragmatisme classique (fin XIXe siècle-début XXe siècle) sont William James et John Dewey. Présentation générale[modifier | modifier le code] Histoire du pragmatisme[modifier | modifier le code]

Social Networks and Social Capital: Rethinking Theory in Community Informatics | Williams Kate Williams1 & Joan C. Durrance2 Assistant Professor of Library and Information Science, University of Illinois, USA. Email:katewill@uiuc.edu Professor of Information, University of Michigan, USA The emergence of community informatics as a research community was a response to the practical experience of communities adapting to the rapid changes brought on by new information technologies, known outside the United States as information and communications technologies. Theory in community informatics is necessary in order to give coherence to what we know about technology in communities, as well as to help to relate this knowledge to all other aspects of our social experience. This paper relies on and contributes to three threads of scholarship: social capital, social networks, and most of all community informatics itself. Social Network Theory Social network theory contrasts with the type of sociological theory that defines society as built up of individuals. Figure 1. Figure 2.

Related: