background preloader

Histoire du Cinéma - Historique

Histoire du Cinéma - Historique
Related:  Evolution de l'image animées au cinémaLeçons de cinéma

Histoire du cinéma Rouleaux narratifs Le principe du « rouleau narratif », grand dessin panoramique déroulant sur papier ou sur soie, fut largement utilisé en Chine et au Japon à partir du Xe siècle par des conteurs comme support narratif. Ces grands dessins cinétiques, servaient à planter le décor, à suivre la progression de l'intrigue et permettait aux spectateurs de voir les déplacements du héros dans les dédales des palais ou des villes… Il pouvait bien sûr y avoir un rouleau pour chaque « plan séquence » du récit, et être accompagné ou non par des musiciens. Théâtre d'ombres Le théâtre d’ombres, quant à lui, est un art très ancien représenté dans tous les pays du monde. Il utilise principalement deux types de marionnettes : celles qui jouent directement à la vue du public celles dont l’ombre, projetée par une source lumineuse, se découpe sur un écran (silhouettes découpées ou personnages formés par l’ombre de la main). Suite >

Biographie Charlie Chaplin Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Charlie Chaplin Charlie Chaplin vers 1920 Charles Spencer Chaplin, dit Charlie Chaplin ( - ), est un acteur, un réalisateur et un scénariste britannique qui devint une icône du cinéma muet grâce à son personnage de Charlot. Durant une carrière qui ne dura pas moins de 65 ans, il joua dans plus de 80 films, et sa vie publique et privée a fait l'objet d'adulation comme de controverses. Né à Londres, Chaplin grandit dans la misère entre un père absent et une mère en grandes difficultés financières (elle fut internée en asile psychiatrique alors qu'il avait 14 ans). Chaplin écrivit, réalisa, produisit, composa la musique et joua dans la plupart de ses films. Biographie[modifier | modifier le code] Jeunesse (1889-1913)[modifier | modifier le code] Enfance[modifier | modifier le code] Charles Chaplin Sr. vers 1885 L'état de santé d'Hannah s'améliora[19] mais elle fit une rechute en mai 1903. Premières prestations[modifier | modifier le code]

Leçon de cinéma par Abbas Kiarostami / STRASBOURG L'Université de Strasbourg, c'est près de cinq siècles d'histoire, des noms illustres, un patrimoine riche, une situation européenne. C’est aussi 44 000 étudiants accueillis dont 20% d'étudiants étrangers, 4600 enseignants chercheurs et personnels, 38 unités de formations et recherches, 76 unités de recherche. Des chiffres imposants qui font d’elle un espace riche et multiple que ce soit dans l'offre de formation initiale et continue (interdisciplinaire et pluridisciplinaire) et la recherche comme dans l'offre culturelle et patrimoniale. Une recherche d'envergure internationale et une politique scientifique innovante Membre de la LERU, elle est reconnue pour sa recherche au niveau international. La diffusion de la culture et l'information scientifique La coopération internationale La réussite et l'insertion professionnelle des étudiants Elle a mis en place des mesures d'accompagnement pour les étudiants en licence et en DUT. voir le site

philosophie du cinéma Les d buts du cin ma Au XIXe siècle, des savants d'Europe et d'Amérique cherchent à produire des images animées. Petit à petit la technique du cinématographe va s'élaborer. Notre œil possède un caractère particulier : la rétine garde en mémoire pendant une fraction de seconde une image lumineuse alors que l'image elle-même a disparu. Cette particularité appelée "persistance rétinienne" fait que notre oeil perçoit un mouvement lié lorsqu'il capte une succession d'images instantanées. Les Temps modernes est une comédie dramatique Le Louxor Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Louxor est une salle de cinéma située au no 170, boulevard de Magenta dans le 10e arrondissement de Paris, construite par l'architecte Henri Zipcy[1] et inaugurée le . Historique[modifier | modifier le code] Le Louxor est rapidement intégré au réseau des cinémas Lutétia qui, pendant les années 1920, jouent un rôle de premier plan dans l’exploitation cinématographique avec les cinémas Aubert. Le Louxor en 1930. Le Louxor, comme tant de salles de quartier, subit les conséquences du déclin de fréquentation qui s’amorce dès la fin des années 1950, obligeant le cinéma à se renouveler et les exploitants à moderniser leurs salles. La programmation, elle aussi, doit s’adapter aux changements sociologiques et au goût du public qui le fréquente. Style néo-égyptien[modifier | modifier le code] Renouveau[modifier | modifier le code] Un espace d’exposition et un café-club complètent cet ensemble[11]. Détail de la décoration intérieure.

La Règle du jeu de Jean Renoir (1939 Se confronter à une œuvre telle que La Règle du Jeu, plus de soixante ans après sa première sortie en salles, et suite aux centaines d’analyses et de commentaires éclairés venus des quatre coins du monde, n’est pas une tâche facile. Le chef-d’œuvre de Jean Renoir, régulièrement placé dans les listes des plus grands films de l’histoire du cinéma, en impose donc par sa stature et sa renommée. Pourtant, loin d’apparaître comme un objet froid et distant, le film en lui-même s’offre comme un pur délice, brillant, léger et piquant, un spectacle intelligent et enlevé qui procure un plaisir des sens immédiat avant de fournir son lot de richesses thématiques et un sentiment diffus d’éternité grâce à son mélange de comédie et de tragédie. C’est d’ailleurs ainsi que le film a été pensé, comme un "drame gai", selon les propres termes de son réalisateur. A la fin des années 1930, Jean Renoir reste sur des succès critiques et commerciaux retentissants.

L'invention de la photographie (1839) Parmi les nombreuses découvertes et inventions du monde arabe vers le Xe siècle, il convient de noter celle de la chambre noire, élément indispensable à l'invention de la photographie. Malgré l'idée précoce de Léonard de Vinci de fixer l'image projetée dans cette chambre noire, il faut attendre l'année 1826 pour que le Français Nicéphore Niépce la concrétise grâce à une plaque d'étain polie, recouverte d'une solution de bitume de Judée et d'essence de lavande, qu'il expose huit heures durant. L'invention est rapidement perfectionnée par Jacques Daguerre dont les premiers daguerréotypes sont réalisés en 1837. En 1839, Daguerre fixe une épreuve positive directe ; en 1841, Fox Talbot invente le négatif, qui permet la multiplication des tirages positifs. Ces deux découvertes constituent l'aboutissement de recherches optiques commencées à la Renaissance italienne (caméra obscura, ou « chambre noire ») et d'études chimiques sur la sensibilité à la lumière des sels d'argent. Bibliographie

Related: