background preloader

Le climat social se dégrade dans les entreprises

Le climat social se dégrade dans les entreprises
Les chefs d'entreprise et leurs salariés n'ont pas la même vision du climat qui règne dans leur société. Cela paraît évident mais les écarts de perception deviennent "inquiétants" estime l'IPSOS, après la publication le 12 janvier du sondage "Observatoire Social de l’Entreprise", réalisé auprès de 1014 salariés du secteur privé et 408 chefs d'entreprises, pour le compte du CESI, un organisme de formation professionnelle. Le sondage a été réalisé du 18 novembre au 6 décembre 2011, sur internet pour les salariés et par téléphone pour les dirigeants. 96% de ces dirigeants interrogés pensent que "le climat social en général" dans leur entreprise reste "très bon" ou "plutôt bon", contre 57% pour les salariés. Concernant les "relations entre les salariés et leurs supérieurs hiérarchiques directs" l'écart est de 21 points. La différence de perception la plus importante réside sans surprise dans les salaires, jugés "très bon" ou "bon" par 78% des dirigeants, 46% des employés. Léa Davy Related:  climat socialQG9 - Les tens° pro peuvent-elles renforcer la cohésion ?

Que font les DRH pour maitriser le climat social ? Article publié le 08/03/2012 Plusieurs facteurs influent sur le climat social d’une entreprise. Il y a ceux qui sont d’ordre structurels et liés au fonctionnement inhérent de l’organisation (satisfaction des salariés, stress, risques psycho-sociaux,…) et ceux qui dépendent de la conjoncture et de l’environnement externe de l’entreprise, comme la crise actuellement. Les indicateurs que suivent les DRH (absentéisme, accidents du travail, turn-over, mobilité,…) sont conditionnés par le climat social. Il est donc nécessaire de prêter une attention particulière à ce lien social, pivot de la performance de l’organisation. « Les entreprises prennent de plus en plus conscience que le climat social a un réel impact sur leurs enjeux business », indique Yann Soilly, Consultant en organisation et stratégie pour PB Consulting Group. Attention, néanmoins à ne pas confondre les éléments déclencheurs qui impactent l’environnement et le fonctionnement de l’entreprise, de ce qu’il faut mesurer en réalité.

Actualités : Quel climat social dans les entreprises en France, secteur par secteur ? accueil > actualités > Communiqués de Presse > Quel climat social dans les entreprises en France, secteur par secteur ? Quel climat social dans les entreprises en France, secteur par secteur ? BVA lance le modèle BEST Un diagnostic opérationnel du climat social de votre entreprise Après plus d'un an de R&D, BVA propose aujourd'hui aux entreprises son nouveau modèle d'analyse du Climat Social, BEST (Bien-Être et Satisfaction au Travail) : un modèle fiabilisé pour mesurer et expliquer la satisfaction au travail des salariés. L’indice B.E.S.T. permet de disposer d’un indicateur composite du Bien Être et de La Satisfaction au Travail des salariés, grâce à 50 sous indicateurs regroupés en cinq grandes dimensions du travail : son contenu, les relations avec les collègues, le management, la pression, le lien à l’entreprise. Pour cela, 2 200 interviews représentatives des salariés français d’entreprises de plus de 200 personnes ont été réalisées. Les enseignements de l'étude BEST en France

Le choc des générations BB, X et Y : comment travailler ensemble ? En quoi les différentes générations vont-elles remodeler le marché du travail ? C’est à cette question que le cabinet de recrutement Hudson a voulu répondre avec son enquête sur les générations BB (les baby boomers nés entre 1946 et 1964), la génération X (1965-1979), la génération Y (1980-1994) et la génération Z (les jeunes mutants nés après 1995). Des générations qui on un rapport différent au travail. Les baby-boomers, des leaders-nés ? Entre ces quatre générations qui doivent travailler ensemble, il y a parfois un demi-siècle d’écart. Les Y ont une préférence pour l’abstraction A l’opposé de ces compétences opérationnelles, la génération Y « a une préférence beaucoup plus marquée pour la pensée conceptuelle » et semble moins tournée vers la stratégie que les Boomers. Ils sont aussi très travailleurs et ambitieux, ce qui vient un peu combattre les clichés classiques sur cette génération finalement très tournée vers les autres sur un mode de travail coopératif.

France Telecom/Orange : des mises en examen mais un climat social pacifié La peinture était à peine sèche. D'ailleurs le robinet dans les toilettes pour hommes n'était pas scellé. Pour dévoiler la cinquième édition du baromètre social, un outil publié tous les six mois depuis la crise sociale de l'entreprise, le DRH Bruno Mettling avait choisi le tout nouveau siège de l'opérateur, dans le XVe arrondissement de Paris. Ce même bâtiment qui a vu naître Canal Plus au milieu des années 80. Hasard de calendrier, ce rendez-vous prévu depuis une quinzaine de jours intervient moins d'une semaine après la panne des réseaux mobiles et la mise en examen de l'entreprise et de trois de ses anciens dirigeants pour harcèlement moral. "Le temps de la justice et celui de l'entreprise sont différents" a sobrement commenté le DRH "les salariés et l'entreprise veulent se placer dans une nouvelle dynamique. Les mises en examen viennent donc perturber le travail de la direction des ressources humaines, confirmé par les résultats du fameux baromètre. Des changements de comportements

La durée légale du travail Dernière mise à jour le 16 novembre 2010 Synthèse Fixée à 35 heures hebdomadaires pour toutes les entreprises quel que soit leur effectif, la durée légale du travail effectif est une durée de référence, un seuil à partir duquel sont calculées les heures supplémentaires. A savoir Dans certains secteurs – tel le commerce de détail des fruits et légumes, épicerie et produits laitiers - s’applique une durée dite d’équivalence. Sommaire Fiche détaillée Quels sont les temps de travail comptabilisés dans la durée légale ? Le temps de travail effectif Entre dans le calcul de la durée légale du travail, le temps de travail effectif, c’est-à-dire toute période pendant laquelle le salarié est à la disposition de l’employeur, dans l’obligation de se conformer à ses directives sans pouvoir se consacrer librement à des occupations personnelles. Le temps de déplacement professionnel pour se rendre sur le lieu d’exécution du contrat de travail n’est pas un temps de travail effectif.

Symptômes mauvais climat social Enquête Cegos : le climat social en France dans les entreprises privées et les organisations L’Observatoire Cegos a publié une grande enquête sur le climat social en France. L’objectif : mesurer le climat social dans les entreprises privées et les organisations publiques et comparer la vision des salariés et des professionnels RH sur un certain nombre de dimensions. Cegos a ainsi interrogé, au mois de septembre 2012, 1300 salariés du secteur privé et agents de la fonction publique, et 428 DRH des deux secteurs. Les résultats de cette enquête montrent que : La crise économique est plus durement ressentie dans le privé que dans le public.Ces dernières années ont permis à chacun de mieux à gérer la problématique vie privé/vie professionnelle.Les managers tiennent le cap et se recentrent sur les fondamentaux business.Le risque de voir des mouvements sociaux augmente dans le secteur privé. Cette étude vous intéresse ? Téléchargez les résultats de l'enquête "Climat social 2012" (.pdf)

Savoir reconnaître une erreur face à son équipe Dynamique Entrepreneuriale « L’erreur est humaine ». Est-ce que cette expression s’applique également aux managers ? Erreur de casting Il arrive à tous de faire des erreurs, même au manager. Félicitation mal ciblée La précipitation a tellement fait parler d’elle, que le manager s’est complètement trompé dans les félicitations. Les mauvaises accusations Ah, les mauvaises accusations (ou plutôt les accusations infondées), il faut à tout prix les éviter. L’information qui sort toute seule… ou presque La gaffe : vous avez dit à vos employés qu’il y a aura des changements à venir au cours des prochains mois.

La Poste : 5 000 embauches pour améliorer le climat social Le groupe a annoncé, jeudi 13 septembre, la création de 15 000 postes sur la période 2012-2014 au lieu des 10 000 initialement prévues. Soit 5 000 supplémentaires. Cette décision intervient quelques jours après la publication des recommandations de Jean Kaspar qui préconisait la création de 4 500 à 5 000 postes pour faire face au malaise social dans l’entreprise. L’ancien secrétaire général de la CFDT avait été chargé d’un rapport sur les conditions de travail à la suite de deux suicides de salariés le 29 février et le 11 mars 2012. Le groupe précise que ces nouvelles embauches se feront en contrat à durée indéterminée (CDI). Ce plan doit permettre un "allègement de la pression sur les effectifs". Cependant, les départs naturels, estimés entre 8 000 et 10 000 par an selon la direction, ne seront pas compensés par ces embauches qui reviennent à remplacer environ un départ sur deux. "Souffler un peu" "De la poudre aux yeux" pour les syndicats "C'est de nouveau de la poudre aux yeux!"

Quand le DRH fait un burn-out Ca fait partie du métier... En 2010, Jacky Lhoumeau, alors DRH d'une multinationale de l'industrie pharmaceutique, est chargé par sa direction d'organiser un plan social avec 250 départs sur les 1400 salariés que compte la filiale française. Un plan dont il ne fait pas partie mais "avec des délais drastiques" à tenir. Quelques mois plus tard, il fait un burn-out. Sa souffrance avait pourtant été décelée un an plus tôt par la médecine du travail dans le cadre d'un observatoire du stress au travail. Mais le "dossier" est resté sans suite. L'Entreprise : Quelles ont été les causes de votre dépression ? Jacky Lhoumeau : Je considère avoir été victime d'une forme de harcèlement de la part d'un dirigeant pendant une année entière. C'est donc ce plan de départs qui déclenche tout? Oui. Même si c'était difficile, vous faisiez juste votre travail, non ? En ce qui me concerne ça a été difficile. Comment cela s'est-il traduit ? Par la perte du sommeil. Comment votre hiérarchie a-t-elle réagi?

05. La question de l'intégration des handicapés dans l'entreprise : Au delà de l'obligation légale, une source de performance ? Charles-Henri Besseyre des Horts Professeur à HEC Directeur Scientifique Mastère Spécialisé HEC Part-Time Management Stratégique RH Titulaire de la Chaire Toshiba "Mobilité et Organisation" La question de l'intégration des handicapés dans l'entreprise : Au delà de l'obligation légale, une source de performance ? Par Charles-Henri Besseyre des Horts - août 2006 La question de la diversité dans l'entreprise est posée depuis longtemps mais ce n'est que récemment que celle-ci est présentée comme facteur de performance car elle constitue un levier essentiel pour répondre aux trois défis suivants : la raréfaction des talents, la diversité croissante des clients, et la recherche permanente d'innovation. Sur le plan réglementaire en France, dès 1924 la loi impose aux entreprises le recrutement de mutilés de guerre. Au plan Européen, les dispositifs réglementaires relatifs au handicap dans l'entreprise présentent certes des similitudes mais restent largement divergents.

5 astuces pour désarmorcer un conflit 1. Recherchez l'origine... Quelle est la « goutte d'eau qui a fait déborder le vase » ? En effet, un conflit est plus facile à résoudre et à analyser si l'on en comprend la source. - Le conflit de pouvoir : chaque partie désire maintenir ou augmenter l'influence qu'elle exerce sur l'autre en s'appuyant sur son niveau hiérarchique ou son statut. 2. Les faits sont incontestables. 3. Discutez ouvertement et de façon affirmative. 4. C'est un style d'écoute bienveillant qui exclut les préjugés et les interprétations. 5. Un interlocuteur en colère ne se calmera pas « à chaud ». L'idéal serait que le conflit n'existe pas. En savoir plus Cet article a été rédigé en partenariat avec Elisabeth Durand-Mirtain, consultante et formatrice. Pour une formation, un renseignement : elisabeth@mirtain.comCette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ou 06 13 51 11 26 www.mirtain.com

Démission : droits et interdits - Démission / Licenciement Démissionner, c’est rompre à son initiative un contrat à durée indéterminée après la fin de période d’essai. Votre employeur n’a pas le droit de refuser votre démission, sauf si vous êtes en CDD (il est interdit d’en démissionner) ou que votre action prouve une volonté manifeste de nuire à l’entreprise. Attention : ne quittez pas votre entreprise sous le coup de la colère. En théorie, il est interdit à l’employé de rompre son Contrat à Durée Déterminée (CDD). En cas d’accord amiable entre les deux partiesS’il y a faute gravePour une raison de force majeure Vous souhaitez quitter votre entreprise mais vous n’avez pas encore trouvé un nouvel emploi ? Pas d’indemnité de licenciementDifficulté à obtenir des allocations chômage (vous devrez attendre 4 mois après votre inscription au Pôle Emploi)Obtention d’un stage de formation plus complexe Certains actes ou événements de la vie peuvent faire croire, à tort, à une démission. Bon à savoir : la « démission forcée » est un cas à part.

Les clés pour mesurer l'impact social d'une entreprise Quel est le point commun entre un fonds d'épargne solidaire, une fondation finançant des associations, une entreprise sociale ou un grand groupe décidant de lancer un produit à destination des plus pauvres? Ils sont tous à la recherche d'un impact social positif. Et si l'on en croit le fameux adage "On ne gère bien que ce que l'on mesure", tous ont intérêt à savoir évaluer la valeur sociale ajoutée de leur activité. "Aujourd'hui, contrairement à quelques années plus tôt, l'idée qu'il est indispensable de mesurer son impact pour toute activité à finalité sociale fait consensus, observe Judith Jakubowicz, coordinatrice générale de Convergences 2015. Mais, sur le terrain, la mise en oeuvre concrète est loin d'être généralisée." Efficacité de l'action et des fonds investis Car, pour les acteurs de l'économie sociale et solidaire (ESS), la mesure de l'impact représente un enjeu majeur de professionnalisation. Standardisation des méthodes par secteur Reste à chacun à choisir sa méthode.

Related: