background preloader

The Beast File: Google (HUNGRY BEAST)

The Beast File: Google (HUNGRY BEAST)

http://www.youtube.com/watch?v=R7yfV6RzE30

Les historiques de navigation de Google accessibles aux hackers Le programme développé par une équipe franco-américaine permet de reconstituer les recherches passées d'un internaute en s'intéressant aux suggestions fournies par le moteur de recherche. Pour un hacker, reconstruire l'historique de navigation d'un internaute sur Google est possible, affirme une équipe de l'INRIA Rhone Alpes et l'université de Californie à Irvine. Celle-ci vient de publier un rapport dans lequel elle pointe du doigt les failles de différents services de l'entreprise. Une nouvelle vidéo interactive à 360° ! Une nouvelle vidéo interactive à 360° ! Une nouvelle vidéo interactive à 360° à découvrir ici ! Après cette première vidéo de snowboard vidéo interactive à 360°, c’est maintenant une vidéo en plein vol que nous offre NorthStudio360. Simplement génial… via

Google Buzz est un vilain petit rapporteur - Gizmodo - Google Buzz se déploie en un éclair et s'active automatiquement sur votre compte Gmail, où il crée tout aussi automatiquement des followers et vous inscrit comme follower de vos contacts en se basant sur vos conversations passées. En clair, Big Buzzer veut être votre ami et ne vous demande pas votre avis. Ces gens apparaissent ensuite sur votre profil Google, que tous vos amis peuvent voir. Ainsi que le souligne Business Insider, cela peut rapidement devenir un cauchemar pour votre vie privée. Chez Giz nous avons surtout été interloqués par la manière dont Goole semble générer les listes: il est difficile de deviner/comprendre quels sont les critères retenus par Big Buzzer, tellement ces listes sont hétéroclites. Si la sélection de personnes de l’entourage proche avec lesquelles vous avez des échanges réguliers semble tout à fait logique, il est plus difficile de comprendre pourquoi des gens auxquels vous avez rarement ou jamais écrit se retrouvent prêt à buzzer de concert avec vous.

Vie privée : Google tente de donner de nouveaux gages de transpa Opération transparence chez Google. Habituellement assez discret sur les questions des données personnelles, le géant de la recherche a dépêché à Paris Alma Whitten, ingénieure responsable de la politique en matière de vie privée afin de faire un point avec la presse où ZDNet.fr était présent. Une initiative qui tombe au meilleur moment. Ce lundi, on apprenait que la CNIL et 9 autorités de protection des données ont envoyé une lettre à Google et à d’autres sociétés pour leur demander de respecter les législations nationales et de prendre en compte la confidentialité dès la conception des services en ligne.

FauxCrypt rend la lecture impossible aux machines Ce programme open source laisse accessible à la lecture humaine des informations issues de fichiers textes, en évitant que ces données soient indexées automatiquement. Les fichiers textes stockés sur un serveur ne sont pas à l'abri d'indexations de leurs informations par le système qui les héberge. Pour éviter cela et tous les traitements automatisés qui pourraient en découler, Devlin Gualtieri, chercheur à l’IEEE du New Jersey propose un programme baptisé FauxCrypt et qui rend des données illisibles pour un système. La méthode qu’il utilise pour "obscurcir" les données s’inspire d’un message censé avoir été posté sur le net. Celui-ci indiquait que pour qu’un mot soit visible, peut importe la disposition de ces lettres, pourvu que la première et la dernière de chaque mot ne soient pas déplacées. Et la phrase était écrite en suivant ces préceptes (*).

Larry Page, Google, "Nous voulons gagner encore plus d'argent" - Très discrets, les fondateurs de Google sont avares en interviews. L'entretien accordé au Monde par Larry Page est donc assez rare pour être noté. L'homme revient pour le quotidien sur les grands thèmes d'actualité qui agitent le géant. En voici une petite synthèse. Google trop diversifié ? Street View : Google va fournir les données collectées aux régul Après plusieurs semaines d'une polémique de plus en plus dommageable pour son image, Google a décidé de jouer la transparence dans l’affaire Street View. Le patron de la firme de Mountain View, Eric Schmidt, a déclaré au Financial Times que les données personnelles collectées sur les réseaux WiFi ouverts par les véhicules du service Google Street View seraient remises aux régulateurs européens allemand, espagnol et français sous deux jours. "On s'est plantés !" "Nous nous sommes plantés. Soyons clair à ce sujet ", a reconnu Eric Schmidt.

Centre de confidentialité Vous pouvez avoir recours à nos services pour toutes sortes de raisons : pour rechercher et partager des informations, pour communiquer avec d'autres personnes ou pour créer des contenus. En nous transmettant des informations, par exemple en créant un compte Google, vous nous permettez d'améliorer nos services. Nous pouvons notamment afficher des annonces et des résultats de recherche plus pertinents et vous aider à échanger avec d'autres personnes ou à simplifier et accélérer le partage avec d'autres internautes. Nous souhaitons que vous, en tant qu'utilisateur de nos services, compreniez comment nous utilisons vos données et de quelles manières vous pouvez protéger votre vie privée. Nos Règles de confidentialité expliquent : les données que nous collectons et les raisons de cette collecte. la façon dont nous utilisons ces données. les fonctionnalités que nous vous proposons, y compris comment accéder à vos données et comment les mettre à jour.

Moteurs : le mélange des requêtes rend l'internaute anonyme Afin de protéger la confidentialité des recherches sur Internet, des chercheurs espagnols proposent un protocole qui regroupe puis brouille les recherches effectuées par plusieurs personnes au même moment. Les moteurs de recherche composent en général des profils des internautes en fonction des recherches qu'ils ont effectuées. L'argument principal étant de leur proposer des réponses adaptées à leurs goûts. "Le problème, c'est qu'il pourrait être possible que ces données confidentielles soient vendues à des tiers", explique à L'Atelier Jordi Castellà-Roca, chercheur de l'Université Rovira i Virgili.

Related: